L' EUROPE CONTRE LE RACISME

De
Publié par

L' EUROPE CONTRE LE RACISME

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 77
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
 2 A V A N T  P R O P O S La fin du vingtième siècle est marquée par laccélération des efforts des peuples en vue dassurer une vie prospère pour le devenir de lhumanité. Ainsi la Conférence mondiale des Droits de lHomme, tenueàVienne en 1993, la Conférence Internationale sur la population et le Développement tenue au Caire en 1994 et le Sommet mondial pour le Développement socialàtenu en mars 1995, sont les indicateurs Copenhague de cette accélération. Il en résulte parmi les peuples et chez de nombreux dirigeants, l’éveil dune certaine confiance dans le devenir de notre planète. La Déclaration des Droits de lHomme, proclamée par lAssemblée Générale des Nations Unies le 10 décembre 1948, est un instrument sans précédent de lutte contre le racisme. Tous les Etats signataires sengagent pour prendre des mesures dans tous les domaines pour «lutter contre les préjugés conduisantàla discrimination raciale». Nous, en tant que O.N.G., età linstar dautres organismes publics mondiaux ou régionaux, nous essayons par ce modeste document, de contribueràla réduction de ces problèmes et nous tentons dimprimer unélan supplémentaireàla lutte contre la xénophobie et toutes les formes dintolérance RéS o lid ar itr s d e affir mer les valeu éinsp ir er d o ivent u i  q lest o u s membr es d e la so ciété en vu e d e rég inalisat io n et ld u ir e la mar exclu sio n so ciale.
AIDEFEDERATION. 29, rue Traversière 75012 PARIS Tél. : 00 33 1 40 19 91 51 Fax : 00 33 1 43.44.38.40 www.aidefederation.org
I N T R O D U C T I O N En cette fin de XXème siècle, lexclusion, le chômage, le sousemploi et la pauvreté(1) constituent des phénomènes durables et grandissants. Nous sommes depuis longtemps alarmés par la résurgence croissante des phénomènes de racisme et de xénophobie, par le développement dun climat dintolérance, par la multiplication des actes de violenceà l’égard des personnes issues de limmigration et par les traitements dégradants et les pratiques discriminatoires qui les accompagnent. Nous sommeségalement alarmés par la résurgence de nationalismes agressifs et dethnocentrisme qui constituent de nouvelles expressions de la xénophobie. Malheureusement les immigrés sont, dans de nombreux pays, les principales victimes de ce racisme quils nont nullement provoqué. Si au début de ce siècle la politique dimmigration en Europe obéissaità une logique daccueil fondée sur uneégalitéstatut entre r de ésidentsétrangers et citoyens européens, cette conception està présent remise en cause, pour des raisons liées essentiellementàcrise la économique. Faute dy porter remède, on trouve plus facile de désigner les immigrés comme boucsémissaires. Il y a quelques années pourtant, les immigrésétaient considérés comme les artisans de la prospéritédes métropoles. L’évolution rapide de l’économie dans certains pays dEurope durant les années soixante a pousséces derniersàinciter les immigrants, en provenance dAfrique du Nord pour la plupart,àvenir trouver du travail hors de leurs territoires nationaux. Pendant cette période de pleinemploi, les actes racistes demeuraient rares, le monde du travail vivait dans une cohésion sociale parfaite entre ouvriers européens et immigrés. Au cours de ces annéeslà, la préoccupation des pays daccueilétait de voir chaque être humain jouir de sa liberté daction clef de voûte de sonépanouissement personnel; les expressions culturellesétaient plus ou moins protégées des influences primaires qui sont actuellementàl’œuvre. Ces culturesétaientépargnées de la manipulationàfins politiques partisanes des que nous connaissons, caractérisées essentiellement ces dernières années par la montée de lextrêmedroite. La population immigrée, en majoritéhier indispensable masculine, à l’économie, est désignéeàprésent comme un facteur de trouble dans la société. Sa culture, sa religion, son mode de vie, "menaceraient les Européens", répètent certains politiciens. Aggravée par la criseéconomique, cette campagne alimente les rancoeurs et compromet dautant plus lintégration. ____________________________ (1) Voir«Latténuation de la pauvreté : Incertitudes et espoirs», AIDE Ed .(mars 1995).
