L'hebdo des socialistes - Numéro spécial - La Rénovation - Primaires, renouvellement, parité, diversité - n° 575

De
Publié par

nu MÉro SpÉCiAlN°575 DU 12 AU 18 jUIN1,5€10, rue de Solférino 75333 Paris Cedex 07 Tél. : 01 45 56 77 52 – Fax : 01 47 05 27 70hebdo@parti-socialiste.frDIREctEUR DE lA RéDActION Et DIREctEUR DE lE pUblIcAtION • David Assouline• RéDActRIcE EN chEf Stéphanie Platat (76 32) • phOtO Philippe Grangeaud (76 00) • MAqUEttE Florent Chagnon (79 44) • flAShAGE Et IMpRESSIONPGE (94) Saint-Mandé • N° DE cOMMISSION pARItAIRE : 0114P11223 • ISSN 127786772 “L’Hebdo des socialistes” est édité par Solfé Communication, tiré à 188 000 exemplairesSOMMAIREp.2 p.25u  Discours de Martine Aubry u  Suite des interventions du Conseil nationalp.6 p.33u C onseil national du 8 juin : u  inscription pour les universités d'étéextraits des interventions de l a r ochelle 2010p.13 p.36u  CAhier Centr Al u  B ulletin De vote Du texteDe l A Convention De l A ConventionMode d'emploi p.14Introduction d'Arnaud Montebourg p.15Texte soumis au vote des militant-e-s p.19des socialistesDiscours de Martine Aubrypremière secrétaire du pS« En 2012, nous ne voulons pas La dépolitisation gagne également du terrain. Cela seulement succéder à la droite, nous se voit par l’abstentionnisme : 50 % de votants voulons changer la France. Pour aux élections régionales, 40 % aux élections nous, gagner dans les urnes, c’est européennes. C’est le cas dans toutes les social-gagner par le projet. Une économie démocraties, dans toutes les démocraties même, du bien être, une société du ...
Publié le : lundi 12 décembre 2011
Lecture(s) : 107
Nombre de pages : 36
Voir plus Voir moins
N°575 DU 12 AU 18 jUIN 1,5€ 10, rue de Solférino 75333 Paris Cedex 07 Tél. : 01 45 56 77 52 ax : 01 47 05 27 70 edoarisoialise.fr DIREctEUR DE lA RéDActION Et DIREctEUR DE lE pUblIcAtION aid ssouline  c cE EN chEf Séanie Plaa RéDA tRI 76 32 • phOtO Pilie raneaud 76 00 • MAqUEttE loren Canon 7 44flAShAGE Et IMpRESSION P 4 Sainandé N° DE cOMMISSION pARItAIRE : 0114P11223 • ISSN 12776772 “’edo des soialises” es édié ar Solfé Couniaion, iré à 1 000 exelaires
MÉ
SOMMAIRE p.2 u Discours de Martine Aubry p.6 uuin  8 j: on Cliestan anoiud l extraits des interventions p.13 uC Ah CA D A C Mode d'emploi p.14 Introduction d'Arnaud Montebourg p.15 Texte soumis au vote des militant-e-s p.19
 ÉCA
p.2  u uite des interventions du Conseil national p.33 u nscription pour les universités dété de a ocelle 21 .36 u  D  D  D A C
2
Discours de Martine Aubry reière secrétaire du 
012, nous ne voulons pas « ment succéder à la droite, nous ns changer la France. Pour gagner dans les urnes, c’est r par le proet. ne économie en être, une société du respect, épuliue citoenne, une e orte dans un monde uste sont les piliers de la maison e ue nous voulons âtir. avons tiré les leçons de l’échec oliéralisme dans le monde arosme dans notre pas. avons lancé collectivement  mense proet socialiste sur leuel nous travaillons et ui, nous l’espérons tous, sera la colonne vertérale du programme de la gauche ue nous préparons pour 2012. ais, nous, hommes et emmes de gauche, nous savons u’il n’ a amais dans la conduite de la nation, de succès et d’avancées si cellesci ne s’accompagnent pas d’un nouveau soufle pour la démocratie. e crois u’il ne aut pas oulier ue chaue ois ue les citoens ont accordé leur confiance au idées socialistes, au valeurs progressistes, ils ont en même temps accordé leur confiance à des militants de la démocratie, à des militants de la modernisation de l’action puliue. éon lum, en 1, Pierre endès France en 1, François itterrand en 11, ionel ospin en 1, tous l’ont afirmé avec orce : la droite veut concentrer le pouvoir, la gauche veut le partager, et cela doit rester une ligne orte pour nousmêmes. a démocratie usu’au out, chère à aurès , est dans le ond le fil continu de notre histoire et le ciment de notre identité. usu’au out pour la fin des inégalités, pour la conuête des liertés, voilà ce ue nous déendons, notamment dans les institutions, de lÉtat au collectivités locales, au Parlement, et même dans les entreprises, dans les médias. ela est notre orce. r, il aut ien le dire auourd’hui, nous en sommes tous témoins, nous le disions d’ailleurs après les élections, la démocratie ne va pas ien. e scepticisme la mine. amais les inormations n’ont été aussi nomreuses et amais nos concitoens n’ont eu autant de mal à se aire une opinion. En même temps, ils ont la soi d’apprendre, la soi d’être auprès de nous, de se moiliser, d’intervenir dans la société. ous les élus locau connaissent ien ces aspirations, car ils voient les Français our après our.
