« Je vis de ma passion: la Bijouterie... »

De
Publié par

« Je vis de ma passion: la Bijouterie... »

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 115
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
Le Journal du Collège OASIS
Avril 2010  N° 2
Edito : numéro spécial sur l’orientation et les métiers ! Les élèves de 3 ième  3 ont réalisé pour vous des interviews professionnelles auprès de personnes de leur entourage. Cha-cun de nos lecteurs, par curiosité vis à vis d’un métier, ou concerné par l’orientation, pourra découvrir un point de vue sur la profession de bijoutier, infirmière, terrassier…et bien d’autres ! Bonne lecture !PS : Ah ! si vous n’êtes jamais allé visiter la SEGPA, les élèves de 6 ème  1 vous proposent d’y jeter un coup d’œil  ! Ils ont été très bien reçus ! Faites comme eux : vous dépassez un grenadier, un flamboyant nain, les plans d’une girafe, une odeur de gâteau au choco-lat…c’est là !
« Je vis de ma passion: la Bijouterie... »  Elle est bijoutière-joaillière et elle nous raconte son métier…   En quoi consiste le métier de bijoutier-joaillier? A la base, le bijoutier crée, transforme et répare des bijoux (en or, en argent ou en platine..), tandis que le joaillier prépare la monture des pierres précieuses ou des perles. Toute fois il s'agit d'un métier où l'art à toute sa place, et où les créations davantage personnalisées sont recherchées.  Qu'avez vous fait pour vous démarquer dans ce domaine? Je me suis spécialisée dans l'art de la bijouterie indienne.  Est ce que cette spécialisation modifie beaucoup le métier de base? Pour ma part, je dirais plutôt qu'elle l'améliore beaucoup. Étant Réunionnaise, je suis habituée au métissage et le fait de « métisser » mes bijoux m'inspire beaucoup. Je trouve en effet merveilleux la possibilité de créer des bijoux issus d'un mélange de style européen, indien, africain et plus...  Quelles sont les difficultés de votre métier? Mon métier nécessite beaucoup de patience, de précision et surtout une grande concentration. Ce qui est très diffici-le, en particulier quand on est fatigué, car on ne peut se permettre d'abîmer la pierre que l'on taille ou le bijou que l'on répare etc...  Avez-vous un emploi du temps régulier? Non, je n'ai pas d'emploi du temps fixe à cause des commandes souvent irrégulières.  Êtes-vous satisfaite de vos revenus? Oui, ils me conviennent parfaitement.  Quelle formation avez-vous suivie? J'ai suivi après le bac une formation de 2 ans en Art du bijou et du joyau: j'ai d'abord fait un BMA puis un DMA afin de me perfectionner. Cependant, je dois une très grande partie de mon savoir -faire à mes parents, qui m'ont enseigné très tôt l'art de la bijouterie indienne.  Qu'est ce qui vous a poussé à choisir ce métier? Ma passion pour l'art et les bijoux, mon envie de satisfaire les gens et mon souhait d'effectuer des études courtes afin de pouvoir exercer rapidement, m'ont très vite orienté vers le métier de bijoutier -joaillier. Étant en plus issue d'une famille d'artisans bijoutiers indiens, il m'a semblé évident que la bijouterie était ma destinée!  Selon vous quelles qualités doit posséder une personne intéressée par ce métier? Je pense qu'une personne souhaitant exercer ce métier, doit être créative et habile, car l'originalité et la précision ont une grande importance lors de la confection d'un bijou. Elle doit aussi être généreuse et à l'écoute car il faudra qu'elle sache dialoguer avec les clients, afin de répondre au mieux à leurs attentes.  Conseilleriez-vous ce métier à la jeune génération? Et pourquoi? Oui, bien sûr que j'encourage les jeunes à suivre ce parcours! C'est un métier agréable à exercer. On se sent utile, on apporte du confort, de l'assurance et du bien être aux clients. Et puis ce que l'on ressent lorsqu'on aperçoit une person-ne portant une de nos créations, un bijou qui a pris vie dans nos ateliers, dans nos mains, est vraiment formidable! C'est un moment que je souhaite à tout le monde de vivre! 1    
 
