Bâtir un nouveau contrat générationnel

De
Publié par

Bâtir un nouveau contrat générationnel
Les rapports établis par les groupes de réflexion du Lab sont des contributions libres aux débats et réflexions politiques du Parti socialiste.
GROUPE : Jeunesse
DATE : Juillet 2011
Animateurs : Chantal De Linarès, Camille Peugny
Rapporteur : Julie Courtemanche
Ont contribué aux travaux du groupe : Guy Benloulou, Juan Branco-Lopez, Laurianne Deniaud, Frédéric Fappani, Olivier Galland, François Kalfon, Thierry Marchal-Beck, Christian Paul, Carla Pritzker-Barasz, Nicolas Rénahy, Emmanuelle Santelli
Publié le : vendredi 9 décembre 2011
Lecture(s) : 261
Tags :
Nombre de pages : 41
Voir plus Voir moins
Bâtir un nouveau contrat générationnel 
GROUPE :Jeunesse DATE :Juillet 2011
Animateurs :Chantal De Linarès, Camille Peugny Rapporteur :Julie Courtemanche
Ont contribué aux travaux du groupe : Guy Benloulou, Juan Branco-Lopez, Laurianne Deniaud, Frédéric Fappani, Olivier Galland, François Kalfon, Thierry Marchal-Beck, Christian Paul, Carla Pritzker-Barasz, Nicolas Rénahy, Emmanuelle Santelli
Les rapports établis par les groupes de réexion du Lab sont des contributions libres aux débats et réexions politiques du Parti socialiste.
www.laboratoire-des-idees.fr
Sommaire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 1 . Proposition de définition de la jeunesse. . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 2. État des lieux de la jeunesse française. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 a)  Une jeunesse, des jeunesses ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 La diversité intergénérationnelle • Les problématiques communes  b) Le modèle français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . 6 • Un modèle de  familialisation induite  • La spécificité de la situation des jeunes Français I-  Lées enseignem.e. .n. . .t. .s. . . .d. . .e.notre enquête statistique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 ( tude IPSOS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1. Un besoin d’autonomie qui rime avec travail et argent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . 19 a)  Être autonome, cest avant tout gagner de largent en travaillant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 19 b) Le chômage, principale crainte des jeunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 2. Une volonté de s’intégrer dans une société moins inégalitaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 a) Une société encore trop inégalitaire  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 b)  Leffort personnel, principal moyen de sintégrer  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 2 1 3. Un libéralisme culturel qui s’accompagne d’une demande d’ordre et de sécurité. . . .2 1 a)  Une ouverture desprit sur le plan des mœurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 1 b)  mais dans un cadre ordonné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 1 c)  Une minorité conservatrice, voire réactionnaire  et xénophobe non négligeable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 4. Un rapport au politique empreint de désillusion et de méfiance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 a) Un intérêt modéré pour la politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 b) Une population difcile à mobiliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 II- Les enseignements de nos groupes terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23 1. Méthodologie......................................................................... ........................................23 2. Les grandes tendances. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . 23 3. Un système éducatif à refonder ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 4. L’intégration au monde du travail. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 5. La perception des inégalités et discriminations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011