a dépolitisation gagne également du terrain. ela se voit par l’astentionnisme : 0  de votants au élections régionales, 0  au élections européennes. ’est le cas dans toutes les social démocraties, dans toutes les démocraties même, mais ce n’est pas une raison pour nous en satisaire. ela se produit uand les Français, uand les citoens, ne se retrouvent pas dans le discours politiue. ans le ond, uand le spectacle tend à prendre le pas sur le déat, uand les slogans sont plus importants ue les idées, uand le apping est plus important ue la réfleion critiue, la démocratie recule. i nous ne soignons pas notre démocratie, nous avons un risue de coup de tonnerre collecti, de montée des etrêmes et de tous les anti. ous le voons déà dans certains pas européens avec la violence des revendications, la radicalisation des moilisations, le repli identitaire, l’enermement, le communautarisme, le nationalisme. out cela va à l’encontre d’une démocratie et d’une épuliue. ans notre pas, depuis huit ans, le pouvoir et auourd’hui icolas aro, che de l’P et che de lÉtat, n’ont eu de cesse d’aîmer le pacte répulicain et de ragiliser les contrepouvoirs. ans lomniprésidence et loerms ndiep lréÉslensécee  odne t plus icolas aro, les conseill de puissance ue le Premier ministre ou ue ses ministres, le Parlement est méprisé, les collectivités locales asphiées, la ustice reprise en mains, les partenaires sociau négligés, on le voit d’ailleurs ces oursci, et les médias sont sous pression, nomre de groupes industriels, financiers, aant la mainmise sur eu et travaillant en smiose étroite avec l’eécuti. Pire, en vue de 2012, la droite mise sur une stratégie de tension en opposant les Français les uns au autres, en attisant les peurs, en ignorant les moilisations populaires comme c’est le cas actuellement pour les retraites. uourd’hui, comme hier, la rénovation de la démocratie rançaise et celle du Parti socialiste sont donc intimement liées, c’est en tout cas ma conviction. ous sommes auourd’hui dans la nécessité d’avancer encore pour aire gagner la gauche en 2012, pour donner une crédiilité à ce proet social écologiue ue nous préparons pour la France. ien sûr, rien ne se era sans une reonte en proondeur de nos institutions. ien sûr, et nous  travaillons, le proet socialiste ne peut pas garder un sstème ui présente tous les déauts du présidentialisme et ui ne s’appuie sur aucun des avantages du parlementarisme. l aut donc réfléchir
sur nos institutions, le déat est déà lancé, nous aurons évidemment des propositions au cœur de notre proet. ais pour ue les Français nous assent à nouveau confiance, une étape me semle indispensale. énovation ien ordonnée, commence, par soi même. r, il est dificile de porter la démocratie en France si nous ne sommes pas aptes à la porter avec encore plus de orce dans notre parti. a multiplication des promesses non tenues, l’asence cruelle de résultats en matière économiue et sociale ont dévalorisé la parole politiue. À nous, socialistes, de lui redonner crédit. omment  En afirmant d’aord des valeurs, des principes, des solutions. ’est le travail de notre proet. ais si nous voulons aussi être crédiles, tenons nos promesses. i nous tenons promesse dans notre parti, nous tiendrons nos promesses après pour le pas, les Français le savent. ors du congrès de eims, nous avons tous parlé de la rénovation, avec eaucoup de trémolos dans la voi, chacun  croait. aintenant il aut la aire, car il n’ a pas les tetes dont on parle dans les congrès, dans les soirées, et puis la réalité de ce ue nous voulons uand cela s’appliue à