cultures diplomatie et resolution des conflits copie

De
Publié par

cultures diplomatie et resolution des conflits copie

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 281
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Dr. SKALI Faouzi Mail : faoskali@yahoo.fr Portable : 00 212 64 49 13 12 Cultures, diplomatie et résolution des conflits Une Académie pour la Médiation Interculturelle (AMI) Par Faouzi Skali Les enjeux de la diversité culturelle sont de plus en plus liés, au niveau de chaque société ou au niveau international, à des enjeux politiques et juridiques.Le débat mondial sur la protection de la culture est en évolution constante. La notion « dediversité culturelle» est formulée au sein du GATT dans le cadre de l’URUGUAY Round en 1993, l’union européenne s’opposant à la libération commerciale de l’audiovisuel. Le bien et les services culturels ne sont pas, dans cette perspective, considérés comme des objets de consommation parmi d’autres, mais participent à des configurations identitaires de chaque pays et de la diversité créatrice des individus. La notion de «diversité culturelle» est formalisée en 2000 par la Déclaration sur la diversité culturelle du Conseil de l’Europe, puis en 2001, par la Déclaration universelle sur la diversité culturelle de l’UNESCO. Selon cette dernière: «la diversité culturelle est aussi nécessaire pour le genre humain que la biodiversité dans l’ordre du vivant. En ce sens, elle constitue le patrimoine commun de l’humanité et elle doit être reconnue et affirmée au bénéfice des générations présentes et des générations futures». En octobre 2005, la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (seules les Etats-Unis et Israël ont voté contre) est le premier texte juridique supranational qui est adopté. Ce statut juridique, et donc politique, des cultures et de leur diversité, aura pour conséquence une réflexion de plus en plus poussée et concrète sur les moyens d’évaluer l’exposition de minorités culturelles à une discrimination politique, économique ou basée sur les mœurs ou les modes de vie (voirwww.cidam.umd.edu/insc.ma). L’une des préoccupations majeures de certaines sociétés est de trouver les modalités politiques techniques (discrimination positive, vote à la proportionnelle etc…) qui puisse tendre vers la meilleure équivalence entre la diversité culturelle et la représentativité de celle-ci dans les postes de décisions ou de responsabilités politiques, sociales ou économiques. Des pays comme la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, l’Inde
Agence Par Chemins Concepts Avenue Moulay Kamel, Cité Mimosas, Appt3 Immeuble 6 – Fès – Maroc Tél. : 212 35 65 39 52 / 53 - Fax : 212 35 65 44 67 IF : 04511112 / CNSS : 7415947 / Patente : 13606844 / RC : 26839 contact@par-chemins.org /Site Internet: www.par-chemins.com
ou les Etats-Unis ont pu expérimenter et développer des approches significatives à ce sujet. Cette connexion entre les aspects politiques et juridiques et culturels devient particulièrement complexe et sensible lorsque l’on aborde la dimension religieuse de ces dernières. Cette complexité est telle qu’il est très difficile de séparer de fait dans un conflit avant tout politique, puisqu’il s’agit d’un conflit de territoire, comme celui du Moyen Orient entre Palestiniens et Israéliens, les dimensions sociopolitiques de paramètres religieux et sacrés. C’est une telle charge émotionnelle et symbolique qui crée des tensions et mobilise des peuples et des cultures à travers le monde, bien au-delà de la territorialité physique, relativement restreinte, de ce conflit. La ville de Jérusalem avec une concentration historique exceptionnelle de l’histoire, et des territoires, du sacré ou se trouvent entremêlés dans un même espace exigu le mont du temple, l’esplanade des mosquées, le saint sépulcre ou le mur de Kotel résume à elle seule l’importance désormais incontournable de la dimension symbolique et culturelle dans la résolution des conflits. Jusqu’à ce jour la seule initiative qui tient réellement