III- Les auditions et contributions libres d’experts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26 1. Les auditions :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26 a) Olivier Galland . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26 Les principales valeurs de la jeunesse Les principales difficultés • Ses recommandations   b) Nicolas Rénahy. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . 28 • Spécificités du milieu rural • La fracture des années 1990 • La mobilité 2. Les contributions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . 29 a)  Santé mentale chez les jeunes : contribution de Guy Benloulou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 29 b)   Éppna caFédirF éri selo:   te bmysioutden on cibtrducation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 32 • Pourquoi les symboles sont quelque chose d’important ? • Pourquoi les aînés doivent-ils être aidants sur la question des symboles ? IV- Axes de réflexion pour améliorer la situation des jeunes . . . . . . . . . . . .34 1. Remettre le collectif au cœur du projet de redressement de la France. . . . . . . . . . . . . . . . .34 • Positiver le discours • Réinvestir dans nos services publics • Lutter contre les inégalités par la refonte du système fiscal 2. Réinventer un système scolaire qui donne sa chance à chacun en fonction de ses capacités et aspirations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35 • Revaloriser les professions d’instituteur, enseignant et professeur • Favoriser les rapports avec le milieu professionnel au sein du collège, du lycée, et de l’université • Réorganiser le système d’information et d’orientation • Faciliter le choix en formation professionnelle Améliorer la préparation à la recherche du premier emploi à l’université • Encadrer les stages 3. Permettre à tous dès le plus jeune âge de prendre soin de sa santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36 4. Favoriser l’entrée, le maintien et l’épanouissement dans l’emploi pour tous. . . . . .36 • Appliquer la surcotisation sur les contrats précaires • Se former tout au long de sa carrière Favoriser l’égalité d’accès à l’emploi par la mise en place du CV anonyme • Favoriser l’accès à l’emploi des jeunes par la création d’emplois d’avenir  5. Pour une République fraternelle, remettre le civisme et le sens du collectif au cœur de la citoyenneté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . 37 • Réinvestir dans la protection de la jeunesse • Mettre en place un service civique universel • Remettre la connaissance de l’autre et l’apprentissage de la citoyenneté au cœur de l’éducation nationale • Favoriser la maîtrise de la langue française Améliorer la représentativité de la société 6. Améliorer la qualité de vie par l’habitat, constituante majeure de l’appartenance citoyenne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38 7. Établir un nouveau contrat social afin d'accéder à une égalité des possibles. . . . .39 Propositions. . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 20113
Introduction
1. Proposition de définition de la jeunesse
La jeunesse est un temps de la vie entre l’enfance et l’âge mûr. Mais c’est une catégorie floue dont les bornes ne peuvent être fixées tant elles dépendent des conditions historiques et sociales qui produisent des définitions de la jeunesse qui varient selon les sociétés. En France, durant la période relativement proche des Trente Glorieuses, les seuils de passage de la jeunesse, temps de préparation au statut d’adulte, étaient plus ou moins concomitants : décohabitation de la famille d’origine, accès à l’emploi et à un logement indépendant, mise en ménage. Depuis les années 1970, il y a déconnexion de ces seuils et les schémas traditionnels de sortie de la famille et du système éducatif ont été profondément modifiés. « L’allongement de la jeunesse » est un constat partagé. Qu’il s‘agisse d’un temps d’étude plus prolongé avec la massification de l’enseignement secondaire puis supérieur, d’une entrée dans l’emploi différée avec une forte précarité durant les premières années sur le marché du travail, voire une exclusion plus ou moins durable de ce marché pour certains d’entre eux, les jeunes connaissent une jeunesse longue, marquée par une itération des trajectoires et un temps de construction de soi beaucoup plus long pour parvenir à une autonomie, à une liberté de choix de vie et de possibilités de gouverner cette vie en fonction de ses valeurs et aspirations. Être pleinement autonome suppose ainsi une indépendance psychologique, financière, résidentielle et donc des revenus stables, des possibilités de logement accessibles grâce à un emploi stable. La jeunesse d’aujourd’hui en France, se caractérise par un temps d’études et surtout d’insertion dans l’emploi qui la maintient longtemps à la lisière de la société adulte malgré une forte aspiration à l’autonomie.