nous. Ensemle, il nous revient de concrétiser nos engagements. a rénovation, c’est d’aord aire passer la discussion sur le proet avant la sélection des personnalités. ’est pouruoi nous proposons dans le tete ui sera soumis au militants une onvention etraordinaire sur le proet au printemps 2011, après la ataille des cantonales et avant le processus des primaires présidentielles. e uoi s’agitil  ertains m’en ont parlé avec orce et m’ont convaincue : il nous aut, avant de choisir nos candidats, être capales de tirer toutes les conséuences des uatre grandes onventions, des Forums des idées dans lesuels nos militants auront travaillé avec la société civile pour pouvoir présenter un proet cohérent sur leuel devront s’appuer les candidats à la présidentielle. a orce c’est le proet, la orce c’est la ligne politiue, rien n’est pire ue des petits arrangements ou des consensus, il nous aut donc, comme nous savons le aire démocratiuement, être capales, au printemps, de porter le proet des socialistes sur leuel s’appuieront nos candidats au primaires et, finalement, notre candidat à la présidentielle. a rénovation, c’est aussi mettre en œuvre des primaires populaires pour désigner notre candidat à l’élection présidentielle à l’automne 2011. ous le save, à l’P, le corps électoral, c’est le candidat, et l’urne se trouve en général dans le ureau du président de la épuliue. ous, nous sommes un parti démocratiue, nous avons
l’haitude de déattre, en général pour le meilleur, parois cela dérape un peu. ais moi ’aime ce parti démocratiue où les militants travaillent sur les idées, ont remonter la uotidienneté de ce ue vivent les Français, et nous disent aussi comment les Français nous voient dans notre onctionnement. uourd’hui, nous préparons des primaires et nous aurons sans doute l’intelligence collective de discuter ensemle sur le proet et sur lenvironnement politiue. uand ’entends certains commentateurs nous dire ue l’unité, et e dirai même peutêtre la raternité, retrouvée entre les socialistes serait en train de tuer dans l’œu les primaires, e m’étrangle. e m’étrangle parce ue les mêmes, à uste titre, nous disaient, il  a un an : « ous ne save parler ue de vous, vous ne save ue vous opposer, vous n’êtes pas unis pour présenter le meilleur de vousmêmes au Français ». es primaires, ce n’est pas seulement le choi du candidat, mais c’est aussi la capacité ue nous aurons à moiliser des hommes et des emmes pour porter notre candidat vers le succès en 2012, mais peutêtre aussi plus ortement encore, pour porter avec nous les changements ue nous voulons mettre en place dans la société. ar nous savons, plus ue tout autre, ue même s’il aut des lois, même s’il aut un gouvernement ort et volontariste, ce sont les citoens ui nous aideront proondément à changer la société. e crois ue les primaires les moiliseront et leur permettront d’être autour de nous. Enfin, e crois ue les primaires, c’est aussi la reconnaissance du rôle pivot du Parti socialiste, de ses sections et de ses édérations. Et e suis heureuse de voir d’ailleurs ue les militants l’ont compris. ls n’ont pas eu du tout l’impression d’être dessaisis, comme certains le disaient. ls ont eu au contraire l’impression d’être au cœur d’un dispositi ui va moiliser les citoens, ui va organiser une des plus grandes consultations u’un parti aura ait directement auprès des Français. Et sans un parti comme le nôtre, sans ses sections, sans ses édérations, amais nous n’aurions pu préparer et organiser des primaires dans notre pas, c’est pour cela ue nous avons pu le aire, il aut le dire