Sibérie, la conquête en panne

Publié par

Sibérie, la conquête en panne

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 103
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
L’émission du CNDP et pour les écoles et les collèges
GÉOGRAPHIE Paysages à lire
de
La
Cinquième
Sibérie, la conquête en panne
IMMENSE RÉSERVOIR DESPACE et dematières premières, la Sibérie, front pionnier de l’économie russe, est plus que jamais un bout du monde, à l’écart des nouveaux centres de l’économie de marché. Les industries lourdes sont en crise et les habitants affrontent les difficultés multipliées de la vie quotidienne tout en recourant au traditionnel système D.
L’usine d’aluminium de Saïanogorsk.
Après des siècles d’autocratie et plus de soixantedix ans de parti unique, la Russie est, depuis 1991, avec la disparition de l’URSS, le pays de toutes les transitions. De plus, L’État le plus vaste du monde est en ce moment durement frappé par la crise. C’est dans ce contexte queGalilée propose un état des lieux d’une ville pionnière de la Sibérie méridionale. Située à 3 000 km de Moscou, sur les rives de l’Iénisseï, Saïanogorsk est né dans le cadre de la planification soviétique et de la mise en valeur des ressources de la région : l’hydroélectricité. Prévue pour abriter 200 000 habitants et trois complexes industriels, la ville a stoppé son développement avant 1992. Aujourd’hui, la transition économique amplifie une situation de blocage, de panne. L’héritage de la période soviétique est encombrant, et le documentaire reflète certains problèmes permanents de la Russie. À travers les témoignages des habitants de cette ville du bout du monde (l’exploitation de la ligne de chemin de fer qui la reliait au Transsibérien a même été arrêtée), on peut comprendre comment la société russe d’aujourd’hui est une société « pionnière », meurtrie par les attentes et les déceptions, mais où tout reste possible.
CENTRE NATIONAL DE DOCUMENTATION PÉDAGOGIQUE
Information
DÉCOUPAGE
Saïanogorsk, au bout de la route 00 min 00 s Créée en 1975 en Sibérie, à 3 000 km de Moscou, Saïanogorsk, issue d’un projet de planification, est aujourd’hui en péril. 00 min 26 s Approche satellitale de la région et zonification du paysage étudié. 01 min 06 s Le barrage, construit en premier, devait alimenter une ville de 200 000 habitants et 3 usines. Mais la ville ne regroupe que 40 000 habitants et une seule usine d’aluminium, privatisée en 1992. 01 min 41 s Pavel Taranov est grutier : l’usine est en situation de monopole sur le marché du travail face aux ouvriers qui craignent le chômage. 02 min 31 s Lors de la période communiste, les commandes étaient surtout militaires. Les coûts de production sont encore les plus bas du monde, et les profits, considérables, proviennent de l’exportation. 03 min 15 s La ville est protégée des retombées de l’usine par unno man’s land, où les habitants font paître leurs troupeaux ou cultivent leur potager sans crainte, malgré la pollution réelle. 04 min 00 s Saïanogorsk a été créée de toutes pièces. Alexandre Zinoviev, architecte à la mairie, ne perçoit plus de salaire depuis plusieurs mois, comme tous les fonctionnaires. Les fonds manquent pour créer des infrastructures pourtant essentielles, mais négligées lors de la construction. 05 min 14 s Pavel est propriétaire de son appartement, attribué dans les années 80. Images de la vie quotidienne. Il ne conçoit pas l’avenir sans travail (regret voilé du stalinisme). 06 min 20 s Images de petits commerces. À la création de la ville, les immigrants venaient des régions proches, maintenant ils viennent d’Ukraine, de Kirghizie… 06 min 51 s Irina Nagornaïa est d’origine tzigane : elle compare la période où le « système » assurait à tous la sécurité, avec la période actuelle où insécurité et chômage sont la règle. 07 min 20 s Depuis la chute du régime soviétique, la voie ferrée n’est plus utilisée que pour les trains de marchandises. Interview d’Olga Anatolievna qui entretient les voies. 08 min 09 s Le weekend, les habitants vont dans leur datcha. Ils s’y détendent et s’occupent de leur potager, complément économique. Images de la vie quotidienne. 10 min 23 s Ces datchas sont à la limite de la forêt sibérienne où les citadins peuvent retrouver les plaisirs d’une nature encore sauvage. Ce secteur serait à développer pour le tourisme, source de revenus. 11 min 36 s Saïanogorsk est maintenant une ville oubliée, qui « paye fort le prix de ses origines ».
