Primaire-secondaire - Activités pédagogiques et concours pour le ...

Publié par

Primaire-secondaire - Activités pédagogiques et concours pour le ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 140
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins
Éducation et Développement de la petite enfance
Activités pédagogiques et concours pour le primaire et le secondaire
Pour l’occasion, l’ACELF propose du matériel pédagogique favo-risant la construction identitaire francophone des jeunes. Le présent cahier a été préparé à l’intention des enseignantes et des enseignants des secteurs primaires et secondaires qui souhaitent souligner avec leurs élèves la Semaine nationale de la francophonie.
Direction générale : Richard Lacombe Coordination : Annie Côté Rédaction : Violaine Archambault, Ronald Boudreau, Camille Boudreau, Michèle Matteau Production : ACELF Graphisme : Martine Desrochers Validation : Association canadienne dʼéducation de langue française © Association canadienne dʼéducation de langue française, 2010 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada Bibliothèque et Archives nationales du Québec ISBN 978-2-923737-12-6
L’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) invite les milieux éducatifs à célébrer la Semaine nationale de la francophonie (SNF) dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie, qui ont lieu du 5 au 21 mars 2010 sous le thème « Découvrir pour interagir »
Exploitant le thème de la SNF sous différents angles, les activités de ce cahier amènent les jeunes à s’ouvrir à la diversité, à créer des liens et à prendre conscience de leur rôle d’ambassadeurs de la francophonie dans leur milieu; elles les sensibilisent à l’accueil des nouveaux arrivants dans leur communauté et dans leur pays et leur font réali-ser qu’ils sont membres à part entière d’une francophonie canadienne dynamique, riche dans tous ses éclats. Afin de développer des habiletés diverses chez les élèves, elles font une place de choix à la communication sous toutes ses formes, favorisant la réflexion, la discussion, le jugement, l’objectivation, la créativité individuelle et collective, et encourageant aussi bien le travail d’équipe que l’initiative personnelle. Les activités sont réparties en fonction de groupes d’âge clairement indiqués. Pour chacun, nous avons tenu compte du développement psychologique des jeunes et de leurs champs d’intérêt. Toutefois, les activités ne sont pas séquentielles et peuvent fort bien être adaptées pour répondre aux besoins d’un niveau différent. De même, elles sont conçues pour être adaptées aux jeunes de milieux francophones majoritaires ou minoritaires. Les activités se veulent donc des suggestions qui sauront certainement inspirer votre créativité de pédagogue. Choisissez celles qui vous semblent appropriées pour vos élèves et modifiez-les à votre guise pour qu’elles convien-nent à votre groupe-classe. Par l’entremise d’un thème rassembleur, l’ACELF vous invite ainsi à célébrer la SNF 2010 en sensibilisant vos jeunes à la diversité et en les engageant dans un dialogue authentique qui leur permettra de réfléchir sur la vitalité de la francophonie dans leur vie, dans leur communauté et dans leur pays. Bon succès dans les activités que vous réaliserez et bonne Semaine nationale de la francophonie !
Saute, saute, d’un océan à l’autre ! P OUR ALLEZ PLUS LOIN INTRODUCTIONAchetez quelques longues cordes à danser pour la classe. sLaeusteélrèàvelasccoorndneaipsesnedntanstûlreesmreénctréplautisoinesu.rsCcetotmepatcitniveistéploeuurrMettez-lesàladispositiondesélèvespendantlespermettra de composer leur propre comptine tout en récréations pour qu’ils puissent répéter leurs comptines découvrant les provinces et les territoires canadiens. entre eux et les apprendre aux autres élèves de l’école. Termes clés pour la recherche Internet DÉMARCHE Comptines pour sauter à la corde, provinces canadiennes En groupe-classe Apportez une longue corde à danser en classe. Demandez aux élèves s’ils connaissent des comptines francophones pour sauter à la corde : Les douze mois de l’année ; Crème glacée, limonade sucrée ; Dos à dos , etc. Invitez-les à faire une démonstration, si l’espace le permet. Si les élèves ne connaissent pas de comptines en français, saisissez cette occasion pour leur en apprendre quelques-unes. Discutez des caractéristiques particulières de ces comptines : les rimes, les jeux de mots, les mouvements qui les accompagnent, les thèmes qui y sont abordés, etc. Dressez une liste de ces caractéristiques avec les élèves. En équipe Regroupez les élèves en équipe. Proposez-leur d’inventer une nouvelle comptine pour sauter à la corde afin de se rappeler les noms des provinces et des territoires canadiens. Dressez avec eux une liste des mots clés pouvant leur être utiles à la réalisation de cette activité : le nom des provinces et territoires, de leur capitale, de leurs habitants, etc. Rappelez-leur également les caractéristiques relevées pendant la discussion précédente. Les élèves peuvent s’inspirer d’une comptine déjà écrite ou composer eux-mêmes un nouvel air. En groupe-classe Invitez les élèves à présenter leur comptine à leurs camarades. Il serait préférable d’animer cette activité dans un gymnase ou dehors, si la température le permet.
