Discours vœux 2011 L'Université de Mons emploie plus d'un millier ...

De
Publié par

Discours vœux 2011 L'Université de Mons emploie plus d'un millier ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 280
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Discours vœux 2011
L’Université de Mons emploie plus d’un millier d’agents
Notre institution est donc l’une des plus grosses PME de la région et en tout cas, l’un des
plus grands employeurs de la région. Rien de plus normal donc qu’entre agents, nous ne
nous connaissions forcément pas très
bien. La présentation annuelle des vœux, à
laquelle j’ai le plaisir de vous accueillir aujourd’hui, constitue une des occasions de l’année
pour améliorer cette connaissance.
Nous avons d’autant plus besoin de ce type de rencontre que notre institution occupe
plusieurs sites disséminés dans la ville et qu’elle regroupe aujourd‘hui des partenaires qui
ont fait le choix à des moments différents, d’unir leur destinée.
J’aime bien rappeler à ceux qui nous reprochent, notamment au sein de l’Académie
Wallonie Bruxelles d’être assez frileux lorsqu’on prononce le mot fusion, que les différents
partenaires qui forment notre institution n’ont pas hésité à évoluer vers un regroupement
significatif,
lorsque des objectifs clairs et porteurs d’avenir pour tous les partenaires ont
été identifiés.
C’est ainsi qu’en 3 ans, 4 institutions se sont associées et forment aujourd’hui une
université de Mons avec près de 6000 étudiants, répartis dans ses 7 facultés et 3 instituts.
Je profite d’ailleurs de l’occasion pour saluer
nos collègues de l’Institut Supérieur
d’Architecture de Mons,
qui ont donc été les derniers à nous rejoindre tout au début de
cette année académique.
Il est certes important
que
les institutions d’origine continuent à garder ce qui a été leur
identité et leur spécificité depuis des dizaines d’années, mais il est tout aussi essentiel que
l’esprit UMONS imprègne chacun d’entre nous. Cela m’apparaît être une condition
nécessaire
pour consolider la visibilité et l’efficacité de notre institution dans les
prochaines années, surtout dans le contexte actuel de l’évolution de l’enseignement
supérieur.
Vous avez probablement pu suivre dans les différentes assemblées auxquelles vous avez
peut être été conviés ou bien dans la presse, les évolutions récentes de ce dossier qui
pour le moment semble pratiquement à l’arrêt.
En effet, après la table ronde de l’enseignement organisée par le Ministre Marcourt de
janvier à avril 2010, il y a pratiquement un an, le dossier n’a apparemment plus beaucoup
évolué, et ce pour diverses raisons.
Il ya évidemment les préoccupations que nous partageons tous quant à l’évolution de
notre pays, la difficulté, et le mot est faible, de former d’un gouvernement fédéral et les
inquiétudes qui en découlent quant aux éventuelles
implications budgétaires pour la
Région wallonne et la Communauté française
Mais il n’y a pas que cela : il y a aussi les incertitudes qui touchent deux des universités
complètes de la CF. Il y a d’une part, les difficultés de gouvernance qui sont apparues au
sein de l’ULB, notre partenaire au sein de l’Académie, avec la démission du recteur Ph.
Vincke et la désignation non encore finalisée d’un nouveau tandem de direction (un
nouveau recteur et un nouveau président du Conseil d’Administration).
Il y a aussi les choix non encore arrêtés de l’Académie Louvain quant à l’aboutissement
d’un processus de fusion qui aurait dû conduire à la création d’une Université de
Louvain
regroupant les 4 institutions catholiques. On sait au stade actuel qu’il n’en sera rien, du
moins à court terme, vu le désistement des Facultés Notre Dame de la Paix à Namur.
Dans ce contexte, nous sommes convaincus que les choix de notre institution sont les
bons.
Nous sommes convaincu qu’en plaidant pour la logique géographique et le pluralisme, tant
pour les missions de proximité que pour l’association avec les Hautes écoles, nous faisons
