La formation pour la mobilité - La mobilité pour la formation 15e ANNIVERSAIRE DU PROGRAMME LEONARDO DA VINCI 1995-2010

De
Publié par

Le Programme Leonardo da Vinci a fêté son 15e anniversaire dans le 2011 : cette brochure résume une partie des projets qui ont été financés au cours de ces années, en mettant en exergue en même temps les résultats et l’impact de projets réalisés. Satisfaisants les résultats obtenus : stimulation de la créativité et de l'innovation, augmentation de la mobilité et de l'esprit d'entreprise dans le cadre d'un marché européen, ainsi que dans le développement de nouvelles compétences pour l’emploi. Outre, dans cette brochure, les résultats du programme sont clairement illustrés à travers des statistiques et des cartes géographiques.
Tiré du site " europe-education-formation ".
Publié le : mercredi 24 août 2011
Lecture(s) : 222
Nombre de pages : 40
Voir plus Voir moins
La formation pour la mobilit
ÆLa mobilit pour la formation
15eANNIVERSAIRE DU PROGRAMME LE ONARDO DA VINCI 1995-2010
Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez sur l’Union européenne. Un numéro unique gratuit (*): 00 800 6 7 8 9 10 11 (*) Certains opérateurs de téléphonie mobile ne permettent pas l’accès aux numéros 00 800 ou peuvent facturer ces appels.
De nombreuses autres informations sur l’Union europenne sont disponibles sur l’internet via le serveur Europa (http://europa.eu). Une fiche catalographique figure à la fin de l’ouvrage. Luxembourg: Office des publications de l’Union europenne, 2010 ISBN 978-92-79-16215-2 doi:10.2766/68178 Photos: © iStockphoto, Shutterstock, Commission europenne et promoteurs de projets Leonardo da Vinci. © Union europenne, 2010 Reproduction autorise, moyennant mention de la source. Printed in Belgium Imprimé sur papier recyclé sans chlore
La formation pour la mobilitÆLa mobilit pour la formation 15e DA VINCI 1995-2010 ONARDOANNIVERSAIRE DU PROGRAMME LE
Table des matières
Chapitre 1: Mobilité Chapitre 2: Projets multilatéraux pour l’innovation Annexes
p.3 p.18 p.32
Prambule Cette brochure prsente un aperçu des meilleures pratiques parmi les pr ojets qui ont t financs au titre du programme Leonardo da Vinci, au cours des 15 dernières annes. Elle met galement en exer gue les rsultats et l’impact de milliers de projets de mobilit et de coopration multilatrale. Des statistiques et de s cartes gographiques sont galement proposes pour illustrer les rsultats du programme. Nous sommes persuads que l’impact du programme Leonardo da Vinci va au-delà du rsultat de la somme des projets. À travers l’Europe, le programme soutient non seulement l’laboration de str atgies d’apprentissage tout au long de la vie à la pointe du progrès, mais il rpond galement aux exigences très concrètes du XXIesiècle. Il relève une multitude de dfis: stimuler la crativit et l’innovation, ac croître l’esprit d’entreprise, renforcer le march europen du travail, dvelopper de nouvelles comptences pour de nouveaux emplois, se confrontant à la question de l’emploi dans le contexte actuel de mondialisation et de crise conomique.