AIDEFEDERATION. 29, rue Traversière 75012 PARIS Tél. : 00 33 1 40 19 91 51 Fax : 00 33 1 43.44.38.40 www.aidefederation.org
3
La population européenne confrontée au chômage, fragilisée par la mutation sociale en cours, se montre plus réceptive aux solutions simplistes et démagogiques développées par les extrémistes. Ainsi, les contours sociologiques récents du premier tour desélections présidentielles en France font apparaître des traits fondamentalement nouveaux, puisque lextrêmedroite, consolidant ses positions sur le terrain de langoisse et de lexaspération, enregistre ses meilleures performances. Cest làindice suppl un émentaire de la crise socioéconomiqueà laquelle il faut impérativement remédier si nous caressons lespoir de voir aboliàle jamais phénomène du racisme et de lexclusion. Enélaborant ce fascicule, nous voulons participerà lexpression dune volonté susceptible de contribuerà dégager des choix et des moyens en faveur du développement humain en sattaquant concrètement aux obstacles qui se dressent faceà lardente obligation dun co développement planétaire. Il y a urgence, en effet,àtirer les conséquences de l’évolution tragique des formes de xénophobie dont laggravation fait courir des risques immenses pour le devenir de lHumanité. Nous sommes persuadés que la réalisation dune sociétédémocratique et pluraliste, respectueuse de l’égale dignitétous les de êtres humains, demeure lun des objectifs principaux de laCONSTRUCTIONEUROPEENNE. Abdelkbir ELHAKKAOUI Président
AIDEFEDERATION. 29, rue Traversière 75012 PARIS Tél. : 00 33 1 40 19 91 51 Fax : 00 33 1 43.44.38.40 www.aidefederation.org
4
.
R A D I O S C O P I E DU N C O N C E P Sil est une notion particulièrement récurrente, cest bien celle de lexclusion.
T
5
Notreépoque est marquée par une extension massive de la pauvreté, de la marginalisation des groupes sociaux, voire de pays entiers. Dans les pays en quête de développement ces problèmes sont criants et ils n’épargnent plusàprésent ni les grands pays industrialisés niàplus forte raison les pays dEurope Centrale et Orientale. Il ny a cependant que dans les pays occidentaux que les idées extrémistes accusent les minorités d’êtreàlorigine des problèmes sociaux etéconomiques. Linquiétude issue de la dégradation des conditionséconomiques qui menacent la cohésion des sociétés européennes engendre des formes dexclusion susceptibles de favoriser ces tensions sociales et ces manifestations xénophobes. Le phénomène est récent. A partir de 1973, la flambée du prix du pétrole révèle la criseéconomique mondiale. Lemploi commenceàsouffrir et le ch en ômage sinstalle durablement. Alors les gouvernements successifs prennent des mesures pour limiter lentrée de nouveaux immigrés. Une partie de la classe politique sattaque aux immigrés présents sur le territoire depuis des années. Avec la crise, limmigration commenceàêtre confrontéeàdes phénomènes de rejet. Etroitement interdépendants, sousemploi et chômage sont au cœur des difficultés qui nont cesséde saggraver au cours des décenniesécoulées. Le chômage contrecarre le progrès social dans plusieurs pays dEurope comme dans le monde en général. Dans lensemble des pays industrialisés, les multinationales considèrent lemploi et les dépenses sociales comme des coûtsà réduire. Il en résulte une régression brutale des droits sociaux et économiques, minant les conditions dexistence et lexercice de la citoyenneté. Pour la première fois depuis des décennies, les nouvelles générations vivent plus mal que les précédentes. La jeunesse, dans sa grande majoritése retrouve sans perspectives davenir. Ainsi dans les pays de lUnion Européenne, le chômage touche près de 20 millions de personnes. Cette pénurie demplois constitue un facteur important du développement des tentations de rejet et dexclusion. En cette fin de siècle, le chômage, lignorance et lincertitude faceà lavenir demeurent les principaux problèmes auxquels reste confrontée la CommunautéEuropéenne, et ce, en dépit de laméliorationàcourt terme de la conjonctureéconomique. Cette criseéconomique sans précédent, jointeà leffondrement social quelle contribueàprovoquer, estàbase des pr la éjugés xénophobes. Les immigrés sont exclusparce que présentés comme responsables de la situation ainsi créée. Lesétrangers ne sont plus perçus comme faisant partie de limmense richesse de la variétéculturelle, résultat de plusieurs milliers dannées de brassages et vitale au développement économique et social du genre humain. AIDEFEDERATION. 29, rue Traversière 75012 PARIS Tél. : 00 33 1 40 19 91 51 Fax : 00 33 1 43.44.38.40 www.aidefederation.org
