moniteur 2009

De
Publié par

moniteur 2009

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 147
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Document réalisé avec le soutien du Conseil Régional de Bourgogne
Fonctions
M AE oniteur uto-cole
Fiche réalisée avec la collaboration de professionnels et de formateurs
Le moniteur auto-école est unenseignantspécialiste de la conduite. Il a pour mission d'aider les élèves à obtenir leur permis (permis voiture, moto ou poids-lourds).
L'enseignement théorique de la conduite Pour obtenir leur permis, les élèves doivent d'abord réussir l'épreuve de code de la route. Le moniteur doit les aider à l'apprendre et à le comprendre. Pour cela, il peut organiser des cours collectifs pendant lesquels il explique la réglementation en s'appuyant sur des diapositives ou des films et en répondant aux questions des élèves. Il doit donc très bien connaître la réglementation. Le moniteur organise le contenu de son cours en fonction des besoins des élèves et de leur progression. Il est également présent lors des séances individuelles pour répondre aux questions éventuelles. Il ne fait pas seulement l'apprentissage du code, il explique aussi les distances de freinage, les temps de réaction, les effets de l'alcool au volant… Attention ! L'enseignement delathéorieest très souventassuré parl'exploitantdel'auto-école lui-même. Les moniteurs font surtout de lapratique.
L'enseignement pratique de la conduite L'enseignement de lapratique,lors de cours individuels en voiture, occupe la majeure partie du temps de travail du moniteur auto-école. Le moniteur évalue le niveau de son élève pour lui proposer un enseignement adapté. Il lui fait par exemple retravailler un point qu'il ne maîtrise pas encore ou lui apprend quelque chose de nouveau. Il fait aussi le point avec son élève pour discuter de ses erreurs, de ses progrès ou de ses mauvaises habitudes. Il emmène son élève dans différents endroits (campagne, ville, autoroute…) pour lui apprendre à adapter sa conduite en fonction du type de route sur laquelle il circule.Il lui enseigne aussi à faire des manœuvres. Le rôle du moniteur auto-école ne se limite pas à apprendre les techniques de conduite, il a surtout un leéducatif. Il doit sensibiliser son élève à la sécurité routière pour que celui-ci devienne un bon "citoyen de la route". Il essaye de lui apprendre l'anticipation, la prudence, la maîtrise de soi et le civisme. Devenir un conducteur responsable ne se limite pas à bien connaître le fonctionnement d'une voiture et le code de la route. Il faut également prendre en compte l'environnement extérieur avec les autres voitures et les piétons, mais aussi garder en tête les risques liés notamment à l'alcool et la vitesse.
Le travail administratif Ce travail est surtout important pour les gérants d'auto-école. Le moniteur doit cependant remplir les fiches de suivi de ses élèves. Il y note leurs progrès ou les points à revoir. Ces documents doivent être bien renseignés puisqu'ils peuvent être demandés par les inspecteurs du permis de conduire.
Les actions éducatives Les moniteurs auto-école sont de plus en plus sollicités pour mener, en collaboration avec la Gendarmerie, des animations autour de la sécurité routière. Ils peuvent intervenir dans : ·Les écoles pour sensibiliser les plus jeunes à la sécurité routière. Ils font passer l'ASSR1 (attestation scolaire de sécurité routière) ou le BSR (le Brevet de sécurité routière), nécessaire aux jeunes de 14 à 16 ans pour conduire un cyclomoteur, qui ne peut être délivré que par un moniteur possédant la mention "deux roues". ·des actions "post-permis" basées sur le volontariat. Ces actions s'adressent à des personnes déjà titulaires du permis (les personnes âgées par exemple) pour les faire réfléchir sur leur conduite et leur rappeler certains points liés au code notamment.