et dire encore merci au militants. Et puis pour moi c’est un message de rassemlement de toutes les orces de gauche. outes les orces de gauche pourront venir avec nous si elles le souhaitent, nous sommes ouverts, elles pourront présenter leurs candidats si elles le décident, nous sommes évidemment respectueu des décisions de chacun. lors, à l’automne 2011, notre candidat sera désigné et une convention l’investira et maruera le rassemlement des socialistes et, ’espère, d’autres partis de gauche autour de cette candidature. a légitimité viendra ien sûr du peuple de gauche, nous avons ouvert largement les critères pour ue chacun de ceu ui se disent être prêts à soutenir le
4
candidat de gauche puisse choisir notre candidat. ais sa candidature sera aussi orte du proet et du rassemlement des socialistes autour de lui. a rénovation, c’est aussi aire un parti ui ressemle à la société u’il représente. e noncumul des mandats va entraîner un vaste mouvement de renouvellement. ’est l’occasion de porter au responsailités des emmes, des eunes, des catégories sociales insufisamment représentées auourd’hui parmi les élus et des citoens issus de l’immigration. e crois u’il est de notre devoir de donner auourd’hui les moens réels à tous ceulà de pouvoir eectivement otenir des mandats électis. ’est d’ailleurs ce ue nous aisons dans le tete ue nous proposons en inscrivant dans nos statuts la parité intégrale dans toutes nos instances, en fiant à 0  au moins la proportion des emmes candidates au élections législatives. ais ’aoute tout de suite le codicille, pour u’on ne se réouisse pas trop vite dans certains rangs : en nous donnant les moens réels de tendre vers 0  d’élues, vous voe ce ue e veu dire… toutes les circonscriptions sont ien réparties, les onnes comme les mauvaises. e le dis, même si e n’oulie pas u’en 1, ionel nous avait dit : « n m’avait dit ue e perdrais à cause de la parité et c’est grâce au emmes ui sont allées gagner là où personne ne l’attendait, ue nous avons gagné les élections législatives ». e ne l’oulie pas, ça non plus. lors, il aut ue ceu ui ont des responsailités depuis de nomreuses années permettent ce renouvellement. a rénovation, c’est donc ranchir une nouvelle étape dans la limitation du cumul des mandats, c’est un eneu, e viens de le dire. ans le noncumul, nous n’arriverons pas au renouvellement. Et ce n’est pas la peine, dans ce caslà, de parler de parité, de diversité, d’accès au eunes, cela reste des mots, et les mots, ce n’est pas crédile s’il n’ a pas les actes. ais c’est aussi un ormidale eneu démocratiue, car la décentralisation a confié des responsailités éminentes au élus locau, elle leur donne une visiilité, une légitimité de premier plan. ais elle leur donne aussi des tâches immenses u’il va alloir remplir pleinement, c’est aussi cela ue nous devons à ceu ui nous ont ait confiance lorsu’ils nous ont élus. ussi, e pense ue nous devons aire un pas complémentaire en n’ouliant amais ue sur le cumul des mandats, comme sur tout ce ui constitue des progrès dans le onctionnement démocratiue, c’est une ois de plus la gauche ui le ait. ous devons ranchir une étape complémentaire et nous devons le aire ensemle. l n’ a pas, en tout cas pas pour moi, d’un côté le parti, ses militants, ses cadres, et de l’autre les élus. l n’ a pas non plus les élus nationau d’un côté et les élus locau de l’autre, nous en reparlerons d’ailleurs au mois de uillet, mais e trouve auourd’hui u’il nous aut remettre les élus au cœur du onctionnement du parti au niveau national, des propositions seront aites pour cela.
