Lettre à mr giesbert (rédacteur en chef la depeche du midi)

De
Publié par

Publié le : mardi 5 juillet 2011
Lecture(s) : 387
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Atelier idal / Plante en dangerle 27/01/07 Toulouse 36 rue Danielle Casanova 31000 Toulouse Tel:05 61 12 37 55 e-mail:chapelle@no-log.org Site: http://www.abri.org/atelier-ideal/ A lattention de Jean-Christophe Giesbert, Rdacteur en chef de la Dpche du midi Objet : droit de rponse et… Monsieur, Nous vous crivons aujourdhui, en rponse  larticle paru dans le livret Grand Sud de la Dpche, dat du 11/12/06, «Une Chapelle contre des logements sociaux». Cet article porte atteinte  limage de nos associations,Plante en dangeretlAtelier Idal (actuels occupants de la Chapelle Ste Jeanne dArc), en sappuyant sur des approximations et des contrevrits. Monsieur Jean-Marie Decorse na pas jug utile de prendre contact avec nous lors de la rdaction de cet article, transformant son papier en une apologie dHabitat & Humanisme et de son projet sur la Chapelle, ngligeant toute objectivit. Parti pris dsolant qui sinscrit selon nous dans la construction dun conflit au service de lassociation Habitat & Humanisme. Des proches nous ont aussi alerts sur le fait que cet article serait en ralit une commande faite  Monsieur Yann Bouffin par le milieu catholique lyonnais, ville dorigine dHabitat & Humanisme. M. Decorse naurait t que lexcutant. Certes, M. Decorse, contact par tlphone quelques jours aprs la parution de son article, nous a accord un droit de rponse mais na pas voulu discuter avec nous de ce quil nommaitla complexit de cette affaire. Nous joignons  cette lettre la copie du courrier que nous lui avons adress le 28 Dcembre 2006. Sans nouvelles de sa part, nous avons repris contact avec lui lundi 22 janvier. Il nous a alors dclar quil considrait que ce droit de rponse ntait plus dactualit suite  larticle du 6 janvier 2007 titrant « Un rpit pour la Chapelle ». Il nous a nanmoins promis une nouvelle fois de se pencher sur la question. A ce jour rien nest encore paru dans les pages Grand Sud au sujet de cette histoire. Indigns par ce comportement, nous souhaiterions aujourdhui pouvoir discuter avec vous de cette affaire qui est en ralit fort simple : il sagit dune opration financire fructueuse ralise par larchevch de Toulouse grce  la vente dune parcelle de terrain au statut pourtant particulier. Soustraite au domaine public par une srie darrangements via une socit « cran », cette chapelle a en effet chapp aux consquences de la loi de 1905. Sauf trahir sa parole lEglise ne peut aujourdhui ni la vendre ni la louer, raisons pour lesquelles nous y agissons depuis si longtemps dans une situation contractuelle juridiquement floue. Cette opration dlicate en terme dimage, larchevch la confie  une association au profil "irrprochable". Ce nest quen dnigrant ceux qui y vivent et occupent ce lieu depuis plus de treize ans que lexpulsion et la plus-value passeront inaperus vis  vis de lopinion publique. Rpute pour son action envers les sans-logis, la mairie de Toulouse est bien sr partie prenante de laffaire. Si Monsieur Jean-Luc Moudenc a fait savoir  Monsieur Pierre Samsom ex-directeur de publication du Satiricon, que la mairie ninterviendrait pas dans cette affaire,
