3507

De
Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 235
Nombre de pages : 789
Voir plus Voir moins
3 ° N 3507 ______ ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 12 décembre 2006. RAPPORT FAIT (1)AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative à l’influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs Président M. Georges FENECH, Rapporteur M. Philippe VUILQUE, Députés. —— (1) La composition de cette commission figure au verso de la présente page. La commission d’enquête relative à l’influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs est composée de : M. Georges FENECH, Président ; Mme Martine DAVID, M. Alain GEST, vice-présidents ; MM. Jean-Pierre BRARD, Rudy SALLES, secrétaires ; M. Philippe VUILQUE, rapporteur ; Mmes Patricia ADAM, Martine AURILLAC, MM. Serge BLISKO,. Philippe COCHET, MM. Christian DECOCQ, Marcel DEHOUX, Guy GEOFFROY, Michel HEINRICH, Jean-Yves HUGON, Michel HUNAULT, Jacques KOSSOWSKI, Jérôme LAMBERT, Mme Geneviève LEVY, MM. Pierre Morel-A-L’HUISSIER, Jacques MYARD, Daniel PREVOST, Éric RAOULT, Jacques REMILLER, Mme Chantal ROBIN-RODRIGO, M. Serge ROQUES, Mme Michèle TABAROT, MM. Philippe TOURTELIER, Christian VANNESTE, Philippe VITEL. 3 SOMMAIRE ___ Pages INTRODUCTION.............................................................................................................. 9 COMPTE RENDU DU DEPLACEMENT DE LA COMMISSION D’ENQUETE DANS LA COMMUNAUTE DE TABITHA’S PLACE A SUS (PYRENEES-ATLANTIQUES) ........ 13 PREMIERE PARTIE : LES ENFANTS, UNE PROIE POUR LES SECTES ............ 17 I. L’ENFANT VICTIME........................................................................................................ 19 A. L’ENFERMEMENT SOCIAL ...................................................................................... 19 1. Un phénomène dissimulé derrière la liberté d’opinion.................................... 19 2. Un nombre important d’enfants victimes, qui reste difficile à évaluer ........... 21 3. La disparition du temps de l’enfance................................................................ 25 4. L’enfant, vecteur et victime du prosélytisme du mouvement sectaire........... 26 5. La souffrance résultant de la fermeture au monde extérieur ......................... 27 6. Le manque d’esprit critique, résultat de l’enfermement social....................... 31 7. Les caractéristiques de l’emprise mentale sur les enfants : le conditionnement et la culpabilisation ............................................................... 34 8. Les risques de violences physiques................................................................. 36 9. Les atteintes à la vie familiale ........................................................................... 42 10. Le paroxysme de l’enfermement social : la difficulté à sortir de la secte.................................................................................................................... 47 a) L’appréciation complexe de la notion de danger............................................... 47 b) La nécessaire assistance du mineur par un avocat............................................ 49 c) Les difficultés matérielles ................................................................................. 50 d) Les difficultés psychologiques........................................................................... 51 e) L’insuffisante prise en charge des victimes d’emprise sectaire.......................... 52 B. L’ENFERMEMENT A TRAVERS L’INSTRUCTION A DOMICILE............................... 53 C. L’ENFANT PRIVE DE SOINS.................................................................................... 59 1. Des conditions de vie déplorables.................................................................... 59 2. Des prescriptions alimentaires dangereuses pour la santé des enfants....... 60 4 3. Des soins préventifs refusés ............................................................................. 61 4. Des traitements thérapeutiques récusés ......................................................... 64 a) Tabitha’s Place ................................................................................................ 64 b) Les Témoins de Jéhovah ................................................................................... 65 II. L’ENFANT MANIPULE .................................................................................................. 68 A. L’ENFANT, UNE VICTIME DES THERAPIES NON CONVENTIONNELLES ............. 68 1. Naissances démiurgiques et fausses renaissances ....................................... 69 a) L’enfant artefact............................................................................................... 69 – Deux exemples : les Raëliens et la Fraternité Blanche Universelle ................ 69 – Les actions menées par le ministère de la santé et des solidarités................... 70 b) L’enfance falsifiée ............................................................................................ 