PETIT GUIDE DU MEMOIRE DE L3

De
Publié par

PETIT GUIDE DU MEMOIRE DE L3

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 212
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
PETIT GUIDE DU MEMOIRE DE L3
Elisabeth Cudeville,
elisabeth.cudeville@univ-paris1.fr
Charlotte Guénard,
charlotte.guenard@univ-paris1.fr
La rédaction de ce guide s’appuie et reprend parfois une note de
Victor CASTELHANO 1999,
disponible sur
internet.
Ce petit guide vous permettra de mieux comprendre nos attentes, ce qui est essentiel puisque c’est sur
votre capacité à y répondre que vous serez en grande partie évalués. Il vise également à vous donner quelques
conseils et à vous rappeler quelques conventions auxquelles il est impératif que vous vous conformiez. Sur ce
point, « de l’importance des conventions », vous pouvez lire le petit guide du mémoire d’Eric Raufaste à
l’adresse suivante :
http://w3.univ-tlse2.fr/ltc/raufaste/Pages/Etudiants/CoursOnLine/Memoires/Conseilsmemoire.pdf
Eric Raufaste est Docteur en psychologie cognitive et s’adresse à ses étudiants bien sûr, mais ses conseils
pourraient indifféremment vous être adressés. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les conventions et la
démarche à suivre dans cet exercice du mémoire est commune à toutes les disciplines constituées en sciences
(
i.e.
adoptant une démarche scientifique).
DEMARCHE A SUIVRE
S
ELECTIONNER UN SUJET
Pour vous assurer de la validité du sujet retenu, vous pouvez vous poser les questions suivantes :
- Quel est l'intérêt du sujet et son adéquation avec ma formation ?
Le sujet choisi doit bien sûr s’inscrire dans les vastes domaines de l’économie du développement et de
l’économie internationale, mais dans ces domaines uniquement. Notez bien que dans le cadre de ce mémoire,
nous vous demandons de faire oeuvre d’économiste, c’est-à-dire que vous devrez traiter du sujet choisi en
utilisant les méthodes, outils et concepts développés par les économistes.
- Le sujet est-il suffisamment vaste ou trop restreint ? Y-a-t-il possibilité de traiter le sujet dans le temps
imparti ? Existe-il de bonnes possibilités de se documenter ?
Vous devez répondre à toutes ces questions favorablement pour éviter des problèmes … Les thèmes que nous
vous avons proposés ne peuvent constituer des sujets car ils sont bien trop vastes. Par exemple,
le micro-crédit
n’est pas un sujet, c’est une thématique qui rassemble différentes questions : pourquoi le micro-crédit ?
L’efficacité du micro-crédit,
La micro-finance constitue-t-il une stratégie de développement ? Autant de
questions qui pourraient constituer des sujets.
Ainsi, après avoir choisi un thème, il est essentiel de resserrer le sujet autour d’une problématique précise, c'est-
à-dire de sélectionner un aspect, une subdivision du sujet si celui-ci est trop vaste. Pour cela, lisez des
informations de fond, utiliser des « surveys », c’est-à-dire des articles de recherche qui font le point sur le sujet,
des manuels. Réfléchissez en même temps à la façon dont vous allez développer et présenter le sujet. Attention,
si vous vous lancez trop vite dans la rédaction du produit final, vous risquez de manquer quelques-unes des
étapes importantes du travail et de vous retrouver en train d'écrire un document sans assez de compréhension du
thème pour faire un bon travail.
-
Le sujet est-il suffisamment ouvert pour que votre travail puisse constituer une contribution ?
Ce travail doit être l’occasion de nous démontrer votre capacité à comprendre et mobiliser une littérature
théorique et empirique récente pour éclairer une problématique économique contemporaine. Si la question que
vous avez choisie de traiter est close, dans le sens où tout a été dit ou presque sur le sujet, inutile de vous y
attaquer, vous n’apporteriez rien de nouveau par rapport à ce que l’on pourrait trouver dans une bibliothèque.
