Copie de Rapport d'activité MCC (célébrations nationales) 2002.p65

De
Publié par

Copie de Rapport d'activité MCC (célébrations nationales) 2002.p65

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 172
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
) Les Célébrations nationales
es Célébrtions nationales Les Célébrations nationales
Les Célébrations nationales Créée en 1974 et placée sous l’autorité du directeur des Archives de France en 1979, la Délégation aux célébrations nationales a pour objectif d’appeler l’attention sur les événements, les œuvres, les personnages importants de notre histoire et de les rendre accessibles à un large public. Elle a un rôle d’incitation et de coordination ; elle conseille les porteurs de projet et instruit les demandes de subventions présentées par des organismes justifiant d’une mission ou d’une implantation nationale. La Délégation aux Célébrations nationales coor donne les initiatives et veille à leur valorisation ; elle pilote les opérations et les programmes d’envergure nationale. Elle tient à jour sur le site internet du ministère de la Culture et de la Communication (www.gouv.culture.fr/evenementsculturels), une rubrique consacrée aux Célé brations nationales où figurent notamment les manifestations organisées à l’occasion des anniversaires. Elle assure le secrétariat du Haut Comité des Célébrations nationales créé par arrêté du 23 septembre 1998 et composé de spécialistes éminents des grands domaines historiques. Ce Haut comité des Célébrations nationales est chargé de conseiller le ministre de la Culture et de la Communication afin de définir les objectifs et les orientations de la politique des Célébrations nationales et de proposer les anniversaires susceptibles d’être inscrits, chaque année, parmi ces Célébrations. e La République française en 2002 a tenu à commémorer la mémoire de Victor Hugo et d’Alexandre Dumas. A l’aube de notre XXIsiècle, la célébration du bicentenaire de la naissance de l’auteur des“ Misérables ”, des“ Travailleurs de la mer ”, de“ L’année terrible ”ou des “ Derniers jours d’un condamné ”et celle de l’auteur des“ Trois mousquetaires ”, de“ Kean ”ou de“ La dame de Montsoreau ”, hommage marqué par son entrée au Panthéon, s’incarnèrent comme une belle évidence et retentirent comme en écho à ce poème“ Ce siècle avait deuxans ”, extrait des“ Feuilles d’automne ”. Mais ces géants du verbe qui, par une étonnante alchimie ont su tout au long de leur œuvre tisser la réalité historique, politique ousociale dans les soieries de l’imaginaire, ces frères de mot qui, ont su imposer le théâtre romantique e au XIXsiècle, étaient aussi, avant tout, des héros républicains, des hommes d’esprit et de cœur réunis par une vision commune de l’histoire, unis par une amitié profonde qui l’emporteranonobstant cette rivalité qui a pu les surprendre ou les ébranler à un moment de leur vie. “ Alexandre Dumas creuse le génie humain et il l’ensemence (…) Pendant quarante ans cet esprit s’est dépensé comme un prodige ” écrivait Hugo à la mort de Dumas. Hugo 2002Hugo de Paris VII, ainsi que la présidenteligne en mode image sur Gallica constitue de la Société des amis de Victor Hugo.une petite révolution dans le monde de Le bicentenaire de la naissance de VictorDirections centrales du ministère de lal’édition, elle a été fortement appuyée par Hugo a été fêté tout au long de l’annéeCulture et de la Communication, Directionsles éditeurs scientifiques. 2002, en France et dans le monde, par derégionales des affaires culturelles etLes représentations de Ruy Blas à la très nombreux événements et publications.Etablissements publics se sont impliquésComédie Française dans la mise en scène Un comité national, institué par le ministèredans la mise en œuvre de cette célébration.de Brigitte Jaques, qui ont donné le coup de la Culture et de la Communication, aL’œuvre de Hugo par les thèmes qu’elled’envoi au bicentenaire et ont été reprises été chargé de fédérer ces initiatives, d’enaborde, sa modernité formelle tant danscette saison, ont accueilli un public assurer la cohérence et la visibilité en sel’écriture romanesque, théâtrale ou poétiquenombreux, enthousiasmé par la fougue et prononçant sur le sens et l’esprit de cetteque dans le dessin, l’engagement dela jeunesse du texte hugolien dont célébration. Présidé par Bertrand Poirotl’homme dans des combats politiques ettémoignent la mise en scène et Delpech de l’Académie française etsociaux, toujours d’actualité, ont été aul’interprétation. composé de personnalités du monde descœur des événements de cette célébrationUne redécouverte de l’œuvre graphique a arts et des lettres, de l’université, deset expliquent l’engouement qu’elle a suscitéété possible grâce aux grandes expositions médias, il associait des représentants desauprès des publics.de la BnF et de la maison Victor Hugo de la différents comités mis en place par leLa réimpression des œuvres complètes parplace des Vosges; l’accueil par le Sénat ministère de l’Education nationale, par celuiles éditions LaffontBouquins, grâce aude l’exposition Victor Hugo, le promeneur des Affaires étrangères, par la Ville de Parissoutien du Centre national du Livre (CNL)du Luxembourg, sur les grilles du jardin aura et celle de Besançon, ville natale de Victoret du ministère des Affaires étrangères : ellefortement contribué à l’élargissement du Hugo, des représentants du Haut comitéa obtenu, dès sa sortie début mars, unpublic. pour les Célébrations nationales, du groupesuccès en librairie inattendu. Sa mise enToutes ces opérations figurent comme des
