Arrête ton cinéma !

De
Publié par

Arrête ton cinéma !

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 102
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
mars 2004 57, rue de Cnh‚teaud9uÐn75e5009 ParisuTel : 01 42 82h94 06 ÐFax : 01 48 7u9458l@ccrgnr7ub-intern(h) g r o u p e m e n tn a t i o n a ld e sc i n È m a sd er e c h e rc h et.fruw w w . c i n e m a s -
Sommaire 2ActualitÈs 3Soutiens 4Recommandation 5PalmarËs duFestival de Clermont-Ferrand 6Temps forts
ArrÍte ton cinÈma !
Ce qui se dÈcline habituellement sous la forme dÕune plaisanterie pourrait bien nir rÈalitÈ car les commissaires de lÕUnion EuropÈenne, qui ne badinent pas a textes, ont dÈbusquÈ dans le traitÈ de Maastricht de quoi faire tomber toutes les tions culturelles nationales et Èriger une nouvelle exception : lÕexception culturelle pÈenne. Un vrai dÈbut dÕinquiÈtude !
En 2001, la commission europÈenne accorda ‡ la France des aides qui stipulaie celles-ci devaient Ítre dÈpensÈes ‡ hauteur de 80% sur le territoire national. information enchanta dÕautres pays de lÕUnion qui sÕempressËrent de dema dÕobtenir pour leur cinÈma ces mÍmes avantages. Mais les commissaires veillai ils constatËrent avec retard et dÈsappointement que les aides nationales au ci Ètaient contraires au traitÈ de Maastricht. Donc, les subventions europÈennes Èt aussi contraires au soutien des cinÈmas nationaux. LÕexÈcutif europÈen proposa 2004 de rÈviser ces acquis au motif suivarnitsq:ue´sde distorsions de concurrence indues au sein de lÕUniªonet poursuit en marquant son dÈsir ddeyna´miser le cinÈma europÈenª. La suite consiste ‡ proposer au cinÈma franÁais un princip dÈterritorialisation, mot savant qui signifie simplement dÈlocaliser les aides e pÈennes : un film dÕorigine franÁaise pourra Ítre tournÈ, par exemple en Fi montÈ en Italie et les copies tirÈes en Belgique.
Citons le journaliste Yves ThrÈardA:tt´aquÈe par la loi du marchÈ, lÕexception turelle franÁaise doit aussi aujourdÕhui se sacrifier au profit de lÕexception c e u r o pªÈ.eSavnoinrsei le sacrifice aura lieu serait trop long et peut-Ítre hasa Toutefois, ce qui pointe sous les interventions des commissaires cÕest lÕencoura ‡ la reconnaissance dÕun cinÈma europÈen ´ unionÈ ª sous un label culturel pÈen ª toujours aussi difficile ‡ cerner. Or, le cinÈma europÈen en tant que r tant dÕune identitÈ culturelle europÈenne nÕexiste toujours pas. Les cinÈmatogr nationales sont lÕespace dans lequel sÕinvente et se grave le cinÈma europÈe que les Almodovar, Ken Loach, Moretti, Lars von Trier, Oliveira, les frËres Dar Chabrol sont des cinÈastes europÈens ? Ils sont dÕabord des cinÈastes dÕinspira turelle liÈe ‡ leuratrimoine national.
eusement, lors de la rencontre du mois de j les hauts fonctionnaires des cinÈmatographie pÈennes en charge dÕexaminer ces propo se sont montrÈs hostiles dans leur totalitÈ te modification restrictive des aides nationale inÈmaª. Ouf ! Douce France tu peux contin ur quelques temps encore Ð ‡ faire ton cin
Ministres europÈens de la Culture rÈunis ‡ Cannes en mai 2003
Bernard Favier, PrÈsident du GNCR
rech er che[s]nM ARS2004
2]
ActualitÈs JournÈe de visionnement de ´ films sans distributeur ª Pour rÈpondre ‡ sa mission detÍ´te chercheuseª, le GNCR organise le vendredi 9 avril ‡ l FEMIS une journÈe def´ilms sans distributeursª. Nous vous proposerons, ainsi quÕaux dis-tribu teursindÈpendants,dedÈcouvrirensembledesfilmsquenousavonsrepÈrÈdansdiffÈr-entsvals, ou qui nous ont ÈtÈ proposÈs directement par les producteurs et les rÈalisateurs, et qu pour lÕinstant pas encore de distributeurs en France. Le programme et les horaires seront d dans le prochain bulletin.