on pourra sinterroger quant  lobtention du Certificat dUrbanisme par Habitat & Humanisme. Dpos le 10 fvrier 2006, il est valid le 14. Trois jours plus tard, le 17, le POS devenait PLU et classait le jardin de la chapelle en zone verte donc inconstructible, rendant caduc le projet dHabitat & Humanisme. Vous trouverez ci-joint divers documents qui font tat de ces diffrentes zones dombres qui entourent le sujet. Si le 6 janvier 2007, M. Jean-Paul Bourgs, secrtaire du Conseil dAdministration dHabitat et Humanisme National, annonait dans vos colonnes que son association ne donnera « pas suite au projet », nous savons aujourdhui par Monsieur Armand dAgrain, prsident dHabitat et Humanisme Midi-Pyrnes et ce mme Jean-Paul Bourgs que le projet nest pas annul et suit son cours. Ce ne sera peut tre pas une maison relais mais les tractations entre lArchevch et Habitat & Humanisme sont toujours en cours. LArchevque et certains de ses conseillers se sont dailleurs runis vendredi 19 janvier pour voquer notamment lavenir de la chapelle. Lundi 29 janvier 2007, interpelle sur le sort des sans abri  Toulouse lors dune runion publique des Enfants de don Quichotte, Madame de Veyrinas a rvl limplication municipale, confirmant tre trs au courant de ce projet affirmant que des logements ( « des maisons relais » sic) taient justement en cours de ralisation « dont lun est empchs » par des gens qui « font des activits culturelles » et a finalement suggr  tous les sdf de l'aider «  librer ces lieux squatts »(sic). A ce jour, quatre articles sur la situation sont parus dans votre journal, trois dans les pages locales, et un dans celles concernant le Grand Sud. Sy exprime surtout Habitat & Humanisme. Nous navons pas encore eu loccasion dexprimer notre point de vue sur cette affaire, ni de commenter les propos belliqueux des responsables dHabitat & Humanisme Midi Pyrnes parus dans vos pages. Cest dans lattente de pouvoir rpondre sur le fond  ces articles, pouvoir dire qui nous sommes, parler du projet et des activits qui depuis bientt quatorze ans vivent et se construisent au sein des murs de cette chapelle, sans manquer dclaircir avec vous lorigine relle de larticle de M. Decorse, que nous aimerions vous rencontrer. En esprant que vous ferez suite  notre demande, Plante en danger, lAtelier idal Pices  suivre : Copie de larticle du 11/12/06 Lettre adresse  Jean-Marie Decorse Correctifs concernant larticle du 11/12/06 Lettre  Jean-Paul Bourgs Lettre adresse  M le maire de Toulouse sur la question de lattribution du C.U a Habitat et Humanisme Lettre  Mme de Veyrinas Plante en Danger et lAtelier Idal
Article paru le 11/12/2006         Une chapelle contre des logements sociaux L!"#$"'"''()*'&)&% *&$&+&'$&,"-'.'"$"-''"-'.&""&")'''&/'/'/'$'"&)""32'&1&'&'/'0$$&,&,.&&1&4'&"0&#$",&'"*-).1$&"1&) *"-'("*5#6"&-)'$&/'""'*&&,' '"7'8&)"&$&("'&'&)"'$'"-"5&")$&&-&)$&0'""&'$'4'&""'."-& ""0&9&5$&"$&) /''&.$'"4.' 9: 6*&&)""'""&*$&/'$&&'' "&'&;%$&5(&'*&'"'*"&)*'"&'&0)",'&&$"'$*&$&<-"8$$"$&4&$("'&-'"')-)$&):&'"')/'"8'&"/'&''&"-&"$"',&-"/'","0"0"&;)&0'>"/-&'&#)9=)&-'("&'#,"-$'& ,"-&&*"("?@AB)(1&?CDB)E&*'. '&":&&6'0)$&F'"8#")"'G&&"'*&$$&J.-M.D.
