UN PEU D'AMOUR, COPIÉ-COLLÉ

De
Publié par

UN PEU D'AMOUR, COPIÉ-COLLÉ

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 156
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
ROLTPSlébijue riodeR dyreD eugC.U.Nekcubéà56.idtsirmplaires.000exeTSOPteErapALppsumelé0.1050ecniustrgtatnsaDHnslsdaartéuoM-ianruoT-htAnroscDRACPPUSEMÉLG TNPI AEDNRÈIERH UEERRATUIT MENSUEL L iam 92 E  8002PO SES/LdieuSJRTb.me.whdni2egazaon nditi ww°39 rà se 2x0calp
EN VITRINE Mouscron au pays des cow-boys
TENDANCES Oui, les meubles anciens ont aussi une âme!
UN PEU DAMOUR, COPIÉ-COLLÉ Prêts à tout pour rencontrer l’âme sœur ?
ionéditineocharP002inju8.icarduPgazidMaeljen:26ueid
EDITO Jeu décisif TOURNAI Non, je ne dirai pas merci à notre Juju nationale. Mais plutôt bravo. Chapeau pour sa carrière, dont les Belges, une fois de plus, ne mesurent peut-être pas toute l’étendue. Notre plus grande championne de tous les temps a tiré sa révérence. Elle a ses raisons. Dont nous ne connaissons sans doute pas tous les tenants et aboutissants. Bien entendu, le sportif purement amateur que je suis et qui aurait sans doute rêvé, comme beaucoup d’autres, d’une carrière pro dans l’univers du sport, ne peut comprendre un tel choix. Tout juste peut-il acter cette décision, peut-être pas si définitive qu’elle n’en a l’air. Mais quoi qu’il en soit, Justine Henin restera à tout jamais une grande championne. Le public ne s’en rend sans doute pas compte, mais voir deux Belges en finale d’un tournoi du Grand Chelem, c’était incroyable. Il faudra attendre plusieurs vies voire même des milliards d’années pour revivre un tel événement. Là-dessus, nous, Belges, n’avons sans doute pas été assez chau-vins. Une fois de plus. On aurait pu en consacrer encore, de l’antenne, à notre tenniswoman pré-férée. Car entre BHV et Juju, il n’y a pas photo. C’est la terre battue qu’on préfère. Juju tourne donc, en partie, le dos à la petite balle jaune. Et rêve d’épouser un autre rôle, celui de mère de famille. Sa quête d’équilibre passait par là. La voilà au bout du set. Mais il lui faudra encore remporter le jeu décisif pour être pleinement épanouie. Et ce n’est pas le moins délicat. Beaucoup, dans leur recherche de l’âme sœur, espèrent trouver chaussure à leur pied. C’est logique et humain. Mais tous ne sont pas disposés à tenter le tout pour le tout. Dans ce magazine, nous dressons une petite liste de moyens, classiques ou modernes, pour ren-contrer des gens, se faire des amis, voire plus si affinités. Certains s’y brûlent les ailes, d’autres tâtonnent ou concrétisent…Ceci dépend de nombreux paramètres. Un peu de flair, un peu de chance et pas trop de crédulité. Bon et bête, ça commence par la même lettre. Le vague à l’âme, le repli sur soi et le besoin de partager rendent souvent les personnes fragiles. Alors, attention à ne pas foncer tête baissée dans votre quête du bonheur. Mais l’être désiré existe sûrement ! Ne baissez pas les bras. Bonne route… Geoffrey Devaux
Editeur Responsable: RGP sa - Rue des Francs, 79 à 1040 Bxl  Vice-président du conseil d’administration et du comité permanent:Patrice le Hodey  Administration délégué: François le Hodey  Rédacteur en chef: Hubert Leclercq  Chef édition Tournai-Ath-Mouscron: Yves Boucau  Rédacteurs : Geoffrey Devaux, Bruno Deheneffe, Laurent Dupuis, Thomas Van Den Bril, Laurent Deconinck  Photos: Coralie Cardon et rédaction  Publicité: Tania Carlé: 0477-53 98 76 -tania.carle@saipm.com  P.A.O.: Martine Van den Bergen
C’EST AU PROGRAMME ! 4 CLIN D’ŒIL 4 Ginette: une pro du mariage 5 Voulez-vous danser grand-mère? 6 Rencontres sur la toile 6 Facebook: le site des amis 10 EN VITRINE 10 Mouscron, de Venise au Far West 12 TENDANCES 12 Déco: le grand bluff ! 12 La chasse aux vieux meubles 14 SPORT RÉGIONAL 14 La belle histoire des Himpe 15 Le jubilé de Rodrigue DESSIN DU MOIS En amour, les apparences sont parfois trompeuses...
egraatdencneoituoZnisdibtronZdee3
LCNI DIŒL
Laventureà deux !