2 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
CARTE DIDENTITÉ
Disciplines, classes et programmes concernés en priorité e Géographie, 4 : la Russie. e Géographie, 3 : programme 1985, la Russie.
Autre discipline ou classes possibles le Géographie, T L, ES, S : peuplement et maîtrise du territoire en Russie.
Objectifs de l’émission Montrer l’immensité continentale, identifier un front pionnier et comprendre la mise en valeur d’un territoire. Comprendre l’héritage encombrant de l’époque soviétique mais aussi l’impact sur la société des bouleversements et de la crise que subit la Russie aujourd’hui. Sensibiliser aux problèmes de l’environnement. Montrer que Saïanogorsk est une des périphéries de la Russie.
Principaux thèmes abordés L’héritage historique de la planification soviétique en Sibérie, la mise en valeur du territoire, l’utilisation des ressources : la houille blanche de l’Iénisséï, le développement des activités industrielles d’un front pionnier. La transition économique, la vie quotidienne d’une population qui fait face aux bouleversements récents. Les voies de communications, les transports et les services déficients, le développement d’une agriculture périurbaine avec les lopins individuels. Les problèmes de pollution et d’environnement. Le peuplement des régions pionnières et son évolution. Atouts et handicaps de la Sibérie utile.
Représentations préalables à prendre en compte On pourra, avant de voir l’émission, donner la parole aux élèves pour leur demander ce qu’est pour eux la Sibérie. C’est le moyen de faire le bilan sur leurs représentations. Il est prévisible de voir émerger l’image d’un monde froid, immense et vide ; l’utilisation du documentaire est l’occasion de montrer une autre réalité.
Vocabulaire prérequis Barrage, matière première, entreprise, usine.
fonctionnaire,
administration, taïga, salaire,
Vocabulaire à expliquer Staline, tzigane, Transsibérien, datcha, banja ; perestroïka, soviétique, aluminium, marché du travail, coût de production, profit, investisseur,no man’s land, rentabilité, fret, coopérative, lopin.
Vocabulaire à mettre en place URSS, communisme, front pionnier, économie de marché, planification, privatisation, capitalisme.
3 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
En classe
SUGGESTIONS PÉDAGOGIQUES
ØDémarche sur l’ensemble de l’émission e Géographie, 4 : la Russie, « Vivre en Sibérie ». e Géographie, 3 : programme 1985, la Russie.
SAÏANOGORSK,FRONT PIONNIER ENSIBÉRIE UTILE  Localisation. La Sibérie couvre 75 % du territoire russe. Sur un fond de carte, faire localiser cette immense région en distinguant la Sibérie utile de la Sibérie du Nord. Sur la même carte placer l’Iénisséï, l’Ob, la Lena et la Volga. On en profite pour placer Moscou et Saïanogorsk afin de mesurer la distance qui les sépare et l’immensité du territoire.  Genèse d’un front pionnier. À partir des premières images du documentaire amener les élèves à retracer les étapes de la naissance d’une ville pionnière en Sibérie, la date, le site choisi. Le professeur définit dans son contexte historique et économique les étapes de la mise en valeur de la Sibérie, de la Russie tsariste à la planification soviétique. C’est l’occasion de repérer les références aux dirigeants soviétiques, Lénine et Staline. Faire remarquer le caractère récent du développement de Saïanogorsk. Amener les élèves à comprendre que les fronts pionniers se sont développés à proximité des sources d’énergie, ici la houille blanche de l’Iénisséï. Expliquer ce qu’est un complexe territorial de production. Insister sur le caractère dominant de l’usine d’aluminium dans la vie économique.
 Le peuplement des fronts pionniers.À partir d’une carte des densités, montrer comment les fronts pionniers ne sont que des îlots de peuplement, souvent urbains, qui forment des clairières au milieu des forêts, le long du Transsibérien dans le Sud sibérien. À partir du commentaire et des témoignages, identifier les Russes comme premiers habitants de Saïanogorsk, les raisons de leur migration. Puis faire remarquer que les derniers arrivants sont issus des républiques voisines et insister sur la stagnation actuelle de la population dans cette région.