Si
vous nous proposiez par exemple de traiter la question : « Pourquoi le micro-crédit », nous refuserions le sujet
car aujourd’hui la question des fondements du micro-crédit a été largement traitée par les économistes et on peut
en trouver une présentation synthétique dans n’importe quel ouvrage d’économie du développement. Comprenez
bien que le niveau de contribution que l’on vous demande se situe principalement dans le choix et le traitement
d’une problématique originale et personnelle susceptible d’intéresser l’économiste contemporain car faisant
l’objet de débats ouverts.
E
TABLIR LA PROBLEMATIQUE
Une problématique est un point de vue, un objectif, une idée guide pour votre travail. La problématique est
généralement exprimée en une phrase. Par exemple, "l’engouement pour les expériences de microcrédit, reflétée
par l’attribution récente du prix Nobel de la paix à Mohammed Yunus, son inspirateur, a pu conduire certains à
considérer la micro-finance comme une stratégie de développement pour les pays les plus pauvres. Avec un recul
de trente ans, il temps de faire le point sur cette question, c’est ce que nous nous proposons de faire dans ce
travail".
R
ASSEMBLER UNE BIBLIOGRAPHIE PRELIMINAIRE
Pour collecter et sélectionner les informations utiles, il peut être plus efficace d’aller du particulier au général
que du général au particulier. C’est pourquoi nous vous conseillons de choisir un article de recherche, que l’on
qualifiera d’article de référence, parce que constituant une référence centrale dans la problématique que vous
avez choisie de traiter. Il vous faudra étudier cet article, c’est-à-dire comprendre sa méthodologie, les techniques
utilisées s’il s’agit d’un article économétrique, et ses résultats, et savoir le situer par rapport à votre
problématique. Vous serez conduit dans un deuxième temps, pour bien comprendre votre article de référence, et
également développer votre problématique, d’élargir votre bibliographie. Pour se faire, utiliser en priorité des
références de recherche économiques.
-
Vous devez vous centrer sur des références économiques
, c’est-à-dire rédigées par des économistes. Même
si certains sujets peuvent vous conduire à élargir vos lectures vers d’autres disciplines, vous devez toujours
replacer ces lectures dans le cadre de votre réflexion économique.
-
Vous devez utiliser des travaux de recherche
: évitez les publications trop vulgarisées. La presse ne peut
constituer une référence de fond pour un tel travail. Vous pouvez vous appuyer dans vos recherches
bibliographiques sur des publications telles que
Problèmes Economiques
qui publient souvent des « surveys »
utiles pour vous orienter vers les articles fondamentaux, mais c’est vers ces articles fondamentaux qu’il faut alors
vous tourner.
-
Vous ne pouvez pas vous restreindre aux publications en français
. Aujourd’hui, notre discipline est
clairement dominée par la littérature anglo-saxonne, la plupart des références incontournables et des publications
contemporaines sont en anglais. Il faut donc vous y mettre, ce travail en est l’occasion. C’est d’ailleurs pour nous
un des objectifs à atteindre, vous amener à lire la littérature économique contemporaine, en français comme en
anglais.
Ayez des références bibliographiques récentes.
Quelques adresses utiles à l’économiste sur internet :
-
http : //repec.org/
-
http : //www.ssrn.com/ern/
-
http : //www.imf.org/external/pubind.htm
-
http : //econ.worldbank.org
-
http : //nber.org/
-
http : //cepr.org/
-
http : //www.oecd.org/
-
http://www.jstor.org/
-
http://www.sciencedirect.com/
Internet est un outil merveilleux mais certaines publications ne sont disponibles que dans les bibliothèques,
souvenez-vous donc qu’elles existent !
P
REPARER UN PLAN
Faites une liste des idées et des informations recueillies, triez-les (celles qui concernent le sujet, celles qui en
sont en marge, celles qui sont hors sujet), utilisez et classez vos références bibliographiques.