le choix de l’efficacité, du bon sens et de la raison, et en tout cas de la réelle non
concurrence dans une même zone géographique.
Nous sommes convaincu qu’en plaidant pour la plus large ouverture possible en matière
de recherche et de missions à large échelle, nous faisons également le choix de
l’efficacité, pour permettre aux institutions de la Communauté française de mieux se
positionner vis-à-vis de la recherche internationale.
D’autres institutions font d’autres choix en privilégiant la logique confessionnelle.
Nous
respectons évidemment ce choix, chacun étant libre de décider de son évolution, comme
d’ailleurs, nous sommes et nous serons tout aussi intraitables quant à notre propre liberté
de choix.
Mais de grâce, que ceux qui privilégient la logique confessionnelle, nous épargnent le
couplet d’une meilleure efficacité globale et d’une limitation de la concurrence en
Communauté française. Ce ne sera certainement pas le cas dans une même zone
géographique, en particulier dans le Hainaut. N’est-on pas en train de se tromper de cible
en amplifiant aujourd’hui les conséquences d’un clivage philosophique de l’enseignement
supérieur, amorcé malencontreusement en 2004 par la création des académies ?
Quoi qu’il en soit, notre institution poursuit ses objectifs dans le respect des objectifs
stratégiques adoptés par le Conseil d’Administration et
réactualisés au début de cette
année académique.
Je n’en ferai pas ici une présentation exhaustive et me contenterai de signaler quelques
uns des faits marquant les plus significatifs.
Pour ce qui concerne l’enseignement, une formation pédagogique initiale a été organisée
depuis le début de l’année académique à l’intention des jeunes assistants engagés par
notre institution. Cela traduit le souci de qualité de l’enseignement que doit cultiver une
institution comme la nôtre
Pour la Recherche, il est important de noter l’augmentation au sein des facultés de l’ex-
UMH, des budgets institutionnels consacrés à la recherche, avec pour objectif clair celui
d’augmenter de façon significative, le nombre de thèses réalisées dans notre institution
dans les prochaines années.
Je n’ai pas la possibilité d’en faire ici une description exhaustive, mais il faut que chacun
soit conscient de la qualité et de la renommée de certaines de nos équipes de recherche.
Evidemment, nous n’atteignons pas un niveau de qualité ou de notoriété similaire pour
chacune de nos équipes de recherche et c’est compréhensible compte tenu de l’histoire,
des moyens investis et de l’organisation passée. Il est toutefois clair que l’effort de
rassemblement qui a été initié cette année autour d’un nombre limité d’axes de recherche
est à poursuivre. Il s’agit là d’une condition indispensable pour adapter nos structures au
développement d’une recherche de qualité.
Pour le service à la société, nous avons créé un Comité d’orientation
stratégique qui
regroupe des personnalités des mondes politiques, économiques, sociaux et culturel. Ce
comité vient d’être mis en place et sera opérationnel dès le mois prochain. Il nous
permettra notamment d’être mieux en phase avec les besoins de notre région.
Au niveau de la gestion interne, l’uniformisation des procédures de gestion du personnel
et la clarification des procédures de promotion a très bien progressé tant pour les
personnels
administratifs et techniques
que les personnels scientifiques et enseignants.
Tout n’est pas terminé mais c’est en bonne voie.
Pour ce qui concerne la vie sur le campus, je me contenterai de rappeler la réouverture du
restaurant de la Plaine, qui devrait être suivie dans le courant de l’année 2011, par la
réouverture
de la salle omnisport.
Un effort particulier est également réalisé en termes de visibilité internationale, suite aux
accords
passés avec des institutions étrangères. Le nouveau site en anglais même s’il se
fait attendre, est imminent. D’autre part, après le doctorat honoris causa attribué au Prix