Plante en danger- LAtelier Idal Toulouse, le 28 dc. 06 36 rue D. Casanova 31000 Toulouse  Jean-Marie Decorse  Journaliste  la Dpche du midi Objet : droit de rponse  larticle du 11/12/06 Monsieur Decorse, Suite  notre conversation tlphonique, voici quelques explications et arguments devant alimenter le droit de rponse que vous nous avez accord suite  votre article du 11 dcembre 2006, titr « une chapelle contre des logements sociaux ». Comme vous le constaterez, il sagit dun ensemble de commentaires assez nombreux tant votre article nous pose problme. Quant  y rpondre en une vingtaine de lignes, cela nous semble difficile au regard du flou qui entoure cette affaire dpassant le problme de la construction de logements sociaux sur cette parcelle. A ce propos, nous saisissons monsieur Bernard (copie ci-jointe) car nous aimons  croire que ce sujet peut donner lieu  un vritable travail journalistique. Vous mavez dclar que de nos jours les articles devaient tre courts et ne pouvaient, de fait, aborder les questions complexes. Vous avez convenu avec moi de la tristesse de ces propos. Si vous avez renonc  ce qui, de mon point de vue, donne sens  votre mtier, jen suis dsol et vous souhaite de retrouver bientt nergie, curiosit et impartialit. Je vous prie dagrer, monsieur Decorse, mes sincres salutations. Pour lAtelier Idal et Plante en Danger. Marc Lefebvre
QUELQUES ELEMENTS CONCERNANT LE DROIT DE REPONSE De lAtelier Idal et Plante en Danger  larticle de La Dpche du 11 dcembre 2006 « Une chapelle contre des logements sociaux » Ce titre sert parfaitement les vues et intrts dHabitat et Humanisme qui communique (cf. vos ditions prcdentes) en prsentant une communaut artistique aux contours flous, dans un lieu « dsaffect, dlabr, dangereux », qui sopposerait  la ralisation dun projet respectable, srieux et trs social. Ce titre sert aussi les intrts de lEglise qui aimerait  minima, raliser le capital que reprsente ce terrain, sans donner limpression de porter tort  qui que ce soit. Ce titre est terrible car il dit par del limpratif dun choix lvidence de celui-ci pour tout homme de cœur et de raison. Parce que votre article oppose lvidence du cœur et de la raison  des mandres juridico-administratifs sans fin, il nous faut prendre un peu de temps pour claircir ce point. Il nous faut dire aussi avant toute chose que nombre de lieux occups Sur Toulouse soit par des « SDF », soit par des projets dits « alternatifs », ont ts expulss et les btiments rass pour faire place  des projets trs sociaux qui ne se raliseront pas ou dans des dlais de plusieurs annes (squat des coles, la datcha…) « Un long contentieux » et « des mandres juridico-administratifs sans fin » Aprs avoir puis toute les voies lgales pour en obtenir un bail, convaincus (suite au propos du secrtaire de lassociation diocsaine, monsieur Navarro) que ce lieu serai prochainement mis sur le march de limmobiller.et par consquent dtruit, lassociation Plante en danger pour sopposer  cette disparition dune partie du patrimoine de ce quartier na trouv dautre solution que doccuper ce lieu dit « La Chapelle » le 04 juillet 1993 Le 11 octobre 93 par lettre, lArchevque Andr Collini- nous invite  lui envoyer un projet de bail. Curieusement, pendant ce temps lassociation diocsaine assigne lassociation Plante en Danger en justice pour « violation de la proprit prive ». Si les conclusions de cet unique procs, autorise notre expulsion, lArchevch choisi de ne pas en faire application. Au contraire, nous concluons un accord qui autorise la prsence exclusive de Plante en Danger sur ce site en attendant que celui-ci soit dsacralis. Plante en Danger, en contrepartie sengage  ne pas y organiser de manifestations publiques. Les semaines et les mois passent… Fidles  notre parole, cest lArchevch qui autorise les groupes et associations que nous lui renvoyons,  utiliser la Chapelle pour leurs activits ponctuelles. Cest ainsi, par exemple, que les chars du carnaval dArnaud Bernard (hiver 93 et 94) ont ts raliss dans cette chapelle avec laccord de son propritaire. Lasss des sollicitations des utilisateurs potentiels, Monsieur Audouy, prsident de lassociation diocsaine, nous demande de den assumer la gestion  la condition que rien ne filtre dans la presse. Ce sera lassociation « Lucette omnibus » (collectif de photographes) qui la premire choisira de passer outre nos recommandations et mdiatisera son vnement : » le mariage de Lucette », 14 octobre 1994. Ds lors, peu  peu, la Chapelle sera considre par nombre de groupes, associations, compagnies comme un lieu des possibles, un lieu quasiment officiel, un lieu recens par des institutions comme salle de rptition, spectacles, etc.…un lieu qui en treize annes a accueilli des centaines de projets et plusieurs dizaines de milliers de gens de tous horizons et conditions. Si la situation juridique ne sest pas traduite par un document crit, cest en raison de la clause morale invoque par Monseigneur Collini (lettre du 03/09/93) qui empche lEglise de