Introduction Au cours de ses 15 annes d’existence, le programme Leonardo da Vinci a sout enu plus de 600 000 stages de formation pour les jeunes, 110 000 changes de professeurs et f ormateurs de l’enseignement et la f ormation professionnels (EFP) et plus de 3 000 projets innovants. Lesbourses de mobilitaux jeunes d’acqurir de nouvelles comptences et qualificationsLeonardo da Vinci permettent à l’tranger. Les stagiaires apprennent à s’adapter à d’autres environnements lingui stiques, culturels et professionnels. De surcroît, leur confiance en eux et leurs aptitudes sociales sont renforces. Par ailleurs, les projets Leonardo pour lesprofessionnels de l’enseignement et de l a formation professionnels (PRO EFP)aident les enseignants, les forma-teurs et les spcialistes de la formation professionnelle à changer leurs expriences auprès de confrères d’autres pays europens, favorisant la transpa rence des diffrents systèmes de formation. Grâce à cet apprentissage mutuel, les professionnels de chaque pays peuvent c ontribuer à moderniser et à amliorer l’ap proche de leur enseignement. L’EFP relève principalement de la responsabilit politique des États membres, mais leprocessus de Copenhague, qui renforce la coopration europenne en m atière d’EFP, a cr un certain nombre d’outils communs, commeECVET, le système europen de crdits d’ap prentissage pour l’enseignement et l a formation professionnels, etEQAVET, le cadre europen de rfrence pour l’assurance de la qualit. ECVET sert à faciliter la reconnaissance des acquis de l’apprentissage de tout individu, tout au long de la vie, dans le cadre d’une exprience apprenant e ou de mobilit gographique. Les acquis d’ap prentissage peuvent ainsi être capitaliss dans le but d’obtenir une qualific ation. EQAVET par ailleurs est un instrument visant à encourager et surveiller l’amlioration de la qualit da ns l’EFP. Il comporte un cycle enchaînant planification, mise en œuvre, valuation et rvision pour promouvoir l’amlioration et assurer la qualit de l’EFP, sur la base de critères de qualit et de descripteurs indicatifs communs. En facilitant la comparaison de s comptences, de l’exprience et des qualifications, ces outils contribuent tous deux à stimuler la m obilit des travailleurs au niveau europen. Ces outils et ces processus continueront à l’avenir d’êtr e amliors car l’EFP est appel à jouer un rôle essentiel dans le dveloppement de l’Union europenne. La s tratgie Europe 2020 appelle à investir dans les comptences et dans l’enseignement et la formation tout au long de la vie afin de bâtir une Union où règnent la prosprit et l’inclusion de tous les citoyens. Dans sa communication de juin 2010, Donner un nouvel lan à la coopration europenne en matière d’enseignement et de formation professionnels pour appuyer la s tratgie Europe 2020, la Commission europenne demande que l’EFP soit rendu plus moderne et plus attrayant. Cette communication souligne qu’une formation de haute qualit, qui encourage un mode de pense novateur et entrepreneuri al, ainsi que la possibilit d’acqurir une exprience à l’tranger, doit être accessible aux citoye ns de toute origine à toutes les tapes de leur vie. Le programme Leonardo da Vinci c ontribue idalement à ces nouvelles priorits puisqu’il soutient l’accessibilit, la mobilit et l’innovation dans l’EFP depuis 15 ans. Les rcits relats dans cette brochure ne reprsentent qu’un chantillon des projets novateur s, des changes et des stages qui ont aid des citoyens et des entreprises de toute l’Europe à acqurir et à mettre en pratique de nouvelles comptences et connaissances.
L A F O R M A T I O N P O U R L A M O B I L I T ÉÆ O R M A T I O N F A L O U RO B I L I T É P M L A
Chapitre 1: Mobilité
Le programme Leonardo da Vinci pr omeut la mobilit transnationale en aid ant ses participants à acqurir une exprience de travail ou d’apprentissage dans un autre pays. Il soutient en particulier: Ælamobilité dans la formation professionnelle initialepour les stagiaires, les apprentis et les tudiants de l’enseignement et de la formation professionnels; Ælamobilité des personnes sur le marché du travailmettant l’accent sur la mobilit dans l’apprentissage, en pour les titulaires d’un diplôme professionnel ou u niversitaire, travailleurs ou en disponibilit; Æl amobilité des professionnels de l’en seignement et de la formation professionnels: les enseignants, les formateurs, les spcialistes d’orientation et autres responsables dans les domaines de la formation professionnelle changent leurs