 Assistante sociale un métier de communication, de relation et d’aide.      Quel est votre métier ? Je suis assistante sociale au collège.  Quelles études fait-on pour arriver à ce métier ? Tout d’abord, j’ai fait un Baccalauréat, ensuite, pendant quelques années  Des études de droits (deug) ; par la suite j’ai réalisé une formation dans la DEAS (diplôme d’état assistante sociale), puis l’école théorique : statistiques et psychologie de droits. Après, il faut de la pratique : stages dans les hôpitaux, aide sociale à l’enfance etc.…  Enfin au bout de trois ans, il ya le diplôme ; alors on commence à travailler.  Pourquoi avez-vous choisi ce métier ? Ce métier me plaît, car c’est un métier de communication, de relation, d’aide et où l’on apprend de jour en jour différentes choses, car on est obligé de se documenter souvent.   Depuis combien de temps faites vous ce métier ? J’exerce depuis 20 ans  : pendant 10 ans je m’occupais des habitations dans le but d’aider les familles et enfants à être relogés. Les 10 années suivantes, j’ai exercé dans le milieu scolaire avec les adolescents.   Est-ce difficile ? Si oui, quelles sont les difficultés ? Je dirais que dans des cas c’est très difficile, mais nous sommes souvent confrontés à la douleur des gens, mais surtout des adolescents, qui ont des problèmes avec leurs parents, qui les frappent, ce qui les fait fu-guer et souvent on a l’impression que ça n’avance pas, ou il faut attendre beaucoup de temps pour voir les résultats.  Qu’est ce qui vous a poussé à faire ce métier ? C’est l’envie d’aider les autres, d’apporter du soutien aux autres qui souffrent. J’ai une grande motivation depuis le lycée, car je trouvais ce métier passionnant.  Est-ce que votre revenu vous permet de bien vivre ? On peut élever des enfants avec ce métier, mais ce n’est pas le top et au fur et à mesure, je peux grimper d’échelon, donc augmenter mon salaire, mais c’est tout de même un revenu correct.   Combien d’heures faites -vous par semaine ? Moi, je travaille dans deux établissement différents ; en tout je dois travailler 37 heures et 30 minutes, mais souvent j’en fais plus (en cas de besoin). Je bénéficie aussi de vacances c’est en même temps que les élè-ves, mais je dois venir avant la rentrée des élèves afin de préparer les dossiers, ça peut finir tôt, tout com-me ça peut terminer très tard ; ça dépend des situations.  Êtes-vous fière de ce métier ? Oui, c’est difficile certes, mais on a des compétences spécifiques et des qualités. C’est un métier mal connu, car certains pensent que les assistantes sociales travaillent juste pour « faire du mal », mais au contraire, elle est faite pour aider, écouter, car c’est un métier de communication, d’aide et de compréhen-sion. Nous on aimerait que notre métier soit plus connu et plus respectés, on sait très bien que notre métier est à risques compensés par un partenariat très riche.  Conseillerez-vous aux jeunes de faire ce métier ? Oui, je le conseille c’est intéressent  ; cela a de l’avenir un peu difficile car on ne peut pas être insensible à la douleur des gens. Et il faut bien connaître le métier, avant de vraiment se lancer dans cet emploi.    
2  
        Infirmière en pédiatrie : à l’écoute du jeune enfant.  