disposer de cette chapelle pour autre chose que le culte ; raison explicite pour laquelle elle lui a t lgue. « A lorigine, un testament prcisait que le lieu devait rester affect au culte.» Pour tre prcis et exact, il conviendrait de rajouter «  perptuit »Si  cause de cette clause rsolutoire, Monseigneur Collini ne pouvait nous accorder le bail dont il avait prcdemment fait tat, que sest il pass depuis pour que le projet dHabitat et Humanisme soit possible? Pourquoi est-ce par voie de presse que nous apprenons : «Faute dayants droit […] le monument peut lgalement tre dmoli ». Cest Armand DAGRAIN qui parle. Ne se fait-il pas ici le porte parole de lEglise ? Le respect dune volont testamentaire ( perptuit) sarrterait donc faute dayant droit. La morale serait donc soumise mme pour lglise catholique  des considrations de droit et dintrt priv? Do Habitat et humanisme tirent-ils leurs certitudes sur ce point ? « Mais qui acceptera de mettre un sou dans la restauration ?» Depuis treize ans , les associations utilisatrices de cet espace le scurisent, lentretiennent et lembellissent pour quil soit accueillant et beau, cest--dire exemple que nous voulons, despace humain non marchand dans la Cit. En toute logique et eu gard aux points prcdents nous avons demande  Messieurs Navarro (association diocsaine) et Crosnier (Habitat et Humanisme) de nous informer du prix de la vente de ce terrain. En effet, si par « miracle » la clause morale nest plus, rien ne soppose  la volont de lEvque de lpoque de nous accorder le bail promis. Nous serions donc aujourdhui, en cas de vente, acheteurs prioritaires. Au cas o il ny aurait pas dautre solution pour prserver cet espace particulier, nous avons fait savoir  lassociation diocsaine que nous envisagerions cette ventualit. « Cette Chapelle dsaffecte construite dans les annes vingt » Si la Chapelle na pas t construite dans les annes vingt ; par contre, elle a fait lobjet dune « attribution gratuite et sans frais »  lassociation diocsaine de Toulouse en date du 26/12/1927. « tat de dlabrement. » Si le lieu tait dans un tat de dlabrement en juillet 93, il ne lest plus aujourdhui. Durant treize annes, les membres associatifs ont rpar et protg le lieu. Nous assurons depuis toutes ces annes lentretien de celui-ci sur notre propre financement et sur notre nergie. « Des arrts de pril ont t pris » Nous navons aujourdhui connaissance daucun arrt de pril sur le site. Le propritaire, qui sait notre prsence sur le lieu et qui lassure depuis toutes ces annes, nous en aurait forcment informs « …ainsi que des mesures dexpulsions jamais excutes. »Il ny a quune mesure dexpulsion (en octobre 93 lors du procs) et lArchevch nen a pas demand lapplication. « LAtelier Idal , une communaut artistique ». LAtelier Idal nest pas une communaut, mais une association loi 1901. Latelier idal a pour fonction de grer et de veiller  la cohrence des activits qui se droulent sur le site de la Chapelle. Latelier idal nest pas la seule association prsente sur le lieu au quotidien, il y a bien sr Plante en Danger, mais galement lAMAP Casanova qui y fait sa distribution hebdomadaire de lgumes, ainsi que ses runions. Chaque semaine aussi, lassociation la Relche propose un espace de rencontre et de convivialit.
Pour ne parler que de lactualit rcente : la Chapelle a accueilli le « cabaret cadeau »  la mmoire de notre camarade Edouard Rihouay, les Assembles gnrales du Cland (squat rcemment expuls), nous y avons rencontr aussi les expulss du squat du Couvent. Sy cre actuellement un collectif runissant des membres du GAF, du collectif SDF, des « enfants de Don Quichotte » et de nombreux individus sur les questions de lurbanisme et de la place faite aux gens de la rue. A ct de ces sujets « trs artistiques » que la violence du social pousse jusqu la porte de cette ancienne chapelle, les rptitions, les prts de salle continuent. « …lassociation Habitat et Humanisme qui construira ici une "maison-relais" de 20 appartements. » Si la « maison-relais avec htesse" dHabitat et Humanisme Toulouse est toujours un projet dpendant dengagements publics non effectifs  ce jour, sa ralisation concrte signerait la fin dune exprience sociale et collective unique. « Tout le monde nous aide, Rgion, Dpartement, Grand Toulouse » Nous avons saisi Monsieur Izard (lettre recommande avec accus de rception), interpels par le fait que malgr les affirmations dHabitat et Humanisme, personne au sein du Conseil Gnral, y compris Monsieur Fabre responsable de notre canton et en charge des questions relatives au logement, ntait au courant dun financement effectif de ce projet. Nous avons, quant  nous, de bonnes raisons de croire que lassociation Habitat et Humanisme nest pas le seul acteur dans ce projet. Des faits troublants laissent entrevoir des collusions diverses, en particulier avec des lus de la Mairie de Toulouse. Nous vous invitons en tant que journaliste et citoyen  approfondir cette question. Vous dcouvrirez peut-tre que la maison relai nest pas lenjeu que vous croyez. Plante en Danger, lAtelier Idal.
