Conférence donnée à l'occasion du 25ème anniversaire de l ...

Publié par

Conférence donnée à l'occasion du 25ème anniversaire de l ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 76
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
1
Discours de Monsieur G€rard COLLOMB
S€nateur-Maire de Lyon
Ouverture de la conf€rence donn€e  l’occasion du 25
e
anniversaire de
l’abolition de la peine de mort
Salons de l’Hƒtel de Ville de Lyon
Lundi 25 septembre 2006
**
*
2
Cher Robert Badinter,
Monsieur le Pr€sident d’Ensemble Contre la Peine de Mort,
Monsieur le Pr€sident de la Chaire Lyonnaise des Droits de l’Homme,
Madame l’Adjointe,
Monsieur le Premier Pr€sident de la Cour d’appel de Lyon,
Monsieur le Procureur g€n€ral pr„s la Cour d’appel de Lyon,
Monsieur le Pr€sident du Tribunal de Grande Instance,
Monsieur le Repr€sentant du Pr€sident de la Cour administrative de Lyon,
Mesdames et Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,
Il y a vingt-cinq ans la France abolissait la peine de mort. Une large majorit€ de
d€put€s votait l’abolition, accomplissant ainsi la promesse qu’avait faite le
Pr€sident Fran‚ois Mitterrand.
Ce choix, souvenons-nous que les parlementaires de l’€poque l’accomplirent
alors que l’opinion publique de notre pays €tait largement hostile ƒ l’abolition.
Une enqu„te Sofr…s de 1981 montrait en effet que 62% de nos compatriotes
€taient favorables ƒ la peine de mort.
3
Je veux donc rendre un premier hommage ƒ Fran‚ois Mitterrand qui, en
inscrivant l’abolition dans ses 110 propositions pour l’€lection pr€sidentielle de
mai 1981, avait su r€sister ƒ la pression de l’opinion publique et fait preuve d’un
tr…s grand courage politique.
Il avait eu en effet le courage d’affirmer que la vie, f†t-elle celle des criminels
les plus odieux, €tait une valeur intangible de notre civilisation humaine. Il avait
eu le courage de le faire ƒ rebours des deux tiers de l’opinion publique de
l’€poque avec la force d’‡me et de conviction qui €tait la sienne.
Il avait alors montr€ que le courage en politique, n’est pas de suivre l’opinion
mais d’affirmer ce qu’on croit „tre la v€rit€, en son ‡me et conscience.
Cette abolition, Fran‚ois Mitterrand l’avait voulu, fut vot€e par les
Parlementaires. Mais elle marquait l’aboutissement d’un combat ˆ combien
difficile, men€ de longue date par quelques hommes et quelques femmes
d’exception auxquels nous vouons admiration, respect et parmi lesquels Robert
Badinter a jou€ un rˆle exceptionnel.
Cher Robert,
Je veux donc te rendre hommage, toi qui dans notre pays a incarn€ si pleinement
le combat contre la peine de mort. Ta pr€sence ƒ Lyon, pour ce 25
e
anniversaire,
nous la ressentons comme un tr…s grand honneur. Je veux, au nom de notre ville
t’exprimer notre profonde gratitude d’„tre aujourd’hui avec nous
Ce combat, souvenons-nous que tu l’as men€ tout au long des ann€es 70,
d’abord comme avocat, ensuite comme un fervent militant des Droits de
l’Homme, enfin comme Garde des Sceaux.
4
Tu rappelais il y a quelques jours sur les ondes d’une de nos radios, le climat
lourd et pesant qui rgnait tout au long de ces annes, lors des proc‚s d’assises,
et plus particuli‚rement dans les plus petites cours, celles situes en rgion. Tu
soulignais que ƒ
c’tait l‚ que se jouait intensment la peine de mort. ƒ
Tu
disais que
€ la mort tait l‚, prsente, palpable, ‚ quelques mƒtres seulement.
‰
Et tu ajoutais : Š
Quand l’Avocat gnral requrait la mort, souvent avec force
et talent, j’entendais l’accus, derri„re moi, immdiatement derri„re moi. Cet
homme, dont on rclamait la t…te, je l’entendais respirer et je savais que j’avais,
devant moi, 35, 40 minutes tout au plus, pour arracher cette vie ‚ ceux qui
voulaient en finir avec elle.