2. État des lieux de la jeunesse française1
On compte aujourd’hui 8,18 millions de jeunes en France.Le poids démographique de la jeunesse tend à diminuer. Le nombre de jeunes resterait stable d’ici à 2050, mais du fait de l’augmentation de la population totale durant cette période, la part des jeunes dans la population métropolitaine baisserait (24,9 % en 2005 et 21,9 % en 2050). Les dynamiques des sociétés contemporaines modifient les trajectoires vers l’âge adulte et l’autonomie pleine et entière.1 jeune sur 5 vit sous le seuil de pauvreté (avec moins de 880 euros par mois)des jeunes nés dans les années 1950. 25 % accédaient à l’autonomie avant 22 ans ; seulement 8 % des générations nées au début des années 1970 y accèdent au même âge. Et la tendance à la baisse se poursuit aujourd’hui : de moins en moins de jeunes accèdent facilement à l’autonomie, et ils y parviennent de plus en plus tard. Aujourd’hui,63 % des jeunes vivent chez leurs parents et 49 % maintiennent une déclaration d’impôts sur le revenu avec leurs parents.La permanence au domicile familial tend à reproduire les inégalités sociales, fait particulièrement problématique pour les jeunes issus de familles pauvres, alors qu’un départ du domicile entraîne des conditions de vie difficiles, notamment pour des jeunes en rupture familiale. 32 % des jeunes n’ont pas de lien financier avec leurs parents, dont la moitié entretient un niveau de vie inférieur à 1048 euros mensuels.51 % des jeunes ont des revenus d’activité au cours de leur année scolaire. 1jeunes » les 18-25 ans dans lesSont considérés comme « statistiques ci-dessous
Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011
Quant aux parcours scolaires,62 % des jeunes d’une génération accèdent au baccalauréatalors qu’environ 750 000 jeunes quittent le système scolaire chaque année, dont 20 % sans diplôme, soit 150 000 jeunes. À l’inverse,40 % d’une génération sont diplômés de l’enseignement supérieur. Trois ans après leur sortie, 11 % d’entre eux sont au chômage.Le taux d’emploi des 16/25 ans est de 28,5 %, se situant parmi les plus bas taux d’Europe. Enfin, si dans l’ensemble, la santé physique des jeunes est relativement meilleure que celle des générations plus âgées,la santé mentale reste un sujet préoccupant. Un adolescent européen sur quatre présente un ou plusieurs symptômes de trouble mental et les problèmes liés à la dépression s’amplifient faute de réponses appropriées : violence, suicide, toxicomanie, alcoolisme, troubles alimentaires…
a)  Une jeunesse, des jeunesses ?
 Ltetanrié néétgireslrleevnindo ia Il existe des jeunesses, et à bien des égards, les différences internes aux générations sont au moins aussi importantes que les différences entre les générations (cela vaut d’ailleurs également pour les baby-boomers). La diversité de la jeunesse française se vérifie tout d’abord du point de vue du statut : en 2010, parmi les 18/25 ans, on compte 38 % de lycéens/étudiants, 45 % d’actifs occupés, 6 % d’inactifs et 11 % de chômeurs. La jeunesse n’est donc pas qu’étudiante, malgré la hausse de l’âge moyen de fin d’études, et elle est fortement touchée par la fracture entre gagnants et perdants de la mondialisation, y compris parmi les étudiants. Soulignons ainsi que parmi les enfants d’ouvriers nés entre 1981 et 1985, seul un sur deux est titulaire du baccalauréat. Un autre facteur témoigne de la diversité de la jeunesse : l’étude de ses comportements électoraux. Le 21 avril 2002 avait bien illustré la coupure existant entre deux jeunesses : celle qui manifestait dans la rue contre celle majoritairement non diplômée qui votait Le Pen à hauteur de 29 % au second tour.
La diversité territoriale est également une donnée à ne pas négliger avec les différences de parcours, de vécus que vont rencontrer la jeunesse des quartiers populaires, celle des ZUS, la jeunesse rurale, périurbaine ou citadine… • Les problématiques communes Les politiques publiques en créant depuis plusieurs décennies une catégorie administrative à part, celle des jeunes de 18 à 25 ans, en organisant l’action publique de manière spécifique en direction de cette catégorie à travers des politiques d’insertion, de prévention etc., ont contribué à « sanctuariser » une partie de leurs difficultés et à installer une situation précaire et mal intégrée de la jeunesse. Ajoutons à cela que les jeunes sont aux avant-postes des transformations sociétales dont celles de l’organisation du marché du travail et qu’ils expérimentent les situations de précarité dans l’emploi davantage que leurs aînés.