Février 2009
Paroles de Professionnels
Thierry, moniteur auto-école Après avoir exercé pendant une vingtaine d’année sur Paris, il a décidé de venir s'installer en province. Comme il nous l’explique, pour lui, les journées se suivent mais ne se ressemblent pas. « Il existe plusieurs manières d’apprendre et aucun n’élève n’est pareil. Il y a toujours une part d’improvisation. Les élèves sont de milieux, d’âges, de cultures et de caractères différents. Je dois m’adapter à chacun et trouver la meilleure manière d’enseigner. Par exemple, un jeune de 16 ans en conduite accompagnée est généralement plus attentif qu’une personne plus âgée. Il faut aussi parfois convaincre les parents du bien fondé de notre instruction. En fonction de la sensibilité de chacun, j’adapte mon discours et ma méthode. Certains ont besoin d’être bousculés alors que d’autres ont besoin d’être rassurés ou ménagés. Il faut donc toujours trouver l’équilibre entre diplomatie et fermeté. Il faut aussi toujours être sûr de soi pour imposer ce que l’on veut faire. Dans la voiture, il arrive que les élèves se confient à moi, je les écoute tout en gardant quelques distances. » Thierry participe activement aux cours de code. « Mon temps de travail est consacré pour une moitié au code et pour l’autre moitié à la conduite. Ce n’est pas le cas de tous les moniteurs, beaucoup font essentiellement de la conduite. Pour le code, je prépare mes cours en fonction des thèmes à aborder. Je fais ensuite la correction avec les élèves et je leur donne des explications. Je suis les progrès de chacun en notant leurs résultats. » Le suivi des élèves se fait aussi lors des cours de conduite. « Chaque élève a un dossier dans lequel sont consignés ses progrès. Cela permet de faire le lien lorsque l'élève change de moniteur. On note ce qui est acquis, ce qui est à revoir… A chaque cours, je fixe un objectif que je présente à l’élève comme, par exemple, apprendre à s’insérer dans une circulation rapide. En fin de parcours, je fais le bilan avec l’élève et je remplis sa fiche de suivi. »
Les fiches métiers de la MIP…Tel : 03.85.76.08.25…Site web http://www.mip-louhans.asso.fr
1
CT onditions deravail
Organisation et conditions de travail ·Lesjournéesdu moniteur auto-école sontlongues. Il exerce entre 9 à 10 heures par jour (8h-12h et 13h-19h), bien souvent essentiellement passées en voiture. Il travaille aux heures où les élèves sont disponibles, c'est-à-dire en dehors des heures de cours ou de travail. Sa journée commence tôt et se finit tard et il fait beaucoup d'heures les mercredis et les samedis. ·Il est soumis à une certainepression, àla fois de la part de ses élèves qui veulent à tout prix obtenir leur permis et à la fois de la part des autres automobilistes qui sont parfois dangereux et impatients.
Qualités requises Il ne suffit pas d'aimer la conduite et les voitures. C'est un leurre. En réalité, le moniteur auto-école est très peu au volant, voire jamais, et il est assis à côté d'apprentis conducteurs. Il doit avoir : ·Le goût du contact et le sens de la pédagogie: il est avant tout un éducateur. Il enseigne la technique mais surtout les responsabilités du conducteur. ·De bonnes capacités d'adaptation : ses élèves sont d'âges et de milieux très différents (cela va du jeune de 14 ans qui veut passer le BSR, à des personnes âgées qui veulent reprendre des cours). Il doit allier bonne humeur et fermeté. ·La patience : il doit se mettre au niveau de ses élèves. Il doit souvent se répéter. ·Une grande vigilance et de bons réflexes : il doit anticiper les problèmes éventuels ou les erreurs de l'élève. Il doit éviter les accrochages et les accidents. Grâce aux voitures équipées de doubles commandes, il peut intervenir et aider l'élève. Mais les accidents sont possibles. Il ne peut pas, par exemple, empêcher un élève de freiner trop brusquement. ·Une bonne résistance physique (mal de dos provoqué par les heures passées dans la voiture) et nerveuse (stress provoqué par les embouteillages, la nervosité de l'élève et des autres conducteurs…). Les voitures sont cependant de plus en plus confortables. Il doit aussi posséder une bonne vue. Il ne doit pas avoir de problème d'élocution, de troubles circulatoires… ·La disponibilité à cause des horaires de travail. ·L'autonomie : une fois en voiture, le moniteur est indépendant. Il décide de l'objectif de la leçon, fait des changements en cours de parcours si besoin est (embouteillage, travaux…).
