INSTITUT REGIONAL INSTITUT REGIONAL DU TRAVAIL SOCIAL DU TRAVAIL ...

De
Publié par

INSTITUT REGIONAL INSTITUT REGIONAL DU TRAVAIL SOCIAL DU TRAVAIL ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 75
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
INSTITUT REGIONALDU TRAVAIL SOCIALDE LA REUNION N° 1 Sully Brunet – 97470 SAINT BENOÎT Tél : 02 62 92 97 77 – Fax 02 62 92 97 78 Formations InitialesSELECTIOND’ENTREE EN FORMATION D’AIDE MEDICO PSYCHOLOGIQUE DUSAMEDI 2 MARS 2002 EPREUVE ECRITE Durée : 3 heures CONSIGNES : 1 – Rendez compte des idées essentielles du texte(10 points) 2 – Expliquez les mots soulignés dans le texte : a. Proxénétisme(2 points)b. Commercemortifère(2 points)c. Paupérisation(2 points)3 – Comment comprenez-vous la dernière phrase du texte : « Et par leur confiance à jamais perdue dans le monde des adultes » ?(4 points)
Sélection d’entrée en formation d’Aide Médico Psychologique – Samedi 2 mars2002 – Page1
LA PROSTITUTION DES MINEURS, COMMERCE MONDIAL Certains sujets brisent difficilement le silence. L'exploitation des enfants par des réseaux mondiaux de prostitution liés à la terrible progression du tourisme sexuel oblige autorités et organisations de défense des droits humains à réagir. A l'initiative du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), une centaine de gouvernements se retrouvent avec de nombreuses institutions en Suède du 27 au 31 août, afin d'élaborer une stratégie commune pour réprimer ce fléau. Il est des "prostitués" qui n'ont pas cinq ans. Quelques-uns sont même des nourrissons - une victime identifiée en Belgique n'avait que neuf mois : elle en est morte. Un million d'enfants rejoignent chaque année, dans le monde entier, les rangs des victimes du tourisme sexuel et de la prostitution organisée. Lucrative activité, dont le profit se chiffre en milliards de dollars ; industrie en pleine croissance, à l'Est comme à l'Ouest, au Nord comme au Sud de la planète, tant la "demande" est forte et l'offre sans limites. Commerce mortifère, qui se traduit en enfances détruites, en viols, en sida. Pour la première fois, la communauté mondiale entreprend d'affronter un problème dont les dimensions internationales ne peuvent plus échapper aux responsables politiques. Du 27 au 31 août 1996, le Congrès mondial sur l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales se réunit à Stockholm, à l'initiative conjointe du gouvernement suédois, du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) et d'une myriade d'organisations non gouvernementales dont les plus actives sont regroupées au sein de End Child Prostitution in Asian Tourism (Ecpat, Pour en finir avec la prostitution enfantine du tourisme en Asie), engagé depuis des années dans ce combat. Plus de cent gouvernements ainsi qu'Interpol et de nombreux représentants de l'industrie touristique conscients du dévoiement de leur activité ont déjà annoncé leur participation. Les faits étaient connus depuis bien longtemps, et chacun semblait prendre son parti de voir Manille, Bombay ou Bangkok transformées en vastes bordels. Certes, entendait-on, peut-être ces centaines de milliers de victimes ne sont-elles pas toutes consentantes, mais du moins ont-elles un emploi ; certes, quelques-unes d'entre elles semblent très jeunes, mais en Asie la maturité vient si tôt... Des enfants ? Mais qu'appelle-t-on un enfant ? Quinze ans ? Douze ans? Allez savoir ! Huit ans ? Cinq ? C'est là que survenait, que survient encore, la dénégation. Or l'aveuglement n'est plus possible tant ce marché est devenu massif, envahissant, alourdi chaque année de nouveaux témoignages. Les clients des prostituées craignent tant le sida qu'ils les recherchent de plus en plus jeunes, les pensant ainsi non contaminées. C'est ignorer l'habileté et le goût du lucre des souteneurs qui, louant très cher les services d'enfants vierges, leur font refaire à plusieurs reprises des "virginités" hautement rentables.