compte de la nécessitéde gérer politiquement cette complexité culturelle et religieuse est celle, non officielle, dite de «Genève »,inspirée des «paramètres de Clinton» et présentée par des personnalités minoritaires des deux camps , sous l’égide de la Suisse. La même complexité se révèle aujourd’hui en Irak ou la boite de pandore des exacerbations des identités religieuses a été ouverte par l’intervention inconsidérée des Etats-Unis dans ce pays. Une intervention qui a ranimé la lutte entre Sunnites et Chiites déjà largement entamée par la guerre entre l’Irak et l’Iran (1980 1988), et qui pourrait bien à terme redéfinir les frontières du Moyen Orient si l’Irak en tant qu’Etat arabe sunnite disparaît. Au cœur de l’Europe même le Kosovo et sa récente déclaration d’indépendance se trouve au centre de conflits d’imaginaires collectifs symboliques où ce qui est – abusivement -perçu comme un conflit entre Musulmans et Chrétiens réactive une pathologie de la mémoire liée à ce qui a été vécu comme le traumatisme de la défaite du camp chrétien, en 1389, sur le « champ des merles ». En réalité l’ensemble de notre planète est traversée par ces lignes de partage que celles-ci prennent une dimension géopolitique et territoriale ou socio religieuse, comme dans le cas des caricatures publiées, au départ, par un journal danois. L’Afrique subsaharienne, mais maintenant aussi le Maghreb, est une terre de compétition entre différentes tendances religieuses, musulmanes, catholiques et de plus en plus évangéliques. Quel rapport établir aujourd’hui entre le processus de démocratisation du Maroc et la revendication d’une ouverture quasi laïque à la pluralité des religions et la présence de plus en plus grande et organisée de missions évangéliques ? D’une façon générale l’instrumentalisation politique du religieux est de plus en plus avérée à des degrés multiples et les radicalisations qui s’en ensuivent ne sont pas
Agence Par Chemins Concepts Avenue Moulay Kamel, Cité Mimosas, Appt3 Immeuble 6 – Fès – Maroc Tél. : 212 35 65 39 52 / 53 - Fax : 212 35 65 44 67 IF : 04511112 / CNSS : 7415947 / Patente : 13606844 / RC : 26839 contact@par-chemins.org /Site Internet: www.par-chemins.com
exclusivement musulmanes. Le Sri Lanka connaît depuis des décennies unaffrontement d’une extrême violence entre Bouddhistes et Hindouistes tamouls et l’extrémisme hindouiste du parti du BJP, en Inde, aussi bien à l’égard des Musulmans que des Chrétiens n’a rien à envier à l’ensemble des autres formes d’extrémisme religieux. Cette conjonction évidente entre les paramètres socio-économiques et politiques d’une part et, culturels et religieux d’autre part, nous impose la nécessité de concevoir une autre forme de l’analyse et de l’action politique basée, outre les connaissances classiques en ce domaine, sur la connaissance et la compréhension d’une géopolitique approfondie, anthropologique, des religions et des cultures. Ce n’est que sur cette base que pourra être initiée une nouvelle forme de diplomatie ou de médiation, interculturelles et inter-religieuses, qui permettra, dans chaque conflit, de tenir compte des références symboliques qui l’habitent. Au delà des conflits des territoires c’est aussi une connaissance des chocs, des mentalités et des imaginaires collectifs, des perceptions culturelles qu’il s’agit. C’est à cette tache que l’AMI (Académie de Médiation Interculturelle) créée dans le cadre de l’agence d’ingénierie culturelle «Par Chemins Concepts» souhaite s’atteler. Elle vise à développer des connaissances et préparer des compétencesqui peuvent contribuer, et c’est son vœu, à une diplomatie mieux adaptée au monde d’aujourd’hui et, sûrement plus encore, à celui de demain.
Agence Par Chemins Concepts Avenue Moulay Kamel, Cité Mimosas, Appt3 Immeuble 6 – Fès – Maroc Tél. : 212 35 65 39 52 / 53 - Fax : 212 35 65 44 67 IF : 04511112 / CNSS : 7415947 / Patente : 13606844 / RC : 26839 Site Internetcontact@par-chemins.org: www.par-chemins.com /
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.