1945-2000 Les conflits israelo-palestiniens.pdf - Une terre, deux ...

De
Publié par

1945-2000 Les conflits israelo-palestiniens.pdf - Une terre, deux ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 92
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Une terre, deux peuples : Israël, Palestine
Les conflits au proche orient
Le conflit qui oppose les palestiniens et les israéliens de 1945 à nos jours apparaît comme un cas à
part qui échappe à toute catégorisation ; deux peuples se disputent la possession du même territoire.
Il procède autant du processus de décolonisation que de la guerre froide, et par la suite, des conflits
régionaux qui secouent le Tiers Monde.
I. UN CONFLIT NÉ DE LA DÉCOLONISATION ? LA LUTTE
POUR LA CRÉATION DE L'ÉTAT D'ISRAËL (1945-1948)
Mars 1946 : GB accorde l'indépendance à la Transjordanie mais conserve son mandat de la
Palestine. Les juifs du monde entier y affluent depuis la fin du XIX. Le mouvement sioniste fondé
par T Herzl, revendique la Terre Promise pour le peuple juif et s'oppose à la présence des arabes
palestiniens ; les britanniques ont promis d'y établir un « foyer national juif » – Lord Balfour 1917
tandis que les arabes s'inquiètent des achats de terre par les immigrants.
En 1945, les juifs (550 000 contre deux fois plus d'arabes) réclament un état indépendant : l'opinion
publique y est favorable, la GB est réticente.
Ben Gourion, leader juif, décide alors de conduire une lutte armée contre les anglais. En octobre 45,
le Haganah, armée clandestine, collabore avec les terroristes pour faire pression sur les britanniques.
Cette lutte prend la forme de guérilla de décolonisation. La question palestinienne est confiée aux
Nations Unies par la GB.
Le 29/11/47 : l'ONU propose un partage entre un état juif 55% du territoire, et arabe 45% ainsi que
l'internationalisation de Jérusalem. Le plan est accepté par les juifs, rejeté par les arabes. En mai 48;
la GB met fin au mandat et Ben Gourion proclame l'indépendance d'Israël.
II. UN CONFLIT RÉGIONAL PARTIE PRENANTE DE LA
GUERRE FROIDE (1948-1973) ?
Le conflit s'étend aux états arabes voisins ; Syrie, Égypte, Jordanie et Liban. Le proche orient vit au
gré des rythmes de la guerre froide, entre tensions et détentes. Trois points suscitent la crise : la non
reconnaissance de l'état d'Israël par les arabes, le statut des zones frontalières de l'état d'Israël :
Golan, Sinaï, Gaza, Cisjordanie.
A) Première guerre 48-49
La Ligue Arabe attaque immédiatement Israël, soutenus par la GB. L'armistice de Rhodes se fait en
faveur des israéliens : Israël récupère 78 % du territoire, les palestiniens ne conservent que Gaza.
Israël entre à l'ONU et aucun traité de paix n'est signé.
B) La crise de Suez (1956)
Israël envahit provisoirement le Sinaï et Gaza. Les USA font des livraisons d'armes à Israël
(Kennedy et Johnson). Il s'agit de combler le vide géostratégique laissé par les britanniques et
endiguer les nationalismes soutenus par les soviétiques (Nasser et le régime Baas).
1945 – 2000 ; Les conflits israëlo-palestiniens
1 / 2
C) La guerre des six jours (1967) et La guerre du Yom Kippour (1973)
Israël occupe le Sinaï, Gaza, Cisjordanie, la partie jordanienne de Jérusalem et le plateau du Golan
syrien. Elle x5 sa superficie. En 69, l'OLP (organisation de libération de la Palestine) se crée,
reconnue en 73 par la ligue arabe. Les soviétiques menacent les USA si Israël ne recule pas ses
frontières. USA continuent de soutenir Israël. Mais le recours au téléphone rouge aboutit à un
accord.
En novembre 67, l'ONU vote la résolution 242 obligeant Israël à se retirer en échange de la
reconnaissance par la ligue arabe. Aucun des deux partis n'accepte. 60-70 sera donc théâtre de la
guerre froide.
La guerre du Yom Kippour est paradoxale; elle permet le processus de paix. Lancée le 6/10/73 à
l'initiative des pays arabes dans le but de récupérer les territoires occupés par Israël depuis 7ans, elle
menace Israël d'invasion. L'ONU adopte alors les résolutions 232-233, cessez-le-feu. Elle met en
place la nécessité du processus de paix et enraye la logique de guerre froide.
III. LA PAIX EST-ELLE POSSIBLE ? UN PROCESSUS
CHAOTIQUE (1973-2000)
La paix est conduite par les deux grands, surtout les USA. Elle comprend deux volets : fin des
hostilités, reconnaissance des deux peuples.
A) La paix entre Égypte et Israël 1978
Négociations à Camp David, aboutissent le 26 / 03 / 79 traité de paix de Washington (et non ONU a
NY), retrait du Sinaï.
B) La paix en danger : la guerre du Liban (1982)
Juin 82 : Israël lance l'opération Paix en Galilée, elle envahit le Liban pour sécuriser la frontière
nord, repousser l'OLP plus au nord (le siège d'Arafat et à Beyrouth).
C) La relance apparente du processus de paix (85-90)
Le roi Hassan II du Maroc rencontre Shimon Perez, ministre israélien. L'OLP accepte d'entamer des
négociations de paix. En 1988, Arafat reconnaît officiellement l'existence d'Israël.
Le déclenchement de l'Intifada (guerre des pierres) par les palestiniens incite à une négociation en
faveur des palestiniens.
D) La paix en marche (90-95), Des blocages à la seconde Intifada (95-2000)
30 / 10 / 91 : la conférence de Madrid, parrainée par l'URSS et USA réunit le proche orient. En 93,
la loi interdisant les contacts avec l'OLP est rompue en Israël. Le 13/09/93 ce sont les accords
d'Oslo, sous Bill Clinton pour le statut des territoires occupés.
Les engagements pris à Oslo ne sont pas respectés : les échéances ne sont pas respectées par Israël.
Les radicaux se développent. OLP (Fatah) ne parvient plus à contrôler le Hamas et le Jihad. En 97,
Y Rabin est assassiné par un extrémiste juif. Son prédécesseur bloque Oslo. En septembre 2000
c'est la seconde intifada suite à la provocation d'Ariel Sharon à Jerusalem, venant sur l'esplanade
des mosquées.
1945 – 2000 ; Les conflits israëlo-palestiniens
2 / 2
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.