expriences. L’impact de la mobilit dans l e programme Leonardo da Vinci Durant les 15 dernières annes, plus de 710 000 personnes ont bnfici d’un stage de formation professionnelle grâce au programme Leonardo da Vinci. C ette exprience à l’tranger a eu un impact subs tantiel sur les jeunes stagiaires, les apprentis, les travailleurs, les professeurs et les formateurs et a apport une va leur ajoute aux tablissements de formation professionnelle et aux employeurs. Pour les participants, les stages de formation reprsentent bien plus que la simple acquisition de nouvelles comptences professionnelles. Le fait de sjourner un certain temps à l’tran ger favorise l’apprentissage des langues, l’panouissement personnel et la confiance en soi, d’autant plus que le stage est parfois le premier sjour à l’tranger des participants. Ces avantages vont de pair avec l’mergence d’u n sentiment accru d’identit europenne et de citoyennet. Les partici-pants sont ainsi mieux prpars à tirer le meilleur parti du march du travail europen largi. De nombreux enseignants tmoignent d’une plus forte motivation chez les jeunes à l’issue d’un stage à l’tranger. Ainsi, un stage constitue souvent un jalon important dans leur plan de carrière et l eurs formations ultrieures. Contrairement au programme Erasmus, Leonardo da Vinci s’adresse aux jeunes des milieux socio-conomiques moins favoriss, dmontrant ainsi que la mobilit peut g alement être un outil permettant d’accroître l’quit et les performances scolaires. Un grand nombre d’tudes montrent en outre qu’un pourcentage lev de participants aux actions FPI (personnes qui suivent une f ormation professionnelle initiale) et PMT (personnes sur le march du travail) renforce leur employabilit grâce aux stages Leonardo da Vinci à l’tr anger. La reconnaissance transnationale des apprentissages acquis grâce à ECVET devrait ass urer la prennit de ces rpe rcussions. La promotion de l’entrepre-neuriat est une autre proccupation importante dans l’EFP, et l e programme Leonardo a contrib u à la placer de plus en plus à l’avant-plan des pratiques de l’EFP. À l’issue d’un stage, les enseignants et les formateurs r entrent souvent dans leur pa ys d’origine avec de nouvelles ides et de nouvelles approches de leur enseignement. Dans de nombreux cas, ils conçoivent galement de nouveaux outils d’apprentissage qu’ils utilisent en classe. Au niveau organisationnel, les coles ont commenc à travailler sur la recon-naissance transnationale des rsultats d’apprentissage. L’une des principales russites du programme a t d’inciter les coles à laborer des stratgies d’internationalisation afin d’intensifier la mobilit des tudiants et des enseignants. Dans un grand nombre de pays, des coles et des rseaux d’coles ont labor des stratgies d’internationalisation au sein de leurs tablissements, affectant frquemment du personnel à temps plein à la gestion des programmes de mobilit et de diffrents projets. Dans certains pays, des fonds de mobilit nationaux sont disponibles pour aider les participants à partir à l’tranger, notamment pour un s tage dans un pays tiers, ma is des fonds indpendants sont couramment rcolts lorsque les actions de mobilit suscit ent l’engouement. Certaines coles ont galement nou leurs propres contacts bilatraux hors de l’Union europenne permettant ainsi à l eurs tudiants de participer à des formations dans le monde entier.
3 
MOBILITÉ
Leonardo da Vinci a jou le rôle de catalyseur de c e mouvement pour l’internationalisation de l’EFP et la cration du Certificat Mobilit Leonardo da Vinci contribue, u ne fois de plus, à l’laboration de stratgies d’internationalisation cohrentes. Ce travail se poursuivra dans la pr ochaine gnration du programme. En outr e, le programme Leonardo encourage l’accroissement d’une coopration rgionale entre les coles, les entreprises et les autorits rgionales. Il constitue souvent pour les participants un premier contact avec l’Europe qui les conduit à s’inscrire dans d’autres programmes europens et à dvelopper d’autres formes de coopration. Le programme a galement contribu à renforcer la comptitivit et la capacit d’innovation d’tab lissements modestes dans des rgions plus recules. Les cartes ci-après montrent les pays les plus populaires choisis par les participants aux actions de mobilit de Leonardo da Vinci de 2000 à 2006, le pourcentage de participants par pays (tabl issement d’origine) de 2000 à 2006 et la progres-sion du nombre de participants de 2000 à 2009. Une ventilation dtaille par pays figure dans les annexes.