 6 Faceà cette pressionéconomique sallument des foyers de tensions et des affrontements ethniques. De plus les droits sociaux des groupes immigrés sont souvent violés. Pourtant, en France par exemple, lesétrangers ne représentent que 6,5% de la population active, soit près de 1,5 million de personnes : 1,2 million dentre eux occupent un emploi, et environ 300 000 sont au chômage. Sur ces 6,5%, les ressortissants européens représentent 42%, les 58% qui restent regroupent des travailleurs venus principalement dAfrique et dAsie, le plus souvent peu qualifiés, peu rémunérés (Source: Institut National de la Jeunesse et de lEducation populaire). Ainsi, les fluctuations de lexclusion et du racisme sont au diapason des fluctuations économiques et sociales. Par ailleurs, le racisme procède de lassociation de deux logiques principales dinfériorisation et de différenciation. Le thème de linfériorisation renvoieà des rapports sociaux de domination ou dexploitation, tandis que le thème différenciation renvoie au rejet de lautre, et doncàlidée dincompatibilitédes cultures. Partout dans le monde, des rivalités culturelles, ethniques ou territoriales ont allumédes foyers de tension et de guerre oùla xénophobie occupe une place centrale Les années 90 ont donnédes exemplesédifiants de ces tensions, en Bosnie, au Rwanda, en ex URSS... Elles offrent depuis des images de populations dressées les unes contre les autres. Pourtant, les apports réciproques entre différents environnements culturels constituent un enrichissement de la société. Un aspect des innombrables et admirables couleurs de la vie est que des groupes dindividus différent les uns des autres dans leurs coutumes, leurs traditions, leur foi, la couleur de leur peau. Ces différences culturelles peuventévidemmentêtre acceptées avec compréhension et tolérance comme quelque chose qui enrichit la vie. Elle peuventêtre honorées et respectées. NO U S T O U S:C U L T U R E L L ED I V E R S I T E N O U S E J O U I S S O N S L A D E  R LA LUTTE CONTRE LE RACISME RELEVE DE PRINCIPES, DE VALEURS HUMAINES.
AIDEFEDERATION. 29, rue Traversière 75012 PARIS TéFax : 00 33 1 43.44.38.40l. : 00 33 1 40 19 91 51 www.aidefederation.org
P
O
U
R
L
E
P L
E
I
N
E
M
P
L
O
I
7
La problématique relevée au Sommet de Copenhague, en faveur duquel nous avons dailleurs consacré uneédition spéciale (2), portait sur la question de savoir si ledit sommet devait se concentrer uniquement sur les graves problèmes sociaux ou sattaquerà ce que certains considèrent comme les causes profondes de ces problèmes: la problématique relative au racisme età lexclusion. Celleci, axée ici essentiellement sur le diagnostic se rapporteà ce phénomène ainsi que sur la thérapie qui lui est de touteévidence la mieux adaptée,àsavoir :la création demplois. Lobjectif du pleinemploi est au cœur du problème de lexclusion. Il sarticuleétroitement autour de la lutte pour le développementéconomique et social. Laccent mis sur lemploi appelle des dispositifs particuliers adaptésà laction contre lexclusion et la pauvreté. Il est vital de financer le développement et la création demplois. En cette fin du XXème siècle, la situation de lemploi est profondément différente de celle quont connue les sociétés antérieures. Elle est en effet largement fondée sur la qualification et sur de nouvelles relations de travail. Dores et déjà, la mise en oeuvre des nouvelles technologies implique un effort considérable de formation, de transfert des technologies et des savoirs. Des critères de gestion fondés sur lefficacité sociale et non sur la seule rentabilité financière sontàpromouvoir dans les entreprises et les politiqueséconomiques. Le problème du chômage auquel lEurope doit faire face ne trouvera sa solution que dans le développement des capacités humaines par laccroissement du niveau des connaissances. Le rôle le plus important que les investissements doivent jouer dans le processus de développement consisteà doter les hommes et les institutions en moyens pour atteindre lobjectif réel de ce développement, qui est d’établir les fondements dun nouvel ordre social dans lequel pourront se déployer les potentialités. Le problème du chômage en est lexemple le plus marquant (2) Voir :«Copenhague : un sommet despoir» AIDE Ed. avril 1995
AIDEFEDERATION. 29, rue Traversière 75012 PARIS Tél. : 00 33 1 40 19 91 51 Fax : 00 33 1 43.44.38.40 www.aidefederation.org
