La secte

Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 152
Nombre de pages : 250
Voir plus Voir moins
Roger Gonnet La Secte cadre repenti de la Scientologie dianétique Roger Gonnet a passé huit années en Scientologie et fondé un important groupe scientologue français. Il a atteint au plus haut degré d'initiation. Mais, il y a quinze ans, il a ouvert les yeux. Il présente le panorama sinistre d'une secte sans scrupules, et les méthodes de séduction qu'elle utilise. La Scientologie dianétique, née de l'imagination débri­ dée de l'auteur de science-fiction L. Ron Hubbard, peut être considérée comme la secte type, tant ses caractéris­ tiques sont outrées. L'organisation fait au monde une guerre sans merci, dans les domaines juridiques, finan­ ciers, religieux, médicaux... Dans celui de l'information SECTE ARMÉE POUR LA GUERRE aussi, au moyen de ses services secrets, de ses maisons d'édition, de ses connexions sur Internet. Un des groupe­ ments les plus dangereux du monde est analysé ici sans concession. chronique d'une « religion » commerciale à irresponsabilité illimitée Introduction de Xavier Walter ALBAN La Secte © Tous droits réservés par ALBAN ÉDITIONS. ALBAN ÉDITIONS 1 1, avenue Charles de Gaulle, F-95700, Roissy-en-France ISBN : 2-911751-04-3 Diffusion-distribution Distique La loi du 11 mars 1957 interdit les copies et les reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du code pénal. A ceux qui ont souffert de mes activités alors que j'étais scientologue. A toux ceux qui souffrent encore en Scientologie. A ceux qui liront et comprendront. Avec mes remerciements à Serge Bésanger et Xavier Walter pour leur relecture, leurs excellents conseils et leur courage. Roger Gonnet "La Scientologie est une secte armée pour la guerre : je dirai ce que je sais sur ses armements, ses goulags, ses défenses et ses abris antiatomiques. Ceci, pour les armes physiques. Elle est aussi armée pour la guerre économique, pour la guerre juridique, pour lae politique, et pour la guerre de l'information. Le XXIe siècle pourrait être scientologue, si on la laissait faire." Roger Gonnet "Peu après mon retour chez moi, la catastrophe de Jonestown [930 morts 'suicidés' de la secte du Guyana] eut lieu : c'est ce qui m'ouvrit les yeux. Jusque là, si Hubbard m'avait tendu le verre de poison en me disant de le boire, je l'aurais fait, sans me poser de questions et sans arrière-pensées. C'est à ce moment-là qu'eut lieu le choc qui me sortit de la Scientologie." Annie Rosenblum, Le Projet Force de Rédemption Roger Gonnet cadre repenti de la Scientologie dianétique SECTE ARMÉE POUR LA GUERRE chronique d'une « religion » commerciale à irresponsabilité illimitée Introduction de Xavier Walter Avertissement Une première version de cet ouvrage a été tirée à 80 000 exemplaires sur CD-Rom en septembre 1997, en annexe d'une revue d'informatique. L'auteur a entièrement remanié la présente version. Il y a ajouté de nombreux éléments, suite, sou­ vent, à la découverte de pièces rares, sur Internet. Roger Gonnet est un repenti... Pour la secte, un apostat, un renégat, un traître. En 1974, il avait fondé la première franchise scientologique provinciale à Lyon, devenue une "Eglise officielle"de Scientologie. Il l'anima pendant huit ans, y entraînant sa famille. Il connaît tous les organes du mouvement créé, il y a bientôt cinquante ans, par l'Américain Lafayette Ronald Hubbard, son fonction­ nement, ses dangers. Il en donne ici une description hallucinante. Halluciné, Roger Gonnet ne l'est plus : il a rompu le charme, et l'organisation l'a déclaré suppressif, le pire opprobre dont elle pouvait le frapper, après des années de bons et loyaux services... Il ne se contente pas de faire son mea culpa. Avec courage, il entretient aujourd'hui deux sites francophones voués à la lutte contre les sectes, parmi les plus importants existant sur Internet. Les chercheurs, ou ceux qu'anime simplement une saine curiosité, pourront y trouver les preuves de ce qu'à ses risques et périls, il avance ici. On se connecte sur : http://www.antisectes.net