Il n’est donc pas étonnant que les angoisses des jeunes se cristallisent particulièrement autour d’un point : les difficultés croissantes d’insertion sur le marché du travail, qui rendent les jeunes Français particulièrement inquiets et pessimistes quant à l’avenir. Pour comprendre la situation de la jeunesse en France aujourd’hui, il faut l’inscrire dans un cadre général. Tout d’abord, elle trouve sa source dans la « grande transformation » du capitalisme des années 1970, transformation marquée notamment par l’apparition et la persistance du chômage de masse et la dégradation continue du contrat de travail. Ces dynamiques qui concernent l’ensemble de la population active, touchent avec plus d’acuité encore les âges fragiles de l’existence affectant ainsi les travailleurs seniors mais aussi et surtout les jeunes qui cherchent à s’insérer sur le marché du travail. Et il est important de noter que la persistance d’un taux de chômage important agit comme catalyseur des angoisses des adolescents et jeunes adultes, tout comme pour leurs parents, engendrant un fort stress scolaire et des tensions familiales.
Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011
b) Le modèle français  familialisation induite »Un modèle de « Il existe trois modèles d’accès au statut d’adulte, à l’autonomie, clairement structurés et identifiés en Europe. La France constitue une sorte de modèle hybride. Le modèle d’accompagnement public nordique est fondé sur une culture exigeante de l’autonomie et de l’indépendance : tout jeune, à partir de 18 ans au Danemark par exemple, est considéré comme détaché de sa famille et la société a le devoir d’accompagner et d’aider cette prise d’indépendance. C’est ce qui justifie, dans certains de ces pays, une conception universaliste des aides à la jeunesse apportées par l’ État. Le modèle méditerranéen, quant à lui, est familialiste. C’est essentiellement la famille qui accompagne le jeune durant la transition vers l’âge adulte. Le modèle libéral anglo-saxon, quant à lui, repose sur une autonomie précoce des jeunes par rapport à leur famille. L’État n’est pas très généreux en aides directes mais accorde plutôt des prêts qui permettent, accompagnés d’un travail à côté, de financer les frais élevés des études supérieures, généralement courtes. Le modèle français est hybride. Il consiste en un accompagnement familial. La particularité du modèle français est en effet cet éloignement progressif de la sphère familiale : les liens, résidentiels, matériels, affectifs, se distendent peu à peu et permettent de tenter des expériences, en autorisant des retours en arrière. Les pouvoirs publics interviennent de manière non systématique à travers des aides telles que l’APL et les bourses d’étudiant, mais ce sont les familles qui sont au cœur du soutien apporté aux jeunes. Les effets pervers de cette familialisation induite sont néanmoins nombreux : de véritables poches de pauvreté s’étendent au sein de la jeunesse. Il pèse un risque de « repatrimonialisation » de la société française, sans compter l’augmentation des inégalités et la force de la reproduction sociale. Les jeunes sont donc en partie pessimistes parce qu’ils
ont le sentiment que la société française ne leur fait pas de place, ce que confirme en partie l’image négative, recensée parmi les plus de 40 ans à l’égard des jeunes, qui ressort des sondages d’opinion. • La spécificité de la situation des jeunes Français
En premier lieu, la barrière que constitue l’âge de 25 ans pour obtenir les minimas sociaux entretient des situations de pauvreté importantes. Il est assez surprenant de voir qu’il existe différentes légalités (16 ans pour quitter l’école, 18 ans pour la majorité et le droit de vote, 25 ans pour obtenir le « vrai » RSA). Le poids et l’emprise du diplôme sur l’évolution professionnelle constituent également un des grands paradoxes français. Alors qu’elle affiche haut et fort l’égalité des chances dans l’éducation, la France est non seulement l’un des pays dont l’origine sociale a le plus d’impact sur les résultats scolaires mais elle est également celui dans lequel le diplôme a le plus d’emprise sur l’ensemble de la carrière. Dans ce système, les dix premières années sont finalement prépondérantes, puisque les formations et possibilités