≥ 5 % 2,0 – 4,9 % 1,0 – 1,9 % < 1 %
pas de donnes LI LU MT
La carte prsente les pays les plus populaires choisis par les participants aux actions de mobilit de Leonardo da Vinci de 2000 à 2006.
L A F O R M A T I O N P O U R L A M O B I L I T ÉÆL A M O B I L I T É P O U R L A F O R M A T I O N
≥ 5 % 2,0 – 4,9 % 1,0 – 1,9 %  < 1 % pas de donnes LI LU MT
Mobilit Leonardo da Vinci: pourcentage de p articipants par pays (tablissement d’origine), 2000-2006.
3 – 10 fois   2,5 – 2,9 fois 1 – 2,4 fois < 100 % pas de donnes LI LU MT
Mobilit Leonardo da Vinci: augment ation du nombre de participants, 2000-2009.
5 
MOBILITÉ
ÆUne chercheuse belge à Oxford
«Aujourd’hui, je me sens beaucoup plus à l’aise dans un environnement international», dclare la psychoso-ciologuebelge Andrea van Dommelen. Un stage de six mois au Centre d’tude des conflits intergroupe d’Oxford (Universit d’Oxford,Royaume-Uni) l’a aide à concevoir et à grer un projet de recherche sur «la complexit de l’identit sociale». Aux côts d’un superviseur, elle a notamment parti-cip à l’valuation de recherches et à la tenue de sances d’informations. Elle fait remarquer que le Centre d’Oxford «attire d’minents scientifiques dans mon domaine auprès desquels j’ai eu le privilège d’apprendre. L’opportunit m’a t donne de collaborer troite-ment avec l’un des principaux experts de l’tude des conflits intergroupe, d’assister à des sminaires et des con-frences passionnants et de profiter des ressources de recherche illimites que peut offrir l’Universit d’Oxford.» Andrea a intgr un rseau internatio-nal qui «sera extrêmement avantageux pour ma future carrière». Le stage lui a galement permis d’aml iorer son anglais crit et oral. Elle s’est vu propo-ser rcemment un poste de doctorant rmunr à l’Universit de Sydney et elle se rjouit de poursuivre ses travaux de recherche sur la psychologie sociale. Bénéficiaire ÆAndrea van Dommelen
ÆDe la Bulgarie à la Belgique, pour l’amour du pain et du chocolat
Rpute pour ses pralines, laBelgique a accueilli de futurs boulangers et pâ-tissiers originaires deBulgariedans le cadre d’un projet de mobilit men en 2008. LaHaute cole des technolo-gies du pain et de la pâtisserie de Sof a i avait à cœur d’accroître les comptences techniques de ses tudiants, tout en largissant leur horizon. Un cours de formation pratique de deux semaines à Bruxelles, Bruges et Anvers rpondait prcisment à cette aspiration. Les tudiants ont acquis une exprience directe des techniques de boulangerie et de pâtisserie belges, et ils ont ensuite ramen en Bulgarie de nombreuses comptences, et pour certains, une source d’inspiration La conception et la dcoration de produits de chocolat et de caramel figuraient parmi les sujets abords. Les tudiants et leurs ensei-gnants ont aussi dcouvert l’approche belge de la formation professionnelle. Ce voyage a permis aux participants d’amliorer leurs connaissances linguis-tiques. Ils ont en outre profit de leur prsence à Bruxelles pour se familiari-ser davantage avec les institutions de l’Union europenne. Au final, l’exp-rience s’est avre prcieuse, stimulant leur motivation pour la formation profes-sionnelle continue et son amlioration. Bénéficiaire ÆHaute cole des technologies du pain et de la pâtisserie de Sofia Adresse ÆRue «Graf Ignatiev» 15, Sofia 1000, Bulgarie
L A F O R M A T I O N P O U R L A M O B I L I T ÉÆL A F A L O U R PO B I L I T É  M O R M A T I O N
ÆLet’s Go– Électrons libres pour la formation