  Quel est votre métier ? Je suis infirmière en pédiatrie. Il s’agit d’un service où sont hospitalisés environ 20 -25 enfants, âgés de 5 jours à 15 ans.  Pourquoi avez-vous choisi ce métier ? Je n’avais aucune envie de travailler dans un service général et je trouve que la spécialisation est très im-portante.  Pourriez-vous me décrire une de vos journées ? Je commence chaque jour à 7h30 par la prise de connaissance du rapport de l’infirmière qui a fait la nuit. Chaque infirmière est responsable de A à Z d’un certain nombre d’enfants. Cela nous permet de nous adap-ter au rythme de chaque enfant. Ceux-ci dépendent d’un médecin à qui nous faisons part de nos observa-tions.  Quelles sont les études que vous avez poursuivies ? J’ai fait trois ans de formation de base et un an de spécialisation en pédiatrie. Toutes les spécialisations se déroulent au cours d’une année d’études supplémentaires, sauf celle d’accoucheuse qui se passe au cours des études, mais le diplôme obtenu n’est pas celui d’infirmier gradé hospitalier mais d’infirmière accou-cheuse .  Quels sont les points les plus délicats dans un service de pédiatrie en soins ? La rigueur et la précision sont extrêmement importantes, notamment en matière de dosage des médica-ments. Il y a un certain degré de technique et il faut être plus précis et rapide qu’avec un adulte, pour ne pas susciter la peur chez le jeune enfant. La souffrance des enfants, l’encadrement des parents et les grosses urgences qui parfois ne pardonnent pas sont des difficultés.  Nous devons tenir à un niveau de réanimation pour être préparés à toutes éventualités. Pour cela, nous sui-vons des séminaires très spécifiques plusieurs fois par an et nous communiquons beaucoup entre nous.  Si un jeune souhaite exercer ce métier, quels conseils lui donneriez-vous ? De faire un stage sur le terrain, de travailler dans un service de pédiatrie pour sentir l’ambiance, voir ce que c’est.   Exerceriez-vous ce métier toute votre vie ? Je pense qu’il faut se remettre en question et découvrir d’autres choses. D’après une étude réalisée il y a quelques années, la durée de travail d’un infirmier hospitalier est de cinq ans. Il y a donc un très grand rou-lement. Par la suite, je pourrais envisager de travailler dans le domaine de l’éducation à la santé, dans le milieu scolaire.
Il bâtit ses chansons !
 Que faites-vous dans la vie ? Je suis étudiant en BTS bâtiment et chanteur…mais c’est plutôt un passe -temps.  Est-il dur de « jongler » entre les études et ce loisir ? Avant ce n’était pas dur vu que je faisais tous mes devoirs d’écoles et m’amusais chez moi. Mais depuis que je suis étudiant, les études demandent plus de temps donc, j’essaie de faire de mon mieux.   Comment êtes-vous arrivé à mener études et activité de chanteur ? J’y suis arrivé car je n’avais rien à faire et je ne voulais pas « chômer » !!  Quelles sont les difficultés pour chanter ? C’est de trouver une place pour pouvoir se produire. Par exemple au Cœur Saignant  3  
 Qu’est -ce que ça vous apporte ? Ça me procure de la joie et me permet de décompresser.  L’inspiration vous vient -elle souvent ? Quand vous n’en avez pas, que faites -vous ? Tout dépend de l’instrumental. Si j’aime, l’inspiration me vient sans problème. Si je n’en ai pas, je regarde un film ou écoute de la musique.  Si vous deviez définir votre métier en quelques mots, ce serait quoi ? Je dirais que c’est un calmant. Parce que sans ça, je serai peut -être devenu un délinquant.  Que diriez-vous à ceux qui veulent se lancer dans la musique ou le bâtiment ? Le bâtiment est plutôt quelque chose de physique et les relations sur le chantier sont très amicales. Dons si vous pensez avoir les « biscotos » et le mental qui va avec, lancez-vous ! La musique, c’est autre chose. Elle te permet de te libérer, de t’exprimer. Donc si t’as envie de t’évader, d’éviter certains problèmes dans la vie (drogue, vol…), lance -toi dans la musique !! O.A  