© 2009 ACELF Reproduction autorisée
Rapide comme trois pommes ! INTRODUCTIONP OUR ALLEZ PLUS LOIN CejeusimplepermettraauxélèvesdedécouvrirdespSeeluot-nêltreeurscuogngnéraiesrsdaensceexdperleassgiroanmsmàapiraert,irledseévlèervbeessvaountexpressions de la langue française qui utilisent « comme » lieu d’adjectifs : sauter comme une grenouille, chanter pour faire une comparaison : rapide comme l’éclair, haut commetroispommes,etc.Enplusdapprendrequelquesfcaoirmemreemuanrrqousesrilganodli,ffeétrce.nCceesetnturneelabonnatnuereocdceacsieosnddeeulxeurexpressions, les élèves s’amuseront à en créer de leur groupes de mots : l’un correspond à une action, l’autre à propre cru à partir d’adjectifs. une qualité. DÉMARCHE En groupe-classe Reproduisez les expressions sur de grands cartons ou faites découper la fiche jointe par les élèves pour leur suggérer un jeu d’assemblage des adjectifs de la colonne de gauche avec la fin des expressions, dans la colonne de droite. Discutez ensemble des raisons de ces comparaisons pour mieux les comprendre. Trouvez des occasions où l’on pourrait utiliser de telles expressions. (Ex. : Quand est-on rouge comme une tomate ? Pourquoi la pluie est-elle ennuyeuse ?) En équipe Demandez aux élèves, réunis en équipe, de songer à une courte histoire de quelques phrases qui utilisent deux ou trois des expressions qu’ils ont apprises. (Ex. : Il était une fois un prince qui était maigre comme un clou. Quand il se fâchait, il devenait rouge comme une tomate , etc.) Chaque équipe doit ensuite lire son histoire aux autres en modifiant les expressions : Il était une fois un prince qui était maigre comme une tomate. Quand il se fâchait, il devenait rouge comme un clou . Les autres doivent ensuite corriger les erreurs de l’histoire, tout en s’amusant bien à entendre les histoires des autres. Dressez ensuite une liste d’adjectifs avec les élèves, que vous laisserez bien en vue. Proposez aux équipes de composer leurs propres expressions à partir de cette liste et de songer à justifier pourquoi ils ont choisi telle ou telle façon de compléter l’expression.