de réorientation sont rares par la suite. Le premier emploi stable et correctement rémunéré s’obtient en moyenne à l’âge de 28 ans et les vraies promotions de carrière s’achèvent généralement à 40 ans. Cette situation contribue au sentiment que le déclassement est irrémédiable, et par conséquent, à l’angoisse et à la pression ressenties par les jeunes de ne pas trouver leur place. Cette situation accentue la fracture entre diplômés et non-diplômés, ces derniers redoutant une exclusion définitive du marché du travail, d’autant plus qu’ils se retrouvent en compétition avec des jeunes qui peuvent être diplômés mais sont recrutés à un niveau inférieur à leur qualification. De plus, il est vrai que la particularité d’être jeune aujourd’hui en France consiste à être jeune dans une société vieillissante. Ce qui implique bien évidemment qu’au-delà même des difficultés économiques, cela a des conséquences diverses, notamment sur les leviers du changement social.
Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011
Les réponses à apporter à ces problématiques ne sont toutefois pas à rechercher dans un traitement spécifique des jeunes. L’amélioration de leur situation pourrait souvent être acquise par des solutions aux problèmes de l’ensemble de la population, en faisant bénéficier par exemple les jeunes du droit commun (RSA, suppression des différentes formes de contrats aidés jeunes, suppression des stages comme substituts d’emploi…), même si la sélection opérée par l’éducation et qui pèse sur l’ensemble des destins sociaux des jeunes doit être une question traitée avec le plus grand soin.
Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011
I Les enseignements de notre enquête statistique -(étude IPSOS)
Une enquête a été réalisée auprès des jeunes, afin Ipsos a interrogé par téléphone, début janvier de cerner plus précisément leur perception de la 2011, un échantillon représentatif de 702 jeunes société actuelle, leurs valeurs, leurs aspirations, leurs âgés de 18 à 30 ans, auquel s’ajoute un échantillon craintes, ou encore leur rapport à la politique. Qui sont spécifique de jeunes du même âge résidant en zone les jeunes de 18-30 ans ? S’agit-il d’une population urbaine sensible. homogène ou des différences profondes existent-elles selon leur milieu social ou leur lieu d’habitation (ville, campagne, zone urbaine sensible) ?
La proximité avec dautres catégories de population QUESTION :Diriez-vous que vous êtes très, assez, peu ou pas du tout proche avec…
Les gens du même milieu32 55 social que vous Le gens de sv otre âge33 53
FLreasn açuaitsres 13 59 Les gens idmomriiggirnéee 20 51   en France Les habitants de votre7 26 37 quartier
Très proche Assez proche
10 2187 11 1228 588636 51
12 28624 62 2 128638 48
22 4 272 31 278 616918 63
22 6 171 279 53 1 106227 43
3033 13 289 505912 26 33
Peu proche Pas assez proche Ne se prononce pas
Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011
12 187
8 5 186
15 2 281
23 5 270
2938
La signication de lautonomie pour les jeunes QUESTION : ?Pour quelqu’un de votre âge, être autonome, qu’est-ce que cela signifie Cité en premier
Gagner de l’argent en travaillant Ne plus vivre chez ses parents17 Vivre en couple, avoir des enfants13 Être considéré comme un citoyen7 Avoir les mêmes droits sociaux que 6 le reste de la population Avoir accès personnellement 1 à la sécurité sociale pDoisuproésteurd ide’ari(dbeosupruseblsi,qauleloscations)1
55
52 16 20 8 3 1
20 7 16 7 1 2
La signication de lautonomie pour les jeunes (suite) QUESTION :Pour quelqu’un de votre  ?âge, être autonome, qu’est-ce que cela signifie Cité au total
Gagner de l’argent en travaillant Ne plus vivre chez ses parents Vivre en couple, avoir des enfants Être considéré comme un citoyen Avoir les mêmes droits sociaux que le reste de la population Disposer d’aides publiques pour étudier (bourses, allocations) Avoir accès personnellement à la sécurité sociale
30 18 16 4 3
47
78 75 49 51 46 3522 1926 1621 15 2 3 Total supérieur à 100, trois réponses possibles
Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 20119
78
Les valeurs des jeunes QUESTION :dans la vie des gens. Je voudraisVoici un certain nombre de valeurs qui peuvent compter que vous me disiez pour chacune d’entre elles quelle importance elle a pour vous.
