Le DEA en sciences de la communication donné - Les métiers de la ...

De
Publié par

Le DEA en sciences de la communication donné - Les métiers de la ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 89
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
arriËres
Il existe diverses formations pour qui
veut se lancer dans un mÈtier
de la communication. ThÈorique et
sociologique, le DEA en sciences
de la communication de lÕUniversitÈ
de GenËve se voit comme un lieu
de formation acadÈmique,
de rÈflexion et de recherche, mÍme
sÕil dÈbouche ensuite sur la pratique
professionnelle. Quant ‡ lÕInstitut
suisse de relations publiques (ISRP),
il forme des gens de terrain. Dans un
proche avenir pourrait naÓtre
en Suisse romande une Maison
de la communication, rÈunissant
toutes les universitÈs qui participent
dÈj‡ au DEA.
campus59/02UNIVERSIT… DEGEN»VE 22
EN CO L L A B O R A T I O NA V E CL E´ CE N T R EUN I- EM P L O Iª
Les mÈtiers de la communication entrent‡ lÕUniversitÈ IL est une matiËre quiLe cursus a ÈtÈ ÈlaborÈ autour de plusieurs a dÈsormais conquisaxes. Tout dÕabord, ses responsables ont dÈcidÈ tous les domaines dedÕunir les forces en prÈsence. Les diverses facultÈs la vie publique et pri-dispensaient dÈj‡ diffÈrents cours sur ce thËme, sucointnÈppeootlirttdieec-ipreSyeeacÕd,nluiernpititreisaentaulemeÈngavaitÍmmlesanDidrceslpisiglanleeicÕtsnredeole.San-soublievtiaalnolopÈdratraoorumopmnicrtvaoqudetÈnpÕriestdetuensnitiocsuqqieublpusontilae-ilbupvÈe, cÕest bien la com-portant ª endroit des mÈdiaspar exemple sur le ´ munication. CÙtÈ pra-FacultÈ de droit, ou ´lÕenfant et les mÈdiasª, en tique professionnelle,sciences de lÕÈducation.´DËs lors, il semblait logique pas une grande entre-de coordonner les cours dÈj‡ disponibles et de les prise qui nÕemploie son directeur de la ´comª, pascomplÈter avec de nouveaux modules donnÈs par des professeurs extÈrieurs ª, explique Uli Windisch. partenaires incontournables de lÕÈconomie. CÙtÈnaritÈ.´ CÕest la grande richesse de ce diplÙme,prÈ-thÈorie et recherche, nul ne peut nier que lÕomni-cise le professeur.Il permet dÕÈclairer la recherche prÈsence des mÈdias pose un certain nombre deet la rÈflexion selon des perspectives diverses, anthro-questions sociologiques, Èthiques et politiques.sociologique, Èconomique, Èthique ou juri-pologique, Paradoxalement, en Suisse, les sciences dedique, entre autres.ªUne intention qui semble suivie la communication ont ÈtÈ longtemps nÈgligÈes,dÕeffets concrets puisque des facultÈs comme les contrairement ‡ ce qui se passe au Canada et auxsciences, la mÈdecine ou HEC financent les cours Etats-Unis, o˘ elles sont considÈrÈes comme unequi les intÈressent.´DÕailleurs, ce diplÙme est acces-discipline essentielle. Forte de ce constat et poursible ‡ tout titulaire de licence, quelle que soit sa dis-combler les lacunes en la matiËre, lÕUniversitÈ decipline dÕorigine ª,souligne Uli Windisch. GenËve a lancÈ en 1999 un diplÙme dÕÈtudes approfondies (DEA) en communication et mÈdias.LIEN AVEC LÕ…CONOMIE Cette formation est nÈe sous lÕimpulsion de laEt enfin, le troisiËme axe est marquÈ par la volontÈ ConfÈrence universitaire suisse en collaborationdÕÈtablir des synergies entre le monde acadÈmique avec la Commission fÈdÈrale de planification uni-et les praticiens. ConcrËtement, chaque semaine, lÕUni-versitaire, qui en 1994, avait fait de ´communica-versitÈ invite un professionnel, qui communique son tion et mÈdiasª un thËme interdisciplinaire dÕintÈrÍtsavoir et ses expÈriences aux Ètudiants.´Le lien avec national, le dÈfinissant commefait partie des projets nationaux,la pratique ´de premiËre impor-signale le tance dÕun point de vue scientifique, Èconomique etprofesseur.sens dÕun Èchange Èquitable,Mais dans le social ª.et non dÕune subordination de lÕUniversitÈ ‡ lÕÈcono-Ce DEA vient de faire lÕobjet dÕune Èva-ce que nous avons ‡ faire. ªmie, qui nous dicterait luation externe rÈalisÈe par deux professeurs Ètran-Ce DEA, dÕune durÈe dÕune annÈe, est gers. LÕenquÍte a donnÈ dÕexcellents rÈsultats,constituÈ dÕun tronc commun dispensant les puisquÕil remporte un indice de satisfaction de 0.90connaissances de base, et de spÈcialisations. Les auprËs des Ètudiants interrogÈs. Le diplÙme est axÈthÈmatiques abordÈes sont trËs diverses et vont de dÕune part sur la recherche fondamentale, et per-lÕanalyse du discours, ‡ la communication inter-met dÕautre part dÕaccÈder ‡ des professions commeculturelle, en passant par la tÈlÈvision et la sociÈtÈ conseiller en communication, analyste des mÈdias,ou lÕanthropologie de la communication, pour nÕen service de gestion de crise, vulgarisateur scienti-citer que quelques-unes parmi les dizaines pro-fique, attachÈ de presse ou porte-parole,´plus tousposÈes. Elle se conclut par un mÈmoire de diplÙme. les mÈtiers qui restent ‡ inventerª,comme le dÈclare´Dans une phase ultÈrieure, nous souhaitons encou-le professeur Uli Windisch, instigateur et respon-rager la recherche,ajoute Uli Windisch.Nous en fai-sable du DEA.sons dÈj‡, mais pas suffisamment. ª
Mais ses responsables ne veulent pas en rester l‡, et viennent de dÈposer ‡ Berne un projet de Maison romande des sciences de la communi-cation et des mÈdias, en collaboration avec les uni-versitÈs qui participent dÈj‡ au diplÙme, cÕest-‡-dire celles de Lausanne et de Neuch‚tel. Cependant comme le note le professeur,´ personne nÕen est exclu ª. Cette maison offrirait diverses formations dans les domaines de la communication et serait un lieu privilÈgiÈ de recherche fondamentale, ainsi que dÕÈchanges entre professionnels et acadÈmi-ciens, entre rÈgions et pays, entre disciplines uni-versitaires.