Un fils, film de Amal Bedjaoui
Un fils,qui a ÈtÈ visionnÈ par le GNCR en octobre 2003, a trouvÈ un distributeur : Tecumseh.works. Il sortira en salle dÈbut juin, prÈcÈdÈ du court mÈtrSahgoeot me angeldu mÍme auteur.
Ëme 13 FestivalCÙtÈ court
Ëme La 13Èdition du festival CÙtÈ court aura lieu du 11 au 20 juin 2004 au CinÈ 104 ‡ Pa des locaux entiËrement rÈnovÈs. Au programme, une compÈtition nationale et une compÈtiti expÈrimentale,unerÈtrospectivesurlethËmLeÕe´ssaiaucinÈma,delÕesquisseauprotªo,type des lectures de scÈnario, ainsi que des tables rondes et des dÜÈbats.: 01 49 15 40 2 CinÈ 1045
Dix-sept an,sfilm de Didier Nion
France - 2002,durÈe : 1h26, 35 mm- 1,85- sortie: 3 mars 2004, Films d
Pour sa sortie,Dix-sept an,sbÈnÈficie du soutien du GNÜCR [rn∞93] ainsi que de lÕACID. En ce qui concerne la circulation des sont prÈvues au total dont 3 ‡ 4 pour Paris.
Les sucriers de Collevi,llefilm de Ariane Doublet
Ce film, tournÈ en DV Cam, est disponible selon trois formats : Beta SP, DVD, DV Cam. Julie Thibaudeau : 0 choisi doit Ítre prÈcisÈ lors de la rÈservation duÜfilm.1 42 62 56 99
LÕÈquipe du groupement
Richard Le roux vient dÕarriver en tant que stagiaire au GNCR. Il est chargÈ jusquÕen juin 2004 de la mise en page et de la rÈalisation du bulletin. Il est titulaire dÕune MaÓtrise dÕamÈnagement du territoire ‡ lÕUniversitÈ de Rennes 2 avec comme sujet de mÈmoire ´ Les salles de cinÈma, entre Èvolutions globales et volontÈs locales, lÕexemple de lÕIlle-et-Vilaine ª. Nous lui souhaitons la bienvenue au Groupement.
Prochains prÈvisionnements
MERCREDI 10 ET JEUDI 11 MARS FEMIS 6 RUE FRANCOEUR 75018 PARIS M∞ LAMARCK-CAULAINCOURT / LIGNE 12
MERCREDI 7 ET JEUDI 8 AVRIL AGENCE DU COURT METRAGE 2 RUE DE TOCQUEVILLE 75017 PARIS M∞ VILLIERS / LIGNE 3
E
Soutiens
m soutenu > 28 avril 2004 ONDO MULLOYmÈtrages dÕanimati11 courtsdonePhil Mulloy gleterre-1991-2001,durÈe:1h27,35-nmomir&blancetcouleur-1,66-Mono,:so2rt8ieavril2004,tribution : E.D. Distribution
PhilMulloyestl'animateurleplusdistrayant,intÈressant,passionnant,visc-Èra ent jouissif depuis Tex Avery ª Richard Meltzer.
NÈ ‡ Wallasey, dans le Cheshire, Phil Mulloy Ètudie la peintureAvaeuc cette sÈrie, le fascisme implicite qui est inhÈrent au weste RavensbourneArtCollegedanslesuddeLondres.IlsetourneavmeresnÈverssaconclusionlogiquetraversunedescriptiondela fiction et la tÈlÈvision aprËs avoir rÈalisÈ un court mÈtrag-e dc'aonmipÈtitivitÈ et de la cupiditÈ masculines qui se manifestent dan mationgrceauquelilestadmisauRoyalCollegeofArt.DiplÙdemsÈactesdeplusenplusviolents.DanschacundessixÈpisod en 1971, Mulloy travaille comme scÈnariste et rÈalisateur jusqu'‡rleacherche dÕune gratification immÈdiate et la poursuite d'un be fin des annÈes 80, notammentinsatiable concourent ‡ boule-avecKeithGriffiths,producteuverserlafoislesattentes-gÈn des frËres Quay et de Patricriques et les orthodoxies Keiller. Puis il part vivre au Psociales. de Galles, dans une Èta[...] rÈamÈnagÈe, non loin d Carmarthen, et se consacre ‡ plein temps ‡ l'animation. [...]