Les projets multilatraux de Leonardo da Vinci constituent un moyen de tisser des rseaux transfrontaliers pour la formation pratique. Le projetLet’s Go! en est un exemple difiant. Men par l’organisme allemand pour la formation professionnelleLGH, il relie 15 tablis-sements de formation à travers l’Union europenneet laTurquieà neuf tablis-sements rgionaux enAllemagne. L’accent est mis sur les «lectrons libres», ou en d’autres termes, les stages individuels plutôt que collec-tifs. Les stagiaires peuvent prendre l’initiative d’une mobilit, même si leurs universits ou leurs employeurs n’organisent pas de stages à l’tranger. Après une slection qualitative et une orientation, les candidats reçoivent une proposition de stage qui correspond parfaitement àleurs objectifs de carrière. Les jeunes allemands engags dans une formation professionnelle initiale ont ragi très positivement à ce système. Ils citent, entre autres avantages, un renforcement de la confiance en soi et une amlioration des comptences lin-guistiques et relationnelles. Ils y voient galement l’opportunit d’apprendre de nouvelles techniques de travail. En consquence, ils acquièrent une plus grande capacit d’adaptation, ce qui constitue un atout substantiel pour leur carrière. Les tablissements mis en rseau ont galement bnfici de leurs nouvelles relations et de leurs synergies. Bénéficiaire ÆLandes-Gewerbeförderungsstelle des nordrhein-westfälischen Handwerks e.V. Site web Æwww.lgh.de
ÆUne Estonienne souffle le verre dans une forêt sudoise
«En 2005, j’ai dcroch mon diplôme de l’Acadmie des artsestonienne, où j’avais tudi dans le dpartement de verrerie d’art. Ce titre en poche, j’ai t confronte à une situation où aucun travail ne m’attendait et il me semblait trop effrayant d’entamer ma carrière sous un statut d’indpendante. J’avais l’impression de manquer totalement d’exprience. Lorsque j’ai entendu parler du programme Leonardo da Vinci, l’horizon a commenc à s’claircir.» Un stage soutenu par Leonardo da Vinci a conduitKateriin Rikkenen Suède. C’est là, dans les profondeurs d’une forêt de la priphrie d’Halmstad, que vit le souffleur de verre Michael Ahlefehldt-Laurvig. Sur place se trou-vent un atelier, une galerie, l’habitation familiale et une petite maison destine aux stagiaires. «Ces personnes sont formidables», commente Kateriin. «L’quipement est de dernier cri et le propritaire est un bon professeur. L’atelier de Michael est le seul dans son genre en Suède: le verre qu’il utilise est unique et personne ne possède un atelier aussi grand. Beaucoup de gens sont venus ici pour apprendre à souffler le verre, et il sait donc très bien ce qu’il doit m’enseigner et dans quel ordre. Pour devenir un bon souffleur de verre, il faut travailler tous les jours pendant cinq ans. J’aurai la chance de m’exercer pendant dix mois en Suède et je mettrai cette priode à profit au maximum.» Bénéficiaire ÆKateriin Rikken
ÆLe programme d’tudes d’Inchicore: une exprience professionnelle à l’chelle europenne
7 
«En travaillant à l’tranger, j’ai acquis une plus grande confiance en moi», dclareTracey Dunne, une stagiaire. «J’ai appris à m’adapter à de nouvelles cultures et j’ai constat que mes apti-tudes relationnelles s’taient nette-ment amliores.» Depuis plus d’une dcennie, les tudiants de l’Institut d’enseignement suprieur d’Inchicore, enIrlande, bnficient de la mobilit de Leonardo, effectuant des stages, entre autres, enAutriche, enFinlande, enItalie, enRpublique tchèqueet en Suède. Les emplois concerns s’ten-dent du tourisme à la prise en charge d’enfants, en passant par le thâtre, la danse, la prparation aux tudes d’infirmiers, l’assistance sociale, le sport et les tudes commerciales et juridiques.Jennifer Kellyestime que son exprience à l’tranger «rehaussera mon CV et montrera aux employeurs potentiels que je suis apte à travailler dans diffrents environnements». Fintan McConnellse sent «plus confiant en moi et en ma capacit à m’adapter à des environnements varis».Amanda Keogha «dcouvert de nouvelles façons de travailler dans une crèche».Nadine Naughtonse dit «plus sensibilise et intresse à comprendre comment se donne l’enseignement dans d’autres pays». Enfin, le stage professionnel d’Emily Hannonlui a appris que «l’on  peut toujours communiquer avec les enfants à travers l’art même si l’on ne parle pas la même langue qu’eux». Bénéficiaire ÆInstitut d’enseignement suprieur d’Inchicore E-mail Æmfinn@inchicorecollege.org