Sélection d’entrée en formation d’Aide Médico Psychologique – Samedi 2 mars2002 – Page2
C'est ainsi que l'on compte en Thaïlande, selon l'estimation de l'Unicef, environ 300 000 enfants de moins de seize ans travaillant dans des bars et des maisons closes. Hermétiquement closes puisque ces enfants, dont la majorité ont été enlevés ou achetés dans le nord du pays -partie la plus pauvre de la Thaïlande, peuplée de minorités - sont enfermés de jour comme de nuit. Ils sont d'abord livrés, dans une chambre gardée, à leurs premiers clients, qui défileront au rythme de dix à quinze par jour. Pour la plupart, ces rapports sexuels contraints s'accompagnent de coups et de mauvais traitements de toutes sortes. Mme Marie-France Botte, une jeune assistante sociale belge, est parvenue, au péril de sa vie, avec des équipes thaïlandaises, à faire libérer 1 400 enfants des maisons closes de Bangkok : "On les viole, on les affame, on les brûle avec des cigarettes, on les blesse à coups de ceinture, voire à coups de couteau, on les torture parce qu'ils ne veulent pas du soi-disant "nouvel amour". Et, au bout du chemin, on les laisse crever de ces mauvais traitements et du sida." Ce "nouvel amour" est celui que les pédophiles, occidentaux ou non, prônent inlassablement et qu'ils mettent en pratique, au mépris de toutes les lois. Certes, la Convention des Nations unies sur les droits de l'enfant (20 novembre 1989) prévoit l'interdiction de toute prostitution enfantine. Certes, le code pénal français punit de cinq ans de prison les relations sexuelles rémunérées avec un enfant de moins de quinze ans, et de vingt ans de réclusion criminelle toute "atteinte sexuelle" sur un mineur de moins de quinze ans "commise avec violence, contrainte ou surprise". Il n'en demeure pas moins que toute une littérature de propagande fleurit librement, sous couvert d'expression artistique, sans que leurs auteurs soient le moins du monde inquiétés. On peut ainsi lire, sous la plume de Gabriel Matzneff, de retour d'un voyage aux Philippines : "Amoureusement, ce que je vis en Asie est très inférieur à ce que je vis en France, même si les petits garçons de onze ou douze ans que je mets ici dans mon lit sont un piment rare. Oui, un piment, mais seulement un piment : une épice et non le plat de résistance." Mais les "clients" des enfants prostitués ne sont pas tous des pervers. La plupart sont des citoyens ordinaires, sans habitudes apparentes particulières. Leurs goûts sexuels s'exercent plus facilement à l'étranger que chez eux, où les risques sont plus grands. Avec les gamin(e)s du tiers-monde, tout est tellement plus simple... C'est l'enfant matière première, l'enfant qu'on achète, qu'on loue, puis qu'on jette - peu importent les conséquences. Les suites commencent pourtant à être connues: c'est l'explosion de l'épidémie de sida dans toute l'Asie, notamment en Thaïlande et en Inde, où la prostitution enfantine atteint des seuils jamais égalés. Ce sont des enfances saccagées par des pédophiles venus d'Occident, du Japon ou, plus nombreux encore, du pays lui-même. Et ce proxénétisme s'accompagne d'une propagation de la pornographie mettant en scène des enfants, industrie florissante.