BRISER LA SOLITUDE. LE RÔLE CONFIÉ À L’AGENCE MATRIMONIALE TOURNAI Pas d’enseigne grandiloquente. Pas ment mais me dit qu’en boîte, il est délicat de parler d’affiche trop visible. Ici, il n’y a rien à cacher. Mais et de nouer de vrais contacts. Mon client le plus âgé la discrétion est de mise. Un petit escalier nous a 75 ans.” Ginette garde toujours son paquet de rapproche sensiblement d’un lieu d’où émanent mouchoirs à portée de mains. Histoire de récon-des essences parfumées. Bienvenue dans l’antre forter les gens qui craquent devant elle. “Et ça arri-de Ginette Foucart, courtière matrimoniale. Pas ve souvent. Récemment, j’ai saisi les mains d’une de chichis mais un bureau où la personne en dame qui fondait en larmes.” Ginette rencontre quête de l’âme sœur se sentira bien. aussi des gens très gais. “Mais leur travail leur prend trop de temps. Ou leurs amis sont mariés. Et Ginette travaille pour l’agence Valérie Dax, dont malgré leur bonne humeur, ils ne trouvent pas.” elle gère les bureaux de Tournai et de Mons. Ce nom représente une institution dans le milieu. Issue d’une grande famille et un peu baba-cool, Depuis 1970, l’agence Valérie Dax a engendré Ginette a certainement vu une évolution dans son plus de 30.000 unions. “J’ai répondu à une petite métier. “Déjà rien que par le nombre de divorces. annonce qui demandait une gérante pour Tournai. Environ 3 sur 5 mariages. En majorité, j’accueille de J’ai été formée par Valérie Dax, une dame décédée il jeunes divorcés, entre 35 et 45 ans.” Ginette doit y a deux ans et qui possédait un véritable don.” cibler les attentes de ses clients. Célibataires très sérieux, veufs, personnes âgées veuves ou divor-A l’époque, il y a 15 ans, Ginette était une mère de cées… “Souvent, les gens ne cherchent pas l’aven-famille très impliquée dans la vie sociale. Elle s’est ture d’un soir, mais l’aventure à deux.” lancée dans une aventure qui l’a amenée à ren-contrer un large public. “Je viens notamment de Sans vouloir critiquer Internet, Ginette estime que recevoir un jeune homme de 24 ans. Il sort régulière-son métier permet à la personne d’avoir un contact direct. Le client devra remplir une fiche d’identification lors du premier entretien. Par la suite, il signera un contrat. “Lors du premier entre-tien, nous faisons connaissance. Je leur donne un document dans lequel mes clients se décrivent. Les contrats vont de 3 mois à un an.” L’agence se fait connaître via la pub ou le bouche à oreille. Pour rencontrer Ginette, il faut prendre rendez-vous. Geoffrey Devaux
4
“Ici, ce n’est pas Lourdes” On dit souvent que la beauté intérieure est très importante aussi. “D’accord, mais d’abord, il y a le flash physique” , souligne sans ambages notre conseillère. “Je ne montre pas de photos à la personne. Je sélectionne pour elle et je luis fournis un numéro de téléphone. Ensuite, c’est elle qui appellera la personne retenue.” Le rôle de Ginette vise à rompre la solitu-de. Pas à marier à tour de bras. “Quand on parle d’aventure à deux, ça ne signifie pas forcément le mariage. Mais bien entendu, je reçois des nouvelles. Et même des invita-tions pour les mariages engendrés par l’agence. Par discrétion, je n’y vais pas. Si toutes les classes sociales sont repré-sentées, Ginette note un changement dans les rapports entre les deux sexes. “La mentalité des jeunes filles n’est plus la même. Beaucoup deviennent carriéristes et très indépendantes. Je constate aussi de plus en plus de difficultés dans la communi-cation. On se parle parfois, mais pas au moment opportun. Les femmes, aujour-d’hui, travaillent. La vie est devenue plus chère aussi. Et les couples passent moins facilement les obstacles de la vie à deux.” Les exigences des uns sont parfois exorbi-tantes. “Claudia Schiffer ne va pas passer à Tournai. Ici, ce n’est pas Lourdes ! Je n’hésite pas à remettre certaines personnes à leur place, mais toujours de manière douce.”