 8 LA PENURIE DEMPLOIS EST UN FACTEUR IMPORTANT DU DEVELOPPEMENT DES TENTATIONS DE REJET ET DEXCLUSION. Il faut des solutions fondées sur la conviction que les ressources matérielles nécessaires existent ou quelles peuventêtre préparées par la science et la technologie. Aujourdhui les progrès techniques et scientifiques doivent répondreàensemble de un priorités. Une mise en perspective de ces priorités simpose si nous voulons un jouréradiquer le chômage de la surface du globe. Car il apparaît de plus en plus clairement aujourdhui que les problèmes rencontrés dans les pays industrialisés comme dans les pays en voie de développement sont identiques, le chômage, la pauvretéla p et énurie de logementsétant partout en tête de liste. (Uneétude réalisée récemment par le P.N.U.D. a révélé que le chômageétait le problème numéro un de notre planète). A uneépoque où nous nous dirigeons vers uneéconomie mondiale fondée sur linformation, nous pourrionsêtre amenésàrevoir le concept de lemploi dans son ancienne acceptation. Le grand défi consisteà reconnaître ce problème de chômage,àrechercher des solutions en acceptables. Si ce défi nest pas relevé, cela risque de nous mener vers des voies sans issue. Un changement rapide et imprévu de la nature même du travail intervient actuellement dans les économies de pointe. La disparition de lemploi en raison de lavènement de nouvelles technologies et de la naissance duneéconomie des services est un phénomène grandissant. A cetégard, il est intéressant de noter les conclusions de la Commission Internationale sur la Paix et lAlimentation patronnée par le programme des NationsUnies pour le Développement (P.N.U.D) qui aétudiéla situation de lemploi au cours des cinq dernières années. Dans un rapport publié récemment, la dite Commission souligne la nécessité de créer des emplois pour des centaines de millions de pauvres. Elle propose une approche totalement différente du problème, affirmant en substance que pour quune stratégie puisseêtre couronnée de succès, elle doit accorder une attention centrale au travail indépendant età lesprit dentreprise. A tous les niveaux de la sociétédans de nombreuses régions du monde, les gens improvisent de nouveaux moyens dexistence qui ne suivent pas le modèle de l’ère industrielle. Ceux quiémigrent vers les pays développés, ne pouvant souvent dénicher un emploi fixe, tentent de trouver tout de même un créneau dans ce nouveau paysage, et alors, exercent parfois de durs labeurs. Forcés de sadapter, ces gens font ce quils peuvent, travaillent souventàtemps partiel. LELLE DEE CHOMAGE EST LA CAUSE ESSENTI LACCROI SSEMENTDES I NEGALI TES ET DE LA P AUVRETE.IL EST A LDE LAORI GI NE RESURGENCE DES MALADI ESAIDEFEDERATION. 29, rue Traversière 75012 PARIS TéFax : 00 33 1 43.44.38.40l. : 00 33 1 40 19 91 51 www.aidefederation.org
 9 COMBATTRE LE RACISME CEST MENER DES POLITIQUES SOCIALES AIDANT LES POPULATIONS LES PLUS FAIBLES ECONOMIQUEMENTLa question du travailàtemps partiel, dont limportance est très souvent sousestimée par les sociétés industrielles, prendra certainement de plus en plus dimportance sur la scène mondiale de lemploi au cours des prochaines années. A titre dexemple, aux PaysBas, le travailàpartiel librement consenti a temps été identifiédans un rapport de lOrganisation Internationale du Travail (O.I.T.) commeétant la principale source demplois. Ainsi, si nous sommes persuadés que lutter contre le chômage, cest agir pour le recul de lexclusion massive, nous nous devons dengendrer un modèle de croissanceà plus forte intensitédemplois, avec tous les instruments dont nous disposons. En décembre 1993, lors du Sommet de Bruxelles, les Chefs dEtats européens ont donnéleur avalàune nouvelle stratégieéconomique et sociale pour la Communauté, stratégie destinéeàla débarrasser définitivement du fléau de chômage. Cette stratégie, extrêmement ambitieuse, exposait en détail les actions quil fallait engager dans la Communautépour parveniràatteindre lobjectifàmoyen terme,àsavoir réduire de moitiéle chômage par rapportàson niveau actuel dici la fin du siècle. Durant un Forum Européen sur la politique sociale tenue dernièrementàBruxelles, (du 27 au 30 Mars 1996) la création demplois a constitué un objectif prioritaire. Le constat qui sy est révéléest que le chômage de masse frappe aujourdhui lEurope dune manière sévère. Les résolutions de ce Forum constitueront nous lespérons une première pierreàla fondation dun projet doppositionàles tendances racistes, x toutes énophobes et dintolérance qui menacent lEurope. Car on ne le répétera jamais assez, le chômage, lignorance et linsécurité faceà lavenir sont parmi les causes fondamentales du racisme. Aujourdhui, la sociétéest en crise et, cible facile, les immigr occidentale és sont désignés doffice. Plusieurs immigrés vivent concentrés dans des zones urbaines défavorisées en matière de transport, dhygiène et de services publics. Pour la plupart de ces immigrés, cette concentration géographique ne relève pas dun choix délibéré. Le phénomène du "ghetto" témoigne de la persistance du racisme : lisolement réduit considérablement les possibilités dintégration sociale. AIDEFEDERATION. 29, rue Traversière 75012 PARIS TéFax : 00 33 1 43.44.38.40l. : 00 33 1 40 19 91 51 www.aidefederation.org
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.