Salaire Pour une personne ayant le BEPECASER de base, le salaire de départ est leSMIC. Les personnes titulaires des mentions « moto » ou « groupe lourd » sont plus recherchés et donc mieux payés. Les moniteurs bénéficient souvent d'avantages comme le fait de pouvoir garder la voiture de l'auto-école en dehors de leur temps de travail. Par contre, ils doivent en assurer l'entretien.
Evolution de carrière Un moniteur auto-école reçoit un agrément de la Préfecture pour une durée de cinq ans. Au bout de ces cinq années, il peut, bien sûr, faire renouveler son autorisation d'enseigner. C'est souvent le moment que les moniteurs choisissent pour évoluer ou changer de métier. En restant dans son domaine, il peut : ·Se spécialiser en obtenant les mentions "poids lourds" ou "deux roues" ; ·Au bout de trois ans comme moniteur et la réussite d'un certificat de capacité de gestion, devenir exploitant d'auto-école, c'est-à-dire se mettre à son compte ; ·Devenir formateur de moniteurs auto-école en préparant le BAFM (Brevet d'aptitude à la formation de moniteurs) ; ·Obtenir le BAFCRI (Brevet d'animateur pour la formation des conducteurs responsables d'infractions) pour animer des stages pour permettre à des conducteurs de récupérer des points pour leur permis ; ·Passer le concours d'inspecteur du permis de conduire et de sécurité routière ; ·Devenir formateur interne dans une entreprise de transport, notamment pour les titulaires de la mention "poids lourd".
Aujourd’hui, le moniteur a également une importante mission : sensibiliser les futurs conducteurs à la sécurité routière. « En temps que moniteur auto-école, j’enseigne aux élèves la technique de la conduite : comment s’installer au volant, comment démarrer, tenir le volant, changer de vitesse, se placer sur la route, accélérer… Mais ce n’est pas tout. Je fais de la prévention en enseignant comment devenir un bon conducteur. Bien conduire ne se limite pas à la voiture, il faut aussi prendre en compte d’autres paramètres. C’est pourquoi, j’informe sur l’alcool au volant, les accidents de la route, la fatigue, la vitesse, la vigilance…Il faut que l'élève prenne conscience des dangers. » Ce travail de responsabilisation est effectué avec les futurs conducteurs, mais aussi avec des personnes possédant déjà le permis et qui ont besoin d’une piqûre de rappel. « Les personnes, une fois le permis en poche, prennent de mauvaises habitudes ou ne se souviennent pas forcément de tout ce qui leur a été enseigné, sans parler des évolutions du code de la route. Aujourd’hui, il existe des sessions post-permis. Il s’agit d’une action basée sur le volontariat. Il y a peu, j’ai encadré un groupe de personnes âgées pour les informer sur les risques de la voiture. Je les ai fait réfléchir sur leur manière de conduire et de se comporter sur la route en les informant sur des sujets précis. » Pour devenir moniteur auto-école, il est indispensable d'être pédagogue. « Les élèves sont en phase d’apprentissage, il faut donc beaucoup se répéter. D’une leçon sur l’autre, je reviens au point abordé la dernière fois pour voir s’il a bien été assimilé. Si ce n’est pas le cas, je reviens dessus et je réexplique. Je dois aussi être capable d’intéresser quelqu’un que ça n’intéresse pas, ce qui n’est pas évident.» Il faut également bien supporter les situations stressantes. « Je dois prévoir le comportement de l’élève et toujours essayer de deviner ce qui peut se passer. Par exemple, certains confondent la gauche de la droite ou ne tiennent pas leur trajectoire sur la route, il m’est d’ailleurs déjà arrivé de me retrouver à gauche ! Les comportements des autres conducteurs sont également stressants, ils se montrent parfois impatients, nerveux ou agressifs. Dans toutes les situations, je