SesDix Commandement,s construits sur le mÍme modËle, allient le surrÈel et le social. Ils i
montrent un Dieu qui, en faisant Cowboys, la sÈrie en six parl'homme ‡ son image, a fa rÈalisÈe pour Channel Four, apreuve de Ses propres fai-portÈ Phil Mulloy sur le devablesses et de Son inhumanitÈ. de la scËne nationale et inte-r Quantaux points de vue de tionale. Elle a confortÈ sMulloy dansL'Histoire du engagement dans l'animationmonde, ils sont aussi audacieux qui lui permet dÕaborder deque leur attaque sans retenue faÁon personnelle et terriblement efficace n'importe quelle questiodnes sensibilitÈs conservatrices. quelque soit le contexte ou le genre. Le succËs de ces approches trËsamusantesdescodesgÈnÈriquesetdesconventionsliÈslLas-tapofcretesitÈdel'intendeihPemi'lreganeyaifMilloul masculinitÈauxprisessesexcËs,ontencouragÈMulloypoumsesentrdel'animationuneformed'expressionunique,ellerÈvËlesa recherche plus loin dans une sÈrie de films plus personnels.auteur comme critique perspicace de l'inÈgalitÈ, de l'hypocrisie [...]du conflit sous-jacent de la vie contemporaine.
Rappel > film soutenu > 31 mars 2004
SHARAde Naomi Kawaze
PAUL WELLSpour le British Film Institu[textraits]
Japon-2003,durÈe:1h39,35m-m1,85-DTSStÈrÈo,sor:tie31mars2004,PYRAMIDE,SLECTIONOFFICIELLE,FESTIVALDECANNES2003
Nara fontquÕun, ils sont rÈels. Je leur ai demandÈ de sÕinstaller ‡ Nara bien avant de commencer le tournage, ils ont appris ‡ connaÓtre la et moi avons passÈ ville, ‡ la vivre quotidiennement pour mieux sÕimprÈgner de leur rÙle, ‡ Nara pour rÈaliserafin dÕexprimer le plus naturellement possible les sentiments que je suisnÈeetjÕyaigralenudri.demandaisdÕexprim[e.r..] sde1000ansdÕ-his Õelle Ètait la capitaleLÕaccouchement Ëme u 8siËcle. MÍme si la atÈriellement transfo-r Aucours des prÈparatifs du tournage, nous avons assistÈ ‡- lanais le temps, son cÏur nÕasance dÕun enfant dans le quartier. La scËne de lÕaccouchement est ssÈ de battre.S atrËs importante dansShara.Quand jÕai demandÈ, pour les besoins richesse, faÓte de tant de vies quide mon film, des explications sur la maniËre dont cela se dÈroulait, sÕy sont succÈdÈes au cÏur de lÕhistoire, est intacte. On dit queKalzeumi Shibata, qui joue le rÙle de la sage-femme, mÕa rÈpondu monde du cinÈma est factice : je ne le pense pas. Tout ce quequjeÕaciesvuchoses l‡ ne pouvaient sÕexpliquer, quÕil fallait y assister soi-‡ Nara est restÈ imprimÈ en moi.mÍme. CÕest donc ce que jÕai fait. Je ne saurais exprimer avec des mots lÕÈmotion dont je fus envahie en assistant ‡ cette naissance, en Avec les acteursvoyant le bonheur qui rayonnait sur tous les visages de la famille rÈunie autour de la mËre. Je ne me rÈsous jamais ‡ considÈrer les acteurs comme de simples NAOMI KAWAZE[extraits] personnages de fiction. Pour moi, mes acteurs et leur personnage ne [3
Recommandation
film recommandÈ > 10 mars 2004
THE FIVE OBSTRUCTIONSde Lars Von Trier / Jorgen Leth
Danemark/Belgique/France-20d0u4r,Èe:1h30,35m-mnoir&blancetcouleu1r,s85--DolbySR,sort:ie10mars2004,FILMSSANSFRONTI»RES
SÈlection ´Contre Courantª Mostra de Venise 2003
Lars von Trier considËrTehe Perfect Human(1967) comme lÕun de ses films cultes. Il dÈfie son rÈalisateur, Jorgen Leth,-de ner cinq remakes de ce court-mÈtrage. Pour chaque projet, va lui imposer de nouvelles ´ obstructions ª le forÁant -‡ r ser lÕhistoire et les personnages de son film original. Leth gÈrer restrictions, ordres et autres interdictions.
Five Obstructions est un jeu plein de piËges et de coups vicieux. Un film fascinant et totalement inÈdit autour dÕun cinÈaste qui accepte de recrÈer totalement une de ses p-re miËres Ïuvres. Un voyage initiatique au cÏur du processus de la crÈation cinÈmatographique.