Faites un plan avec des mots clés en ordonnant les idées pour démontrer une idée plus générale, votre
problématique. Une fois le sujet cerné, un certain nombre de points opportuns et logiques à traiter jailliront.
Un
mémoire aborde un problème et tente d'apporter une solution. La manière de poser le problème entraîne
la manière de la résoudre. L'approche du plan débute alors.
La simple lecture du plan doit permettre au
lecteur de comprendre les grandes étapes de votre raisonnement. Dans le plan, c’est la logique de la
démonstration qui apparaît. Il ne s’agit pas de la juxtaposition de parties indépendantes, c’est au contraire le
squelette du raisonnement, la trame de la démonstration, le corps du mémoire lui donnera chair.
P
RENDRE DES NOTES
Lisez les ressources bibliographiques. Prenez des notes de lecture avec citations, résumés, paraphrases … Bien
noter les citations afin d'éviter de revenir sur les textes lus pour y retrouver leurs références. Attention au plagiat,
appliquez les règles concernant les citations : la phrase citée apparaît entre guillemets et la référence est
explicitement indiquée (auteur, date).
Vous êtes souvent tentés de récupérer sur internet des « mémoires tout fait ». L’organisation des TD fait que
cette stratégie n’est pas tenable pour vous, puisque nous vous demanderons à différentes étapes de présenter
votre travail. Sachez en outre que notre expérience d’enseignants et de chercheurs fait que nous savons repérer
très facilement le plagiat. Enfin, nous vous demanderons de nous rendre une version électronique de votre travail
car nous disposons d’un logiciel nous permettant de rapprocher votre travail de toutes les références disponibles
sur internet. Ce merveilleux instrument nous permet d’évaluer le % de plagiat de chaque travail rendu. Epargnez
nous également s’il vous plaît les traductions automatiques dont l’affreux sabir est immédiatement repéré.
P
REPARER UN PLAN FINAL
Vous pouvez maintenant réviser votre plan. La logique des idées et le développement de la problématique sont-
ils corrects ? Toutes les parties doivent découler logiquement les unes des autres. A ce stade,
il est essentiel de
rédiger les transitions entre les parties. Si vous avez une difficulté à justifier le passage d’une partie à la suivante,
à expliquer le lien, c’est en général l’indication que votre plan est à revoir.
R
EDIGER
Les règles de base d'un écrit scientifique sont la clarté, l'objectivité, la précision, la concision et la rigueur.
-
Pour l'objectivité, vous devez rassembler des « preuves » pour appuyer votre argumentation, preuves qui
peuvent être de différentes natures, théoriques ou empiriques.
-
Pour la précision, si, par exemple, vos données sont trop parcellaires pour pouvoir tirer une conclusion de
portée générale, dites le. Si peu ou pas de conclusions peuvent être tirées, dites le, c’est aussi un résultat ! Ne
vous attribuez pas des propos ou des résultats qui ne sont pas les vôtres. Nous n’attendons pas de vous des
résultats théoriques ou empiriques originaux, mais de savoir comprendre, rassembler et utiliser les résultats
d’auteurs et chercheurs confirmés afin de construire un point de vue et fournir une réponse argumentée et
scientifiquement rigoureuse à une problématique originale et personnelle.
-
Pour la brièveté, n'utilisez pas un langage pompeux, éviter les redondances, le jargon inutile.
-
Utilisez les fonctions de traitement de texte, utiles pour la mise en forme (justifiez votre texte, harmonisez la
mise en forme et le découpage en parties). Le vérificateur d’orthographe est utile, mais son intelligence est
insuffisante pour garantir un bon résultat, il faut absolument vous relire ! Vous devez nous rendre un
document impeccable sur la forme. L’objectif du mémoire est aussi de vous préparer à la vie active, vous
devez être capable de rendre une note, un rapport à votre employeur qui vous aura interrogé sur une question
particulière. Si vous rendez un document truffé de fautes d’orthographe ou non structuré, vous risquez de
perdre votre emploi.
