Partition complète, La boulangère a des écus, Offenbach, Jacques

De
Publié par

Visualisez la partition de La boulangère a des écus partition complète, opéras bouffes, par Offenbach, Jacques. Cette partition de musique romantique dédiée aux instruments suivants:
  • solistes vocaux
  • chœur
  • orchestre

Cette partition aborde plusieurs mouvements: 3 Acts et est classifiée dans les genres langue française, partitions pour voix, pour voix et chœur avec orchestre, partitions pour orchestre, Stage travaux, partitions chœur mixte, Comic opéras, opéras bouffes, pour voix, chœur mixte, orchestre, opéras
Redécouvrez encore tout un choix de musique pour chœur, solistes vocaux, orchestre sur YouScribe, dans la rubrique Partitions de musique romantique.
Date composition: 1875
Edition: Paris: Choudens, n. d. (ca. 1875).
Libbretiste: Henri Meilhac (1831-1897)Ludovic Halévy (1834-1908)
Publié le : jeudi 22 mars 2012
Lecture(s) : 222
Licence : Libre de droits
Nombre de pages : 204
Prix de location à la page : 0,0000€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

.^RTlTinN r.bpnt e.\ Piann Pirr^nôpp nar M ROI!! URH,
LA BOULANGERE DESA ECUS
actesopéka-bocffe en 3(2! Édition) Éditiou)(2?
Représenté sar le Théâtre des Variétés, le 19 Octobre, 1875.
Persotuifiges Artistes. Personnages Artistes.
Margot M"?^"" AIMÉE. Bernadille mt. DL'Pils.
Toinon PAOLA MARIÉ. Commissaire. _ prade.au._ Le
Ravannes— _ heuman.n . Délicat .., _ lkoncj:.
])o BrîOII _ GHIiNASSI. Flanmièche _ hehtheliei:
Ile Quorey. .. _ laviGiNE. Coquebert...... _ baron..
DcBreuil.... _ im:i.ormf:s. Le Financier. . _ i>amkl hac
.
Pour toiitu la Musique, Li Mise «'u Sri-iic, If droit do reprôsi'iita'ions,
s'adresser A M":^ CHO[*l»ENS PERE et FILS, Éditeurs-Propriétaires de LiV BOULANGERE, pour (./us pavs.
CATALOGUE DES MORCEAUX.
Pi«g.-
OUVERTURE
ACTE I.
Q1. SCENE ET COUPLETS Sur cette place solitaire (Ravaunes)
2. DUO Ainsi te voilà? (Toinou Bernadille) 27.
iCHŒUR DE LA HALLE. Sous les pilliers de la halle r.i;.„
3.
)
'COUPLETS Le beau temps que la Régence (Le Cominissaire) . 4-J.
•4
LCHŒUR Ahl qu'elle est fière .5.
,^
J,<yrsqne 48.'COIPLEI .ETS j'étais fill' de boutique (.Margot)
5. ROMANCE . Ce qu'j'ai, tu le demandes (Toiuou) n4.
57fi. FINAL... Encor Jtn gueux qu'on va pincer
R' 97ENT ACTE
ACfE II.
;•!».
.•CHŒUR ET SCENE, Avec politesse7.