Nobel de la Paix de 2006 Mohammed Yunus, notre institution aura le plaisir de décerner
les insignes de DHC à 5 personnalités du monde scientifique dans le courant du mois de
mai 2011.
Ce sont là des évènements importants auxquels je vous invite à participer. Tout comme la
rentrée académique, il m’apparaît essentiel que le personnel réponde présent et adhère à
ces actions, ne fût-ce que pour mieux matérialiser auprès des invités extérieurs, l’esprit
UMONS dont je vous parlais au début de cet exposé.
Chers Collègues,
C’est une tradition bien établie de se retrouver le premier lundi de la rentrée en janvier.
Dorénavant, nous profiterons de cette occasion pour décerner
les décorations civiques et
les ordres nationaux.
Un petit mot d’explication sur les conditions d’obtention de ces décorations
Il y a d’abord les décorations civiques, associées à l’ancienneté de carrière, avec la
médaille civique octroyée après 25 ans de carrière, et la croix civique pour les 35 ans de
carrière
Il y a ensuite les ordres nationaux qui sont associés à l’ancienneté tout court. Le libellé
exact de la décoration dépend de l’âge de l’agent (40 ans, 50 ans ou 60 ans) ainsi que le
grade de l’agent
Ces conditions ne sont pas suffisantes : il y a un ensemble de démarches administratives
qui doivent être réalisées pour obtenir ces décorations. Elles doivent être initiées par le
Service du personnel, après accord de l’agent concerné et elles doivent être finalisées par
l’administration de la Communauté française compétente. Il y a eu ces dernières années
une complication supplémentaire venant du fait que la législation concernant les ordres
nationaux a été modifiée et que la Communauté française a mis un long délai pour
traduire légalement cette modification.
Je vous dis cela parce que vous verrez que la répartition de ces décorations entre les
diverses facultés privilégie cette année la Faculté Polytechnique. Cela méritait un mot
d’explicitation préalable pour éviter une éventuelle grogne des agents de certaines
facultés. En fait, suite au blocage des ordres nationaux à la Communauté française, le
service du personnel de la FPMs a continué à rentrer annuellement les demandes, ce qui
n’a pas été fait dans l’ex-UMH.
Concrètement, cette démarche pour les agents concernés de l’ex-UMH a été réalisée en
2010, il faudra donc s’attendre à une disproportion … dans l’autre sens l’année prochaine
pour résorber le retard.
Il y a évidement plusieurs façons de considérer ce type de décoration.
Les esprits chagrins, et je sais qu’il y en a dans l’institution, diront qu’il ne faut y voir
qu’une signe de vieillesse et de l’âge qui avance.
Les esprits plus positifs, et je sais qu’il y en a aussi au sein de l’institution, diront plutôt
qu’il faut y voir une forme de reconnaissance du travail réalisé au sein de notre institution.
Quoi qu’il en soit, nous avons profité de l’occasion pour mieux identifier les nominés, dont
vous verrez la photo en même temps qu’ils viendront rechercher leur cadeau de
circonstance, à savoir le brevet de décoration, un chèque lire d’une valeur de 50 € ainsi
qu’un stylo et porte mine frappé Université de Mons
Avant de procéder à la distribution de ces décorations, je voudrais remercier chacune et
chacun d’entre vous pour votre implication dans le développement de notre institution, en
particulier ceux qui en plus de leur tâche ont accepté d’assurer des responsabilités
institutionnelles, qu’il s’agisse des présidents de commissions, de conseils, de jurys, de
doyens ou de membres de l’équipe rectorale.
Un grand merci à tous.
Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2011, une bonne santé aussi, en espérant
que cette nouvelle année vous donnera l’occasion de continuer à vous épanouir tant au
niveau personnel que professionnel.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La très longue marche vers l’union

de la-gazette-des-communes-des-departements-des-regions

Tisseur de liens

de la-gazette-des-communes-des-departements-des-regions