Infirmière : une vocation  Pourquoi avez-vous choisi d’être infirmière ? Je crois qu’il s’agit d’une vocation. Depuis toute petite, j’ai toujours voulu faire ce métier, sans doute parce que je connais beaucoup de personnes dans mon entourage qui exercent cette profession.   Quel est votre cursus scolaire ? J’ai suivi une formation générale dans le collège et dans un lycée privé générale, puis j’ai passé un BAC. Les stages sont prépondérants pour ma formation, si bien que j’en ai effectué 18 au cours des mes études : 4 en première année, 8 en deuxième et 6 en troisième. La plupart dure 1 mois sauf le stage de pré profession-nel qui s’étale sur 9 semaines.   Quelles sont les qualités indispensables à l’exercice de la formation ? Je dirais, le sens des responsabilités, le travail en équipe, le sens du contact, de l’initiative, la patience et la polyvalence.  Quels sont les avantages et les inconvénients du métier ? La paie et les horaire constituent deux avantages : avoir des demi journées libres est plutôt agréable, même si cela signifie : travail de nuit. De plus je passe mon temps assise derrière un bureau et j’effectue des ta-ches concrètes et pragmatiques. En ce qui concerne les inconvénients, malgré ce que je viens de vous dire les horaires peuvent s’avérer contraignants, en particulier lorsque je souhaiterai mener une vie de famille.  C.B
4  
                               Le quotidien d’une nourrice   Depuis quand fais tu ce métier ? Je fais ce métier depuis 7ans.  Est-que tu aimes ce métier ? Oui, j’aime ce métier, j’adore les enfants.   Qu’est -ce que tu n’aimes pas dans ce métier ? Je n’aime pas trop quand les enfants sont indisciplinés.   Combien d’enfants dois -tu garder par jour ? Je garde 4 enfants par jour.  Est-que c’est suffisant pour toi ton revenu ? Oui c’est largement suffisant.   Combien d’heure les gardes -tu environ ?  Ils arrivent à 8h00 et s’en vont vers 16h00 environ.   Pourquoi avoir choisi ce métier ? Parce que j’aime travailler avec les enfants.   Quel message donnes-tu aux autres pour faire ce métier ? Que c’est bien et qu’il faut le faire.   C’était Thomas Paul en direct du Port à vous les studios !!!
Militaire : un métier difficile.
 Quel est votre métier ? Je suis un militaire.  Aimez-vous ce travail ? Pourquoi ? Oui, car ce métier me permet d’apprendre diverses choses.   Depuis combien de temps faites-vous ce métier ? Je fais ce métier depuis cinq ans. Et je prendrai ma retraite vers 60 ans au plus tard…   Qu’est ce que vous n’aimez pas dans ce métier ? Rien ne me déplaît dans mon métier.  Etes-vous satisfait de votre revenu ? Oui, on est bien payé et ça nous permet de bien vivre.  Pensez-vous que c’est un métier difficile ? Oui et non, plus ou moins.  Quels sont les avantages et les inconvénients dans ce métier ? Les avantage sont, on est bien nourri logé…etc. Et les inconvénients c’est que parfois le travail est trop dif-ficile que certain démissionnent et qu’on ne peut pas avoir une vie de famille stable, car on n’a pas beau-coup de permission de sortie.  Combien de temps par jour travaillez-vous ? Je travaille 5 heures de temps par jour.  
5  
Recommandez-vous ce travail pour les jeunes ? Oui, car c’est un métier intéressant, et on peut monter de grade d’année en année et être un peu plus payé.   Votre travail est il un travail fixe ? Non, car il y a une durée de contrat ce qui est un inconvénient Pour nous.  Que faisiez-vous en particulier dan ce métier ? J’encadre les nouveaux arrivants, je m’occupe aussi des entrainements militaires.  
ESTHETICIENNE ET CHEF D’ENTREPRISE !  Qu’est que c’est d’être un chef d’entreprise pour vous ? C’est veiller au bon fonctionnement et gérer les finances ainsi qu’avoir des idées originales pour attirer la clientèle.  Qu’est qui vous a mis sur cette voie ? Plus jeune j’avais envie d’être soit esthéticienne ou bien hôtesse de l’air mais comme je ne sentais pas à l’aise dans l’avion, j’ai choisi esthéticienne. Puis comme je n’aimais pas me faire commander je me suis dit que je deviendrai chef.  Aimez-vous ce métier ? Oui bien sûr car c’est un travail et un moyen de faire plaisir aux gens.   La gestion des employés est-elle difficile ? Non, parce que je n’ai pas d’employé. Car je suis associé avec d’autres personnes pour faire fonctionner cette entreprise.  Depuis quand faite-vous ce métier ? Depuis 27 ans.  Le métier a-t-il évolué ? Nous avons reçu des nouveaux matériaux modernes mais sans plus.  L’entreprise fonctionne -t-elle bien ? Non, pas vraiment la crise touche tout le monde.  Pensez-vous rester longtemps dans ce domaine ? Non car c’est en chute libre.  