Toulouse le 15 dcembre 2006. Monsieur Bourgs, Au regard des informations contradictoires relatives au projet dHabitat et Humanisme Toulouse sur la chapelle, nous vous envoyons ce courrier expliquant le malaise qui est aujourdhui le notre dans cette affaire apparemment complexe. Jeudi 14 dcembre, nous avons interpell M. De Pradier d'Agrain lors d'un repas-dbat  TO7, maison de chmeurs  Toulouse, sur ses propos tenus dans la presse dnigrant ce que nous sommes et ce que nous faisons. A cette occasion une lettre ouverte lui a t remise (copie ci-jointe). Selon lui, dans le contexte de pnurie immobilire, notre prsence sur le site de la chapelle, en soustrayant cet espace  ce quil nomme la ralit conomique, est  ses yeux une abrration.Il est clair que labsence de contrepartie financire heurte sa conception du monde quil nous a rsume par cette grande phrase: ” La pression conomique est comme la pression atmosphrique, nul ne peut s'y soustraire”. Concluant pour bien signifier la perspective inluctable de la fin de notre exprience sur ce site:Sicen'estpasnous,da'utresleferont.Cefatalismelibral,quenousnepensionspasinscrit dans les valeurs qui guident votre action, a choqu les participants  cette runion. Ce mme jour, nous avons rencontr M. Navarro, secrtaire de l'Association Diocsaine. Nous lui avons demand de nous prciser la nature des transactions entre vos deux structures, et de rpondre  la question si oui ou non Habitat et Humanisme tait, comme nous lavait dclar Mr Crosnier au tlphone et Mr Pradier DAgrain le matin mme, propritaire de cette parcelle. Il nous a dclar: - Que l'Archevch de Toulouse est toujours propritaire de ce lieu. - Quun sous-seing priv a t tabli entre l'association diocsaine et Habitat et Humanisme Toulouse, sans pouvoir ou vouloir nous en prciser la date. Nous l'avons aussi interpell sur notre inquitude de voir l'Archevch et Habitat et Humanisme Toulouse probablement impliqus dans un ensemble de stratgies et/ou pratiques troubles, laissant supposer  minima une collusion avec la ville de Toulouse. En effet,un ensemble de faits convergent laissant  penser que des enjeux politiques sont  l'oeuvre, dpassant largement l'apparent problme de logements sociaux sur la ville. Nous avons interrog les services de l'urbanisme avant/pendant/aprs les diffrents articles de pressepoursuivrel'volutiondudptdecertificatd'urbanismedatantdu10/02/06.Ce'stdire 7 jours avant le changement du P.O.S. (Plan d'Occupation des Sols) en P.L.U. (Plan Local d'Urbanisme) tendant les zones inconstructibles sur la parcelle. - Les services d'urbanisme nous ont  six reprises (entre Octobre 2006 et jusqu'au lundi 11/12/06) confirm la date de dpt et dclar que le dossier tait toujours en cours de traitement. Or, le mardi 12/12/06, devant une demande crite de notre association,  miracle! On nous informe dans ces mmes services que:  Le 08/02/06 H.H.T. retire un dossier de demande aux services de l'urbanisme.  Le 10/02/06 H.H.T. dpose ledit dossier rempli aux services de l'urbanisme.  Le 13/02/06 les services de l'urbanisme traitent le dossier d'H.H.T.  Le 14/02/06 le dossier d'H.H.T. est accept.  Le 17/02/06 le P.O.S. devient le P.L.U.
