Télécharger le journal du RCAM - (Microsoft PowerPoint - bon janv ...

De
Publié par

Télécharger le journal du RCAM - (Microsoft PowerPoint - bon janv ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 176
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Bonjour, c’est avec grand plaisir que je vous retrouve pour une nouvelle année et que je vous présentetous mes vœux. Dans ce premier numéro de l’année, j’ai choisi de vous joindre un document proposédepuis le 7 décembre par l’Union Nationale des Associations Familiales et l’Union Fédérative Nationale des Associations de Familles d’Accueil et Assistantes Maternelles : une Chartepour un projet commun d’accueil. Elle a pour objectifs de valoriser l’accueilfamilial et de permettre aux assistantes maternelles de dialoguer avec lesparents autour du projet d’accueil de l’enfant. Elle se présente comme un véritable outil de de réflexion autour de thèmes essentiels :les premiers contacts, la relation professionnelle, les spécificités de l’accueil familial, l’accueil au quotidien... Bonne lecture et à bientôt.Lydie BAUMGARTNER
 Sochaux Page 1  8h30à10h00 «Maxidule » Temps d’accueil du Relais  Mardi 8rue des chênesPage 2  0381 94 21 15 Le coin des enfants Page 2-3-4  Nommay Le coin parents/asmat Mardi  13h30à15h301790 Espace -analyse de la pratique GrandeRue -augmentation du Smic 0381 32 14 23 -dossier : les méfaits du bruit  Vieux-Charmont -agenda culturel  Jeudi 13h30à17h30 Relais(Mairie) -info asmat  39rue de Belfort -adresses et numéros utiles  0381 90 76 87 -coupon disponibilité  Grand-Charmont Supplément : Le P’tit tour du monde desVendredi 13h30à 16h30 Centresocial crêpes  TRAME rue du stade 21  0381 31 09 29 Relais ferméle13/01, 27/01,Lundi de 13h00 à 14h30 et jeudi de 8h30 à 9h4503 81 90 76 87 le31/01 le 14/02 C O N T A C Trc am @ v ie u x-ch arm on t.frLEcho des Ptits Petonsest consultable surwww.vieux-charmont.fr m ate rn ell es .assistan tesR el ais Vous pouvez également le recevoir par internet.  Mairie Si vous ne souhaitez plus obtenir d’exemplaire papier, merci de nous en  39 rue de Belfort.  25600 Vieu x-Crm t informer par téléphone ou e-mail.
1
as animationspendant les vacances scolaires. Pour tout renseignement,contacter le Relais Chaque jeudide 10h00 à 11h00.Halle des sports de Animé par Emmanuelle Duquet Vieux-Charmont Adhésion de 10€ au Centre social Merci aux aduldes boissons Trame +cotisation 2€ par mois
sur inscription au Relais
(sur inscription au Relais)
(sur inscription au Relais)
Mardis 4,18/01 et 1,15/02de 10h15 à 11h00 .
Animé par Didier Liegeon du Conservatoire de musique de Montbéliard
Vendredis 7,21,28/01et 4,11/02de 9h30 à 11h30
de 9h30 à 11h30
Vendredi 14/01de de 9h30 à 10h15. Animé par Anne Fauvel de la MJC de Valentigney
Mercredis 19/01 et 09/02de 9h 30 à 11h00. Merci d’apporter un tablier ou vieux tee-shirt pour les enfants « Silhouette en fête » (à partir de 2 ans) Lundi 31/01à 10h00 « Dehors »: dès 18 mois Pourquoi aller dehorsalors que je suis bien dedans? Les premières émotions dutout petit, quittant le cocon…..
ProchaineséanceavecAnneBonnaudet,psychologue Le 25janvierde20h00à22h00 au Relais à Vieux-Charmont
Espace Famille de Grand-Charmont
Relais de Vieux-Charmont (Mairie)
Bibliothèque Sochaux
Centre de loisirs de Nommay
Arche Bethoncourt
SMIC brut au 1er janvier 2011 : 9€
Conséquences au 1er janvier2011 pour les assistantes maternelles rémunérées sur labase minimum légal.