Infos au 069/23.33.80 ou au 0475/57.18.45.
Thé dansant sous les Arcades UNE ADRESSE INCONTOURNABLE POUR SE TROUVER UN CAVALIER. ET PLUS SI AFFINITÉS TOURNAI Trouver l’âme sœur sur la piste générationnel dont la tranche d’âge se situe entre enfumée d’un méga dancing relève presque de 20 et 87 ans ”, indique Dominique Honoré. Un la magie, voire de l’utopie, tant les slows langou- dimanche sur deux, le bal est animé à partir de reux sont bannis de la sono au profit des danses 15h par un DJ qui, après 2h derrière ses platines, solitaires rythmées et syncopées par la techno. cède le relais à un orchestre dont le répertoire OK pour une aventure d’un soir mais pas davan- incite à pratiquer la danse en couple dont celle tage même si le coup de foudre ne se produit pas de salon, le bal musette, le tango, voire des toujours là où on l’attend. genres plus rock comme le twist. En dehors des modes musicales, il subsiste enco-“Nous tournons avec une vingtaine d’orchestres re des établissements rétros qui favorisent belges et français sélectionnés pour leur profession-davantage les rencontres amoureuses. Un same-nalisme” . Le vendredi, de 20 à 22h, un professeur di par mois, le dancing Les Arcades (rue de la dispense aux Arcades des cours de danse de salon Tête d’Or) programme dès 21h une soirée “céli- mais aussi de ligne (Madison, Cha-cha-cha, bataire” en partenariat avec le club Loisirs ami- Country...). Il n’est pas nécessaire d’avoir un cava-tiés. “Ce n’est pas la première fois que nous scellons lier pour se déhancher. Les soirées programmées des mariages durables” , confie Dominique sous les Arcades drainent, en moyenne, 170 per-Honoré, un des trois responsables de la SPRL sonnes, qui proviennent en majorité du Nord de DJD qui exploite les Arcades depuis sa réouver- la France et de la région bruxelloise car les tarifs ture en février 2007. Depuis les années 80, cette sont moins élevés et la convivialité du lieu bien enseigne est réputée bien au-delà de ses fron- meilleure pour une déclaration d’amour. Allez tières pour ses Thés dansants qui, chaque week- grand-mère, voulez-vous danser comme au bon end, connaissent un succès inoxydable auprès vieux temps, quand vous aviez 20 ans ? d’une clientèle qui n’est pas exclusivement celle du 3 ème âge. “Nous avons fidélisé un public multi-Bruno Deheneffe
LCIN DŒ
Un CDD du mariage ? Sept ans, dans la mythologie amoureuse et les magazines féminins, c'est la durée après laquelle survient fréquemment un passage douloureux dans un couple. Mais sept ans ou non, le nombre de divorces en Belgique va croissant. Les époux et épouses belges, habitant le royaume du compromis, sont même les leaders incon-testés de la séparation en Europe. Romain Goupil, cinéaste et écrivain fran-çais, avait suggéré une solution sur le plateau d'une émission Thema sur la chaîne franco-allemande Arte en juillet : le CDD du mariage. Son idée est de réitérer ses vœux envers son époux ou son épouse après sept ans, signifiant au passage que l’on aime toujours et vrai-ment l’autre personne. Cela forcerait le couple à se remettre constamment en question, ce qui n'est pas forcément agréable… La députée conservatrice allemande de la CSU Gabriele Pauli avait embrayé en proposant une loi sur base des propos de Romain Goupil. Mais l'idée n'a pas été suivie. L.Dup.
20x 2 places à gagner! Le parc Paradisio et votre quotidien favori ont la joie de vous offrir 20 x 2 entrées gratuites. Pour les remporter, il suffit de répondre à la question qui suit par mail: concourspicarddhmag@gmail.com. Répondez correctement avant le 4 juin. Les vainqueurs seront prévenus à partir du 6 juin par mail. Question : Quel est le nom du patron de Paradisio?