La liberté, la liberté de ses opinions, de6 27 ses actions Être indépendant, être autonome, se débrouiller9 43 tout seul L’honneur, être respecté dans 433 10 la vie L’ordre public, le respect de 483 11 la loi
Pdrendurter essoin  452 13 es a
Chercher à préserver la 433 12 planète
S/T important +ext. important % 6693 331 6
48
48
38
40
42
Pas très important Plutôt important
911 12 48
87 401 13
86 523 15
852 13 50
851 14 39
S/T important +ext. important % 60931 4 28
398713 40
46 1862 12 35
32842 13 51
3585 453 11
4685 471 10
Important Extrêmement important Ne se prononce pas
S/T impiomrptaonrtt a+net x%t. 66 194
4787
5186
33 184
4186
4289
Les valeurs des jeunes (suite) QUESTION :Voici un certain nombre de valeurs qui peuvent compter dans la vie des gens. Je voudrais que vous me disiez pour chacune d’entre elles quelle importance elle a pour vous. S/T S/T S/T imipmorptant +netx%t. impiomrptaonrtt a+net x%t. imipmorptoarntta +net x%t. orta Réduire l’écart 6 13 37 43 180 37 432 1880 55 316 6 286 entre les riches et les pauvres L’ambition, travailler dur 336 17 4477 547 14 2579 4112 12 3576 pour réussir La réussite matérielle, gagner 13 20 46 2167 20 4512 236520 23 17 4057 de l’argent Le respect des traditions, préserver18 19 42 2163 2313 17 477014 13 48 2573 nos coutumes, nos manières de vivre La recherche de sensations fortes 837 22 334134 26 37 34042 20 4 3438 et de plaisirs immédiats
La religion
57 11 21 113260 9 23 83150 2 28 246
Pas très important Important Plutôt important Extrêmement important Ne se prononce pas
Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 201110
Les principales craintes des jeunes QUESTION :Dans la liste suivante, quels sont les principaux problèmes auxquels vous craignez d’être confronté ? Le chômage435046 Le manque d’argent 3231 33 La dégradation de l’environnement24 24 19 L’insécurité23 23 20 Le racisme19 1727 Les difficultés pour accéder à une logement19 1325 L’extrême droite 1417 16 Le terrorisme16 17 13 Le SIDA 1011 10 La solitude11 12 14 La drogue7 8 4 L’alcool3 3 2 Autre*1 1 Item non suggéré * Total supérieur à 100, trois réponses possibles Le média auquel les jeunes font le plus conance QUESTION : ?est celui auquel vous faites le plus confiance: Parmi les médias suivants, quel S/T MEDIAS TRADITIONNELS 7576 83 Les journaux 2831 32 La télévision30 36 32 La radio15 15 15 S/T INTERNET 1615 11  Les sites internet des journaux,   1312 9 radios, télévision Les réseaux sociaux (Facebook…) 22 1 Les blogs1 1 1 Ne se prononce pas 99 6 Bâtir un nouveau contrat générationnel /Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 201111