RONDE 10«i.(Margot).Savez-vous l'histoire . ,
8.
(MANON FRELU)ELU)
11.-..,D»li<-tt)les charbonniers Margot. B^-ii .tTaïuin9 COUPLETS DES FARINIERS. Les fariniers, (.
tous\10. MORCEAU D'ENSEMBLE Kaus voici
).>.I.vrai mérite (Margot, Bern, Coquebert). . .COUPLETS....- Un homme d'un11.
1.T7»•* •Gardienne de l'honneur des femmes . ^l^^tu^y. ._3>./ru«v i* •12. FINAL .^
177.ENTRACTE.
ACTE III.
170Vive le beau de lu drogue!1.;. CIKEUH DE SOLDATS. Jeu
arrête] (Ravannes. les Pages)PACll.S.. C'est toi qui dit qu'on nousli SCÈNE DES
U.i>-inues. les Pagi-s)n'trouv rail pas en /><J«c^. .( Toinou,COUPLETS Jr .wis qu'on15.
île htmlu-rftremplissons nos verres ... (M*!tfi. Jusqu'aux bords
200r>qmtbien! j'I'ai m r'/ammx tM.trgot)17. COUPLETS Kh
vnu'iei ètr' bte'i 'limaàlrs18. FINAI Si vous
'1''*.—(Raiidon. Grxv) ^(ris, Iinp. Anm», rue ilu Del'a.OIIVKKTl KK
AlU'-^n» iii4Ki<'i':it4>.
"±** ^ ^^ f f f: f:
b^-y~9—"ïr^
e^^ I^^
t'iA\o -N
^^J?- f ff F^-^ f E^»M f#
/r^
* ^ î: i i
-^Ajr-
"^ Êi^^^ti
i" -î-PiE |-i|-f-^^
1 H#^ k
i i^
n7Mciio vivo.
s !r r C >K*^=f^^
r^
^ èJ^éE^S ^f^
* * * * — *JlJ:^ t^
'I >M êr 7 :^m
^^
^uixfr ^^Tf:.^.^ ^^é
*4 — > 1^^ 1^M
fe^ =4ifLif- ^^
^~g f-:p ->—Lj'!_fl"L_fLJ
r -7 J. r 7 J S^m
rit
^-y'W t^^ I•? -? -? ^y r r ^\tAndantino.
^--^^
f:^
^
yj • é
ê=^ ^
* P
»-* :^ i l ^ii. J -J
-«L^ -f^^^iM^L
^-f ^^^^ >-K-^^-r^j^eIeI^ i
i>#^ •-^^:^
'it=ki: bk
» pf=^ r't^r
jf
! F^^ff^tVf iit=nf^
# ^^ê^5=e ' \>fek LV EP i ^
_G inum
*# y^1^
^t]^l>.
f: £_^
^-^-^-Eft ^^«
nrirm ïrn^ffn
4 È
i-^^
I S^~yir^
i>
^^-^
i: ::^?=^S 3Œ'T LUf^—
Mo(ler:il4i.
/F E ïifi-é 9 ^s*-^ *-^i» « *
^g^^^ ^
£êÊS
t?^'#
ê p^fT^f^ r r r ^Ll..„r
I
i-^4^ m m^ ï==s
<-=^-#« ê-
('^T^^Finn * * g5&S 3
Mafsfoso.
^f^^f^-^^^ ^s
l/l [jl;/
îî'«*:
e=e
gËM r r i3^^^^r^i-^K^
p
Mar/.ialo.
e^=*
• *- n r^^-f#"nt • n ^ï^
/••Y
?
'i^^ 1 ^^^ftzzf^ ^^\^s^s^ f^-' iî—
E:St=g
. ) -^r -,r M Js Js Js ^i-^ K, , ,^,^ — ^ ' I—^=~ ;-^ i— M
I J ^ f^^^-J é tJ' *Tj^jm si
6->JUJ^^v% (^ ^^F p pp
y V y y
^^-^tJ
lltJM-Mfrj"]' à
^t^^ rf
w^i ppf^
•^~"ô r*^ —f^T^ »-i— '•
T^^
' - j-jXïtJ-* :^ - ^^
fc=t
-1^~7~^ =*=^t 1) 1 y y%hh y y fei fVd p ;^-^
-^ a.^^il.J. a 3
n-ffff^n^^ê^
^55:5
1^^^¥^ > fT ^-|-^T-i^
P^
»«-« r-H^T #Êpmêffff fe ^^^^^
^ # f^
=^ ES^-^fHH l^^^p^M
yi^^J^^^^^g ^
./
i^i t J^T73j"ïLJ- 4'^-f"Ff"^^^( |: ^[^^^f:*-n»*-,-^
^' ËJê^B^\ r ^: ^M^^t ^^V\
r
( ^^
-^*. p4^F^ aa£^^^EÎ^^E^^^^^
^
s
5Sr *«**^*S^*E\