L’œuvre de Hugo, a été au cœur des événements de cette célébration nationale.
Le transfert des cendres d’Alexandre Dumas au Panthéon, le 30 novembre 2002. “ Moinsun deuil qu’une fête, moins un ensevelissement qu’une résurrection ” témoignait Alexandre Dumas fils en hommage à son père.
es Célébrtions nationales Les Célébrations nationales
réussites majeures, et traduisent lesobjectifs voulus par le comité national. Une journée nationale a été organisée le 26 février, jour anniversaire de la naissance du poète.
Alexandre Dumas, un homme de liberté au Panthéon
Cet esprit était capable de tous les miracles, même de se léguer, même de se survivre… ”écrivait Victor Hugo à Alexandre Dumas fils en 1872. Un peu plus d’un siècle plus tard, le 30 novembre 2002, Alexandre Dumas entrait au Panthéon à l’occasion du bicentenaire de sa naissance. “ Enfin, te voilà, Alexandre ! Il est impossible de ne pas tutoyer un ami d’enfance! ”, proclama Alain Decaux, tandis que le chef de l’Etat, Jacques Chirac exprima la reconnaissance nationale à l’écrivain français le plus lu dans le monde :“ L’œuvre profondément humaine de Dumas porte en elle un fragment de la vie éternelle… Lire Dumas, c’est apprendre un peu de la France ”. Pour la Société des amis d’Alexandre Dumas, son président, Didier Decoin et son président d’honneur, Alain Decaux de l’Académie française, l’auteur des Trois Mousquetaires devait reposer au Panthéon. Le président de la République, après consultation du Premier Ministre et du ministre de la Culture et de la Communication, en accepta le principe ; le décret autorisant le transfert des cendres de l’écrivain fut signé le 26 mars 2002. Le comité scientifique chargé de la panthéonisation, présidé par Alain Decaux, réunissait plusieurs représentants du Ministère :François Goven, JeanMarc Boyer et Bernard Jeannot. La cérémonie ellemême se déroula sur plu sieurs jours. Ce fut d’abord, le 26 novem bre, l’adieu des habitants de VillersCotte rêts, la ville natale de Dumas, à cet homme qui incarna si fortement l’esprit républicain.
Le 28 novembre, un cortège a parcouru les rues et les sites de la ville fréquentés et aimés par l’écrivain. Le lendemain, Alexandre Dumas passa une dernière journée dans son château de MonteCristo, où une soirée d’hommage rassemblait comédiens et écrivains. Le 30 au matin, Dumas entouré des fastes républicains, quittait sa maison de Monte Cristo. Hommage encore, intense et émouvant, au Sénat, quand l’écrivain Claude Ribbe rappela d’une parole vive et franche l’origine sociale de l’écrivain, le parcours audacieux boisé de romanesque du “ premier professeur d’histoire du peuple français, comme le confiait l’écrivain François Taillandier, auteur desMémoires de Monte Cristo. A 18 heures 30, la dépouille d’Alexandre Dumas quittait le palais du Luxembourg. Dans les jardins du Luxembourg, le cortège se mit en place et se dirigea vers la place Edmond Rostand puis la rue Soufflot. Quatre mousquetaires à cheval entouraient le cercueil d’Alexandre Dumas. A l’arrivée du cortège sur la place du Panthéon, un “ oratorio ”composé par des textes de Dumas et lus par Marcel Bozonnet, administrateur général de la Comédie française et Catherine Samie, doyenne de celleci, était donné. Enfin, peu après 19h30, la lettre de Victor Hugo à Alexandre Dumas fils était lue par Simon Eine, sociétaire de la Comédie française. Puis le cercueil fut porté à l’intérieur du bâtiment.
Nuit de fête au château de MonteCristo, retransmission de la cérémonie sur France Télévision, soirée Dumas sur Arte, semaine spéciale Dumas sur TV5, exposition et festival Dumasà VillersCotterêts, rencontre littéraire à Bruxelles “Dumas, l’autre centenaire ”,colloques internationaux en France (organisé par Paris III), colloques à Lleida et à Naples et cette grande exposition “ Alexandre Dumas, deux siècles de gloire ”
àMonteCristo, ont jalonné cette reconnaissance nationale, qui fut le point d’orgue d’une année dumasienne exceptionnelle.
“ Moinsun deuil qu’une fête, moins un ensevelissement qu’une résurrectiontémoignait Alexandre Dumas fils, pour ce grand écrivain, ce grand républicain, cet homme d’action épris de liberté.La cérémonie au Panthéon assura cette promesse éclairée.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.