LÕidÈeestlerÈsultatdÕunecorrespo-nrÈalisationdÕunfilm,depouvoirtoutsi-mpledanoisMichaelLaudrup.CÕÈtaitunvirtuose Ò danceetdÕentretiensentreLarsvonTrieretmentretrouverlesÈlÈmentsdebasesauxmouvementsimprÈvisibles.Ilattiraitles moi-mÍme. Le plus souvent jÕÈtais en HaÔti, oc˘omme lÕimage et le son. Par exemple, deobstructions, il poussait ‡ un jeu dur, mais jevis,maisjÕaiaussiquelquesreprisespouvoirtravaillerdansunespacevidedantsoujoursilÈvitaitÈlÈgammentdetomberou rendu visite ‡ Lars chez Zentropa studios.lequel vous y placez des mots, des corps,de se blesser. Michael Laudrup sera mon CÕestdurantcettepÈriodequesÕestdÈv-edesmouvements,desgestes;touten-obserrÙlemodËle.JÕinviteraiLarsmefairetous loppÈecetteidÈe.LÕinitiativevientdeLarsevtantcequÕilsepasse.Pouvoirjouer-lÕlaesnsalescoupspossiblesettrouverdes ilaÈtÈlemoteurdeceprojet.thropologistenaÔfquineconnaÓtriendelfaaÁonsdemecompliquerlavie.Jeserai vie est mon rÙle favori.inventif dans mes rÈponses, dans me Il mÕa suggÈrÈ de faire une sÈrie progressiveesquives. Je dÈfendrai mon film tout en de remakes modifiÈs de mon ancien filTmheAinsi, nous entrons dans un jeu mais pas tuannt ouvert, tout en essayant de voir o perfect humaneuliia.JujeÕ,tlcraiÈ.paLrsdruvonigaÈ.enfaudÕxjedouielpareslI.tnetsgeiËpdenonctonirdutsbosecsnoitcur IlvoulaitmedÈfier,etnousnoussommesdecoupsvicieux.LarsdÈclareavoirmentmepousserversmesderniersret dÈjbeaucoupamusÈscefaisant.CefurernetgardÈLÕÍtre parfaiptlus de trente fois. Ehchements. Je sens que ce dialogue, cet ldevraismomentsdÕinspiration.Jepeuxbien,voilquiestflatteur.MaisprÈsenteilxcercicenousconduiradesidÈes,vous affirmer quÕentre Lars et moi il y avuenuet que je led´Èconstruise ª (pour utilisernouvelles faÁons de travailler sur un lei rÈellesympathieetunrespectprofessionnelunmotdeWoodyAllen).JÕaccepteledÈtfiif,!une nouvelle histoire. Et aussi, de s mutuel;etnousapprÈcionsaussileje-u,lÕexplusprofondÈmentdanslesobsessionsÉ pÈrience et le fait de pouvoir se taquiner.´ Obstructionsª est un terme issu de la- ter Nous partageons la fascination de pouvoirminologie footballistique. JÕai, autrefois,-rÈa JORGENLET sentirdansnotretrÈfondscequeconstituelislaÈunfilmsurlegrandjoueurdefootball
herche dÕune chose fictionnelle, non pas factuelle. La Ò n, et les faits, par notre perspicacitÈ, la partie du mo re cernÈe par une ´ histoire ª, ou approchÈe suivant ns se trouve dans la mÍme rÈalitÈ que celle qui inspir que les journalistes pensent dÈcrire. Mais ils ne parvie un, car leurs techniques les aveuglent. En fait, ils ne v ues sont devenues le but e[.n..]so-allÕarre,nt,gume.itsioÕLih ont dÈrobÈ ce sujet : le reste du monde, quÕil nÕest el nous ne pouvons vi[v.r..e]! LARS VON TRIER[extraits] Ó Edition dÕun document dÕaccompagnement par lÕAtelier de Production Centre Val de Loire >Marie et le loudpe Eve Heinrich>24 mars 2004
LÕAtelier de Production Centre Val de Loire, dans le cadre de son action de promotion des films soutenus par la RÈgion Centre, accompagne dans les salles d la diffusion de Marie et le loup, premier long mÈtrage de Eve Heinrich, soutenu ‡ la production en 2001 dans le cadre de lÕaide sÈlective aux premiers et de attribuÈe par la RÈgion Centre. Pour la sortie du film le 24 mars 2004, un document dÕaccompagnement quatre pages couleurs est ÈditÈ par lÕAPCVL. Ces do tuitement ‡ disposition des salles de la rÈgion Centre et accessibles ‡ lÕensemble des salles au prix unitaire de 0,11 centiAmePsCVdLÕeu:ro0s.2 47 56 08 08 Ü 4]
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.