6  
                                                           re. eliè hôtellennoisseforp eiV
Merci, I.L 
  Que faites vous dans la vie ? Je suis agent d’entretien dans une entreprise en bâtiment.   Depuis combien d’années faites vous ce métier ? Je fais ce métier depuis 18 ans déjà.  Est-ce difficile. Si oui, quelles sont ces difficultés ? Oui, très, car je dois me lever du lundi au vendredi à 3h du matin pour nettoyer avant que les personnes de l’entreprise n’arrivent.   Pourquoi avez-vous choisi ce métier ? Je n’avais aucun diplôme donc je n’avais pas d’autre choix que de faire celui là et à l’époque, encore au-jourd’hui d’ailleurs, c’est très difficile de trouver du travail.   Donc vous n’avez pas fait d’études concernant votre métier ? Non, rien, j’ai eu ce travail grâce à des contacts.   Qu’est ce qui vous a poussé à faire ce métier ? C’est la peur d’être au chômage.   Etes-vous fière de votre métier ? Oui, car il me permet de vivre et je suis fière de voir mes enfants s’épanouir dans un environnement stable !  Combien d’heures faites -vous par jour ? Je fais 4h et c’est très dur.   Votre revenu vous permet-il de bien vivre ? Non, c’est trop juste, surtout pour les fins de mois et c’est encore plus difficile avec l’euro.   
Etre agent d’entretien  
   Que faites-vous dans votre métier ? Je restaure l’hygiène des bungalows ou des chambres après utilisation, pour satisfaire le séjour des clients.   Il y-a-t-il un objectif ? Oui, mon objectif est de satisfaire les vacanciers et clients de l’hôtel pour un confort et une hygiène favora-ble. Nous y mettons aussi des produits d’accueil dans les chambres et proposons des programmes de sortie pour les vacanciers.  Y a-t-il une ou des compétences requises pour faire ce métier ? Oui, j’ai fait une formation de services hôtellerie.(CAP)   Cela fait combien de temps que vous faites ça ?Etes-vous heureuse d’en être arrivé là ?  Cela fait 3 ans que je travaille dans l’hôtellerie.  Oui, je suis heureuse d’avoir fait 3 ans là -bas et je compte en faire plus, car c’est un métier difficile, oui, mais qui nous met en contact avec la clientèle et nous permet d’avoir une profession très sociale.    
7  
Il y aura-t-il une relève ensuite ? Oui, car c’est un métier du secteur tertiaire c’est le secteur qui embauche le plus de personnes donc, oui, il y aura une relève.  Quelle rémunération avez-vous ? Ma rémunération correspond au SMIC.  Y a-t-il des inconvénients ou des avantages dans ce métier ? Oui l’inconvénient est de travailler jours fériés et week -end, mais l’avantage est que nous somme payés au double.  Que conseillerez-vous aux jeunes motivés pour ce domaine ? Mon unique conseil sera d’apprendre des langues étrangères, car le tourisme se mondialise.   D.H.