71 – Le « rebirth »............................................................................................. 72 – « La mémoire retrouvée » .......................................................................... 73 – Le marché du passé psychique.................................................................... 74 2. L’enfance dénaturée .......................................................................................... 76 a) L’enfant du Nouvel-Âge.................................................................................... 76 b) L’exploitation psychosectaire des enfants souffrant de troubles psychiatriques.................................................................................................. 79 c) Des pratiques portant atteinte à la dignité des enfants handicapés.................... 80 3. Les problèmes de l’adolescence mis à profit par les sectes.......................... 83 a) La toxicomanie................................................................................................. 83 b) Les troubles du comportement .......................................................................... 84 B. L’ENFANT, UN OBJET DE DEMARCHAGE POUR DES CAUSES APPAREMMENT HUMANITAIRES........................................................................... 86 C. L’INSTRUMENTALISATION DU SOUTIEN SCOLAIRE............................................. 87 D. LA PRESSE ET LA PROTECTION DES MINEURS .................................................. 91 E. LES PIEGES DES RESEAUX NUMERIQUES........................................................... 92 SECONDE PARTIE : L’ACTION DES POUVOIRS PUBLICS, UN ENGAGEMENT INEGAL.......................................................................................... 95 I. UNE VIGILANCE QUI NE S’EST JAMAIS RELACHEE .................................................. 97 A. UNE MOBILISATION CONSTANTE DES PARLEMENTAIRES ................................. 97 1. Les commissions d’enquête, le groupe d’études et les questions écrites ................................................................................................................. 97 2. Le droit applicable, la loi « About-Picard » et ses prolongements possibles............................................................................................................. 99 a) La loi « About-Picard ».................................................................................... 99 5 – Le délit d’abus de l’état d’ignorance ou de faiblesse..................................... 101 – Les limitations apportées à la publicité des mouvements sectaires................. 102 b) Les freins à une bonne application de la loi...................................................... 105 c) La possibilité de mieux sanctionner l’enfermement social des mineurs.............. 108 B. UNE IMPLICATION FORTE DES POUVOIRS PUBLICS........................................... 110 1. L’action interministérielle ................................................................................... 110 a) Une longue maturation..................................................................................... 110 b) La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) 112 – Les actions menées par la MIVILUDES...................................................... 113 – De nouveaux pouvoirs d’action .................................................................. 115 2. Les actions ministérielles 118 a) Les chargés de mission ministériels 118 b) L’exemple de l’action du ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative : un encadrement juridique des associations satisfaisant................ 119 c) Les correspondants régionaux des ministères ................................................... 122 3. Les actions locales............................................................................................. 124 a) Les cellules de vigilance ................................................................................... 124 b) Les correspondants régionaux de la MIVILUDES............................................. 126 II. DES FAIBLESSES MANIFESTES ................................................................................. 127 A. UNE SENSIBILISATION INSUFFISANTE DES ADMINISTRATIONS ........................ 127 1. Un défaut d’analyse et de mesure des dérives sectaires............................... 127 a) Des défaillances dans le traitement des signalements ....................................... 127 b) Des monographies peu nombreuses.................................................................. 128 c) Des manques de réactivité dans le champ de la santé........................................ 128 d) La faible implication du ministère des affaires étrangères ................................ 130 2. Un maillage partiel du territoire ......................................................................... 131 3. Un manque de suivi et de coordination............................................................ 133 a) Les associations ............................................................................................... 