http://scientologie.fraude.free.fr http://www.xenufrance.net http://narconon.critique.free.fr http://ccdh.critique.free.fr http://www.moreaboutscientologycult.eu Ces sites contiennent ses traductions de nombreuses pièces importantes, témoignages, jugements, articles de presse : environ dix fois le volume du présent ouvrage. C'est sur Internet qu'ALBAN a découvert Roger Gonnet. Pourquoi servir de boîte à lettres à son texte aux into­ nations parfois excessives et dont il revendique les excès ? Cette publication peut être utile à un débat, escamoté aux yeux des uns, sans intérêt pour d'autres, digne à notre sens d'une sérieuse réflexion. Les sectes ont toujours existé, car elles sont un symp­ tôme du malaise des temps. Or, avec les capacités modernes de la diffusion des idées, la vitesse des moyens de transport, le mal traditionnellement localisé peut enflammer la planète. C'est à cette éventualité qu'ALBAN a songé : Ce livre est une mise en garde : "Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans sont des loups rapaces. C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez... Tout arbre qui ne donne pas un bon fruit, on le coupe et on le jette au feu." Matthieu, 7, 15-19. Que nul, s'il est de bonne foi, ne vienne crier au délit d'opinion, à l'inquisition : les sectes n'attendent que ça, afin de se poser en martyrs et d'asseoir la respectabilité qui accélérera leur essor... Lisez, consultez Internet, informez-vous, il n'y a jamais eu d'autre moyen d'échapper au charme des sirènes. Xavier Walter a fait des études de lettres. Il a donné des dizaines de chroniques au Figaro, au début des années 1980. Il a publié divers études historiques, consacrées notamment à l'Extrême-Orient, chez Payot, chez Alban. Il a adapté de l'américain et présenté la thèse de George Ritzer, McDonaldization of Society, publiée, sous le titre Tous rationalisés /Il achève deux ouvrages sur les rapports passés entre Chinois et Européens ; en prépare un troisième, sur la défaillance historique de l'enseignement laïque en France. ALBAN 10 I PARTIR, EST-CE MOURIR UN PEU ? "Une personne vraiment suppressive n'a aucun droit d'aucune sorte ; les actions des Scientologues à son encontre ne sont pas punissables..." L. Ron Hubbard1 Copenhague, septembre 1982. Il fait nuit, il fait froid. A près de six heures du matin, j'entre dans la petite pièce grise où siègent, depuis la veille au soir et après leurs treize heures de travail quotidien, quatre membres de la direction européenne de la secte, réunis pour statuer sur mon cas. Sous la présidence d'un vieux briscard du système disciplinaire nommé "éthique", Jean-Michel Wargnier, ils ont joué leur rôle et épuisé l'ensemble des questions et ré­ ponses de ce tribunal nocturne - presque toujours hors de ma présence et en l'absence de tout avocat. Ils ont décidé ma mise à mort pour les trillions d'années à venir. L'opération qui s'acnève n'est que la suite sciento-logique d'une série de brimades qui durent depuis des mois. J'ai le sentiment d'être dans un péril extrême. Les rares "crimes capitaux" qu'on m'impute sont égrenés, ils sont sans fondement. Toutes mes attentions po­ sitives, mes actions profitables au groupe ont été retour­ nées, réduites à rien, ou passées par profits et pertes. La sentence tombe dans le silence. Le président du "Comité d'Evidence" ment ; il est incapable de me faire face, il a honte, mais les ordres sont venus d'en haut : je ne suis plus personne, je ne suis plus le scientologue dévoué ; je suis "déclaré suppressif", le pire opprobre dont ils pou­ vaient me frapper après cette longue nuit. Il n'existe qu'une voie d'appel : accepter la sen­ tence et l'humiliation des "étapes A à E" préétablies par le 1 Page 556, vol 1 OEC. OEC : Sigle (initiales) de cours d'organisation pour cadres, il s'agit d'une douzaine de volumes des lettres de règlements hubbardiennes. 