Lundi de pentecoˆte postes

Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 209
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
60 rue Vergniaud 75640 ParisCEDEX13 www.fo-com.com postes@fo-com.com
FÉDÉRATION SYNDICALISTE FORCE OUVRIÈRE DE LA COMMUNICATION POSTESDÉCEMBRE 2008•Codes A et P
DES ENGAGEMENTS SANS ASSURANCES
Alors que la campagne contre la privatisation de La Poste s’organise dans tout le pays, le président de la République a estimé urgent de s’exprimer. Le 19 décembre, il a convié à l’Élysée responsables syndicaux, politiques et associatifs. Pour M. Sarkozy, La Postela quintessence du service public« est». Son discours a-t-il été à la hauteur de cette profession de foi?
Le statut de l’entreprise ? Le président veut que La Poste devienne, au printemps 2009, une« sociétéanonyme à capitaux 100 % publics»Pour FO, ce choix serait un engrenage fatal. Évidemment, c’estpire »« moinsque la vente aux spéculateurs de la Bourse. Mais cela ne change rien sur le fond: dès que l’économie ira mieux, rien n’empêchera de modifier la loi et d’ouvrir le capital… D’ailleurs, le président entretient l’ambiguïté sur les% »« 100: il concède qu’en dernier ressort ce sont les parlementaires qui choisiront! Donc, on n’est sûr de rien. On se souvient aussi des exemples d’EDF et de France Télécom. Au fait, la SNCF entre en concurrence, investit à l’étranger, doublera sa dette par rapport à La Poste et son statut reste inchangé? Bizarre… Le service public ? Le président est catégorique: il sera garanti, « pérennisé » autour de ses quatre piliers: présence postale, service universel, accessibilité bancaire, presse. Sauf que sur le financement, pas un mot. Il y a deux poids deux mesures. Car pour le fameux« développement »commercial l’État est prêt à dégager 2,7 milliards… Étonnante promesse d’ailleurs, qui a de fortes chances d’être retoquée par Bruxelles. Alors que la proposition de FO consistant à compenser les missions de service public par des fonds publics, via un établissement spécifique, est difficilement attaquable. Toujours bizarre… Pour nous rassurer, on nous dit aussi que La Banque Postale restera la propriété de La Poste. Pour en être sûr, il faudrait que la règle actuelle, qui permet d’ouvrir à tout moment le capital de la banque, soit changée. Pas un mot là-dessus… En bref, il s’agit d’engagements sans assurances. Le président de la République a préféré la littérature à l’arithmétique… En route vers le 29 janvier ! La rencontre de l’Élysée fut certes notable, mais non décisive. Le débat public continue. Il est déterminant que, dans les semaines et les mois qui viennent, notre campagne collective s’intensifie. Les postières et les postiers doivent rester mobilisés. Le 29 janvier, par la grève et la manifestation, ils seront avec tous les salariés qui refusent de payer les pots cassés de la crise.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.