133 b) L’État............................................................................................................... 134 c) Les départements.............................................................................................. 135 4. Un déficit notable de formation et d’information.............................................. 137 a) Des formations continues à renforcer ............................................................... 138 b) Des formations initiales à créer........................................................................ 140 c) Une information du public insuffisante ............................................................. 141 6 d) Une sensibilisation aux dérives sectaires négligée dans les programmes de l’éducation nationale ....................................................................................... 142 B. UN INSTRUMENT DE REGULATION DEFAILLANT : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D’ASSOCIATION CULTUELLE ............................................................ 143 1. Une pratique administrative imparfaite............................................................. 143 2. Une absence injustifiée de prise en compte des intérêts supérieurs de l’enfant ................................................................................................................ 147 3. Un instrument fondamental de régulation remis en cause par une ordonnance de simplification administrative ................................................... 150 C. UN DISPOSITIF DE CONTROLE EDUCATIF TROP LACHE .................................... 152 1. L’inscription des enfants soumis à l’obligation scolaire .................................. 152 2. Le contrôle de l’instruction à domicile .............................................................. 154 a) L’instruction à domicile : l’ancrage constitutionnel et conventionnel de la liberté d’enseignement..................................................................................... 159 b) Le risque d’un détournement de la loi : l’exemple de Tabitha’s Place............... 160 LES CARENCES ET LES CONTRADICTIONS DE L’EDUCATION NATIONALE A TABITHA’S PLACE................................................................................................ 162 1. Les infractions à la loi à Tabitha’s Place.......................................................... 162 a) Le défaut de déclaration des enfants................................................................. 162 b) L’ouverture d’une école de fait......................................................................... 162 2. L’inertie et les contradictions de l’éducation nationale.................................... 162 c) Redéfinir le régime de l’instruction dans les familles ........................................ 164 3. Le contrôle de l’enseignement à distance........................................................ 166 4. L’obligation de déclaration des établissements d’enseignement................... 168 5. L’agrément des organismes de soutien scolaire............................................. 169 D. UNE ABSENCE DE CONTROLE DES ACTIVITES DES PSYCHO- THERAPEUTES........................................................................................................ 169 1. Un nombre de psychothérapeutes en croissance continue ........................... 170 2. Des circuits de formation opaques ................................................................... 174 3. La réglementation du titre de psychothérapeute, un exercice inachevé....... 175 4. La sanction nécessaire des mauvaises pratiques........................................... 178 5. L’évaluation indispensable des techniques thérapeutiques ........................... 179 SYNTHESE DES PROPOSITIONS .................................................................................... 181 EXAMEN DU RAPPORT.................................................................................................... 195 CONTRIBUTIONS DE MEMBRES DE LA COMMISSION D’ENQUETE ........................... 197 LISTE DES ABREVIATIONS ............................................................................................. 205 7 LISTE DES PERSONNES AUDITIONNEES PAR LA COMMISSION D’ENQUETE ........... 207 ANNEXES .......................................................................................................................... 