Présentation powerpoint

De
Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 640
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
> 3 TOUR DU MONDE 2009 du Capital Investissement Association Française des Investisseurs en Capital www.afic.asso.fr
Voyage au Brésil
1. Le Brésil et les pôles d’activité
<
Avec 8,5 millions de km² (soit la moitié du continent sud américain), le Brésil est bordé à l’Est par 8 000 km de côtes sur l’Atlantique et a l’Ouest par le monde hispanophone de l’Amérique du Sud.
Cinquième pays le plus peuplé au monde avec 190 millions d’habitants concentrés sur les côtes, le pays est divisé en 26 Etats et un District Fédéral, regroupés en cinq grandes régions administratives. Ces régions se caractérisent par une grande diversité culturelle, sociale et économique :
1. CentreOuest :s’est développée suite à l’implantation de la nouvelle capitale à Brasilia, dans les années 60. La région est spécialisée dans le secteur de la viande (bovine) et dans l’agriculture intensive.
2. NordEst :son économie est fortement basée sur le tourisme et concentrée sur les grandes villes comme Fortaleza, Recife, Natal et Salvador.
3. Nord :dominée par la forêt amazonienne, cette région est peu peuplée et fortement spécialisée dans les secteurs du bois, du bétail et des produits naturels (le latex).
4. SudEst :pôle économique du pays, dont les plus grandes villes sont São Paulo, Rio de Janeiro, Belo Horizonte et Vitoria. Plus de 80% de l’industrie brésilienne y est concentrée, avec une diversité importante grâce aux grandes étendues de terre de Minas Gerais et à la puissance économique et politique de l’Etat de São Paulo.
5. Sud :très industrialisée (pôles textile, agroalimentaire – viandes – et métalmécanique). Les plus grandes villes sont Curitiba (siège de Renault), Joinville et Porto Alegre. Cette région connaît un fort développement et un niveau de qualité de vie équivalent aux pays européens.
La capitale commerciale, industrielle et financière du Brésil reste São Paulo, avec sa mégalopole de plus de 12 millions d’habitants qui réalise à elle seule un PNB de 40 milliards $, soit autant que l’Uruguay.
Tour du monde du Capital Investissement : le Brésil
2. Environnement économique et politique
¾De la dictature à Lula : l’histoire politique et économique du Brésil
<
Le Brésil a connu au cours des 45 dernières années de nombreux changements politiques qui ont eu d’importantes répercussions sur l’économie du pays. La dictature militaire, instaurée par le putsch de 1964, durera 20 ans et sera marquée au niveau économique par une période de grands travaux nécessaires au développement du pays. Elle aura pour conséquence de conduire d’une part au plein emploi mais de générer d’autre part des déficits dont le remboursement deviendra impossible. C’est aussi une période protectionniste qui aura permis au Brésil de contrôler ses réserves de pétrole et de créer un champion national, Petrobras dont l’Etat détient toujours 40%. Evolution du taux d’inflation A l’arrivée de la démocratie en 1984, le Brésil sera confronté aux crises économiques des années 80 avec une inflation galopante de plus de 350% par an en moyenne sur la période 1980 – 1990.
L’inflation commencera à être maitrisée au milieu des années 90 pendant lesquelles une nouvelle monnaie, le Réal, sera introduite et un programme de privatisation lancé.
A son élection en 2001, Lula mettra en place une politique économique basée sur le développement des exportations, la hausse des impôts et la réduction de la dette. Source : Banco Central do Brasil Profitant de la croissance mondiale, le Brésil a su transformer sa dette de 166 milliards $ en 2002 en un excédent de 20 milliards $ début 2008 et passer d’une récession en 1999 (1%) à une croissance stable et soutenue depuis 20032004.
¾Brésil, le « B » de BRIC Taux de croissance Le Brésil est devenu une des principales8 économies émergentes au même titre que l’Inde, 7 6,2% la Russie ou la Chine. 6 5 Les IDE sont en constante augmentation depuis 4 2004 et ont dépassé les 50 milliards $ en 2008, 3 avec un solde positif de plus 30 milliards $. 2 Depuis 2003, le Brésil enregistre une croissance1 de ses exportations comprise entre 15 et 25% 0 par an, supérieure à la moyenne mondiale. En 1 1T 1T 1T 1T 1T 1T 1T 1T 1T août 2008, la balance commerciale enregistrait 99 00 01 02 03 04 05 06 07 un excédent de 29,5 milliards $ sur les 12 Source : Banco Central do Brasil derniers mois. Une des principales forces du Brésil est sa capacité d’absorption de la production. Grâce à son parc industriel développé, le pays a pu répondre à la demande intérieure née de la réduction du chômage, dont le taux est passé de 13% en 2004 à moins de 8% début 2008.
Les droits de douane élevés poussent les sociétés étrangères à s’implanter, rassurées par un environnement juridique sécurisé et des institutions gouvernementales fiables malgré une corruption présente mais fermement combattue.
La fiscalité reste très complexe. Outre l’impôt sur les sociétés de 15% (mais dont le taux augmente en fonction des résultats), il faut s’acquitter de nombreuses autres taxes telles que la CSLL (contribution sociale de 9%), la PIS (taxe pour les retraites variant de 0,65% à 1,65% en fonction du secteur) ou la COFINS (taxe sur les opérations financières variant de 3% à 7,6% selon le secteur).
Des conventions entre la France et le Brésil permettent toutefois d’éviter la double imposition.