5LI
ookpermettantlicuaxocmmFecabe-rouseeupusulllrseocneertnmasereesdtresnconio,teMstiLserésletsoxauseemêmuonemelagéhctâiasnhcveuexverts,ux.Yeuxnoiseén,gk0sapm8170,lacs,irladnemetsnruaintelesEtent.erbmonisétésimajatonnrouamatirelbisubssenEn.lgBeueiqgaéelemtnopruattnleaderincon-tednoitalcirgasesurteultabalicé.eLriselpecuodeveestnvénuurndereièdntlaeelnredahc,ecnurs:Meierrecohc,oTiteciM,taeceorivdduéstetnIL.eporuEnnsobieestrneturemnitst'lvunefuiqomneoncionnicetisc.setaderes,-tailesurpuoemtnilabrécvunagoyuneueiqaPà,sirroldsdescélibatairesdta,eauaSolnernetemiuqmocy.nlsoerrmfaemm,ocitreraémsépalispécimestmêsetinosd,sssetstani-UesxEAurgpaihuqicénamotsgoûtsselonleestnpsaalllseesàiancnulal'anlaitpunitneteremesLt.sesiéarAWLLNOEIPICARDELamarchespedunorse,lildnnubet,deadonncretonssesliotalrussértsmotssupremiernrte.lIr'lnIet'ésietae.irlsIlégsrueétnnahcemenéellerrontrercnsetedvanaebwlaeèdssponoistuot-rus,tplus.Laexistedarugnecma.aLlntrseuprddeerelageriovtex.neLtcoipedcuodansenssédulatsetenrssopli-edroufteInrpaàider.eLsamirible?Difficilehc-tl-cilc-em-ciesageeMc-tiesc'sniomA.etêtaitsoenlaceequeAtnérnueequstpne,celors.evanOssargiripipncteatlendsiecalla,amsias,quelnevapleaersterssdeogna'L?L...essiodesesmrencdeevénorttn.loeuéUnmeléchntfoifennnirpapicemelnt.Onsaittoutlunedluarteurtatanautesrnoiatémmociseiunpeuestaussodcn.Cmoamdnepletsioichon:stneidérgniselentraimrevnaîtcnoassnio,shcnisotlbmetnerrocmbseelelathopgnéridnestmsinelat59carlesi,eévirrleritnoaslsoiateetsi.aMogtûenfsiundreespotreànoouedNRuosssokouriDeanaMous,gnnafcedilrueDdisemvéinrétéenfenuritnolécetèrecriedelopésemtesellesiomsntveeuprseusieverrepourlesfmeems-àelruafsdintreveouhcrssuaer-ud-esée,letpouxopsuelésrucsesAd.iepeslèsprésébébttevuorpRTNOCNERRAPSID ET ENSSAIAMSITE .UG ED ARHARMET C LA E DEER RNOCNRERTÂL  SMER ŒUR SU NLEN IPMROETQ OU IEST POSSIBLE POU TTETsUOpuiutnDaures.Lnnéeuesaqleuqsnadsuov-ezndRe.ontiesquàecttepénos-eerunerurtrouvetnaopsusssiffsttiueiqdeztaessentpaasscoreseninuqruineofceanlialroctlesétarénégsednoindront-ils?Lanepul.saMsiteie.sttEpdesluqiga,eualecixeLICD NLIŒAlliances électrnoqieus6
www.facebook.be
Facebook, site des amis ATH Arnaud est un Athois qui, comme de nombreuses autres per-sonnes aux quatre coins de la planète, s’est laissé séduire par l’aventure Facebook. “Plusieurs de mes amis étaient présents sur ce site et je recevais égale-ment de nombreuses invitations à m’ins-crire” , explique Arnaud. “Finalement, je me suis laissé tenter et je me suis inscrit.” Il n’en fallait pas plus pour qu’Arnaud retrouve de nombreux amis, membres de la famille ou des copains d’enfance. “Cela a été pour moi l’occasion de retrou-ver pas mal de mes amis d’école, des gens que j’avais perdus de vue. J’ai aussi pu ren-trer en contact avec des gens que je ne connaissais pas mais qui avaient les mêmes centres d’intérêt que moi.” Facebook n’est pas un site de rencontre où le plus important est le paraître. “On n’y trouve pas de plan drague foireux. C’est un site fait pour les amis, pas pour les amants.” Mais comme de nombreux sites, il y a tellement d’applications qu’il est sous-exploité. “Je ne connais pas encore toutes les fonctionnalités du site, de ses spécificités,…” T.VdB.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.