Confidence d’un professeur de français du collège oasis.              On devient professeur de français parce qu’on aime les élèves…..    Quel est votre métier ? Je suis enseignante et professeur de lettres modernes.  Quelle est la différence entre lettres modernes et lettres classiques ? Ben ! En fait classique c’est avec le grec et le latin.   Avez-vous toujours voulu exercer ce métier ? J’ai voulu faire du journalisme mais il n’y avait pas d’école de journalisme proche de chez moi( ce n’est pas les mêmes études).  Et quel genre d’études avez -vous faites ? J’ai fait 3 ou 4 années après le bac plus 1 an de préparation pour le concours.   Ça fait combien de temps que vous exercez ? Ça fait 20 ans.  Et vous avez déjà voulu changer de métier ? En fait, j’ai déjà changé de travail  ; je travaille entre le collège et l’école primaire et à un moment donné j’ai voulu travailler au lycée mais j’ai dû abandonner.   En quoi ce métier vous plaît-il ? On est payé pour parler beaucoup (rires) et j’aime travailler avec les gens, et avec ceux qui en ont besoin comme les quartiers défavorisés.  Et ça vous fait pas peur car ces quartiers là sont définis comme quartiers difficiles ? On a souvent peur de ce qu’on ne connaît pas, mais j’aime bien , car les élèves sont dynamiques et il voient l’école comme un moyen de réussir de s’en sortir.   Pouvez-vous nous donner votre définition de votre métier ? On devient professeur de français parce qu’on aime les élèves. C’est comme jouer au tennis, on ne doit pas perdre la balle de vue. On ne peut pas se reposer durant l’heure, mais on s’y habitue avec le temps.   Quel conseil donneriez-vous à un collégien qui voudrait exercer ce métier ? De le faire pour lui de ne pas écouter les commentaires des autres ; c’est plus intéressant de travailler avec les jeunes qu’avec les adultes.    Nas.ali Mohamed
8  
     
 Professeur d’anglais au collège Oasis.   
  Avez-vous fait des études longues ou courtes ? Si je devais choisir entre études ou courtes, je dirai plutôt des études longues.  Qu’avez -vous fait comme études pour arriver à ce que vous êtes aujourd’hui ? J’ai fait 3 années jusqu’à la licence d’anglais, j’ai commencé une maîtrise que je n’ai pas  fini, obtenu le diplôme qu’on obtient pour être professeur (CAPES) et à la fin de l’année de préparation du CAPES, j’ai fait une année à l’IUFM (institut universitaire de formation des maîtres) pour préparer le concours pour devenir professeur.  Avez-vous eu d’autres métiers avant celui -là ? Avant d’être professeur, j’ai été animatrice pour jeunes enfants, caissière à Jumbo Score de Saint -Pierre (à l’époque c’était Cora), vendu des assurances, travailler à l’Etat civil pour payer mes études.   Le métier que vous avez choisi était-il ce que vous vouliez étant plus jeune ? En fait, je n’avais pas trop d’idée sur le métier que je voulais faire.   Aimeriez-vous faire un autre métier que celui-ci ? Oui ? J’aimerai faire un métier plus manuel, travailler de mes mains comme travailler le bois.   Selon vous, quelles sont les qualités pour être professeur d’anglais ? Selon moi, les qualités requises pour être professeur sont la patience, avoir un certain sens de la justice pour les élèves et surtout aimer le contact avec les autres.  Conseillerez-vous à d’autres personnes à faire votre métier? Pourquoi ? En fait, ça dépendra des qualités de la personne.  Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ? (Deux avantages et un inconvénient) Ben ! Pour les avantages, je dirai que mes vacances sont plus longues et j’ai plus de temps à passer avec ma fille ; un inconvénient de mon métier : (en rigolant) je dirai que le midi, parfois, je n’ai pas le temps de faire une petite sieste.  Avez-vous déjà travaillé dans un autre collège que celui-ci ? (Si oui, lesquels ?) Oui, j’ai travaillé dans le collège Montgaillard à Saint -Denis pendant un an, et au collège Titan, au Port pendant trois ans .Pourtant, je n’ai pas choisi ce collège mais j’ai été muté suite à une mesure de carte sco-laire et je vais entamer ma quatrième année ici.  Personnellement, pensez-vous que de sympathiser avec les élèves sont une bonne idée ? Sympathiser avec les élèves, je dirai « non » mais avoir une relation agréable avec la classe, je dirai « oui ».  Pourquoi serez-vous sûre que dans dix ans, ce métier vous plairait toujours autant ? Dans dix ans, je me vois plutôt dans un métier plus manuel.  Quelle est la chose qui vous manquerez le plus une fois partie à la retraite ? Quand je partirai à la retraite, la chose qui me manquera le plus, c’est le contact avec les élèves parce que c’est enrichissant de travailler avec l’humain et on apprend beaucoup de choses en travaillant avec les élè-ves.  