Salaire horaire brut minimum = 0,281 X SMIC brut
(Décret n°2006-627 du 29 mai 2006)
Brut minimum = 2,53 € soit net minimum 1,96 €
Pour mémoire, cette augmentation n’est obligatoire que si l’assistante maternelle était rémunérée sur la base minimum légale (soit 1,93 net ) avant le 1er janvier 2011
Répondant aux mêmes règles que le SMIC,le Minimum Garantiqui sert de référence à la fixation du montant minimal de l'indemnité d’entretien (Décret 2006-627 du 29 mai 2006) sera porté à3,36 €
Indemnité d’entretien : 2,86 €à partir de 9h00 d’accueil(0,32 € par heure en plus) Son montant reste de2,65 €pour toute journée commencée , conformément à la Convention Collective
2
Synthèse de la conférencedu 9/11/2010,animé par B.Rubiet lAssociationInteracta.
Le bruit fait partie intégrante de notre environnement. Au delà d’un certain seuil, le bruit est nuisible pour l’organisme et s’apparente à une véritable pollution, arrivant en tête de liste des nuisances.. Le bruitretentit sur l’état de santé en fonction de la durée, de la nature et de l’intensité des nuisances Les déficiences auditives peuvent ralentir l’éducation, la scolarité, la vie professionnelle, l’ensemble de la vie sociale en raison de leur impact sur les possibilités de communiquer avec autrui .Quelle est la population la plus en danger ? Quelles sont les conséquences sur la santé ? Quels axes de prévention peuton envisager ?
La déficience auditive en France métropolitaine Chaque année en France, un enfant sur 1000 naît avec une déficience auditive ou est dépisté en tant que tel avant l’âge de 2 ans, soit 700 enfants par an. On estime par ailleurs à 6,6% de la population soit 4,09 millions de personnes, le nombre de français souffrant de déficit auditif . 88% d’entre elles sont des personnes âgées ou des personnes devenues sourdes. (extrait du Plan 20102012 en faveur des personnes sourdes ou malentendantes Paris10/02/2010Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la villesecrétariat chargé de la famille et de la solidarité). Rajoutons que 2 500 000 personnes de tout âgesouffriraient d’acouphènes , et de 3 000 à 5 000surdités professionnelles sont reconnues chaque année.
Quand le bruitdevient nuisance sonore Biologiquement un être humain Ne s’habitue pas aux bruits car le système nerveux l’enregistre continuellement. La fonction essentielle de l’oreille est celle d’alerter des dangers de l’environnement. L’oreille interne est la partie la plus fragile de l’oreille. Elle est constituée de cellules « cillées », qui lorsqu’elles sontexposées à un bruit trop intense peuvent être abîmées voire détruites de façon irréparable. Le décibel (db) est l’unité de mesure du bruit. Les décibels peuvent se mesurer avec un sonomètre. La gêne ressentie sera aussi en lien avec l’intensité du bruit et le bruit de fond. Plus les décibels augmentent, plus le son est bruyant : 3db de plus, multiplie l’intensité sonore par 2, 5 db de plus entraînent 3 fois plus de bruit, 10 db sont responsables de 10 fois plus de bruit.
Bruit acceptable sans danger pour l’oreille : 55 db (ne devrait jamais être Bruit provoquant des troubles de l’audition : constance de 85 décibels
é) Bruitintense : à partir de 60 db Bruit devenant douloureux : dès 120 db
Le rapport individuel au bruit La susceptibilité face au bruit sera liée à des facteurs psychologiques, physiologiques et biologiques
L’audition des jeunes français Le risque auditif concerne tout le monde mais il est particulièrement prégnant chez les jeunes : 87% d’entre eux pratiquent couramment l’écoute de baladeurs, fréquentant des lieux musicaux (concerts, discothèques), d’où l’accumulation de facteurs de risques. Ceux qui écoutent le plus longtemps leur baladeur sont aussi ceux qui l’écoutent le plus fort. Nombreux sont les jeunes quiont déjà ressenti des acouphènes après l’écoute du baladeur , des bourdonnements dans la tête ou des sifflements dans les oreilles après une écoute prolongée.Par ailleurs, la plupart d’entre euxse disent sous informés par rapport à la notion de décibels, et ne connaissent pas la réglementation sur le niveau sonore des baladeurs. Deux campagnesd’évaluation de l’audition des jeunes français (19931994 et 19981999) auprès d’élèves d’un lycée avait montré que 10% des jeunes de 1718 ans souffriraient d’une perte auditive entre 15 et 40 décibels.