 Morphologie d’une ville pionnière.partir du plan fixe et des images, les À élèves identifieront les différentes composantes de la morphologie urbaine. Ceci leur permettra de relever les caractères spécifiques d’une ville pionnière du Sud sibérien.
 Les activités économiques d’une ville pionnière, un passage difficile à l’économie de marché. Le film permet de mesurer le passage de l’économie planifiée à l’économie de marché. De la privatisation de l’usine en 1992 au développement des petits commerces, les élèves recensent les activités économiques et relèvent les difficultés rencontrées par les personnes
4 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
interviewées (fonctionnaires qui ne perçoivent plus leur salaire, manque d’approvisionnement, incertitude sur l’emploi). Le niveau de vie des Soviétiques était inégalitaire et médiocre, mais certains besoins étaient assurés à bas prix par le pouvoir : logement, chauffage, produits alimentaires de base, travail garanti et retraite. Montrer comment l’économie de marché bouleverse cette situation et la société. Mettre ensuite en évidence le poids du complexe industriel d’aluminium dans un contexte économique difficile.
 Vivre en Sibérie, entre difficulté et espoir. On peut compléter la liste des difficultés quotidiennes avec l’ensemble du documentaire : absence d’équipements sanitaires et culturels, fin de l’exploitation de la liaison ferroviaire qui relie au Transsibérien, démission de l’État, pollution. Malgré l’enclavement de la ville et l’arrêt de son développement, les habitants témoignent de leur espoir en l’avenir à travers l’entretien de leur datcha et la culture des potagers qui peuvent pourtant être le signe d’un appauvrissement. Montrer comment cette période de transition développe chez les Russes un « esprit pionnier » c’estàdire une capacité à faire face, à se « débrouiller » devant les difficultés quotidiennes. L’architecte évoque même la perspective du développement du tourisme.
ØPiste : les transports, une difficile maîtrise de l’espace e Géographie, 4 : la Russie.
Interroger les élèves sur leur connaissance de la Sibérie (immensité, préciser sa superficie par rapport à la Russie, climat) et des contraintes de ce territoire sur les transports. Sur une carte du territoire russe, localiser les principaux axes de communications : en étoile autour de Moscou, le Transsibérien et le BAM. Situer Saïanogorsk sur cette carte, au sud de cette « colonne vertébrale » qu’est le Transsibérien. Faire reconnaître le rôle des transports dans l’économie. Montrer qu’en étant reliée au Transsibérien, la ville est enclavée. Demander aux élèves de lister les différentes voies de communications qui traversent Saïanogorsk et la nature de leur trafic. À travers le témoignage d’Olga Anatolievna, les élèves relèvent les raisons de l’arrêt du trafic voyageur et la faible fréquence du trafic de marchandises sur la voie ferrée. Pour conclure montrer que le passage à l’économie de marché accentue paradoxalement l’enclavement de la ville pionnière.
ØPiste sur l’environnement e Géographie, 4 : la Russie, les problèmes d’environnement en Russie.
Interroger les élèves sur le sens des motspollutionetenvironnement(c’est e l’occasion de réutiliser les connaissances acquises en SVT 6 sur l’environnement). À partir des images et du témoignage d’Anani Rahnan (03 min 23 s à 04 min 00 s), les élèves relèvent les menaces et dégradations qui pèsent sur
5 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
l’environnement à Saïanogorsk. Puis ils font la liste des différentes formes de pollution (de l’air, des eaux, des sols…). Une recherche au CDI permet aux élèves de trouver des exemples précis de pollution en Russie, ou dans les pays proches. Une mise en commun des exemples aboutit à mesurer la part des responsabilités humaines et l’ampleur des conséquences sur les milieux de vie. Pour conclure, on évoque les différentes politiques de l’environnement, en insistant sur la prise en compte tardive de ce problème en Russie à partir de la perestroïka et du dramatique accident nucléaire de la centrale de Tchernobyl. On notera enfin que les sociétés occidentales qui s’installent en Russie sont souvent peu soucieuses de l’environnement.
