Solidarité syndicale et journalisme de qualité pour renforcer la

Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 208
Nombre de pages : 32
Voir plus Voir moins
DEBOUT POUR L’AFRIQUE SOLIDARITÉ SYNDICALE ET JOURNALISME DE QUALITÉ POUR RENFORCER LA DÉMOCRACIE CONGRES DE LA FÉDÉRATION DES JOURNALISTES AFRICAINSFEDERATION OF AFRICAN JOURNALISTS CONGRESS 22-23 Novembre 2008, Nairobier DEBOUT POUR L’AFRIQUESTANDING P FOR AFRICA SOLIDARITÉ SYNDICALE ET UNION SOLIDARITY ND JOURNALISME DE QUALITÉQUALITY JOURNALISM POUR RENFORCER LA DÉMOCRACIEWRKING DEMOCRACY Rapport d es débats� Report of panel debates � Résolutions Resolutions Statuts� Constitution Elections � Elections Rapport d’activités� Report of activities Programme de travail� Working programme Fonds Africain de Solidarité� Africa solidarity fund1 DEBOUT POUR L’AFRIQUE SOLIDARITÉ SYNDICALE ET JOURNALISME DE QUALITÉ POUR RENFORCER LA DÉMOCRACIE SOMMAIRE CÉRÉMONIE D’OUVERTURE.....………………………………………………............... 3 DÉBAT SUR LES QUESTIONS ESSENTIELLES………………………………………..... 6 Panel 1: Construire le syndicalisme dans le cadre des médias. Pour un journalisme de qualité en Afrique............................................................................................................................................. 6 Panel 2: Debout pour le journalisme – Crise sociale et professionelle en Afrique………………...... 7 Panel 3: Promouvoir l’égalité des genres au sein des syndicats et sur les lieux de travail……....... 9 CONSTRUIRE L’AVENIR…………………………………………………………............ 12 LES REGLES DU JEU…………………………………………………………….............. 16 STATUS.............………………………………………………………………………...... 18 REGLEMENTS DU FONDS AFRICAIN DE SOLIDARITÉ……………………………..… 22 ELECTIONS…………………………………………………………………………......... 24 MOTIONS……………………………………………………………………………........25 LISTES DE PARTICIPANTS...............……………………………………………….........28 Publié par la Fédération des journalistes Africans © Fédération of African Journalists 2009 Reproduction autorisée, moyennant mention de la source Remerciements: Un grand merci à Sirima Githinji et Caroline Kiwara pour avoir coordonné le compte-rendu et à Jim Boumelha pour avoir rédigé le rapport. Toutes les photographies publiées restent “tous droits réservés” © Salaton Njau, courtesy EAJA et FIJ Afrique. Eastern Africa Journalists Association, B.P. 4099 Djibouti, Republique de Djibouti; e-mail: eaja@eaja.org Le Congrès a été accueilli par EAJA et organisé par le comité organisateur de EAJA (Muheldin Ahmed Idris, Tervil Okoko and Omar Faruk) avec le soutien du personnel de EAJA et du bureau Afrique de la FIJ (Louis Thomasi, Moise Gahungu et Mustapha Farah Daher) FIJ Afrique ème3 étage Sicap Sacré Cœur III VDN lot No. 4&6 BP 21722 Dakar, Sénégal 2 DEBOUT POUR L’AFRIQUE SOLIDARITÉ SYNDICALE ET JOURNALISME DE QUALITÉ POUR RENFORCER LA DÉMOCRACIE CÉRÉMONIE D’OUVERTURE Le premier congrès de la Fédération des journalistes africains a été ouvert par le Premier ministre du Kenya, son Excellence l’Honorable Raila Odinga. La cérémonie a réuni 28 délégués représentant les syndicats et associations des journalistes africains affiliés à la FIJ, des dizaines d’observateurs, y compris des représentants des syndicats locaux et internationaux, des représentants du gouvernement, des employeurs, des organisations de la liberté de la presse, des donateurs, les dirigeants de la FIJ et le personnel local de la FIJ. Il a également été suivi en direct par des millions de citoyens du Kenya à une heure de grande écoute sur la Kenya Broadcasting Corporation et d’autres réseaux de télévision et de radio. Dr Muheldin Ahmed Idris Titawi, président de l’Association des journalistes de l’Afrique de l’Est (EAJA), a démarré le congrès, en affirmant que la tenue de cette importante conférence panafricaine des journalistes était un haut moment pour une région de l’Afrique de l’Est qui rassemble plus d’un douzaine de pays habités par plus de 400 millions de personnes de diverses cultures, liés par la géographie, l’histoire, la politique, l’économie et la langue. Il a exprimé l’espoir que ce congrès puisse canaliser tous les