FORMATION PRATIQUE Si lÕon envisage un mÈtier moins axÈ sur la thÈo-rie et la connaissance pure, mais plus orientÈ vers la pratique, comme assistant en relations publiques ou directeur de la communication, il existe dÕautres voies. LÕInstitut suisse de relations publiques (ISRP), en collaboration avec le SAWI pour la partie admi-nistrative, dispense un programme de formation complet en cours dÕemploi, qui permet, sous cer-taines conditions, dÕaccÈder ‡ lÕexamen fÈdÈral pour lÕobtention du brevet dÕassistant en relations publiques.
Ce cours est rÈservÈ ‡ des personnes qui travaillent dÈj‡ dans des mÈtiers liÈs aux relations publiques, comme le marketing, la publicitÈ ou le journalisme. Son objectif? Former des assistants en relations publiques. Ceux-ci sont des profes-sionnels de terrain. Ils gËrent les relations avec les diffÈrents partenaires, les imprimeurs, graphistes, photographes, journalistes, etc. Ainsi que le prÈ-cise Anne-Florence Dami, directrice du cours pour la Suisse romande,´ on ne leur demande pas dÕavoir une vision, une stratÈgie ‡ long terme, mais de jouer leur rÙle dÕintermÈdiaire entre la stratÈgie et le ter-rain. ªSi le candidat souhaite grimper les Èche-lons hiÈrarchiques, lÕISRP offre Ègalement un cours de directeur de la communication. Ensuite, les opportunitÈs de carriËre dÈpen-dent de la personne concernÈe qui peut continuer ‡ se former sur le terrain pour devenir responsable. ´ Si le jeune diplÙmÈ entre dans une petite structure, cela peut aller trËs vite,poursuit la jeune femme. Car il dispose de tout un vocabulaire professionnel qui fait de lui un interlocuteur valable en matiËre de relations publiques. ª FABIENNEBOGADI ¥
Quelques mÈtiers dela communication
Responsable de la communication externe
Il construit et promeut une image cohÈrente
de lÕentreprise auprËs de lÕensemble
des partenaires, clients, grand public,
actionnaires, administrations, presse, etc.
Il dÈfinit la stratÈgie et organise la logistique
des actions publicitaires. Il sÕinvestit
dans lÕorganisation dÕÈvÈnements.
AttachÈ de presse
Il a pour mission de faire connaÓtre un
produit, une marque, un artiste, une
entreprise, une collectivitÈ locale auprËs des
journalistes. Il rÈalise des dossiers, organise
des confÈrences et des voyages de presse.
Il doit bien connaÓtre les journalistes et nouer
avec eux des relations de confiance.
Consultant en communication
LÕentreprise sollicite un consultant lorsquÕelle
veut rÈsoudre un problËme
de communication. Celui-ci fait un audit,
puis prÈconise des solutions. Il peut
se spÈcialiser dans un domaine pointu
tel que la communication de crise,
le recrutement ou lÕergonomie.
Chef de publicitÈ
Il est lÕhomme orchestre des campagnes
publicitaires. Il cerne les enjeux de son projet,
met en place une stratÈgie
de communication, confie la crÈation
‡ des rÈalisateurs, coordonne et anime
la campagne. Il est Ègalement chargÈ
des relations avec les clients.
RÈfÈrence : http://www.sciencescom.asso.fr
RÈfÈrences : Pour le DEA en sciences de la communication et des mÈdias: DÈpartement de sociologie UniversitÈ de GenËve Bd du Pont-dÕArve 40 CH Ð 1211 GenËve 4 T022 705 83 02/03
Pour le cours dÕassistant en relations publiques ISRP Institut suisse de relations publiques Ankerstrasse 53 8026 Zurich T01 299 40 40
campus59/02UNIVERSIT… DEGEN»VE 23
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.