Sélection d’entrée en formation d’Aide Médico Psychologique – Samedi 2 mars2002 – Page3
Car les clients sont les mêmes. Ceux qui recherchent des enfants sont aussi ceux qui les filment puis distribuent tout ce matériel, de plus en plus facile à produire grâce aux Caméscope et autres appareils de vidéo amateur. Selon Interpol, l'Allemagne est le principal producteur de ce type de films, les Pays-Bas et le Royaume-Uni sont de vastes centres de distribution, les Etats-Unis le plus gros marché, avec un chiffre d'affaires annuel qui dépasse le milliard de dollars. Ce commerce, sans délaisser l'Europe et l'Amérique du Nord, se déplace lentement vers l'Asie. Tout démontre que dans ces deux domaines - prostitution et pornographie enfantines - il n'existe plus de zones préservées. Le Cambodge et le Vietnam sont touchés de plein fouet, comme l'est toute l'Amérique latine, notamment le Brésil et la Colombie (lire, pages 6 et 7, l'article d'Eduardo Galeano). En Afrique, le phénomène s'accroît dans les régions en guerre, où l'errance rend quantité d'enfants réfugiés très vulnérables à toutes sortes de pressions et de coercitions. L'exploitation sexuelle des mineurs s'y exerce aussi sur les travailleurs à domicile, considérés comme corvéables aux services les plus divers. Au Proche-Orient et au Maghreb, cela passe également souvent par le travail domestique, malgré la dénégation des gouvernements, mais aussi par le biais du mariage d'enfants, légitimation de leur utilisation sexuelle, rendue ainsi "présentable" quoique hautement monnayée. Le Nord reste toutefois un pivot essentiel de ce trafic. D'abord par la masse de touristes qui écument les bars et "salons de massage" des pays du Sud. Mais aussi parce que la prostitution enfantine s'exerce sur son propre sol, et de plus en plus. Il y aurait près de 30 000 prostitués mineurs à New York et de 10 000 à 15 000 à Paris. Il s'agit là, le plus souvent, d'adolescents en rupture de famille, qui se vendent pour acheter une dose de drogue ou, plus simplement, un bien de consommation rendu "indispensable" par la pression sociale. La paupérisation de l'Europe de l'Est y a entraîné l'éclosion et le développement inquiétant de ce moyen de survie, notamment en Russie, en Pologne et en Roumanie. Pour ce qui concerne la France, les organisateurs de la conférence de Stockholm se montrent extrêmement critiques à l'égard du Minitel, dont on sait qu'il est, avec la complicité de fait de son administrateur France Télécom, un relais efficace de la prostitution, y compris des mineurs. Plus généralement, le détournement de procédés plus modernes de communication -Internet au premier chef - fait naître de très fortes inquiétudes. Reste à souligner que la banalisation des scènes pornographiques, avec leur diffusion par la télévision, permet à tous, y compris aux pédophiles, de considérer comme réalisables avec des enfants des fantasmes qui ne relèvent à l'évidence, entre adultes, que de la sphère privée. Le mouvement est-il encore contrôlable ? De l'avis unanime, un aspect paraît essentiel, celui du droit : il faut renforcer l'arsenal des textes, et surtout les faire appliquer. Douze pays - dont la France, les Etats-Unis, l'Allemagne, la Belgique, etc. - ont adopté des lois d'extra-territorialité, leur permettant de réprimer sur leur sol des abus sexuels sur mineurs commis à l'étranger. Le Royaume-Uni, pour le moment, s'y refuse. Cette procédure doit être généralisée.
Sélection d’entrée en formation d’Aide Médico Psychologique – Samedi 2 mars2002 – Page4
D'autre part, certains pays, terres d'élection du tourisme sexuel, ont, comme les Philippines ou même plus récemment la Thaïlande, entrepris de le réprimer. Aux Philippines, cette attitude commence à porter ses fruits. L'un des objectifs de la conférence de Stockholm consiste à donner une très forte impulsion à ces efforts. Essentielle, la répression ne suffit pas pour autant. Le pédophile incarcéré un temps récidivera à sa sortie de prison s'il n'est pas soigné. Pour le moment, de tels traitements n'existent guère. La coopération internationale doit conduire à mieux contrôler les auteurs, et à libérer les victimes. Car les enfants retenus malgré eux dans de tels réseaux doivent bien entendu être considérés comme des victimes, et non raflés et jetés en prison, comme on le voit par exemple au Pakistan. "Il faut en finir avec tout cela. Parce que c'est insupportable et qu'on peut faire quelque chose. Pour qu'un jour il ne suffise plus de pousser la porte d'un hôtel de Bangkok, d'appeler le garçon d'étage, de lui tendre quelques billets, pour voir arriver dans sa chambre un enfant au regard de somnambule, le corps nu et la serviette à la main." Victimes, ils le sont tous, par leur blessures, les maladies contractées, parfois mortelles. Et par leur confiance à jamais perdue dans le monde des adultes. BRISSET CLAIRE : La prostitution des mineurs, commerce mondial, in Le Monde Diplomatique, août 1996, page 24.
Sélection d’entrée en formation d’Aide Médico Psychologique – Samedi 2 mars2002 – Page5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.