ØActivités : un front pionnier, périphérie à l’épreuve de la transition économique e Géographie, 4 : la Russie. Rappeler aux élèves les notions d’économie, de société et de gestion de l’espace.
 Identifier une des périphéries de la Russie. La classe est divisée en trois groupes qui relèvent les problèmes économiques et sociaux soulevés par le documentaire. Lors d’une mise en commun, à l’oral, chaque groupe fait part de ses observations. Au fur et à mesure, le professeur reprend dans un tableau les informations rapportées, les élèves le reproduisent dans leur cahier (ce tableau fait apparaître les caractères d’une périphérie).
 Bilan.Le professeur montre que Saïanogorsk est bien une des périphéries de l’espace russe et insiste sur les récents bouleversements (en faisant appel aux connaissances des élèves sur l’état de la Russie aujourd’hui) qui ont accru les inégalités à l’intérieur de la société et de l’espace économique russe.
6 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
FICHE ÉLÈVE1 Étude d’un paysage urbain pionnier
e [À utiliser en géographie, 4 , la Russie.]
1.Rechercher sur un manuel la localisation de ce paysage. Quels sont le climat et la densité de population de cette région ? 2.À partir de l’image satellitale et des premières séquences de l’émission, identifier les éléments naturels et les aménagements humains. Ce paysage estil peu ou très aménagé ? Dans quel type pouvezvous le classer (urbain, rural, naturel) ? 3.À partir du plan fixe compléter le croquis et la légende.
Éléments naturels a. b. Voies de communications c. d.
Aménagements humains e. f. g. Habitat sommaire périurbain h. Zone non constructible
4.l’aide des images et du témoignage d’Alexandre Zinoviev, composer un À court texte sur l’aspect général de la ville de Saïanogorsk. Décriver le plan de la ville, les bâtiments d’habitation, les équipements et les services, la voirie. Trouver dans votre manuel un document qui décrit une ville pionnière. Que constatezvous ? 5.le sens du mot datcha. Où sontelles situées, décrivezles et Rechercher dites à quoi elles servent. 6.Où est située l’usine par rapport à la ville ? Nommer la zone qui les sépare. Estelle utilisée par la population ? Quels en sont les risques ? 7.Comment Saïanogorsk estelle reliée au reste de la Russie. Qu’en pensezvous ?
7 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
FICHE ÉLÈVE2 Vivre et travailler à Saïanogorsk
e [À utiliser en géographie, 4 ; la Russie. Après un premier visionnement de l’ensemble du documentaire, un second visionnement est nécessaire extrait par extrait. Matériel : le manuel pour les recherches, un atlas ainsi qu’un dictionnaire.]
LES ACTIVITÉS 1.Répertorier les Saïanogorsk.
différentes
activités
économiques
que
l’on
trouve
à
2.L’usine d’aluminium Quelles sont les raisons du choix de l’implantation de l’usine sur l’Iénisseï ? Rechercher le procédé de fabrication de l’aluminium. D’où vient la matière première, comment estelle acheminée ? Depuis quand cette usine estelle privatisée, pourquoi ? Quels étaient les débouchés de cette usine avant la privatisation, qu’en estil aujourd’hui ? L’usine estelle rentable ? Quelles garanties apporte l’usine à ses employés ?
3.Les petits commerces À l’origine, quelle place est réservée aux commerces dans la ville ? Aujourd’hui, quelle forme de commerce s’est développée à Saïanogorsk ? Quels produits sont vendus ?
4.Les fonctionnaires Quels sont les fonctionnaires représentés dans le documentaire ?
LA VIE QUOTIDIENNE
5.Dans le tableau cidessous répertorier les difficultés rencontrées au quotidien par les habitants et les solutions qu’ils y apportent (dans tous les domaines : alimentaire, financier, sanitaire et culturel).
Domaines
Difficultés
Solutions
6.Pavel évoque le souvenir de Staline. Chercher quel rôle a joué Staline dans l’histoire de la Russie. Pourquoi y faitil référence ? 7.Alexandre Zinoniev évoque le développement du tourisme comme une possibilité : de quels atouts dispose la région pour développer le tourisme ? 8.Bilan : comment l’exemple de Saïanogorsk permetil de comprendre la plupart des problèmes qui touchent la Russie ?