Les conséquences sur la santé Les réactions sont multiples et peuvent arriver brutalement et à tout âge : Des bourdonnements,sifflements, sensations d’oreilles cotonneuses sont autant de signaux d’alerte avant le déclenchement de lésions plus graves. Réaction de stress, accélération du rythme cardiaque et de la tension artérielle, diminution de la vigilance, diminution des capacités de mémorisation, gêne dans le développement intellectuel et affectif de l’enfant. A haute dose, les conséquences peuvent être graves : insomnies, hypertension artérielle, acouphène, perte de l’audition partielle ou totale, hyperacousie (intolérance au bruit) troubles de la conduite alimentaire, états dépressifs, actes de folie passagère.
La prévention : quelques conseils Pour les petits Limiter le niveau d’intensité sonore à la maison (pas de source sonore à proximité des oreilles, proposer plutôt un environnement de silence, mise à disposition de jouets pas forcément sonores, éviter de crier ou de faire des bisous dans les oreilles, penser l’espace de jeux avec des tapis, moquettes, des mobiles, des cloisonnements... qui vont amortir les bruits.
3
(Suite du dossier)
Pour les plus grands
Expliquer le danger du bruit dans les oreilles et les inciter à :
 à régler le volume du baladeur à moitié et ce dans un endroit calme et à utiliser le casque et les écouteurs (limiter la durée d’écoute) fournis avec l’appareil (le fabriquant doit garantir un niveau sonore maxi de 100 décibels.
 rester loin des enceintes lors des concerts et discothèques, à faire une pause de 30mn toutes les 2 h ou 10mn toutes les 45 minutes dans une zone calme, à porter des bouchons d’oreille et à les retirer dans un endroit calme.
Sources:«Protéger lenfant des méfaitsdubruit». Bernard Rubi. AssociationAMAPACHEavecleconcours de lAssociation Interacta «Prévenir lesméfaits du bruit». AssureursPrévention Santé «A force d’écouter de la musique tropfort,onfinitparlentendre a moitié ».INPESSite Internet : www.ecoute-ton-oreille.com
Mardi 11 janvierde 13h45 à 16 h45: «La construction de limage de soichez lenfant : quel impact dans nos vies au quotidien» Proposé par La Courte Echelle de Montbéliard Lieu : les Hexagones Animé par Anne Marie Carpentier, spécialiste en relations humaines Contact : la Courte Echelle, 03 81 99 20 07
Mercredi 26 janvier à 20h00 « Allons perdre les enfants» Uneévocation de toute la complexitédes figures parentales dans les contes Proposé par l’Allan, scène nationale Lieu : Hôtel Sponeck à Montbéliard Animé parMapie Caburet, conteuse et psychologue de formation
« Fausses notes et chutes de balles »(25mn) Un spectacle d’improvisations jonglées et musicales (gratuit) Vendredi 28 janvier à 18h00 Centre commercial des Hexagones Samedi 29 janvier à 20h30 Centre socioculturel Cyprien Foresti Dimanche 30 janvier à 16h30 range de la catherinette à Vandoncourt Proposé par l’Allan, scène nationale Contact : 0805 710 700cpagnot@lallan.fr http://www.lallan
Assistantes maternelles, votre situation change… Coupon à retourner au Relais ouinformation par contact téléphonique ourcam@vieux-charmont.fr
Nom et prénom de l’assistante maternelle : Adresse : Téléphone : Agrément : Nombre d’enfants…………. Tranche d’âge : …………….