© 2009 ACELF Reproduction autorisée
Document reproductible
Rapide Doux Rusé Rouge Heureux Léger Ennuyeux Libre Haut Maigre
RAPIDE COMME TROIS POMMES ! Associez les expressions Comme un clou Comme un clou Comme un poisson dans l’eau Comme la pluie Comme un renard Comme l’air Comme l’éclair Comme une plume Comme une tomate Comme un agneau
© 2009 ACELF Reproduction autorisée
RapideDoux Rusé RougeHeureuxLégerEnnuyeuxLibre Haut Maigre
RAPIDE COMME TROIS POMMES ! Réponses Comme l’éclair Comme un agneau Comme un renard Comme une tomate Comme un poisson dans l’eau Comme une plume Comme la pluie Comme l’air Comme trois pommes Comme un clou
© 2009 ACELF Reproduction autorisée
Les branches d’un même arbre INTRODUCTION Cest un fait : beaucoup délèves qui fréquentent lécole éDlièsvtrei bduéeczo ouup ef aeitte cso ldoerises isneesr  f1e5u fileleuisll,e est  py airn secnrfita nste. s Chaque française doivent aussi parler d’autres langues soit dans leur famille avec leurs parents et leurs grands-parents, soit initiales. Chaque jour, pendant une semaine scolaire, dans leur environnement communautaire. L’activité qui suit chaque élève peut venir coller trois feuilles. Chacun place amène les élèves à trouver des occasions de parler psearsl éf eauvilleecs  msaurm laa nb reann fcrhaen çqauiis  c: ojen vdiéepnto seen  emxap fliequuilalen t s: uJr laai  davantage français dans leur quotidien en tenant compte de branche « famille » ; j’ai joué en français avec ma voisine : leur situation particulière. L’activité se situe dans la ligne de je dépose ma feuille sur la branche « voisinage » ; j’ai parlé ce que la présente recherche universitaire suggère, soit la en français à la récréation : je dépose ma feuille sur la création de contextes compensatoires. branche « école ». Faites comprendre aux enfants que, s’ils  n’ont pas pu parler français à la maison ce jour-là, ils DÉMARCHE peuvent placer leur feuille sur une autre branche à condition an a En groupe-classe d’avoir utilisé le fr ç is dans une autre circonstance. Dressez une liste des gens avec lesquels les élèves P OUR ALLER  PLUS  LOIN interagissent au cours d’une journée : parents, enseignant,  voisins, amis, gardienne, marchands, chauffeur d’autobus, Vous pouvez prolonger l’activité l d’une semaine et etc.). Quelle langue utilisent-ils avec chacune de ces raffinles occasions dutiliser le sfurra npçuaiss. Invitez alors les personnes? Avec lesquelles interagissent-ils en français?élèveer à érer de nouvelles manières dassurer la s sugg Individuellement croissance de l’arbre et d’ajouter d’autres feuilles aux Présentez le questionnaire de la fiche reproductible et branches. expliquez aux élèves qu’ils doivent encercler toutes les langues utilisées dans chaque cas (ex. : si je parle à papa en français et en espagnol, j’encercle français et autre). Les élèves remplissent le questionnaire chez eux avec l’aide de leurs parents ou tuteurs pour vous permettre de mieux comprendre l’environnement linguistique qui est le leur. En groupe-classe Au tableau, dessinez un grand arbre à trois branches, mais sans feuilles. Présentez-le comme l’arbre francophone. Chacune des branches représente un des trois environnements où les élèves peuvent interagir en français : la famille, l’école, le voisinage ou la communauté. Expliquez que les feuilles poussent quand ils utilisent le français. En vous référant aux questionnaires remplis, faites comprendre que, si les occasions de parler français sont rares avec leurs parents, ils peuvent trouver bien d’autres occasions de faire pousser l’arbre francophone : jouer en français avec un ami ou une sœur, lire en français, regarder la télévision en français, etc. Comparez l’arbre qui prend l’énergie du soleil à l’arbre francophone qui prend son énergie des enfants qui utilisent le français. © 2009 ACELF Reproduction autorisée
Document reproductible
LES BRANCHES D’UN MÊME ARBRE
autre autre autre autre
Nom : ________________________________________________ Complète chacune des phrases suivantes en encerclant toutes les réponses qui sont vraies dans ton cas. Parents ou personnes qui remplissent ce rôle Je parle à mon père en… français anglais Mon père me parle en… français anglais Je parle à ma mère en… français anglais Ma mère me parle en… français anglais Frères et soeurs Je parle à mon frère / ma soeur en… français Mon frère / ma soeur me parle en… français Grands-parentsJe parle aux parents de maman en… français Je parle aux parents de papa en… français Divers français français français