a fin du cumul des mandats ne peut en aucun cas se traduire par une stigmatisation de nos élus, pour des raisons simples : d’aord parce ue leurs victoires sont autant d’avancées pour nos concitoens  parce u’ils se attent uotidiennement pour aire avancer l’intérêt général et pour aider à l’amélioration des conditions de vie de nos concitoens  et aussi parce u’ils sont des serviteurs passionnés et dévoués, n’en déplaise à la droite, de l’intérêt général. ous devons comattre ce discours antiélu, nous devons valoriser les élus. ls sont les constructeurs et les réalisateurs du changement ui a déà eu lieu et ui aura lieu demain au cantonales en 2011, au sénatoriales en 2011, au législatives en 2012 et ien sûr au municipales, au cantonales, au régionales et au Européennes. ous avons un devoir d’eemplarité, e l’ai dit, e le redis simplement parce ue c’est ma conviction. e l’avais dit dès a ochelle en 200, e veu un Parti socialiste eemplaire. ous ne pouvons pas être le er de lance de la démocratie, nous ne pouvons pas être crédiles auprès des Français si nousmêmes nous ne sommes pas eemplaires. Et l’eemplarité, c’est, dans notre proet présidentiel, de nous engager ermement à aire voter en cas de victoire une loi sur le noncumul des mandats, et son corollaire indispensale, le statut de l’élu. ès la semaine prochaine, un groupe se mettra en place au parti pour préparer ce statut de l’élu ui est un corollaire, encore une ois, indispensale. ous placerons d’ailleurs la droite devant ses responsailités sur le noncumul. appelevous ue lorsue nous en avons parlé à a ochelle, le président de la épuliue a dit immédiatement : e suis pour. ais il n’a amais voulu nous suivre dans nos propositions et e remercie les présidents de groupe de lssemlée nationale et du énat de préparer ensemle et avec le parti une proposition de loi ui sera présentée dans les semaines ui viennent devant les assemlées et ui mettra la droite devant ses responsailités et ses choi. ais l’eemplarité, c’est aussi ne pas attendre la loi pour nous appliuer à nousmêmes la limitation du cumul des mandats, des mandats de parlementaire et d’un eécuti local, c’est d’ailleurs ce ue nous avions ait pour la parité en 1. ous l’avions appliuée pour les élections et ensuite ionel ospin a ait voter la loi sur la parité u’Élisaeth a déendue devant le Parlement. e vais là vous aire part, mes camarades, de ma conviction proonde. ’ai évidemment écouté, entendu les uns et les autres. Et dans le ond il  a ceu ui pensent ue le noncumul des mandats est un handicap pour notre parti, et ceu ui pensent ue c’est un atout. e le dis très simplement, un parti ui s’ouvre vers l’etérieur, un parti où les élus sont, our après our, heure après heure, consacrés au travail ue leur a ourni les citoens en leur aisant confiance, c’est une preuve de crédiilité. e ne crois pas u’il s’agisse d’un handicap, e crois au contraire ue c’est une crédiilité d’un parti démocratiue ui s’appliue à luimême ce u’il aimerait voir appliué dans le pas.
es Français nous sauront gré de cette petite révolution, nous serons à l’avantgarde visàvis de la droite et nous placerons là une avancée dans la démocratie ui sera totalement irréversile. ’est la raison pour lauelle e propose ue ce non cumul s’appliue dès les élections sénatoriales, avant l’élection présidentielle et avant le vote d’une loi. Pour moi, la vraie rénovation est celle ue l’on met en pratiue. ussi, le  uillet, nous serons le premier parti ui inscrira dans ses statuts ce non cumul entre un mandat national et un mandat local. ’ai ien entendu les critiues et les remarues de ceu ui ne partagent pas cette analse. e le redis simplement : e ne suis pas convaincue par ceu ui m’epliuent ue nous allons vers un désarmement unilatéral. e considère u’être plus démocratiue, u’être plus ouvert, u’être mieu renouvelés et u’être au couleurs de la France ue nous voulons représenter est un atout. on souci, c’est d’être capale de porter ensemle une avancée démocratiue. ussi, e proposerai, tout en maintenant le noncumul pour les sénateurs élus en 2011, u’ils puissent, s’ils le souhaitent, rester à la tête de leur eécuti territorial usu’en septemre 2012, date à lauelle les députés devront eu aussi avoir ait ce choi. ela permet par ailleurs d’harmoniser la situation entre l’ensemle des parlementaires. Enfin, la rénovation, c’est renorcer la démocratie au sein de notre collectivité socialiste. ous sommes un parti déà ien démocratiue, où tous nos candidats sont désignés par les militants. ous préérons un parti ui déat, vivant et lire,
cohérence le choi des orientations politiues et de nos dirigeants au niveau national comme au niveau local. e voudrais dire aussi u’il ne aut pas oulier les militants dans la rénovation. ous discuterons ensemle. avid ssouline nous era des propositions pour un chantier u’il souhaite ouvrir dès le  uillet, pour réeaminer nos règles d’adhésion, les conditions d’accueil des nouveau adhérents, mais aussi pour porter des nouvelles ormes de militance. isonsle entre nous, les réunions de section, ça ne sufit pas, on a envie de nous voir sur le terrain, et eaucoup de militants ont parois envie de nous reoindre pour s’occuper d’insertion, de culture, de sport, et pas oligatoirement pour être tout de suite à même d’entrer dans l’ensemle des dispositions de notre parti. oilà, mes chers camarades, rénover, ce n’est ni rafistoler ni ripoliner. énover vraiment, c’est dire au citoens l’idée ue nous nous en aisons comme socialistes, l’idée ue nous nous aisons de cette démocratie au è siècle. ’est aussi lui donner chair, et c’est ce ue nous essaons de aire en mettant un parti eemplaire ouvert, ouvert sur la société, avec nos primaires, proondément renouvelé grâce au noncumul, à l’image de la société avec la parité intégrale et l’ouverture avec la diversité, et transparent avec la aute autorité. ’est aussi la capacité de construire une dnamiue de victoire à gauche. ’est uand le P a su se réormer luimême pour répondre au changements de la société u’il a otenu la confiance de celleci.
