À propos du test de lecture portant sur Apologie de Socrate, de ...

De
Publié par

À propos du test de lecture portant sur Apologie de Socrate, de ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 912
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
COLLÈGE DE BOIS-DE-BOULOGNE
COURS : 340-103-04_
H09
_
18 (lundi)
Professeur : Serge Lapierre
À propos du test de lecture portant sur
Apologie de Socrate
, de Platon
Le lundi 9 novembre 2009
• Ce test comptera pour 10% de la note finale
• Modalités : seul et sans documentation
L’Apologie se divise en trois grandes parties
1
. Dans la première, de beaucoup la plus importante (
I-XXV
)(
17a-
35d
), Socrate discute le réquisitoire de ses accusateurs et se défend ; dans la deuxième (
XXV-XXVIII
)(
35e-38b
), il
fixe sa peine ; dans la troisième (
XXIX-XXXIII
)(
38c-42a
), il montre aux juges qui l’ont condamné le tort qu’ils se
sont fait et il s’entretient avec ceux qui l’ont acquitté de la mort et de l’au-delà.
Le test consistera en
quatre
questions précises, chacune portant sur un moment important de l’histoire. Voici les
moments qui pourront faire l’objet d’une question.
• Pourquoi Socrate est-il le plus « savant » (le plus « sage ») ? (
VI-IX
) (
20c-24b
).
• Mélétos se trompe sur la question de savoir qui rend quelqu’un meilleur : pourquoi ? (
XI-XII
)(
24c-25c
).
• Mélétos se trompe sur l’athéisme présumé de Socrate : pourquoi ?
(XIV-XV)(26a-27e)
.
Pourquoi Socrate a-t-il laissé la vie politique? (
XIX-XXI
) (
31c-34b
).
• Pourquoi Socrate refuse-t-il l’exil ? (
XXVII-XXVIII
)(
37a-38b
).
• Socrate s’adresse aux juges qui l’ont condamné à mort : que leur dit-il ? (
XXIX-XXX
)(
38c-39d
).
• Durant tout son procès, Socrate n’a pas entendu le « signe divin » et cela est « étonnant » : pourquoi? (
XXXI
)
(
39e-40c
).
• Socrate raisonne sur la mort et conclut qu’elle est un « bien » : quel est son raisonnement ? (
XXXII
)(
40c-41c
).
Voici un exemple de question qui pourrait être posée, ainsi qu’un modèle de réponse.
Question :
Dans la troisième partie, alors qu’il est condamné à mort, Socrate estime que ce qui lui est arrivé est un bien.
L’une des raisons qu’il donne est que son « signe divin » ne s’est pas manifesté à lui durant toute la durée de
son procès. Quel est le lien entre cette absence de manifestation et son affirmation que ce qui lui est arrivé est
un bien ?
Réponse :
Aux dires de Socrate, la voix divinatoire s’est toujours faite entendre quand il courrait un danger ou qu’il était
en train de faire quelque chose de mal. Or il n’y a pas eu manifestation de cette voix durant son procès. Voilà
pourquoi Socrate conclut qu’il ne courrait aucun danger ni ne s’apprêtait à faire quelque chose de mal. Socrate
suppose ici que ce qui n’est pas un mal est un bien.
1
Les sections désignées en
chiffres romains
sont celles de l’édition :
Apologie de Socrate, Criton
, introduction, traductions
et commentaires par Anissa Castel-Bouchouchi, Paris, Pocket, 1994. Suivent les sections correspondantes de l’édition :
Apologie de Socrate, Criton
, introduction et traductions de Luc Brisson, Paris, Garnier -Flammarion, 1997.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.