îirE'^tff
£itim^rff ^rrffr^
|
Vvo. ^ JL4L^^ ^
*# pCT e^ 5^^^g ==i|f^ P^^ ffit^J
ff^f;^f-
.Vife fefe^gH^ fe
(
# ^
^ M\ £
îi^ SL> W>' 4i —
*
ACTE 1
SCÈ.^E ET COIPLETS.
^i; t.
Alk'jçro inodcralo.
KAVA1N\\ES P
i±PA(iES. Il
C> PETIT
VOLEUR. P
r>' r.Kos
=1^
MOxNSlETR
^
DE
VOIELKS. S
AIIeji;r<) nitxïorato.
PIASO.
Ténors,
li
:»zi3C
*=jt XE^^-py-'^'^^P'i^irr'"^' ^fe^
_ de loup,Sur c'ct.tepla.ct' .so_ li taire Avançons-nous à jias
Ba.s.s. p^ c^ ^ • N K K V— KN ^ r
j^ i » »— •
^' O^^^ •-mr^-ar-rr-é^
a- gkU^if
so pas de loup.Sur cetje |)la_<'e _ li .taire Avan(;(»i)>-U(ms ;j
1?*f?*i
:«=ïr±2:
r-g^-^^
^mi^rî^
T— ^ ^ ^
10
-#—--= —-i ^'^-H mF=^ =i^=^P- m • *•m g* » • ^t-
i ^ :?!=çdi y É^'i yi_^i*"YT'T'' =t^^^y y
loup. voyons si l'on n«' peut l'aire entlioit qutiqnthonAvaiiv*"'*» ii"iis à pas de Et En cet
^^ ^ -r- 1T K—Kr-.— N ^- ^ N
^ ^' \\ V k V -h— fcfe^^r-Tp1'^ ^i'J^ J'^- •^JW'lp m ÊF^ Ê'Ê- Êpp^^
fairenous àpa> de loup, Kt vovons si Ion ne peut Knccl endroilquelquebonAvanrons
;,n|o.L'\ VOI.KLK
^5=^ J^^ f^g ^
Halle-là
^ 1 JLi-o-i ^
ftmp. Ej] cet endj'oitquehjue lion coup. Halte-
»=?çm •» r 1 k/^/b4^ bk'^^'
En cet en<lroit quelque bon coup.
UN FKTIT VOI.KLR. |»'^avec I*'.''"' Tenor>.
=" ^
^ r i ^=^5=^^ . z^V. =r=f'È F 6: r FI pp
Qui vient monsieur toutlà? Ln cousu d''or.
*7a#r ^-f— ^ f S tI p
Quivifiit là? ln Mon_
3CZ3t
:f Tm f ^^ ^
-là! Qui vient là? LnMou.^
/ léi ^^g=F» izif: i--fHrP
;>
- »
! # ! ^r^-JT F^ FF
^ît=^ gc
11
" r^L^- y- r r'w^T^TfTTF^h i' r f r 'f' / / / / / kf
dor cousu d or, Un trai -tant Bien portant, Fi.nan.cier, MaLto.tier, Toutgon,
v^'- ' -1 ir:r ^rr rr ir r^r 1i; ^rr :^p
dor cousu d'or, Un trai-tant Bien purliuit, Fi_nan-cier, MaLto.tier. Tout on.
g
»Ht—
I^4^4j4^ ^
p^^f^ rgj L'
f . -rf .^qi=^^^
i
ê
M^^ f-rrr+f-^f^fM^-'^M^ffi'
_ fié D'argentvo_ié. Cachons-nous, Les bijoux. Les é _ eus Du cresus \ bien.ont
#--•—
•'m ' •''-^^/ g IV V r F Mp p p r- P r P ^s"
_ fié D'argentvo_lé. Cachons-nous, Les bijoux. Les é _ eus Du crésus Vont bien.
^^p-runnTHu' rLf ^ B
1- T».r#^9rT ^
i^P^Mr'^M ^Tnrf"'-fP^-^
tôt Faire un saut De sa poche Dans notre po_che. 11 appro
-*
9:
'§ gi P. ^j! ^ i' ^ ii p r r^-i'; f pp^t^ ^' >' *:ï p'f' p y y y y P FF' i-'
-tôt Faire un saut De sa poche Diuis notre po.che. il appro
= Il U-t ^^f
r
-0- -0- -0- -^
: znz
' :-- 1<- ^£ï i
(..

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.