MOBILITÉ
ÆExprience irlandaise de l’approche finlandaise de l’apprentissage
Depuis plusieurs dizaines d’annes, laFinlandeaxe sa politique ducative sur l’amlioration des niveaux gnraux d’enseignement, dans l’objectif ultime d’galit d’accès à l’apprentissage tout au long de la vie pour tous. Certains cadres duComit pour l’enseignement professionnel (CEP) du Comt de Wicklow, enIrlande, ont personnelle-ment expriment l’approche de la Finlande. Leur programme comprenait une priode d’immersion dans le système ducatif d’Oulu, une munici-palit finlandaise, où ils ont endoss les rôles d’apprenants, de chercheurs et de responsables de l’enseignement. Wicklow souhaitait que ce projet renforce l’engagement pour la qualit dans l’ensemble de son système, confor-mment à la stratgie de Lisbonne de l’Union europenne. Ils ont atteint cet objectif en encourageant la curiosit, le respect, l’implication et la solidarit des participants. Ce projet s’est concr-tis par la cration d’un cadre structurel pour la mobilit des enseignants et des tudiants. Il est en outre probable que certains aspects de l’utilisation des TIC dans l’EFP à Oulu soient adopts à Wicklow. «Cette visite a t une exp-rience formidable et elle a resserr les liens entre toutes les sections du CEP», affirment les organisateurs. «Il y a dsor-mais une coopration et une collgialit beaucoup plus grandes dans notre organisme.» BénéficiaireÆ Comit pour l’enseignement professionnel du Comt de Wicklow E-mailÆ mphillips@wicklowvec.ie
ÆPortail pour l’emploi – Les Grecs apprennent la conception de sites web à la manière sudoise
«Une action de mobilit Leonardo est une exprience unique pour les tudiants», estimeEfthimos Mpadas. Elle leur donne «l’occasion d’entrer en contact avec un style de vie, un enseignement et un travail diffrents». Efthimos tait parmi les techniciens en informatique stagiairesgrecs qui ont pu apprendre la conception de portails web chez Infoduction Consulting, enSuède. L’intrêt a t immdiat dès lors que la conception de portails ne figurait pas au programme de leur institut de formation profession-nelle, leTOMH, à Agrinio, en Grèce. Au cours des trois semaines passes en Suède, Efthimos «s’est exerc, il a visit des entreprises lies à son domaine et il s’est fait des amis». Cela a augment sa confiance en lui «si bien que je rflchis actuellement à dmarrer ma propre entreprise». Les enseignants du TOMH ont pour leur part dispos de beaucoup de temps pour changer des expriences avec leurs confrères sudois. Les connaissances acquises en Suède font aujourd’hui partie des activits de formation de l’institut grec. «Un autre aspect positif rside dans le fait que nous avons tous amlior notre anglais», dclare Efthimos. «Et la certifi-cation, l’Europass, pourrait être un atout dcisif dans notre carrière. Sans hsita-tion, j’aimerais participer à nouveau au programme et j’encourage mes camarades de classe et mes amis à faire de même.» BénéficiaireÆ TOMH E-mailÆ tomhnet@otenet.gr
L A F O R M A T I O N P O U R L A M O B I L I T ÉÆO B I L I T É  ML A A L O U R P O R M A T I O N F
ÆUne chance en or pour María