211 9 MESDAMES, MESSIEURS, La liberté de conscience et d’opinion constitue l’un des fondements les plus essentiels de notre démocratie. Elle puise ses racines dans l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions même religieuses » ; elle est consacrée par le cinquième alinéa du Préambule de la Constitution de 1946 : « Nul ne peut être lésé dans son travail ou son emploi en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances. » Elle est garantie enfin par l’article 2, alinéa 1 de la Constitution, qui déclare que « la République respecte toutes les croyances ». Cependant on sait que la liberté de chaque homme s’arrête là où commence celle d’autrui. Dans la mesure où il lui arrive d’aspirer à faire partager une même croyance, cette liberté de conscience a une dimension à la fois individuelle et collective, qui peut l’amener à être confrontée aux exigences de l’ordre public. Cette notion d’ordre public jamais définie et – toujours appréciée in concreto par le juge interne et la Cour européenne des droits de l’homme –, recouvre la sécurité publique, la protection de l’ordre, de la santé, de la morale publique et des droits et libertés d’autrui. Or, parmi ces droits, ceux de l’enfant occupent une prééminence toute particulière. Leur vulnérabilité physique, leur perméabilité psychologique et intellectuelle à des discours simplistes, leur dépendance matérielle désignent en effet les enfants comme des proies faciles pour des mouvements que l’on a coutume de qualifier de sectaires. Derrière ces derniers se rangent des organisations répondant à des critères, que la première commission d’enquête de (1)l’Assemblée nationale sur les sectes avait faits siens et auxquels la présente commission d’enquête s’est ralliée. On les rappellera pour mémoire : la déstabilisation mentale ; le caractère exorbitant des exigences financières ; la rupture induite avec l’environnement d’origine ; les atteintes à l’intégrité physique ; l’embrigadement des enfants ; le discours plus ou moins anti-social ; les troubles à l’ordre public ; l’importance des démêlés judiciaires ; l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels et les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics. Non seulement il ne semble pas nécessaire de remettre en question aujourd’hui ces qualifications mais au moins six d’entre elles ont vocation à s’appliquer aux mineurs. Au surplus, en étendant le délit d’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de faiblesse aux personnes en état de sujétion (1) Rapport n° 2468 du 22 décembre 1995 (M. Alain Gest, président et M. Jacques Guyard, rapporteur). 10 psychologique ou physique, la loi n° 2001-504 du 12 juin 2001 « tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales » constitue désormais un outil précieux pour incriminer les dérives sectaires. Divers facteurs justifiaient pleinement la création d’une commission d’enquête parlementaire consacrée à l’analyse de l’influence des dérives sectaires sur les mineurs : les signalements relatifs aux enfants et impliquant des mouvements sectaires par les autorités publiques les plus diverses ; la sensibilisation de l’opinion publique à ce phénomène par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) dans ses derniers rapports d’activité ; la variété, le manque de cohérence et de coordination des réponses apportées par les pouvoirs publics à des pratiques parfois difficiles à appréhender. Si trois commissions d’enquête sur les (1)sectes auront ainsi vu le jour à l’Assemblée nationale, en l’espace de douze ans , cette dernière initiative traduit une double volonté de la représentation nationale de ne pas relâcher son effort sur des comportements attentatoires aux libertés et de porter particulièrement son attention sur la protection d’un public par définition plus exposé aux pressions physiques et psychologiques. La manipulation mentale des enfants, l’opposition de leurs parents à toute socialisation et à toute éducation extérieure, le risque de maltraitance et d’abus sexuel, la mainmise sur des personnes captives dès leur plus jeune âge, afin de les retenir au cours de leur vie dans une organisation fermée, constituent en effet autant de manifestations de l’emprise des sectes sur les mineurs, qui doit être dénoncée et combattue. Dans la mesure où la communauté internationale s’est dotée ces dernières années d’outils juridiques proclamant la défense des intérêts supérieurs des enfants, tels que la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989, cette démarche parlementaire s’appuie de manière privilégiée sur ce texte qui légitime son action. Votée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 28 juin 2006, la proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête relative à l’influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs a permis la constitution de cette commission dès le 29 juin 2006. En en confiant la présidence à M. Georges Fenech, député UMP du Rhône, tandis que les fonctions de rapporteur revenaient à M. Philippe Vuilque, député socialiste des Ardennes, ses membres ont d’emblée affiché délibérément l’esprit consensuel dans lequel ils entendaient travailler. La commission a procédé à l’audition de 65 personnes sur une durée totale de 63 heures. Afin de respecter la volonté de certaines victimes de sectes de ne pas s’exposer à des représailles éventuelles, elle a accédé à leur demande d’être auditionnées sous le régime du huis clos, tandis que 40 personnes étaient entendues devant la presse. Le compte rendu de ces auditions a été (1) Rapport n° 2468 précité ; Rapport n° 1687 « L’argent et les sectes » du 10 juin 1999 (M. Jacques Guyard, président et M. Jean-Pierre Brard, rapporteur).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.