SARKOZY RééCRIT LA FABLE DE LA CIGALE ET LA FOURM

Publié par

SARKOZY RééCRIT LA FABLE DE LA CIGALE ET LA FOURM

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 258
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
>tréesocialeenrfnaecalner  actualité
S a r k o z yr é é c r i d el ac i g a l ee t AprèsAvoirnourrilesriches  près les réductions d’impôts ac-cordées aux riches du temps de cigAlesAristocrAtiquesdeRaffarin, puis Villepin, le nouveau président de la République a donné cAdeAuxdurAntlété, le  la priorité à une nouvelle baisse de la fiscalité pour les plus fortunés. présidentsArkozyetson  En 2006, 95 % des baisses d’impôts, évaluées à 5 milliards d’euros, ont gouvernementontprésenté  bénéficié aux 5 % de contribuables les plus aisés. Pour lAdditionAuxpAuvres  fourmisprolétAriennes  AvAntmêmequelAbisesoit  venue.souvenons-nous. JusteAprèslesélections  lltlsrlgvs2eLcgdAbdLccTqAopmiealaeiéafl0saanehvooéoehuvoVesigfecurf0crnveegndxûaeauegAmsuuagsdi.aeunts8asrcsoqrrcunaec,olesstaptqtclieqoPontdultionsridulusnréuàaaohasuueuéeuucanrariv4aqedrrrreelcpnefebéhfedntdeu1uruviaeltoralAkoarenzituacsreveraà7,sélèene200en,ovéttes,roeudsrdaillim3oê-esmerlneocnotecsrpntmenetnedécérptiavanprnterpooteessrulle.neitreu6de%0sdeniagdsmnuganélafonnéleboucleiraturalcédiuqeganésonliilm10tai-isèrertunmle,xempepedovuossaérumeirnervenelsétaitusannuetoeéiv0270enes.nellesnepédnosrepssonliilessurpoà05%assrueuascaltnoevnisésreL.le,chsfrifsessimaprèlesonibidpsunserevdeosr-ilm5eganémemêm61%eniffreàrecehcrieomtnenuvfateupex,tôptesupuressheedene-lpmévoééttenemalgdteététeceéttaussitalCDRalCGSetnioS.ostlaicacseeluacpmdeagneozySarkiavart«ulprellurposiotnertreenèscetaunmotC.etsealnccotirétisadonefsnartelcevansroatpeslurpoaulbrtbicnoaxuertdttntuotigaavaiissl»usMa.vaialissedudunebadretucétehcatrusteeraombiragiugavauaertulp,xdavtrserla,seatonnemmàturchaqueproduinuosapoysns»leoups«iaocrrusrecréerdabtpsieénueVTADe.tsanurrbcastseli,sulpieste,relPusTPIralrtap.snoeti,loesleuhsedreinresacedauxxsagàeésrergndnttaulocsnelsetrumoamenosquommeusslsnaseludasesurnciseheelruqyoueemplàltneiatûocseraintmeléppsusre législAtives, lesdéputésetles  sénAteursontlégiférédAns  lurgence, etfAitvoterpAr  lepArlementdesmilliArds  deurosdedéductions  fiscAlesAuxplusriches.
 > VIENOUVELLEN°11otcboerov/nbrem20e07
t la fab l e l af o u r m i s U Rl E S1 3m I l l I O N S D ER E t R à I t é S ,b E à U C O U p O N tE N C O R El àf O R C E D ES Ef à I R EE N t E N D R E .
>ceanfralrnetréesocialeen  actualité
durée légale du travail. Avec cette loi, elles vont coûter moins cher. Le patron gardera la maîtrise de la distri-bution des heures supplémentaires à la tête du client, et le salarié qui travaillera plus enrichira davantage son employeur. Les déductions d’impôts sur les emprunts immobiliers avaient suscité de réels espoirs chez les jeunes mé-nages qui acquittent des loyers trop élevés pour leurs budgets. Mais, finalement, il faudra avoir acheté après l’élection présidentielle pour y avoir droit. De plus, de nombreux observateurs jugent que cette mesure bénéficiera moins aux accédants modestes qu’aux pro-moteurs, aux vendeurs et aux agents immobiliers. Ces derniers profiteront de la meilleure solvabilité donnée aux nouveaux accédants par la réduction d’impôts pour augmenter les prix. Le nouveau pouvoir à tirer un trait sur les droits des retraités La croissance économique n’a été que de 0,3 % au se-cond trimestre 2007. Plus personne ne croit à une aug-mentation du produit intérieur brut (PIB) de 2,5 % sur l’année en cours. Du coup, les rentrées fiscales de la TVA et des impôts sur les sociétés seront moins élevées que prévu. Le budget 2008 sera difficile à bâtir, tandis que tous les ministères en sont déjà à traquer les dépenses utiles. Les cadeaux faits aux riches ne vont pas relancer la consommation ou les investissements. Cet argent va aux placements financiers spéculatifs comme l’a mon-tré le coup de tabac des bourses mondiales en plein mois d’août.
Lafacturedescadeauxofferts  àuneinmeminoritédeFrançais apparaîtsousforme  dunenouvellefranchisede50pourlesassuréssociaux.
Une fois ces sommes gagées au service des riches, le gouvernement Sarkozy-Fillon présente à l’immense ma-jorité des Français la facture des cadeaux offerts à une infime minorité. Et là apparaît la nouvelle franchise de 50€ pour les assurés sociaux sur les actes médicaux et les médicaments. Cette franchise doit prendre la forme d’un déremboursement de 0,50 euro par boîte de médicaments et par acte médical, un dérembour-sement de 2€ pour un transport sanitaire. La franchise sera appliquée dès 2008, sauf si la protestation grandit suffisamment pour la faire capoter. Voilà qui souligne la pertinence de l’action engagée par l’UCR-CGT contre la franchise.