Grâce à un stage de formation auprès de la Fdration internationale du sport universitaire (FISU),María Blasco Yagoa trouv l’opportunit qu’elle attendait. Au cours de son stage, cette diplôme ès sciences sportives originaire d’Espagnea acquis une exprience personnelle des diffrentes tâches inhrentes à la gestion d’vnements sportifs, et elle a galement profit de l’occasion pour perfectionner son français et son anglais. María a aujourd’hui sign un contrat à dure indtermine au sein de la FISU. «Mon exprience dans un projet Leonardo pourrait servir d’exemple pour de nombreux jeunes qui ont rcemment obtenu leur diplôme», dclare María. «Elle a t positive sur le plan de la formation et sur le plan personnel et elle m’a permis d’exercer l’emploi que je souhaitais. Que pourrais-je demander de plus?» BénéficiaireÆ María Blasco Yago
ÆUne action de mobilit aide des demandeurs d’emploi français dfavoriss
EnFrance, 19 demandeurs d’emploi confronts à des obstacles spcifiques à l’accès au march du travail ont t envoys dans des stages de formation de 10 semaines auprès d’entreprises situes enEspagneet enIrlande. Tous âgs de moins de 25 ans, les stagiaires possdaient de faibles qualifications et une exprience rduite dans le secteur qu’ils avaient choisi. Ils ne possdaient pas les contacts qui auraient pu facili-ter leur accession à l’emploi. De plus, ils avaient une piètre opinion de leurs propres capacits professionnelles. Ce projet a t gr par la section de la rgion Aquitaine du service de formation français, l’INFA. Les objectifs person-nels et un plan individuel ont t dfinis pralablement pour chaque stagiaire, et un formateur de l’INFA a vrifi leurs capacits. À leur retour en France au terme de leur stage, la quasi-totalit des participants s’est rapidement engage soit dans un emploi, soit dans une formation. Ils avaient galement accompli des progrès sensibles dans leur confiance en soi, ainsi que le men-tionnent les rapports de stages et les valuations ultrieures. L’INFA leur a dli-vr un certificat personnalis attestant des comptences professionnelles et linguistiques acquises, ainsi qu’un Europass. BénéficiaireÆ Institut national de Formation et d’Application (INFA), Aquitaine E-mailÆ rpolge@infa-formation.com
ÆLe travail n’est pas à vie. L’apprentissage, oui.
9 
La formation continue sera de plus en plus ncessaire pour se maintenir apte au travail. Les jeunes devront possder les comptences et les capa-cits appropries pour suivre cette voie. Ainsi, l’adaptabilit tait au cœur d’un projet men par lecentre de productivit CPVdans la province de Vicence, en Italie. 165 stagiaires provenant d’coles professionnelles italiennes ont particip à ce programme, qui comprenait une semaine de cours suivie de trois semaines de stage dans diffrentes socits enAllemagne, enFrance, et auRoyaume-Uni. Ce programme a russi à renforcer l’adaptabilit, les comptences linguistiques et l’esprit d’quipe des candidats. Il a en outre mis à l’preuve leurs aptitudes sociales et civiques dans un contexte multiculturel. Ce projet a vu, entre autres rsultats, la cration d’un rseau transnational destin à identifier des filières de reconversion dans les systèmes d’ensei-gnement et de formation professionnels locaux. La modernisation des mthodes de formation figure galement parmi les proccupations de ce rseau. Des syner-gies ont t tablies entre les coles professionnelles et le march du travail, notamment au niveau europen. BénéficiaireÆ Fondazione Giacomo Rumor Centro Produttività Veneto (CPV) E-mailÆ bressan@cpv.org
MOBILITÉ
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Éducation et formation tout au long de la vie, rétrospective et perspectives

de CEDEFOP-EUROPEAN-CENTRE-FOR-THE-DEVELOPMENT-OF-VOCATIONAL-TRAINING

La formation en alternance des jeunes

de CEDEFOP-EUROPEAN-CENTRE-FOR-THE-DEVELOPMENT-OF-VOCATIONAL-TRAINING

L'Europass-formation

de EUROPEAN-COMMISSION-DIRECTORATE-GENERAL-FOR-EDUCATION-AND-CULTURE