dois garder mon sang froid ce qui n’est pas toujours facile. Il y a forcément des moments de frayeur. A mes débuts, comme tous les moniteurs, j’en rêvais même la nuit. » Les situations stressantes et les conditions de travail varient beaucoup selon la taille de la ville comme nous l’explique Thierry. « A Paris, il y a les embouteillages, la circulation et l’agressivité des conducteurs. En campagne, c’est évidemment beaucoup plus calme. » Un bon moniteur doit se montrer très patient, il a affaire à des personnes en phase d'apprentissage. « Les élèves ne sont pas toujours faciles. Ils sont de plus en plus pressés d'avoir leur permis et remettent parfois en cause le moniteur. Ce n'est pas toujours évident de garder son calme, il m'arrive à moi aussi de m'énerver. Si la situation ne se débloque pas avec l'élève, je passe le relais à un autre moniteur. Nous avons de plus en plus d’élèves démotivés qui prennent rendez-vous et qui ne viennent pas ou qui se montrent très agressifs. » Le métier de moniteur auto-école est contraignant surtout à cause des horaires. Un moniteur peut enchaîner en effet plusieurs heures de conduite à la suite de 8h à 19h. « Il faut toujours être disponible. Nous sommes dépendants des horaires des clients. Par contre, nous bénéficions d'une grande autonomie. C'est un avantage du métier. Une fois en voiture, c’est nous qui fixons les objectifs et qui décidons de ce qu’on va faire avec l'élève. »
Les fiches métiers de la MIP…Tel : 03.85.76.08.25…Site web http://www.mip-louhans.asso.fr
2
Jean-Paul. exploitant et moniteur Marché de l’Emploi auto-école Les débouchés sont importants, il n'existe pas véritablement de chômage dans cette profession. Au Jean-Paul est exploitant d'une petite auto-école 31/12/07, on comptait : dont il s'occupe avec sa femme. Ces petites %10 314 établissements dont 99% étaient agréés pour la formation au permis B, 45% pour lestructures sont d'ailleurs les plus répandues. permis moto, 8% pour le permis C et 7% pour le permis EC. Il s'agit surtout de petites structures "Etre moniteur auto-école, c'est un peu un de 2 à 5 salariés dont un exploitant et une secrétaire. sacerdoce, il faut avoir la vocation. C'est un %28 872 moniteurs auto-école (contre 25 630 en 2006) métier où les heures sont nombreuses et le Dans les grandes villes, comme en région parisienne, les postes sont plus nombreux car il y a plus d'autosalaire modeste. Il faut aimer ça. D'ailleurs, on ne -écoles. Toutes les offres d'emploi ne sont pas forcément déposées à Pôle Emploi. Les auto-écolesreste pas moniteur auto-école toute sa vie. Un recrutent souvent par le biais des stages pratiques des étudiants au BEPECASER ou directement.jour, on a forcément envie d'évoluer, soit en devenant inspecteur soit en obtenant des A noter : les femmes sont quasiment aussi nombreuses que les hommes. mentions supplémentaires comme la moto ou les Les débouchés sont encore plus importants pour les moniteurs deux roues et poids lourds. Les poids lourds ou en devenant exploitant." moniteurs poids-lourds travaillent surtout dans des gros organismes de formation tels que l'AFT, les GRETA ou les auto-écoles importantes. Ils ont des horaires dans la journée (35 heures par semaine). Le métier deLa décision de devenir exploitant s'est tout moniteur poids lourd est très différent car les élèves savent déjà conduire et sont souvent motivés par lanaturellement imposée à Jean-Paul. Premier recherche d'un emploi.constat, les journées d'un exploitant sont bien remplies et ne sont jamais finies : Jean-Paul est Leturn-overest important dans la profession, de nombreux moniteurs auto-école changent de métier au même joignable le soir après 20h à son domicile bout de cinq ans. Cela est du aux bas salaires, aux horaires et