E
CRIRE LE DOCUMENT FINAL
Corrigez votre brouillon en tout point : orthographe, grammaire, ponctuation, notes de bas de page, titre, table
des matières, bibliographie, style. Il y a des règles typographiques à respecter.
-
En français, en ce qui concerne les ponctuations simples (,.) pas d’espace avant, un espace après ; et
concernant les ponctuations doubles ( :;!?) un espace avant et après ;
-
Justifier votre texte ;
-
En ce qui concerne la bibliographie, toute référence doit comporter un auteur, un titre et une adresse
permettant au lecteur de retrouver le document cité. L’adresse d’un site internet ne constitue en rien une
référence bibliographique ! Une référence bibliographique comprend :
o
le nom de l'auteur ;
o
la référence de l'ouvrage,
o
la page ;
o
le lieu et la date de publication ainsi que le nom de l'éditeur.
L'INTRODUCTION DU MEMOIRE
L'introduction est à rédiger lorsque le corps du mémoire est achevé.
Une introduction classique comprend :
-
ce qu'il est convenu d'appeler une accroche, ou entame, qui doit susciter l'intérêt du lecteur. Cela pourra être
une citation ou une théorie, un fait d'actualité ;
-
le rappel du sujet. Attention qu'il n'y ait pas de contradiction avec le titre ;
-
les grandes questions posées par le sujet, celles auxquelles vous allez chercher à répondre ;
-
la définition des termes ambigus du sujet ;
-
l'intérêt du sujet ;
-
la délimitation du sujet, ce que vous ne traiterez pas. Ce que l'on ne pourra pas vous reprocher de ne pas
avoir traité ;
-
l'exposé de la problématique du sujet. C'est le noeud du problème. Disons que la problématique relève de la
manière de poser le problème et que celle-ci détermine amplement l'exposé de la solution ;
-
l'annonce du plan. A la fin de la lecture de votre introduction, le lecteur doit avoir compris la question que
vous avez l'intention d'aborder, le champ de vos investigations, ce que vous ne traiterez pas et le
déroulement de l'exposé.
Quelle personne utiliser lors de la rédaction ? Utiliser la 1ère personne dans le cas d'une idée originale qui vous
est personnelle, dans celui d'une prise de position, d'une thèse que vous soutenez. Dans les autres cas recherchez
le sujet véritable du verbe.
LE CORPS DU MEMOIRE
-
Respecter une structure en parties, sections, paragraphes.
-
Faites une introduction pour chaque partie et rédiger des liaisons entre chaque subdivision. Attacher un
grand soin à l'intitulé de chaque subdivision. Pour les sigles, écrivez-les d'abord en entier avec le sigle entre
parenthèses. Vous pouvez ensuite uniquement utiliser le sigle.
-
A chaque paragraphe correspond une idée nouvelle que vous allez développer dans ce paragraphe.
-
Quand vous citez un auteur, l’ouvrage cité doit nécessairement apparaître en bibliographie. Indiquez
systématiquement l’année entre parenthèse après le nom de l’auteur pour que le lecteur se retrouve dans la
bibliographie. Vous pouvez également faire un renvoi vers une note en bas de page. Avec Word, il faut
utiliser la fonction "Insertion > Note".
-
Dans le courant du texte, vous pouvez renvoyer à des annexes si vous jugez utile de présenter un document
plus long, explicatif de ce que vous cherchez à démontrer (exemple : voir annexe n°X), mais non essentiel à
l’exposé. Attention néanmoins, les annexes doivent forcément apparaître en référence dans le corps du texte.
LA CONCLUSION DU MEMOIRE
Elle doit comporter un résumé rapide de la démonstration, mettre en valeur l’apport du travail effectué par
rapport à la problématique traitée. Elle peut ouvrir sur de nouveaux questionnements.
LA BIBLIOGRAPHIE DU MEMOIRE
Citez toutes vos sources bibliographiques, par ordre alphabétique d’auteur, en respectant les règles
typographiques suivantes :
Pour les articles :
-
Heckman, J.