9  
L .Manieca
Une prof de Français Passionnée
   Quel est votre métier ????? Je suis professeur de français.  Pourquoi avez-vous choisi ce métier ???? J’ai voulu faire ce métier pour transmettre aux élèves mes connaissances, l’envie de les voir réussir et parce que j’aime les enfants.   Qu’est -ce qui vous a poussé à faire ce métier ???? Ce qui m’a poussée à faire ce métier, c’est de pouvoir passer le message aux jeunes et parce que c’est un rêve de petite fille qui se réalise.  Etes-vous fière de votre métier ???? Fière oui, beaucoup !!!! Car arriver à faire intéresser les élèves à des choses nouveaux voir que ça les plait et qu’ils vous comprennent, ça fait toujours plaisir et se dire parfois que grâce à nous ces jeunes auront peut - être un avenir meilleur.  Depuis combien d’année faites -vous ce métier ???? Cette année c’est la quatrième année que j’enseigne comme professeur de français.    Quels genres d’études avez -vous faites pour arriver à faire ce métier ???? Pour arriver à faire ce métier, j’ai fait un bac L plus 4 ans d’études à l’université,  j’ai une maîtrise de lettres modernes, puis j’ai préparé le concours à l’IUFM.   Est-ce un métier difficile et quelles sont les difficultés ???? Oui c’est un métier difficile, mais très intéressant, car ce n’est toujours pas facile de faire comprendre aux élèves le cours ou même de ne pas arriver à les intéresser à la leçon, surtout avec les élèves un peu pertur-bateurs. Et qu’ils ne vous, obéissent pas toujours.   Combien d’heures faites -vous par semaine ???? Moi, mes heures au collège sont de 18h par semaine et à la maison je prends 15h pour préparer les cours, corriger les copies etc.  Est- ce votre revenu vous permet de bien vivre ???? Oui, mon salaire est convenable et j’arrive à me faire plaisir.   Conseillerez-vous aux jeunes de faire ce métier ???? Je pense que, oui car c’est un métier intéressant, et enrichissant mais aujourd’hui il faut bien travailler, car on réduit les postes de professeurs, mais c’est un très bon métier ça vous permet de partager vos connais-sances avec les autres.                                      S.A 303
Institutrice : un métier passionnant
 Découvrons une enseignante qui nous parle de son métier    Quels genres d’études doit -on faire pour ce métier ? Pour faire ce métier tout d’abord faut avoir le bac, une licence en général et passer un concours, puis être stagiaire à l’UFM.   Est-ce difficile de faire ce métier ? Oui c’est très difficile même, car il ya beaucoup de préparation.   Pourquoi avez-vous voulu faire ce métier ? J’ai choisi ce métier pour le contact avec les enfants et bénéficier des vacances.   Quelles sont les qualités que nous devons avoir pour enseigner à l’école primaire ? Faut surtout être patient, aimer les enfants, aimer ce métier, être autoritaire et avoir une bonne méthode de travail.  Avez-vous déjà rencontré des difficultés avec certains élèves ? Oui bien sur les élèves sont parfois désagréables avec moi ou envers leurs camarades mais derrière ce désa-grément se cache parfois des souffrances et surtout faut essayer de parler à ceux qui on des comportements pas nets.  Qu’avez -vous ressenti lors de votre premier jour d’enseignement ? La fierté, la joie de faire découvrir aux élèves de nouvelles connaissances ?  Ça fait combien de temps que vous enseignez et combien de classes différentes ? Ça fait maintenant 5 ans que j’enseigne et j’ai déjà enseigné dans les classes de CP, CE2 et CM2.   Quels sont les difficultés de votre métier ? S’adapter envers les élèves, faire beaucoup de préparation. Et je rajoute même à tous les enseignant d’éco-les primaire : faites vous respecter, ayez un bon contact donnez leur envie de continuer et les encourager.             
11  
  ABDALLAH Rououyati 303
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.