Télécharger - L'Abbaye de Münsterschwarzach

Publié par

Télécharger - L'Abbaye de Münsterschwarzach

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 125
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Oden: un « pot au feu » avec du poisson, des pommes de terre, des carottes, des oeufs durs, etc.
Pour la recette, voir: http://japanesefood.about.com/library/weekly/aa011402a.htm
E S S A I
Les deux autres sont Tanaka Mikasan et son amie Mikisan, 5e kyu. Elles m'ont fait découvrir le paradis du shopping de Kyoto et les photomatons où l'on peut se faire de ces photos rigolotes que tous les Japonais ont collées sur leurs portables. Toutes les trois viennent de Nagasaki et étudient à Kyoto parce qu'elles préfèrent cette ville. Kyoto va devenir aussi ma ville préférée.
Mon stage d'ushi deshi peut commencer, mais j'ai toujours du mal à ne pas penser à mes amis de Vienne pendant les cours. Des fois je souhaiterais les voir ici pratiquer un bel aïkido avec moi.
La suite au prochain numéro 16F
L’Abbaye de Münsterschwarzach
Le monastère de
Münsterschwarzach,
un des plus anciens
de Franconie, a été
fondé en l'an 788.
Jonathan, N'estil pas ét sur la page d'accueil du «aïkido» ?
Peutêtre. Cela dépend de fait des moines et de la vie m qui sait que la vie de cloître qui sont en quête de que précisément en quête de Die devrait pas s'étonner de la moines et aïkido  ceci bien ressentir le fondement spirit que de l'aïkido. Ce n'est pas Japon même l'aïkido soit particulièrement pratiqué p enseigné dans les monastères
Comment estu venu à l'aïkido, pourquoi pas la gymnastique ou quelque chose comme ça?
C'est justement le fond spirituel de l'aïkido qui m'a attiré. C'est le maître des novices qui m'a dit de faire quelque chose pour mon corps. Et c'est par le plus pur des hasards que je suis 31
Aujourd'hui le
monastère vit dans
son temps : il a bien
entendu un site
Internet, où il est question, entreautre, d'aïkido. Entrevue avec le père Jonathan Düring,
moine bénédictin.
tombé sur un stage d'aïkido. La manière dont l'enseignant expliquait l'aïkido comme voie holistique a été pour moi un coup de chance. Depuis le premier cours, l'aïkido a tout à la fois conduit la perception que j'ai de mon corps à un niveau plus positif et a inspiré ma propre voie spirituelle. Je me permets de douter que la gymnastique aurait pu avoir cet effet.
Aïkidojournal15F/2005
C'est donc l'aïkido qui t'a fait rester au cloître ?
E N T R E T I E N
je donne en dehors du monastère. Il m'a été donné de voir combien la joie est contagieuse.
Grâce à l'aïkido je suis resté au cloître. C'était le temps de renouveler mes vœux etComment t'adressestu aux jeunes qui j'étais prêt à m' « échapper ». Je me suis renduétudient ici ? compte que personnellement je cherchais une telle forme, que j'en avais besoin, et que cela meLa plupart du temps, je leur propose un ferait du bien de m'y mettre. Je ne l'ai jamaisthème spirituel et sur cet arrièreplan je regretté, et cela fait bien 12 ans que cela dure.toi, régulièrement, mais je t'en supplie, remetsprésente un mouvement d'aïkido. Par exemple, toi ! »on commence par se demander : « Où, cette J'ai promis, et je suis allé me faire soigner :année, aije pris une bûche ? Qu'estce que j'ai Et auparavant, comment astu tenu dix anson m'a fait des piqûres contre l'inflammation.ressenti alors ? » La peur, la honte, etc. Puis on sans aïkido ?conclut cela en pratiquant les chutes, les rouTrois jours plus tard, je lis dans le journal qu'un groupe d'aïkido s'est créé à Kintzingen.lades avant. Je les laisse travailler avec ça, faire Personnellement, j'ai été fasciné par l'idée d'C'était comme un signe du ciel !leur expérience. Tout à coup il y en a qui se « apprendre à tomber droit ». C'est à dire nonmettent à penser : « Ah oui, ça a vraiment quel pas se courber et se faire petit, mais pouvoirJ'y suis donc allé, et nous nous sommes bienque chose à voir avec ma vie ! » aller au sol tout droit et se retrouver tout deentendus depuis le début et depuis je participe suite debout. J'ai beaucoup apprécié aussi larégulièrement aux cours, et il n'est pas question manière attentionnée de se traiter les uns lespour moi d'arrêter à nouveau. Mon corps estMême chez les jeunes ? autres. Mais il y a aussi l'expérience vécue dudevenu très intransigeant envers moi, il doit l'être, et il a le droit de l'être. Depuis que je praJusqu'à l'année dernière il y avait encore des Horst Schwickerathtique régulièrement, je n'ai plus de problèmesinternes. Et cela marchait même avec les plus Beaumont/Fphysiques. jeunes,qui