au caractère parfois routinier du métier privé ! lorsqu’ils ne font que l’apprentissage à la conduite VL (véhicule léger). "Si j'ai choisi de me mettre à mon compte, c'est par envie et sûrement pas pour l'argent. Le F salaire n'est d'ailleurs pas beaucoup plus élevé rmations oque celui d'un moniteur. Bien sûr, je travaille beaucoup, le double même, mais je fais des choses plus variées et je suis mon propre patron. Pour devenir moniteur auto-école, il faut obligatoirement obtenir leBEPECASERune etautorisation En tant que moniteur, je m'occupe de l'aspect d'enseignerde la préfecture. technique avec les cours de code et de conduite. En tant qu'exploitant, je gère le côté administratif. Je suis notamment confronté au problème du Le BEPECASER manque de places attribuées par la Préfecture et Le BEPECASER (Brevet pour l'exercice de la profession d'enseignant de la conduite automobile et de laà la pression des élèves qui veulent rapidement sécurité routière) est homologuéniveau IV(niveau Bac). Il permet notamment l'inscription à certainspasser le permis. Je gère aussi l'aspect concours administratifs comme celui d'Inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière. comptable et fiscal de mon entreprise. Cependant, il ne permet pas d'entrer à l'Université. Il existe trois types de BEPECASER : leBEPECASER de Un exploitant est indépendant et c'est lui qui basepour le permis B, leBEPECASERmention"deuxroues"pour devenir moniteur moto et faire passer le organise sa journée ainsi que celle des moniteurs BSR et leBEPECASERmention "poidslourds".auto-écoles qui travaillent chez lui. Contrairement Le BEPECASER a subit quelques modifications avec un arrêté du 08/12/08 (suppression notamment du au moniteur qui peut ne faire que du code ou de mémoire et allongement du temps de formation). Ces modifications prennent effet à compter de la la conduite pendant une journée, je décide session 2009 et seront applicables pour 2 ou 3 sessions, le BEPECASER devant être remplacé ) à terme comme je veux de l'organisation de mon travail." par un autre diplôme. Pré-requis Pour les mentions « deux roues » et « groupeStéphane, moniteur poids lourd Pour le BEPECASER « tronc commun » : lourd », il faut : %Brevet des Collèges ou diplômeéquivalent%Être titulaire du BEPECASER « tronc "Mon métier est très différent de celui des commun » Les personnes non titulaires de ce moniteurs auto-école qui s'occupent du permis B. diplôme peuvent passer une épreuve %e titulaire du permis moto nonLe public n'est pas le même. Les élèves ont entre ET : êtr de niveau qui, s'ils la réussissent, leur limité pour la mention « deux roues » 25 et 45 ans et ont réellement besoin du permis. permettra de se présenter auxêtre titulaire des permis C, EC et D Ils sont plusmotivéset donc plus concentrés. Ce épreuves d'admissibilité.pour la mention « groupe lourd » sont en effet majoritairement des demandeurs d'emploi en reconversion professionnelle qui ont %Etre titulaire du permis de conduire besoin du permis pour trouver un emploi et des (attention, pour exercer, il faut être titulaire du permis de conduire depuis 2salariés envoyés par leur entreprise. J'ai aussi ans)quelques particuliers qui financent leur permis. %Ne pas avoir été condamné Mon enseignement aussi est différent car j'ai affaire à des personnes qui ont déjà le permis B. 1ère étape : l'inscription auprès de la Préfecture enseptembreElles connaissent déjà les bases de la conduite. Le dossier d'inscription est à demander auprès de la Préfecture (Bureau de la circulation). Le montant du Mes tâches sont également plus variées. Mes droit d'examen s'élève à 75€. Les organismes de formation se chargent généralement de l’inscription journées sont beaucoup moins répétitives. J'ai auprès de la