Interview d'Imed Boughzala « Je suis fier d'appartenir à l'INT. »

De
Publié par

Interview d'Imed Boughzala « Je suis fier d'appartenir à l'INT. »

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 165
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Interview d’Imed Boughzala
Imed Boughzala, 32 ans, est enseignant-chercheur à l’INT depuis 2002, en tant
que maître de conférences au Département SI (Systèmes d’Information).
« Je suis fier d’appartenir à l’INT. »
Imed Boughzala ne pouvait qu’être séduit par une école qui conjugue ingénierie et
management, enseignement, recherche et transfert. Ingénieur de formation, il prise
par-dessus tout le contact avec le monde de l’entreprise. Rien de surprenant, quand
on connaît ses deux thèmes de prédilection : le concept d’« entreprise étendue » (ou
de coopération interentreprises), et le KM, alias « Knowledge Management ».
Etudiant, il fait un stage chez France Telecom R&D, dans le cadre d'un DEA
« Informatique et systèmes intelligents »
à Paris VI-Dauphine. Entre 1998 et 2001, en
pleine flambée Internet, il rejoint une start-up financée en partie par France Telecom
et se voit confier le pilotage d’un projet d'e-business dans le secteur du Textile. De
cette expérience pionnière, il nourrit sa
thèse
,
« Démarche de conception de
systèmes d’information coopératifs inter agents pour la gestion de connaissances »
.
Il la soutient au laboratoire LIP6 de Paris VI, sous la direction du Professeur Jean-
Charles Pomerol. Pendant ces quelques années, il enseigne comme vacataire à
Paris Dauphine, et à l'Université de Technologie de Troyes (UTT) comme ATER
(Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche). Il obtient sa qualification
CNU en janvier 2002, et postule à l’INT, partenaire de l'UTT.
Recruté pour développer l’axe du Knowledge Management, il élargit rapidement ses
responsabilités : parallèlement à ses activités d’enseignant, il s’emploie à faire
prospérer et rayonner son département, via des contrats de recherche appliquée
auprès des entreprises et des initiatives fédératrices, telles qu’un séminaire sur le KM
et un colloque sur les systèmes d'information à l’INT.
POURQUOI J’AI CHOISI L’INT
1. Quelles sont vos activités et vos responsabilités à l’INT ?
En tant qu’enseignant, j’assure le cours « Conception de Systèmes d’information »
pour les étudiants ingénieurs de deuxième année, et je participe au cours
« Systèmes d’information » pour les managers. Je coordonne les cours de travail
collaboratif pour le mastère spécialisé SIM et les deux options ISI et ACSI. Je
coordonne aussi un Master of Science appelé « Information Technology »
(technologies de l’information). Enfin je participe à un cours de Knowledge
Management à Sciences Po.
Je rencontre également des entreprises en vue d’établir des contrats et de collaborer
ainsi avec elles sur des problématiques de recherche. J’assume parfaitement ce rôle
de « chercheur-consultant » car il me donne une grande liberté. Grâce à ces
contrats, je peux embaucher des stagiaires et des thésards, acheter des
machines... Je participe moi-même à des projets
d’envergure. Récemment, j’ai passé
trois semaines au Québec dans le cadre d'un projet de recherche regroupant
plusieurs équipes dont l’INT. Pour le
CEFRIO
(Centre FRancophone
d’Informatisation des Organisations), j’ai participé à une étude sur « le transfert
intergénérationnel des savoirs dans l’ère de l’Internet », financée par des entreprises
québécoises. Notre travail consistait à cartographier les connaissances critiques de
l’entreprise
Hydro-Québec
. L’enjeu est de taille, car le vieillissement des populations
professionnelles pose un problème majeur aux entreprises, surtout dans les pays en
plein papy-boom, comme le Canada. J’ai également contribué, dans le cadre de la
plate-forme
ECOPICS
, à développer un outil collaboratif de gestion multi-projet
destiné au monde du design industriel.
2. Quel(s) intérêt(s) trouvez-vous à travailler à l’INT ?
D’abord, une grande école offre plus de moyens et de meilleures conditions de travail
qu’une université. Et pour moi qui ne suis pas universitaire de base, qui n’ai pas
envie de faire carrière dans un laboratoire de recherches fondamentales, l’INT est un
lieu idéal. J’ai besoin du contact avec l’entreprise, avec des managers, des
ingénieurs. Ici, on se sent un professionnel, on bénéficie d’un lien direct avec
l’industrie. Ainsi, ce matin, j’ai accompagné une personne de la Chambre de
commerce et d’industrie de l’Essonne pour mener des projets avec des étudiants…
L’INT a une bonne renommée. Son domaine d’excellence est la télécommunication,
mais au-delà de cette image spécialisée, le Groupe des Écoles des
Télécommunications (GET) se tourne de plus en plus vers la recherche dans le
domaine des TIC (Technologies de l'Information et de la Communication).
J’approuve cette évolution : il faut anticiper, inciter ingénieurs et managers à
s’investir dans la recherche. Car le monde bouge très vite : voyez ce qui se passe en
Chine !
3. Quel est pour vous le principal agrément de l’INT ?
Avant tout, la qualité des jeunes gens qui fréquentent l’INT. C'est agréable
d'enseigner à des étudiants de bon niveau. Avec eux, je mets en place des relations
comparables à celles qui peuvent exister entre client et fournisseur, ou plutôt entre
maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’oeuvre. Et j’apprends beaucoup à leur contact : la
jeunesse inspire, donne des idées. Je me régale avec les étudiants !
En somme, j’aime ce que je fais, et je suis fier d’appartenir à l’INT.
ZOOMS SUR
1. La synergie entre école d’ingénieur et école de management
Nous sommes à une période où les compétences se rejoignent, et l’INT l’a compris
depuis longtemps. Aujourd’hui, il faut jouer la pluridisciplinarité, savoir dialoguer : le
manager doit être généraliste, mais aussi connaître le métier des techniciens ;
l’ingénieur, de son côté, doit être ouvert, ne pas se cantonner à la technique, sinon il
sera vite dépassé. L’INT mise avec raison sur la double culture, et le département
Systèmes d'Information, qui fait le lien entre l'organisation et l'informatique, illustre
bien cette synergie entre école d'ingénieur et école de management.
2. L’organisation d’un colloque
à L’INT
En mai 2004, j’ai organisé un
colloque
à l’INT, sur le thème
« Systèmes
d’information : perspectives critiques »
. Ce colloque, qui a réuni à l’INT, pendant trois
jours, 130 personnes de quatorze nationalités, a permis de valoriser en interne le rôle
du département au sein de l’INT et du GET, mais surtout, de promouvoir l’INT au
niveau national et international dans le domaine des SI et du KM, et de renforcer sa
position d’acteur de référence sur ces problématiques plus que jamais d'actualité.
Imed Boughzala est co-éditeur d’un livre :
Management des connaissances en entreprises
, publié
chez Hermès en 2004. Il prépare une version augmentée et traduite en anglais.
imed.boughzala@int-evry.fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.