Je lis en… Je regarde la télévision en… Je joue avec mes amis en…
anglais anglais
anglais anglais
anglais anglais anglais
autre autre
autre autre
autre autre autre
© 2009 ACELF Reproduction autorisée
=
        =             =
=
=
=ibp o ebp r b o ob
 é é é
« bic o é
Y’a des étoiles pour toi… INTRODUCTIONP OUR ALLEZ PLUS LOIN CetteactivitéamèneralesélèvesàexplorerleslAafficclahseszeleasfincodnestcerlélaetriounnsedceasrtéelèdvuecsieslugrélaenptleafdoenldadeconstellations et leur signification. En utilisant les découvertes qu’ils pourront faire à ce sujet, ils inventeront francophonie. ensuite leur constellation personnelle en lien avec leur Termes clés pour la recherche Internet identité francophone. Constellations, carte du ciel, étoiles DÉMARCHE En groupe-classe Apportez une carte du ciel en classe et affichez-la pour que tous les élèves puissent bien la voir. Il est possible de trouver des cartes du ciel sur Internet ou dans les livres d’astronomie. Invitez les élèves à observer attentivement la carte et le positionnement des étoiles. Demandez-leur ensuite s’ils ont déjà entendu parler des constellations et, si c’est le cas, d’en nommer quelques-unes. Notez le nom des constellations énumérées par les élèves au tableau. En équipe Regroupez les élèves en équipe et attribuez une constellation à chaque groupe. Invitez les équipes à faire une petite recherche sur l’origine et la signification de leur constellation. Les élèves peuvent dessiner leur constellation sur un grand carton. En groupe-classe Animez un échange entre les équipes. Dressez une liste des caractéristiques qui définissent les constellations. Individuellement Distribuez une photocopie de carte du ciel à tous les élèves. Proposez aux élèves que chacun invente sa propre constellation, qui le représente en tant que francophone, en reliant certaines étoiles sur la carte. Ils peuvent accompagner leur constellation personnelle d’un court texte qui en explique la signification.
© 2009 ACELF Reproduction autorisée
Une mascotte voyageuse P OUR ALLEZ PLUS LOIN INTRODUCTIONLes élèves fabriquent des mascottes qui partiront en Quand les cartes postales reviennent, encouragez les équipes à faire une petite recherche sur chaque endroit vdoaynasgteouàtetrsalveesrsprleovpinacyes,seentdeaspnsérlaensttqerurietloliersessecarneanddireonnst.visitéparlesmascottes.Fabriquezainsiuncahierremplid’informations sur chaque province et territoire, ainsi que uLninetécroêrtredsepsoénldèavnecsesfeirdaèlseoudteelneuurtomutasacuoltoten!gduprojetparsurplusieursvillesetvillagesdupays.DÉMARCHE En groupe-classe Examinez une carte du Canada avec les élèves et demandez-leur s’ils ont déjà visité d’autres provinces ou territoires ou s’ils connaissent quelqu’un qui s’y est rendu. Lancez l’idée aux élèves de créer une mascotte qui pourrait voyager et se rendre partout au Canada. Discutez avec eux des moyens par lesquels elle pourrait le faire : par la poste ou dans les bagages d’un parent ou d’un ami. En équipe Demandez aux élèves, regroupés dans des équipes de trois ou quatre, de fabriquer un personnage qui deviendra la mascotte de leur équipe. Demandez-leur de lui trouver un nom afin de rendre le projet plus personnel. Insistez sur l’importance que la mascotte soit durable et puisse facilement se glisser dans les bagages d’une personne ou dans un petit colis postal, voire une enveloppe. Cure-pipes, collage de tissus et autres moyens simples sont à privilégier.Mettez ensuite les élèves au défi de faire voyager leur mascotte. Peut-être que le voisin doit se rendre à une réunion en Ontario ? Un autre pourrait poster la mascotte à une tante qui vit en Alberta ? Peu importe la destination et le moyen de s’y rendre, une fois rendue la mascotte doit envoyer à la classe une carte postale de l’endroit qu’elle a visité, avant de revenir elle-même à bon port, évidemment. Assurez-vous de faire lire aux élèves toutes les cartes postales reçues et de bien les afficher dans un endroit spécial de la classe. Observez sur une carte du Canada la provenance des cartes postales et comparez avec la carte des écoles francophones de l’ACELF pour savoir s’il existe une école francophone dans ce milieu.
© 2009 ACELF Reproduction autorisée
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.