(1979),
«
Sample Selection Bias as a Specification Error
»
,
Econometrica
47(1), p. 153-
61.
-
Kara, O., (2006),
«
Occupational gender wage discrimination in Turkey
»
,
Journal of Economic
Studies
, vol. 33, n° 2, p. 130-143.
-
Meurs, D. et Ponthieux, S. (2000),
«
Une mesure de la discrimination dans l’écart de salaire entre
hommes et femmes
»
,
Economie et Statistique
, n°337-338, 7-8, p. 135-158.
-
Mincer, J. et Polachek, S. (1974),
«
Family Investments in Human Capital: Earnings of Women
»
,
Journal of Political Economy
, 82(2), p.S76-S108.
-
Krugman, P. (1991b),
«
Increasing return and economic geography
»
,
Journal of Political Economy
, 99
(1), p. 483-499.
Pour les ouvrages et rapports :
-
Krugman, P. (1991a),
Geography and Trade
, Louvain : Belgium Unıversıty Press.
-
OCDE (2000),
OECD Economic Survey : Russian Federation 2000
, Paris.
Pour les chapitres ou articles issus d’ouvrages collectifs :
-
Foster, D. et Young, P. (1998),
«
Learning with Hazy Beliefs
»
, in W. Leinfellner et E. Koehler (éd.),
Game Theory, Experience, Rationality
, Amsterdam, Kluwer.
Pour les documents non publiés, ce que l’on appelle documents de travail (
Working paper
en anglais) :
-
Artus, P. (1997),
«
Quel est vraiment le sens de l’indépendance des banques centrales ?
»
, Document
de travail de la Caisse des Dépôts et Consignations, Série Macroéconomique, 1997-10/MA.
-
Brunnermeier, M. et Pedersen L. (2007),
«
Market Liquidity and Funding Liquidity
»
,
NBER Working
Paper
, N°12939, Février.
-
Freeland, R. F. (2000),
«
Creating Hold-Up through Vertical Integration : The Case of Fisher Body
revisited (One More Time)
»
, miméo, Université Stanford.
DACTYLOGRAPHIE
Le mémoire ne doit pas dépasser 30 pages (annexes comprises), police Times New Roman, 12 points, interligne
1.5, marges standard
(2.5 haut, bas, droite, gauche) ou équivalent si vous utilisez un autre logiciel de traitement
de texte.
La pagination commence à la 1ère page après la couverture et est imprimée à partir de l'introduction, les annexes
numérotées sont paginées à la suite sans discontinuité.
Respectez l'ordre suivant pour les différentes parties du document :
- sommaire ;
- corps du texte qui débute par une introduction ;
- conclusion ;
- éventuellement des notes ;
- annexes ;
- bibliographie ;
- index ;
- table des matières.
REGLES POUR LES CITATIONS
Constituent des citations les passages empruntés à d'autres ouvrages et les paroles et pensées attribuées à des
personnages. Si au cours d'une citation, un ou plusieurs mots ne sont pas reproduits, on les remplace par des
points de suspension entre crochets […].
Les citations qui dépassent 4 lignes ne sont pas mises entre guillemets, mais saisies dans un paragraphe. Pour les
faire ressortir, d'une part on réserve un interlignage supplémentaire au début et à la fin, d'autre part les citations
seront décalées d'une tabulation (sans alinéa pour la 1ère phrase).
ERREURS A EVITER
Les principales raisons d'échec dans ce travail de mémoire sont :
- argumentation peu claire ;
- manque de preuves tangibles pour appuyer l'argumentation ;
- sources bibliographiques pas suffisamment actuelles ;
- faute dans la réfutation de possibles argumentations alternatives ;
- structure logique pauvre ;
- manque de et/ou pauvres citations, plagiat ;
- pauvre introduction et/ou conclusion ;
- pauvre présentation ;
- style inapproprié ;
- insistance sur la description plutôt que sur la démonstration et l'évaluation.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.