efforts déployés pour relever des défis communs, échanger des idées et partager des expériences pour ensuite les passer aux nouvelles générations de journalistes et travailleurs des médias avec un riche patrimoine. Lançant un appel pour un engagement total à travailler pour faire de l’Afrique un havre de paix et de liberté à travers les professionnels des médias et leurs organes de presse; il a également mis l’accent sur le besoin de servir d’exemple aux leaders politiques africains et aux responsables des organes de presse à unir le continent et ses dirigeants à travers un appel continu pour la paix, la tolérance et l’unité. “C’est notre droit de tracer notre propre destin et de canaliser nos efforts pour empêcher des interventions de type néocolonial dans nos propres affaires et prendre en considération les intérêts des futures générations,“ a-t-il déclaré. “C’est un impératif pour nous d’unir nos syndicats et associations professionnelles et mobiliser nos propres capacités dans le souci de créer une atmosphère de liberté de la presse et de professionnalisme en Afrique. Il a terminé son propos en remerciant la FIJ pour “l’encouragement et le soutien à toutes les organisations et la formation donnée à nos gens sur les différents aspects du syndicalisme, du professionnalisme et sur d’autres questions liées aux médias”. Dans son discours de bienvenue, Omar Faruk Osman, Secrétaire général de l’EAJA, a souligné sa conviction que, cette première session du Congrès forçait l’attention des journalistes du continent africain étant donné qu’il inspire l’avenir du journalisme, de la démocratie, de la solidarité et du mouvement syndical sur le continent. “Il n’est pas exagéré“, a-t-il remarqué, “de dire que les délibérations des délégués ici présents auront un impact sur l’avenir du journalisme et du mouvement syndical en Afrique et devront répondre aux attentes de la communauté, des hommes et femmes des médias et permettre l’évolution de la société africaine“. Mr Faruk a ensuite passé en revue les graves difficultés rencontrées quotidiennement par les journalistes africains de la part des régimes africains prédateurs de la liberté de la presse et des droits des journalistes dans un environnement de guerre civile et de bouleversements politiques. Il a évoqué également les conditions de travail précaires auxquelles sont confrontés la majorité des journalistes africains, employés pour la plupart comme indépendants ou pigistes dans des conditions qui nuisent à la fois à la qualité du journalisme et de l’emploi. Mr Faruk a souligné la nécessité de revoir les stratégies de la mise en place de réseaux et de solidarité dans la défense et la promotion des droits et des libertés des journalistes. Il présenta le rôle de la fédération comme un corps “qui fonctionne de manière cohérente, efficace et cohésive.” “Nous devons construire notre fédération sur la base de solidarité et d’exercer notre métier de journalisme de manière à promouvoir les valeurs démocratiques. Nous devons organiser les journalistes africains appelés “indépendants ou pigistes” dans nos syndicats afin de pouvoir assumer la force des journalistes, une condition préalable pour une solidarité effective“, a-t-il ajouté. 3 DEBOUT POUR L’AFRIQUE SOLIDARITÉ SYNDICALE ET JOURNALISME DE QUALITÉ POUR RENFORCER LA DÉMOCRACIE Après avoir transmis un message de salutation au nom de son Comité exécutif et des syndicats membres de la FIJ à travers le monde, le Président de la FIJ Jim Boumelha a tracé l’itinéraire qui a mené à ce congrès de la Fédération des journalistes africains, depuis les premiers entretiens exploratoires au cours d’une conférence à Rabat, deux ans plus tôt. Il a donné le ton au congrès en déclarant: “Je n’ai aucune hésitation à dire que les syndicats des journalistes africains sont vraiment en marche ayant inscrit les questions africaines au cœur des préoccupations de la famille mondiale des journalistes”. Les trois principaux thèmes débattus à Rabat sont toujours au centre des préoccupations des syndicats et associations de
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.