Élisabet uiou
Conseil national du 8 juin : les extraits des interventions etrouve lintégralité des interventions sur partisocialiste.r
 première marche ue nous nous saurons aire de cette proposition ssi à ranchir avec notre un atout électoral ui nous permettra n sur le nouveau proet ustement de prendre lavantage. ue, social et écologiue, nous ur la parité, nous avons été pionniers ne deuième marche à ne pas avec la loi du  uillet 1, ui a modié  notre chemin pour 2012. ous la onstitution pour permettre la parité  nécessité asolue, celle de dans les élections, et avec la loi du  uin ver et de retrouver la recette 2000. ans les élections au scrutin de a touours réussi, cestàdire liste, nous avons ,  de conseillères r le changement. ous avons régionales, nous avons la parité dans les voir de nous rassemler. élections européennes, dans les élections ns réussi dans notre première municipales. e prolème, cest les onvenon, il aut asolument ue nous élections uninominales, les législatives le réussissions auourdhui.et les élections des conseillers générau. avoir ue 12,  de emmes conseillères ur les primaires, nos militants ont générales, cest non seulement chouant, voté, nous allons le aire. es modalités cest indécent. es partis préèrent paer arrêtées sont de onnes modalités. des pénalités nancières plutôt ue près nos uatre conventions, nous dappliuer la parité. e P paie huit ois aurons esoin davoir une onvention moins ue lP, mais 00 000 euros, du proet pour rassemler lensemle de cest encore trop. omme cest écrit dans nos propositions. e calendrier proposé notre tete, nous aurons en 2012, non me paraît ecellent, nous ne devons pas seulement 0  de candidates, mais nous eposer trop tôt notre candidat ou notre allons viser les 0  de emmes élues. candidate. automne 2011 me paraît, à ous avons dailleurs ait des propositions la condition ue nous aons un proet en ce sens, avec runo e ou, à aouti auparavant, le on timing.lssemlée nationale. ous avons discuté dune proposition de loi ui priverait les ela ait longtemps ue nous parlons du partis politiues ui nont pas 0  de noncumul des mandats. ailleurs, nous emmes candidates de tout nancement avons été les premiers à proposer des lois pulic, et ui appliuerait des pénalités et à le aire entrer dans les aits. l aut nancières dissuasives à ceu ui maintenant aller usuau out. est une nauront pas 0  de emmes élues.  a eigence pour aire le renouvellement, parité, ce nest pas 0 , 0 , cest 00. la parité et la diversité. est ensuite une Pouruoi  Parce ue les emmes ne sont condition pour assurer la crédiilité de pas une catégorie, il  a des emmes dans lensemle de nos propositions. est toutes les catégories, che les vieu, che vraiment une condition pour ue nous les eunes, dans la diversité etc. arrivions à rénover la vie politiue comme nous le voulons, cestàdire à aire vec le noncumul, la parité, la diversité, en sorte ue le Parlement eerce tout son le renouvellement, nous nous plaçons rôle, aire en sorte ue les parlementaires dans les meilleures conditions pour puissent  être plus assidus et pour ue pouvoir à nouveau représenter une la décentralisation continue à aire dnamiue de changement. e nest pas de nouveau progrès. ela peut être dans limmoilisme ue nous gagnerons pour nous un atout ormidale dans en 2012. ous aurons la orce de notre les élections ui viennent. a droite ne proet et nous aurons la volonté de dire sait pas comment se dépatouiller avec au Françaises et au Français comment ça, nous devons les mettre ace à leurs nous voulons changer la société ». responsailités. e suis persuadée ue