Préfecture ou de la DDE. trois grandes activités. J'enseigne d'abord le code poids lourd. Je fais ensuite des cours en plateau, 2ème étape : l’épreuve de contrôle de niveau enoctobrec'est-à-dire en dehors de la circulation. Les élèves Cette épreuve ne concerne que les personnes non titulaires du Brevet des Collèges ou d’un diplôme au apprennent à reculer, à manœuvrer, à déceler moins équivalent. Il s’agit d’une épreuve écrite de français (il faut rétablir le libellé correct d’un texte une panne… J'enseigne la mécanique, la sécurité. comportant des omissions et des fautes).Ensuite, je les emmène rouler dans la circulation. Avec mon BEPECASER mention poids lourd, je 3ème étape : préparation aux épreuves d’admissibilité peux faire la FIMO et la FCOS. Le candidat peut préparer les épreuves d’admissibilité dans un organisme de formation. Mes horaires sont aussi plus "agréables" que ceux des moniteurs auto-école pour le permis B. 4ème étape : l'épreuve d'admissibilité ennovembreJe fais généralement 35 heures et je travaille très 1) Epreuve écrite d’étude de dossier : le candidat rédige une synthèse à partir d’un dossier comprenant rarement le samedi." plusieurs documents traitant d’un sujet d’ordre général ou se rapportant au monde de l’automobile ou à la sécurité routière. Il peut répondre par écrit à une ou plusieurs questions portant sur le dossier (3h).
Les fiches métiers de la MIP…Tel : 03.85.76.08.25…Site web http://www.mip-louhans.asso.fr
3
2) Un entretien avec le jury sur un sujet d’ordre général ou relatif à l’automobile ou à la sécurité routière. Le candidat sera jugé sur ses qualités d'expression, son esprit d'analyse et de synthèse, son ouverture d'esprit et son aptitude à argumenter et à communiquer (20mn de préparation et 20 mn d’entretien). Sur 3 375 inscrits en 2007, 70, 6% ont réussi ces épreuves d’admissibilité, il y a donc 30% d’échecs.
5ème étape : préparation aux épreuves d’admission dedécembreàjuinUn programme officiel de la formation a été fixé par le Ministère. A partir de ce contenu, le centre de formation élabore son propre programme. Contenu de la formation : les conducteurs et la conduite, la circulation routière, les véhicules, la sécurité routière, la pédagogie de la conduite sûre, l'instruction professionnelle et civique, les stages pratiques (dans des établissements de la conduite et de la sécurité routière). Le candidat suit la formation de moniteur auto-école pendant5 moisenviron (la formation doit durer 630h minimum).
6ème étape : l'épreuve d'admission enmai%Un QCM de contrôle des connaissances : code de la route, pédagogie, notions de mécanique, aspects juridiques… (1h15, coefficient 2) %Une épreuve sur la pédagogie en salle : le futur moniteur dispense un cours théorique à un auditoire, il développe l’un des deux sujets tirés au sort. A l’issue du cours, il explique ses choix pédagogiques aux examinateurs (45 mn de préparation, 55 mn d’entretien, coefficient 3). %Une épreuve de conduite commentée : le candidat doit suivre un parcours et commenter les situations de conduite rencontrées en expliquant ses décisions. Par exemple, il peut dire : « J'arrive à une intersection régie par des feux tricolores. Le feu est au vert. Je ralentis et je me prépare à m'arrêter, car je ne sais pas depuis combien de temps le feu est au vert » (25 mn, coefficient 1). %Une épreuve sur la pédagogie en véhicule : il donne une leçon de conduite à un véritable élève ou une personne titulaire du permis depuis moins d’1 an. Il doit choisir un objectif et faire travailler l'élève dessus. Il sera noté par rapport à ses relations avec l'élève et sur l'objectif choisi. Il doit expliquer ses choix aux examinateurs (20 mn). Sur 2 652 inscrits en 2007, 63, 4% ont réussi l’épreuve d’admission.