8 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
Documentation
COMPLÉMENTS
1. Les transports et le passage à l’économie de marché « Les transports ont toujours été un des talons d’Achille de l’économie soviétique et la Russie hérite totalement des insuffisances de l’Union sur ce plan. On en connaît les principaux aspects : faiblesse des réseaux, en particulier dans les régions orientales, lenteur proverbiale des transports terrestres due en partie au mauvais état des voies et à la vétusté des matériels mais aussi à l’impressionnante densité d’utilisation, pertes nombreuses tant au cours des transports que dans les transbordements. Ces défauts chroniques étonnent dans un secteur vital. Comme dans le reste du monde, les transports russes jouent un rôle éminent dans l’histoire du peuplement et de la mise en valeur régionale, dans l’organisation des flux économiques internes et externes, celle des dispositifs sécuritaires et stratégiques. La continentalité du pays et la disposition des matières premières impliquent certes des singularités majeures : la Russie éprouve, plus que tout autre pays, le besoin d’assurer des transports pondéreux continentaux sur des distances de plus en plus longues et dans des conditions climatiques extrêmes. Mais, ces handicaps suffisentils à expliquer les faiblesses constatées ? Transporteurs et utilisateurs ont longtemps dénoncé l’insuffisance des investissements dans un domaine crucial. Après la période de reconstruction de l’aprèsguerre, la part des transports dans les investissements globaux a longtemps stagné autour de 9 % avant de monter à près de 14 % dans les années 80 (avec les communications). Ceci n’a pas suffi pour combler les déficits structurels, d’autant qu’une partie de ces dépenses allaient à des projets coûteux mais de rentabilité contestée comme le BAM. Dans le même temps, la presse dénonçait régulièrement l’utilisation inadéquate des moyens existants (transports croisés, flux irrationnels…) liés pour l’essentiel à la gestion administrative de ce secteur dont les prix largement subventionnés n’incitaient guère les utilisateurs à rationaliser leurs besoins. La situation actuelle est des plus incertaines. L’effondrement de pans entiers de l’économie, les difficultés de la population ont entraîné une baisse notable des volumes transportés tant en marchandises (41 % de 91 à 94) qu’en passagers (27 %). Cette chute pourrait faciliter des réadaptations nécessaires mais la répartition de la baisse n’est nullement contrôlée et dans bien des cas, les utilisateurs ne parviennent toujours pas à satisfaire leurs besoins. Par ailleurs, ce domaine déjà en crise se voit confronté à un double défi avec d’une part la restructuration consécutive à l’éclatement de l’URSS et d’autre part l’application des règles de marché dans un secteur en pleine campagne de privatisation. Or, dans le même temps, les investissements ont baissé de façon inquiétante (leur part est repassée en dessous des 9 % en 1992) ce qui ne laisse pas présager de solution rapide pour venir à bout d’une des principales fragilités de l’économie russe. » Jean RADVANYI,La Russie, Masson, coll. « Géographie », 1996, p. 172.
9 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
2. La grande misère des travailleurs, juillet 1998 « Plus de vingt millions de Russes, soit un sur quatre, sont payés en retard, en nature ou ne le sont pas du tout. Fin 1997, le gouvernement devait 10 milliards de dollars d’arriérés de salaires aux ouvriers et, au printemps dernier, 5 milliards. […] Dans l’Oural ou en Sibérie, dans les villes de taille moyenne, l’économie repose souvent entièrement sur un petit nombre de gigantesques usines. Alors que toutes les entreprises souffrent d’un manque cruel de liquidités, leur seul moyen de survivre est de faire du troc entre elles. Par conséquent, un ouvrier ne gagne rien en changeant de poste : il perd à la fois les quelques services sociaux encore fournis sur son lieu de travail et l’espoir de recevoir sa paie. Beaucoup survivent en cultivant leur lopin de terre, ou en s’engageant dans le petit commerce. Le travail à l’usine est devenu secondaire pour de nombreux travailleurs. […] Ces arriérés de salaires chroniques détruisent un autre mythe des réformes russes. Selon les inconditionnels de ces réformes, bien que n’ayant pas débouché sur de meilleures conditions de vie elles auraient créé les bases nécessaires à la mise en place de la démocratie. Il est vrai que, en comparaison avec l’ère Brejnev, l’intelligentsia des villes se sent libérées de la répression idéologique et que les nouveaux Russes profitent de la consommation et de la libre circulation. Mais pour la majorité, c’estàdire ceux qui se trouvent dans l’arrière pays, les possibilités de choix et d’influence ont diminué. Quel pays démocratique pourrait en effet s’offrir le luxe de ne pas payer la moitié du salaire annuel du quart de ses travailleurs ? » Vicken CHETERIAN, « La grande misère des travailleurs », ©Le Monde diplomatique, juillet 1998.