‰
Combien de proc…s, combien de plaidoiries avant ce fameux jour de septembre
1981 o‹ tu es mont€ ƒ la tribune de l’h€micycle pour demander
ƒ l’Assembl€e
Nationale l’abolition de la peine de mort en France. Tu pronon‚as alors devant
les d€put€s un discours historique qui n’a rien perdu de sa force et dont je veux
rappeler quelques mots.
Tu disais alors : Š
Il s’agit bien dans l’abolition, d’un choix fondamental, d’une
certaine conception de l’homme et de la justice. Ceux qui veulent une justice qui
tue, ceux-l‚ sont anims par une double conviction : qu’il existe des hommes
totalement coupables, c’est-‚-dire des hommes totalement responsables de leurs
actes, et qu’il peut y avoir une justice s„re de son infaillibilit au point de dire
que celui-l‚ peut vivre et que celui-l‚ doit mourir.
‰
Š
A cet …ge de ma vie,
ajoutais-tu,
l’une et l’autre affirmations me paraissent
galement errones. Aussi terribles, aussi odieux que soient leurs actes, il n’est
point d’hommes en cette terre dont la culpabilit soit totale et dont il faille pour
5
toujours dsesprer totalement. Aussi prudente que soit la justice, aussi mesurs
et angoisss que soient les femmes et les hommes qui jugent, la justice demeure
humaine, donc faillible. Cette justice d’limination, cette justice d’angoisse et de
mort, dcide avec sa marge de hasard, nous la refusons. Nous la refusons
parce qu’elle est pour nous l’anti-justice. Parce qu’elle est la passion et la peur
triomphant de la raison et de l’humanit. ‡
Par l’implacable rigueur de ton raisonnement, par la profondeur de ta vision, par
l’appel que tu lan„ais … ce qu’il y a de plus profond dans l’†me humaine, tu avais
alors su toucher la raison et le cœur de bien des dputs. J’tais parmi eux …
l’poque et j’entends encore ton discours.
Ce discours s’inscrivait dans une longue tradition, comme l’crivait rcemment
Bertrand Le Gendre dans un article du Monde intitul ƒ
L’Abolitionniste
‰ : Š
Ce
combat pour l’abolition ne connaˆt pas de frontiƒres. Il est de toutes les poques
et transcende les clivages politiques : Hugo, Clmenceau, Jaurƒs, Camus…
Et il
ajoutait :
Robert Badinter est leur digne hritier
‰.
Š
L’Abolitionniste
ˆ, c’est aussi le titre qu’a choisi Jo‰l Calmette pour son
documentaire que nous allons dcouvrir dans quelques instants et qui tmoigne
de ce combat que tu continues de mener. ƒ
Le jour viendra,
€cris-tu,
o† il n’y
aura plus sur la surface de cette terre de condamns mis ‚ mort au nom de la
justice
‰.
Il est vrai que vingt-cinq ans apr…s son abolition en France, la peine de mort a
disparu dans la quasi-totalit€ des nations europ€ennes. Mais la peine capitale
existe h€las encore, dans pr…s de la moiti€ des pays du monde, en Chine et h€las
dans une d€mocratie comme les Etats-Unis.
6
Dans ces pays l… aussi, nous savons, nous voulons, qu’un jour vienne oŠ la peine
de mort disparaisse, … la fois parce qu’elle est inutile – dans tous les pays qui
l’ont abolie, jamais on a vu la criminalit augmenter – mais surtout parce qu’elle
est inhumaine.
Cher Robert,
Militant infatigable, tu es aujourd’hui … la pointe des combats pour l’abolition
universelle, mais aussi en faveur de l’amlioration des conditions de vie
carcrale dans notre pays, parce que tu crois qu’un homme est toujours capable
de racheter ses fautes, voire ses crimes.
Nous avons rassembl autour de ton appel des acteurs engags dans ces combats
et que je veux remercier en notre nom … tous : le rseau Ensemble Contre la
Peine de Mort ; la Coalition Mondiale Contre la Peine de Mort et videmment la
Chaire Lyonnaise des Droits de l’Homme.
Ces organisations sont nos partenaires pour continuer ce combat de l’abolition
universelle dans le sillage qu’il y a vingt-cinq ans, Cher Robert, tu tra„ais pour
nous, tu tra„ais dans notre pays, tu tra„ais pour l’ensemble de l’Humanit.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.