avaient dix ans. Quatre fois par semaine je les faisais lever à 5 heures et demie, lieu d'entraînement, que je ressens au fondÀ l'époque où j'avais arrêté de pratiquer,pour pratiquer. Il y en avait toujours entre comme un lieu sacré. Ça me plaît beaucoup. Etj'avais remarqué à quel point cela me manquait,quatre et dix. Des internes, volontaires ! On toutes ces années j'ai conservé le souvenir dupar exemple, les idées de l'aïkido avaient étés'entraînait trois quarts d'heure,puis on plaisir que j'avais eu à entraîner mon corps, à lepour moi un « soutien ».prenait un chocolat chaud, bavardait un peu et ressentir. C'est simple, je voudrais enfin revivreensuite j'allais réveiller les autres. Et ça pendant la sensation de ces roulades, de cette présenceCette présence au monde,ce rassemblementdeux ans. au monde.de toutes ses forces dans une direction, de ne pas vivre une vie aussi dispersée, mais axée surIl y avait certainement aussi l'expérience Quand j'ai commencé à pratiquer l'aïkido,les principes de base, tout cela a crû en moi.d'avoir le droit d'avoir un autre rapport les premiers six mois j'avais la nausée aprèsL'aïkido réveille aussi en moi cette voiecorporel avec moi, pas en tant que censeur ou chaque cours. Mais je suis retourné à chaqued'exercices spirituels que, en tant que moines,enseignant. Et de pouvoir me projeter – et fois, la devise était « tu dois tenir le coup ».nous suivons.naturellement quand je chutais, je le faisais volontiers de façon spectaculaire, avec force Tous ceux qui suivent la voie ont le même«aaahhh» et « paaan ». Quel mouvement te donnait la nausée ?but. Si je pratique régulièrement les formes de l'aïkido, j'arriverai un jour à les maîtriser ; deIls comprenaient ainsi comment faire face à C'était une réaction physique. Mais il se peutmême si je fais régulièrement mes exercices àla violence, à la force. Quand quelqu'un fait aussi que cela venait du dedans,que lal'église : le chant grégorien, où ensemble onusage de sa force, je ne suis pas obligé, moi pratique y ait «retourné» quelque chose. Rétrochante d'une seule voix – 60 hommes, entre 25aussi, d'y avoir recours. Tout en restant efficace. spectivement je suis content d'avoir été aussiet 90 ans, s'efforçant chaque jour, cinq fois parIci, nous sommes dans un monde idéal, c'est dur avec moimême, car ensuite l'entraînementjour, de s'accorder sur une même note. C'est laévident. Mais ils apprennent à se connaître eux m'a apporté beaucoup de joie, cela a ouvert tantmême chose en aïkido : si je n'ai que des personmêmes, à s'affirmer, à se mouvoir. Ils acquièrent de choses en moi.nes plus âgées ou des débutants, je ne peux pasune meilleure perception de leur propre corps. faire travailler koshi nage, ce que je peux quandCela passe facilement. Ensuite j'ai toujours essayé de m'y remettre,j'ai affaire à des anciens qui savent chuter. Si je mais pour une raison ou pour une autre, ça nen'ai ici que des frères plus âgés, je dois alors meCette année, l'année scolaire a à peine marchait pas – les choses n'en étaient paspasser de certains chants, parce que sinon le soncommencée et déjà dans le cours pour encore là.Ce n'est qu'en 1996 que j'ai deserait affreux. C'est ainsi que j'ai fait la liaison.débutants, ils en sont déjà à pratiquer les nouveau eu de tels problèmes avec mondos, j'aiDepuis que j'offre des cours régulièrement, jeroulades. Le taïsabaki marche aussi un peu, les même eu une inflammation articulaire àsuis très heureux de voir le nombre de jeunesesquives, les premiers ikkyo assis. Ils commen l'épaule. Cela allait si mal que j'ai dû promettreélèves qui en profitent. Il y a aussi 3040 jeunescent aussi à « rentrer » plutôt que de reculer et à mon corps : « Je vais faire quelque chose pourde notre lycée qui prennent part aux cours quede lever les bras pour seprotéger. Ils compren 32 Aïkidojournal15F/2005
E N T R E T I E N
nent qu'il s'agit d'un comportement tout à faitNon, en fait nous nous saluonstisme, la volonté de pouvoir, le désir d'être différent, qu'il ne s'agit justement pas de battremutuellement.reconnu viennentils barrer la route à son en retraite. Des fois je les fais travailler celapropre développement ? pendant toute une heure.J'ai entendu dire qu'il y a des Chrétiens pour qui c'est un problème.Tu veux dire, empêcher la réalisation de la Et puis, quand après je les ai en cours devolonté d'agir ? catéchisme, ils ont la même attitude envers moi.J'explique toujours que c'est une marque C'est beau de voir la rapidité à laquelle ilsd'attention, et pas du tout d'adoration. Ueshiba apprennent. n'ad'ailleurs