25 gourou ; les accepter revient à me casser, à me faire ad­ mettre des torts que je n'ai jamais eus, à obtenir que je "leur" obéisse désormais sans discussion. Il faudra encore de longs mois et bien des péripéties avant que j'émerge de huit années de léthargie mentale, d'annihilation - que je retrouve une réelle envie de vivre, que je sois en mesure de redevenir un homme libre de pen­ ser et de dire ce que je crois. Avant que je sois enfin capable d'observer que presque tout ce que j'ai appris là- bas ne reposait que sur le vent, le sable, la misère de milliers d'êtres humains réduits en esclavage ; sur le men­ songe, l'escroquerie, la torture mentale, sinon physique. Avant que j'éprouve assez de culpabilité et de responsa­ bilité envers ceux que mon action a noyés là-bas, pour me décider enfin à parler, parler encore pour que d'autres ne subissent pas à leur tour mon sort - ou pire encore. Fondateur et patron d'une "organisation" ou "org" de la secte, je savais d'elle beaucoup des choses. J'en apprendrai ou découvrirai, hélas, bien d'autres. Comparé à quantité de scientologues qui n'ont pas eu ma chance, ou qui furent trop confiants, je n'ai pas vraiment beaucoup souffert. Je suis vivant. Secte armée pour la guerre La Scientologie est une secte armée pour la guerre : je dirai ce que je sais sur ses armements, ses goulags, ses défenses et ses abris antiatomiques. Ceci, pour les armes physiques. Elle est aussi armée pour la guerre économique, pour la guerre juridique, pour la guerre politique, et pour la guerre de l'information. Le XXIe siècle pourrait être sciento- logue, si on la laissait faire. C'est la conviction que j'ai acquise, à la voir en action. En outre, elle s'étend en ré­ seau : sous le masque de l'assistance, elle cherche à cap­ ter et à fédérer les autres mouvements sectaires. Elle envoie des missionnaires porter aide et conseil aux grou­ pements qui connaissent des ennuis comparables aux siens. Elle les trahira, quand elle aura épuisé ce qu'elle pouvait en attendre : manifestations, fichiers, procès, presse, etc. La Scientologie domine toujours, car elle dispose d'un sys­ tème d'information, de moyens d'action sans comparaison aucune avec ceux des autres mouvements sectaires. 26 La Scientologie prend appui sur l'inépuisable candeur humaine, je parlerai donc, ici et là, de sciento- crétinologie, rompant par ces calembours, je l'espère, avec la litanie des crimes et autres turpitudes qui, hélas, justifient ce livre. D'autres titres auraient pu très bien convenir à cet essai : La reine des sectes, en fait le premier titre choisi, usqu'à ce que j'apprenne quelques faits sur les armements, es goulags, les défenses et les abris anti-atomiques de 'organisation. La puissance et la gloire (celles du gourou) Que faire quand vous n'êtes pas paumé, mais qu'on vous le dit ? Science à proscrire Imposture et Scientologie : trop de preuves ! Pour qui sont ces scientos qui sifflent sur nos têtes ? Vade retro, scientonas ! Les victimes sont en fait des bourreaux Religion des saints procès... sans processions... Magic'sciento et les 48 ans du mensonge L'église du procès béni Scientologie rime avec escroquerie, Dianétique, avec fric Les dessous d'une sale affaire : la scientologie/dianétique La religion du sacro-saint Dollar ...j 'en passe. Fédérer les autres sectes La Scientologie dispose d'un formidable "intelligence service". Elle a dans sa sections spéciale, des agents de liaison avec les autres sectes, qu'elle cherche à fédérer autour d'elle. Se figure-t-on le risque que représente cette concentration ? Comme vampire à fric, elle est plus forte que la majorité des organisations sectaires2. Son autorité s'étend plus aisément, aussi, car elle ne fait pas directe­ ment appel à la foi. La multiplicité et la diversité des points de vue doctrinaux affichés par Ron Hubbard, son fondateur, sont bien supérieures à ce qu'on trouve ailleurs. La Sciento­ logie est ainsi beaucoup plus dangereuse que les autres, offrant bien plus d'arguments d'apparence rationnelle, joints 2 Bien que certaines soient plus riches qu'elle : Sokka Gakkai par exemple, à qui des centaines de milliers de cadres japonais versent de forts pourcentages de leurs revenus. 27
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.