L'agrément de la Préfecture Une fois réussi l'examen du BEPECASER, le futur moniteur auto-école doit obtenir une autorisation d'exercer par la Préfecture. Cet agrément, renouvelable, est délivré pour une période de cinq ans. Pour l'obtenir, il doit : %Ne pas avoir été condamné ; %Posséder un certificat médical favorable ; %Avoir au moins 20 ans (ce qui ne l'empêche pas de passer l'examen avant) ; %Avoir le permis de conduire depuis deux ans (ne pas être dans le délai probatoire de 3 ans réduit à 2 ans pour les personnes ayant fait la conduite accompagnée) ; %Ne pas être dans le délai probatoire comme défini dans le cadre de la nouvelle loi contre la violence routière.
Les organismes de formation préparant au BEPECASER
BEPECASER Tronc CommunM e n t i o n Mention2 RégionOrganismedeformationP o i d s rouesInscriptionsPréparation à l’admissibilitéPréparation à l’admissionlourdBourgogneOui NonDe début octobre à début Demi-décembre à fin maiEFCASER Dedébut avril à fin août/début 122 rue des Montapinssept novembre(5 semaines) 58000 NEVERSCoût : 3 640€ en 2008-2009 03.86.21.40.22. Coût: 418€ en 2008-2009(possibilité de prise en charge de la formation avec une promesse d’embauche) Educa’Route Jusqu’àmi-septembre Dé b uto c t o b r eà déb utDe début janvier à fin maiOui Non 10 rue de la Renouillenovembre 21600 LONGVICCoût : 4 544, 80€ en 2008-03.80.67.19.78. Coût: 538, 20€ en 2008-20092009 AAC FormationsDe janvier à juinDe début octobre à mi-De janvier à juin (dont 140h deNon Non 27 rue des Prés Coulonnovembre (7 semaines)stage) 89000 AUXERRE 03.86.46.21.22. Coût: 600€ en 2009-2010Coût : 4 300€ en 2009-2010 Franche-Comtédébut janvier à fin maiNon Nonfévrier à juinDe début septembre à fin DeGRETA De 3 bis rue Victor Bérardnovembre : BP 185- par correspondance +Coût : 2 986€ (formation 39305 CHAMPAGNOLEregroupements en centre (6 susceptibled’être financée par 03.84.52.61.73. devoirsminimum). Coût : 300€le Conseil Régional de Franche-environ) Comté) - en centre (sélection préalable avec un entretien et une dissertation). Coût : formation susceptible d’être financée par le Conseil Régional de Franche-Comté AinDe janvier à la 1ère semaine deNon Nonfévrier à fin aoûtDe mi-octobre à mi—novembreCFER De Le Hameau La Forgejuin 01290 CORMORANCHE SURCoût : 560€ SAONE Coût: 3 500€ 03.85.31.56.24. Ecole de conduite française—De février à fin septembreDe mi-octobre à mi-novembreDe janvier à fin maiOui Non SARL Catala 19-21 rue Victor HugoCoût : 588€ en 2009-2010Coût : 3 558€ en 2009-2010 71000 MACON 03.85.38.10.47.Formationà Bourg-en-BresseFormationà Bourg-en-BresseFormationàBourg-en-BresseAttention ! Le centre d’examen en Bourgogne/Franche-Comté se trouve à Dijon
Pour connaître les organismes de formation dans le Rhône : www.prao.org
Les fiches métiers de la MIP…Tel : 03.85.76.08.25…Site web http://www.mip-louhans.asso.fr
4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.