3. La formation d’une culture pionnière « La Russie est en train d’élaborer une nouvelle forme de société. Le changement est sans doute un progrès, mais il passe par des formes qui peuvent ressembler à de la régression. L’hypothèse générale que l’on peut formuler est qu’elle se refonde dans un esprit pionnier, ce qui veut d’abord dire naturel, sinon sauvage. Un nouveau tri social s’élabore selon des modalités qui évoquent, selon les points de vue, la formation du régime seigneurial dans l’Europe du premier Moyen Âge, ou la conquête de l’Ouest des ÉtatsUnis, sinon l’élaboration des États africains : la loi du plus fort est la loi, et le plus fort est celui qui s’assure des positions. Ce nouveau darwinisme modifie le tri social en introduisant plusieurs transformations majeures. Il rompt avec une société qui pouvait être considérée comme faite d’assistés étroitement tenus en lisière, ou comme ayant su assurer une redistribution partielle et un minimum de justice sociale en dépit de ses inégalités radicales. Il remet en cause, au profit d’autres critères de promotion, la sélection de la médiocratie des petits chefs soumis, besogneux et obséquieux, et condamne ainsi une petitebourgeoisie bureaucratique qui se sait menacée et résiste désespérément. […] Cette période de transition marque le triomphe de l’improvisé, de l’illégal, de l’occasion à saisir. […] La presse démocrate estimait dès 1989 quele quartproduit brut de l’URSS relevait de l’économie de du l’ombre. Mais on a encore changé de dimension. La médiocrité et le retard de versement des salaires, surtout ceux des fonctionnaires, entraînent à diversifier les activités, sinon à multiplier les métiers, voire à entrer dans des filières de menus trafics. Les Russes montrent dans ce domaine une capacité d’invention égale à celle que l’on observe dans maint pays du TiersMonde. » VioletteREY, RogerBRUNET(dir.),« La Sibérie utile »,Europes orientales, Russie, Asie centrale, vol. 10 © Belin/Reclus, série « Géographie universelle », 1996, pp. 224226. 10 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
POUR EN SAVOIR PLUS
À lire BRUNETE Roger, CKERTK Denis, OLOSSOV(dir.), Vladimir Atlas de la Russie et des pays proches,Reclus/La Documentation française, coll. « Dynamiques du territoire », 1995. BRUNET Roger,Europes orientales, Russie, Asie centrale,série « Géographie universelle » vol. 10, Belin/Reclus, 1996. FERROMarc (dir.),L’État de toutes les Russies : les États et les nations de l’ex URSS, La Découverte/Institut du monde soviétique et de l’Europe centrale et orientale, coll. « L’État du monde », 1993. LARANMichel, VANREGEMORTERJeanLouis,La Russie et l’ex U.R.S.S.de 1914 à nos jours, Armand Colin, coll. « U Histoire », 1996. RADVANYIJean,La Russie, Masson, coll. « Géographie », 1996. Bulletin de l’association des géographes français n°1,1998, consacré à l’ex URSS.
À voir BRUNET Roger,La Russie nouvelle,La Documentation française, série « La Documentation photographique », vol. 7025, 1994. Dossier et diapositives.
À consulter Le Courrier des pays de l’Est : n° 411, 1996 : les transports en Russie ; n° 415, 1996 : les problèmes écologiques en Russie ; n° 422, 1997 : la Sibérie et l’ExtrêmeOrient russe. La Documentation française, coll. « Problèmes politiques et sociaux », série « Russie ». http://www.mondediplomatique.fr: nombreux articles publiés sur les bouleversements que vit la Russie aujourd’hui dansLe Monde diplomatique.
11 Galilée : Sibérie, la conquête en panne © CNDP 1998
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.