Je suis disponibledu…………………….Du………………au …………………Ou à partir Pour………...enfants de ……………………..(âge) Je ne suis pas disponible
CAISSE D’ALLOCATIONS FAMILIALES 0 820 25 25 20 www.caf.fr URSSAF MONTBELIARD/BELFORT 0 820 39 59 09 www.belfort.urssaf.fr CENTRE PAJEMPLOI 0 820 00 72 53 www.pajemploi.urssaf.fr POLE EMPLOI Employeurs 3995 Salariés 3949 www.polemploi.fr INSPECTION DU TRAVAIL 03 81 99 85 20 SYNDICAT PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS MATERNELS ET ASSISTANTS FAMILIAUX 03 81 83 44 45 www.assistantematernelle.org CENTRE D’INFORMATIONS DES DROITS DES FEMMES DU DOUBS 03 81 98 24 14 FEDERATION NATIONALE DES PARTICULIERS EMPLOYEURS (F.E.P.E.M.) n° employeur0 820 024 324 n° assistante maternelle 0 825 347 347 www.fepem.fr
Le micro crédit Depuis septembre 2010,L'IRCEM,legroupe de protection socialedesemploisde la famille qui gère notammentla retraite complémentaire et le régime de prévoyance des assistantes maternelles propose 2010 uneoffre de microcrédit personnelàses adhérents.Cenouveau financementest destiné àaccompagner les salariés dans leur parcoursprofessionnel lorsque lesétablissements bancairesn'ontpas répondu favorablementàleur demande. Exem led’utilisation :achat de matériel puériculture, d’unevoiturepour laccueil d’un enfantenplus. Montant :de 300à3 000€ Conditions : Le projet doitêtre intégralementfinancépar le prêt. Le remboursement s’étend de12 à36 mois avecuntauxde4,5%. Une demande estàétablir auprès de l’IRCEM. 03 20 4553 53 261 avenue des Nations Unies BP 593 59060 ROUBAIXCedex
4
Les origines : Au niveau étymologique, la « Chandeleur » vient du mot chandelle et s’appelait avantLa « Chandeleuse». A l’origine, la Chandeleur vient de l’expression latine « festacadelarum » qui signifie « fête des chandelles », car la bénédiction des cierges se déroulait le jour là. Comme beaucoup de fêtes du patrimoine culturel judéochrétien, la Chandeleur trouve son origine dans un mixage des religions juive et chrétienne amis aussiles traditionspaïennes. La Chandeleur est aussi la survivance d’une croyance et d’une symbolique d’origine celte. La crêpe symbolise la roue solaire et le don aux divinités sans lequel le blé serait carié.
Les croyances: Nombreuses sont celles s’attachant à la tradition des crêpes de la « Chandeleur ». Ainsi si en tenantun louis d’or dans une main, on fait sauter une crêpe et qu’elle retombe dans la poêle, on pourra être assuré d’avoir de l’argent toute l’année. La fille qui souhaite convoler en justes noces doit faire sauter 6 crêpes d’affilées et les faire retomber dans la poêle. Elle se mariera alors dans l’année.Ou alors , munie d’une telle dextérité, elle pourra s’engager dans un cirque. Il était d’usage, en Bretagne, que la jeune mariée jette une crêpe sur le haut de l’armoire de son nouveau foyer, afin d’assurer le bonheur dans sa maison. En tout cas, elle assurait le bonheur des souris.Dans le passé, les crêpes ressemblaient plutôt à de grosses galettes. Au cours du temps, la recette s’est affinée. Par contre, certaines de ses appellations anciennes sont restées, comme les « crapiaux »(crêpes épaisses aux pommes)
Une spécialité bretonne : Bien qu’on en mange partout, les crêpes sont incontestablement une spécialité bretonne. Salées, on les appelle « galettes » et elles sont faites avec de la farine de sarrasin, qui est aussi appelé « blé noir »bien qu’il ne soit pas du blé. Sucrées, elles sont à base de farine blanche. Les crêpes ou galettes sont une des plus anciennes préparation de l’humanité. Les bretons eurent pendant des années les galettes,comme nourriture de base. En Bretagne, on les cuisait sur des pierres plates appelées « jalet » d’où le nom de galette. Quantau sarrasin, il fut ramené par les croisés. Les Bretons l’adoptèrent tout de suite car cette céréale poussaittrès vite et supportait la terre peu fertile. De plus la farine de sarrasin n’était pas soumise à l’impôt car elle ne convenait pas pour faire du pain. Concernant lescrêpes sucrées, leur réalisation nécessitant jadis des produits de luxe(beurre, farine blanche), les premières recettes vinrent de Paris. C’était sans compter sur le savoirfaire séculaire des Bretonnes en matière de crêpe : rapidement, elles reprirent le dessus dans la réalisation des crêpes grâce à leurs maris marins qui leur ramenèrent de leurs lointains voyages de quoi parfumer les crêpes : rhum, fleur d’oranger,cannelle…
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.