Tour du monde du Capital Investissement : le Brésil
3. Le Capital Investissement au Brésil
¾Contexte
<
Le Capital Investissement est relativement récent au Brésil mais représente une alternative importante au financement du développement de l’économie brésilienne.
L’un des freins à ce développement repose en effet sur un manque de crédits pour l’investissement. En 2007, les crédits bancaires accordés au Brésil ne représentaient que 33% de son PNB contre une moyenne de 76% dans les pays de l’OCDE.
Cela illustre la difficulté qu’ont les entreprises brésiliennes à se financer et explique en partie l’intérêt accru des sociétés et fonds d’investissement qui constituent une alternative intéressante de financement.
Ainsi, en 2007, les sociétés et fonds de Capital Investissement brésiliens ont levé 5,2 milliards $ contre seulement 2,8 milliards $ en 2006 et 1,0 milliard $ en 2005, dont 90% en provenance de l’étranger.
La même année, un nombre record d’opérations a d’ailleurs été enregistré, avec 718 transactions pour un montant de 4 milliards $, soit une croissance de 25% par rapport à 2006.
Toujours en 2007, 64 IPO ont été enregistrées pour un total de 23,4 milliards $. Sur la période allant de janvier à mai 2008, les opérations ont totalisé 46,6 milliards $, une croissance de 128% par rapport à la même période de 2007.
Actuellement, d’autres types de fonds d’investissement se développent au Brésil, tels que les Fonds de Fonds et les Fonds Mezzanine.
L’activité économique brésilienne se caractérise par une dépendance importante visàvis des matières premières (40% du total des exportations contre 13% dans la moyenne mondiale).
Aussi, le gouvernement brésilien favorise le développement de secteurs à forte valeur ajoutée. Cependant, en 2008, les principaux secteurs concernés restent assez classiquement ceux du BTP/Real Estate, de l’agroalimentaire, des biens de consommation, de l’IT, du retail et des services.
En ce qui concerne la législation, l’impôt sur le profit pour les non résidents ayant investi dans des fonds basés au Brésil est revenu à zéro depuis 2006.
¾Principales opérations récentes
Investisseurs
BNDESPAR WoodsStation,CapitalInternational,Gavea Investimentos
MonteCristalina
GPInvestimentos
AIGCapital,ASAS,Governança &Gestão deInvestimentos Banco Espirito SantoCapital
Acon Investimentos
Gavea Investimentos
Cible
JBSFriboi McDonald’sAmérique Latine
DM– Industria Farmacêutica Mangesita
NiteroiPlazaShopping,SãoConrado FashionMall
Secteur
Food&Beverage
Food&Beverage
Pharmaceutical&Biotech Commodities
Retail
Valeur (Millions$)
760
700
650
639
447
part
20%
100%
40%
38,6%
16%
GBarbosa Retail430 100% CIEBrasil Entertainment150 20%
Tour du monde du Capital Investissement : le Brésil
4. Investir au Brésil
<
Malgré quelques barrières à l’entrée (droits de douane élevés, corruption latente, fiscalité complexe…), le Brésil bénéficie d’un certain nombre d’avantages qui en font une destination d’investissement attractive :
 forte croissance de la demande intérieure (+6,7% en T2 2008),  Dixième PNB mondial et perspective de croissance élevée estimée à 6% en 2008,  un système judiciaire fiable,  encouragement des IDE par les gouvernements des Etats Fédérés,  Main d’œuvre qualifiée et moins chère qu’en Europe (salaire mensuel moyen de 790 €),  Proximité avec les marchés du Mercosur (Argentine, Uruguay, Paraguay, Venezuela),  Leader mondial des biocarburants et autonomie énergétique en pétrole.
< 5.Opportunités : un marché ouvert aux entreprises européennes et françaises
Si le premier partenaire commercial du Brésil reste les EtatsUnis, l’Europe occupe la deuxième place.
La France, qui se classe comme le neuvième fournisseur et quatorzième client, entretient des liens très forts et anciens avec le Brésil. Ainsi, plus de 400 entreprises y sont implantées (Rhodia  depuis 1919, Renault, Peugeot, Faurecia, Suez, Lafarge…) et quelques 4 200 entreprises françaises commercent avec le Brésil.
De nombreux secteurs d’activité sont en plein développement et sont potentiellement des cibles pour les entreprises spécialisées dans des secteurs tels que :
 Agroalimentaire : premier producteur mondial de café, sucre, deuxième producteur mondial de soja, maïs, poulet et viande bovine,  Biocarburants : premier producteur mondial,  Aéronautique : premier constructeur d’avions régionaux.
Les entreprises brésiliennes sont de plus en plus ouvertes aux capitaux étrangers, capables de financer leur développement accéléré par une croissance économique supérieure à 6%.
De nombreuses opportunités s’ouvrent donc pour les investisseurs, soit en appui d’entreprises européennes implantées sur place, soit pour investir dans des entreprises locales en fort développement.
Cependant, il est nécessaire d’être prudent et le cas échéant de se faire accompagner pour réussir sur un marché émergent tel que le Brésil.
Pour toute information complémentaire contacter : Natixis Pramex InternationalAFIC André Lenquette – Directeur d’ExploitationGrégory Sabah – Directeur des Etudes andre.lenquette@pramex.com g.sabah@afic.asso.fr
Tour du monde du Capital Investissement : le Brésil
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.