jamais voulu ça. C'est un gesteOui, par exemple. «dans un esprit de paix»… C'est une forme qui Moi aussi j'ai beaucoup appris Je peux réagirgénère de la force quand on s'y « livre ».Ces genslà veulent maîtriser la technique plus vite aux questions de mon interlocuteur :mais en fait ce sont eux qui sont maîtrisés par irimi. Auparavant je n'en étais pas capableMoileurs propres pulsions. Peutêtre même par le aussi j'ai beaucoup appris Je peux réagir plusEt quand je résiste ?désir d'être meilleurs. Je ne veux accuser vite aux questions de mon interlocuteur : irimi.personne, mais je vois ça à l'œuvre dans ma Auparavant je n'en étais pas capable. Cela meAlors je ne me défends pas tant contre unepropre fédération. prenait 24 heures avant que ne me vienne àforme, mais contre quelque chose à l'intérieur l'esprit la réponse à une question. Sans aïkido,de moi. On n'a aucune difficulté avec ça, et leQu'il y ait des gens qui pratiquent depuis si j'étais paralysé.fait de se saluer mutuellement est tout aussilongtemps et qui sont impliqués dans toutes ces important. Quand moi, en tant qu'enseignant,scissions ! Je comprends mieux maintenant les je salue, cela ne pose aucun problème auxschismes qu'a connus l'Église ! Les autres moines viennentils aussi auxautres. Si on cherche vraiment des problèmes, cours ?«C'est moi qui représente le mieuxon trouvera toujours quelqu'un pour qui c'en sera un. Mais moi, je m'en tiens àl'enseignement de Ueshiba… ! Non c'est Cela arrive tout le temps qu'un moine essaiel'enseignement bénédictin : « Agis ! ».moi… ! Moi, je réalise le mieux son idée… ! de s'y mettre. C'est difficile pour nous, à causeNon, c'est pas toi, c'est moi… ! » Il n'en va pas de la charge de travail, et il y a beaucoup deautrement dans les groupes religieux qui moines assez âgés, on a peu de temps libre etIl s'agit toujours de la même chose, l'action,deviennent des institutions, avec leurs scissions quand on a une soirée de libre on préfère seil faut agir.et leurs schismes… ! reposer. Il y a un moine à Damme, près d'Osna brück, où nous avons une dépendance, qui luiOui, il ne faut pas être aussi « cérébral ».Peutêtre que ce ne sont pas vraiment des aussi a un dojo. Il pratique depuis 1987, maisJe suis déjà assez cérébral comme ça. J'ai besoinscissions. L'important c'est que l'on veuille lui sans interruption. L'aïkido est donc connude pas mal de temps pour intérioriser unquelque chose d'unique. Regarde dehors, regarde dans notre communauté.mouvement, pour le faire accepter par mes os etcet arbre. Regarde combien de branches sont mes muscles. Le chemin est long, mais ça m'estissues d'un même tronc. Plus il croît et plus il a À Würzburg nous avons un centreégal, je veux aller le plus loin possible. Je n'aide branches. L'une pousse vers l'ouest, l'autre bénédictin pour la méditation Zen. Le Pèrevraiment pas besoin de me mettre moimêmevers l'est, mais elles sont toutes issues d'un même Jäger, dont le nom vous dit peutêtre quelquedes obstacles sur la route, avec de fauxtronc. Si nous ne refusons pas de nous chose, est un maîtreZen. Ce qui vient du Japonproblèmes comme «fautil saluer ou non». Cereconnaître mutuellement, nous irons de l'avant. ne nous est donc pas étranger.qui est important c'est de maîtriser les formes, pour pouvoir enfin jouer avec elles. Je remarque constamment que j'agis différemment dans mesAlors la situation ici, en Bavière, où tous les Il ne s'agit pas d'idéaliser la traditionrapports aux autres. Je suis complètement libre.groupes se sont dotés d'une structure commune, japonaise, ce qui serait déformer la réalité. Je neAutrefois j'étais bloqué quand je discutais oudoit te satisfaire ? pense pas qu'il y ait de différence entre lesparlais avec les gens. Et j'attribue cela à la mentalités orientale et occidentale, seulementExactement, je trouve cette unionpratique, parce que quand le corps bouge, peutêtre un décalage temporel mais rienl'esprit devient aussi plus vivant.fantastique. Les aïkidokas sont des êtres d'essentiel. Chaque être humain à un centre. Mais j'ai remarquéil n'y avait pas de portraitQuand courton le de Ueshiba dans votre dojo…danger d'idéaliser ce qui n'est pas idéal ? Je le prends avec moi dans ma chambre parce que le dojo est aussi utilisé par d'autresQuand voiton la groupes.réalité «en rose», quand courton le dan ger de faire obstacle à Estce que se mettre à genoux et se prosternerson propre développe devant le portrait de O Senseï pose problème?ment. Quand l'égo 33 Aïkidojournal15F/2005
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.