Poète fais nous partager ...

De
Publié par

La musique des mots, se coule comme une caresse.

Publié le : mardi 27 novembre 2012
Lecture(s) : 261
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

Amis poètes, fais nous partager !

J’aimerais partager et même te faire aimer, tous ces mots du passé.
Tant de pages, si pleines, sous ces écrits puissants.
Miroirs de nos âmes, ils peuvent te ressembler
Comme des mirages, sur grand écran te feront cheminer
Ces lectures découvertes t’invitent, sage réflexion
Au calme d’une prairie, à la ténébreuse nuit.
Voyages au gré des vents, comme après un orage
Tu te retrouves sauvage ou bien plus qu’indolent.
Tu ressens cette emprise et ces sages moments
Tu sais le bruit des vagues, tu aimes ces tourments.
A moins que comme cette page, tu sois roseau pensant.
Ces lacunes d’un esprit sec comme la trique.
Pénètre donc ce temple, ne soit pas si critique,
Vois ces penseurs sereins, pourtant esprits malin.
Ils t’offrent leurs richesses et grandissent ton empire,
Guide sous influences, apprécie ces largesses.
Pour pas mourir idiot, ouvre donc toutes ces œuvres
Enrichis-toi de ces mots du passé, que tu crois dépassés.
Apprends, laisse toi pénétrer, lis donc tous ces récits
Que ces mots images impriment ton cerveau
Comme l’aventure humaine, ce film déroule son empreinte
Te voilà cinéaste montre nous tes penchants.
Tant de scénarios écrits, que nous sentons vivant
Tu n’es plus un corps vide, tu nages désormais
Vers les richesses de nouvelles expériences,
L’histoire te tiens et tu attends la fin
Laisse toi guider, et peut-être emporter
Vers les sommets des uns, la profondeur des autres.
Il n’est pas de valeurs que l’on ne veuille surmonter,
Il n’est pas de talents que l’on ne puisse aimer.

G.B.





Les commentaires (2)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

marc-ferrand

Guy, que dire de plus ? Superbe.

mardi 11 décembre 2012 - 15:47
marc-ferrand

Après avoir lu d'autres de vos poèmes, je pense que vous apprécierez certains des miens, bien que ceux-ci (les miens) n'ont pas la facture des vôtres. Merci pour cet apaisement qu'ils me procurent.

lundi 3 décembre 2012 - 01:47

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Ma retraite

de le-trimeur

Rimes de vie

de Societe-Des-Ecrivains

suivant