Face  notre stupeur, on nous explique qu'un problme informatique est  l'origine de la srie de rponses rrones qui nous a t fournie jusqu'alors. Les rgles d'urbanisme concernant le projet d'Habitat et Humanisme Toulouse seront donc celles du P.O.S rduisant de fait  nant la volont et les efforts des habitants du quartier de prserver lespace vert de la Chapelle Nous sommes pour le moins trs surpris de la clrit exceptionnelle avec laquelle cette demande a t traite en fvrier. Dans ce mme souci de clarification, nous avons saisi le Conseiller Gnral de notre canton, Mr Fabre, suite aux dclarations d'Habitat et Humanisme Toulouse faisant tat d'un partenariat avec le Conseil Gnral sur ce projet. A sa connaissance et aprs renseignements pris, aucun dossier de demande de financement n'est dpos dans les services du Conseil Gnral. Oruneindiscrtionnousinformequi'lyaeffectivement(commel'urbanisme)un dossier dpos dont le personnel et une partie des instances politiques de cette structure ne semblent pas informs. Des indiscrtions encore nous font savoir que Mme De Veyrinas – adjointe  la mairie de Toulouse – serait implique dans ce dossier. Nous lui avons envoy un courrier  ce propos, auquel elle na toujours pas rpondu. Ce'staussiuneindiscrtionlapremired'unepersonneproched'HabitatetHumanisme Toulouse qui– heurte par ces pratiques -nous a alert qu'une stratgie s'laborait dans le plus grand secret au sein d'Habitat et Humanisme Toulouse visant  raliser une opration sur le site de la Chapelle. Nous pourrions vous parler aussi de nos tentatives infructueuses dobtenir un rendez-vous avecM.Cholletmairedenotrequartieretviceprsidentdelacommunautda'gglomrationdu Grand Toulouse (dont le prsident est M. Douste Blazy) collectivit cofinanceur de ce projet. Danscecontextetentaculaire,ladclarationduchargdecommunicationdela'rchevchcettelvedel'coledejournalismedevientpresqueamusante(Illuiaprcisquilnerpondra plus aux questions concernant la Chapelle et quil faut dsormais sadresser  lassociation Habitat et Humanisme qui a reu ces btiments par donation). Nous aimerions croire aux propos rassurants de nos amis Philippe et Hlne qui, aprs vous avoirrencontr,nousassurentqui'lyanombredemalentendusetquelebureaunationaldHabitat et Humanisme ne peut en aucun cas cautionner de telles pratiques. Nous ne pouvons que constater la propension d'Habitat et Humanisme Toulouse  se faire le porte-parole de l'Archevch de Toulouse. L'article de la Dpche du 11/12/06, truff d'erreurs grossires, nous en fourni une dmonstration parfaite. Nous avons contact aujourd'huipartlphoneJean-MarieDecorse,auteurdela'rticleenquestion.Iln'apuquereconnaitrefacenosargumentsqui'lse'ntaittenu,entoutebonnefoi,auxproposd'Armandd'Agrain,eugardle'xcellenterputationdesrieuxetdemoralitdevotreassociation.Aprs avoir pris la peine, dans l'aprs-midi, de rappeler M. D'Agrain afin d'claircir certains points de l'article, il nous a accord un droit de rponse. Le responsable du service Grand Toulouse de la Dpche du Midi est originaire de Lyon. Il est en contact, nous dit-on, avec les milieux catholiques lyonnais. Hasard?
A qui faire confiance aujourd'hui? Qui ment? Qui dit la vrit? Vous comprendrez notre mfiance. Sinoussommesd'accordpourvousrencontrer,ce'stbiensurlabasedelaconfiancequenousavons en nos amis, Philippe et Hlne. Un premier rendez-vous exclut la participation de reprsentants d'Habitat et Humanisme Toulouse. Nous avons d prendre les devants pour qu'un dialogue s'tablisse. Habitat et Humanisme Toulouse, malgr les engagements pris vis--vis de larchevch (dixit M.Navarro), s'est comport  notre gard comme agresseur. Nous le regrettons mais prenons acte. Bien vous,  LAtelier Idal et Plante en Danger.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.