l e sg r a n d e sf o r t u n e so n tl ev e n te np o u p e ropriété de Serge Dassault et défenseurEn 2008, le rendement de l’ISF va diminuer, P des grandes fortunes,le Figarocar chaque contribuable concerné pourra dé-a publié, le 21 août dernier, un tableau qui rappelleduire 30 % de la valeur de sa résidence princi-que l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF)pale de la valeur totale de son patrimoine. Par a été payé par 335525 ménages en 2004,ailleurs, le bouclier fiscal permettra aux PDG 394 518ménages en 2005, 456856 ménageset autres nantis de garder 50 % de leurs gains en 2006, alors qu’il sera acquitté par environsalariaux financiers et spéculatifs, voire beau-518 000ménages en 2007.coup moins avec la déduction de la CSG et de la CRDS. Ces chiffres montrent clairement que le nom-bre de riches augmente rapidement et réguliè-Ces remises fiscales iront donc grossir les rement en France, tandis que l’ISF ne faisaitpatrimoines des ménages qui n’en finissent que corriger à la marge cette inégalité sans enpas de s’enrichir sur le dos des autres, alors inverser la tendance. Ils montrent aussi queque les députés de droite ont lancé un ballon les arguments utilisés par Nicolas Sarkozy etd’essai en vue de supprimer des déductions ses ministres sur la pénalisation des gens quifiscales plus modestes, comme celle dont peu-réussissent sont nuls et non-avenus.vent bénéficier des ménages retraités, quand ils emploient une femme de ménage.P..LG.
> re2vemb007co11/eonotrbIEVOUNLLVEN°E  
D’une façon plus générale, le nou-veau pouvoir a délibérément choisi d’ignorer l’existence de 13 millions de retraités, de tirer un trait sur leurs droits, leurs revendications, leur aspiration à une vie digne à domicile ou dans un établissement spécialisé. Il n’y a plus de secré-taire d’État en charge des person-nes âgées. Seuls les riches retraités inclus dans la grande bourgeoisie, titulaires de biens immobiliers et de paquets d’actions, ont profité comme les autres riches des larges-ses du pouvoir. Parce que leur santé est forcé-ment moins bonne que celle de la moyenne des Français, les retraités seront les plus nombreux à payer le désengagement de l’État du secteur de la santé en raison de la fran-chise, des actes non remboursés, des hausses de tarifs des mutuel-les, quand on n’est plus dans une entreprise. C’est le contraire de la solidarité voulue par les fondateurs de la Sécurité sociale. Mais sur les 13 millions de retraités, beaucoup ont encore la force de se faire en-tendre. À condition de bien leur expliquer ce qui se passe. GérardLePuill
larentréesocialeenfrance> actualité
L e sva c a n c e sd eM o n s i e u rs a r k o
Beaucoupderetraitésetderetraitéesvivantseuls  ouencouplenontpaseulesmoyensdesoffrir  desvacancescetteannée.Partirsupposedepayer  unelocationetlevoyage.Saufàdisposerderela-tionsbienplacéessusceptiblesdesepayerunsé-joursurunyachtdemilliardaireàMalteoudans  unegrandepropriétédeluxeauxÉtats-Unis. ÀMalte,NicolasSarkozyetsafamilleontséjourné  surlebateaudeVincentBolloréjusteaprèslélec-tionprésidentielle.Ilafaitvaloirquesesvacances  necoûteraientrienàlÉtat.Admettons. PoursesvacancesdétéàWolfeborodanslÉtat  américainduNewHampshire,lafamilleSarkozy  abénéciédunevilladeluxeaveconzesalles  debain,dontlavaleurlocativeaétéestiméeà  44000podurnise,osuexesamivalentitléqu detroisannéesdesalaireauSmic.Làencore,la  factureauraitétépayéepardegénéreuxamisdu  coupleSarkozy. Lapremièredameàleuroffrircebijouimmobilier  dansunécrindeverdureestAgnèsCromback,  présidentedujoaillierTiffany-France.Laseconde  estMathildeAgostinelli.Cettedernièreestres-ponsableàlacommunicationdePrada-France,un  grandnomdelahautecouture.CéciliaSarkozy  shabillechezPradaetcechoixestrégulièrement  citédanslespotinsmondainsetlesjournauxfé-minins.Onpeutdoncpenserquecettepréférence  vestimentairefavorableàlapromotiondela  marquePradaluiavaluceretourdascenseursous  laformedunevillégiature.Ajoutonsquelemari  deladame,RobertoAgostinelli,estunbanquier  daffairesquidoitvoirdunbonœillespremières  mesuresprisesparlenouveaupouvoirenfaveur  desplusriches. NotonsencorequeMathildeAgostinelliestla  bellesœurdePierre-JérômeHénin,leporte-parole  adjointdelÉlysée.Enn,lecoupleAgostinelli  avaitunepetitedetteenverslecoupleSarkozy,  puisquilaeudroitprécédemmentàunweek-end  aufortdeBrégançon.AuxfraisdelaRépublique  cettefois...LPG.
7 > re2007VIEOUNLLVEN°E11corboton/ebmev
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.