La Création de Sifra Microfinance Networking Facilitators Synthèse ...

Publié par

La Création de Sifra Microfinance Networking Facilitators Synthèse ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 132
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
La Création de Sifra Microfinance Networking Facilitators
Synthèse Exécutive
Sifra Synthèse Exécutive/2002
Page 1 of 12
Sifra : Sommaire
I. - Limportance de la Micro finance A. - Préambule B.- La micro finance en Méditerranée C.- Le micro crédit : un outil pour les femmes D.- L'intégration économique E.- La création de Sifra
II. - Sifra : Microfinance Networking Facilitators1.L'objectif général de Sifra 2.Les objectifs spécifiques 3.Les résultats attendus
III. - Moyens d'action  A. - Le processus d'identification B. -Le réseauC. - Les actions de médiation, de facilitation et de formation  D. - Les soutiens et collaborations IV. -Les activités prévues : AgendaA. - Forum méditerranéen des IMF pour la constitution du réseau B. - Le lancement de Sifra C. - Actions de facilitation, médiation et de formation D. - Laction en direction du politique et des institutions financières
V. - Management A. - Conseil d'Administration
VI. - Conclusions
Sifra Synthèse Exécutive/2002
page 3 page 3 page 4 page 4 page 4
page 7 page 7 page 7
page 7 page 8page 9
page 9 page 9page 10 page 10
page 11
page 13
Page 2 of 12
La Création de Sifra
I.- Introduction – Limportance de la Micro finance A.- Préambule La lutte contre la pauvreté et lexclusion sociale sinscrit dans la poursuite de la réalisation de larticle 25 de la Déclaration Universelle des Droits de lHomme de 1948 :  Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour lalimentation, lhabillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ». Le sommet international sur le micro crédit qui sest tenu à Washington en février 1997 a confirmé limportance de la micro finance dans les stratégies suivantes : - La lutte contre la pauvreté et le développement des micro entreprises, - L'émancipation économique de la population, notamment des femmes - L'intégration des pauvres dans le système économique Il y a plus de 20 ans, Mohammed Yunus, au Bangladesh, formalise ce mode de financement inédit (loctroi de crédit sans garantie financière, avec caution solidaire, à destination des plus pauvres) qui connaît un succès croissant sur tous les continents. Un grand nombre d'ONG de financement et d'institutions de micro finance (IMF) sont regroupées au sein de réseaux afin de faciliter entre elles les solidarités et les échanges de savoir-faire. B.- La micro finance en Méditerranée On compte plus de soixante institutions de micro finance (IMF ou ONG) et un potentiel de nombreuses autres, la situation évoluant très vite. Sur base de ses propres critères dévaluation des IMF, le rapport de la Banque Mondiale sur le Micro crédit en Afrique du Nord et au Moyen Orient n'en dénombre, que 2 ayant atteint un seuil de viabilité suffisant pour assurer leur pérennité. Pour se développer dans le futur, elles ont besoin de programmes qui s'inscrivent sur trois niveaux d'intervention : le cadre législatif, la professionnalisation et le financement. Aujourdhui, dans la zone méditerranéenne, seul un très petit nombre dIMF est en mesure davoir accès à des lignes de crédits suffisantes. Le plus souvent, ni leurs statuts, ni les lois et réglementations ne leur permettent de le faire. Or toutes les IMF ont besoin de ces instruments financiers, de lignes de crédit et de prêts pour continuer à exister et à se développer. Les quelques possibilités commerciales quoffrent les marchés financiers locaux à travers les banques commerciales sont assorties de demandes de garantie que les IMF ne peuvent généralement pas fournir. Le développement de fonds locaux de refinancement de la micro finance est expressément recommandé au niveau national, régional ou sous-régional dans les pays de la zone méditerranéenne. Ils permettent de donner aux institutions de micro finance des sources de refinancement et les véritables moyens de remplir leur rôle de soutien à linitiative privée et de développement économique local des zones défavorisées. Certains pays de la zone méditerranéenne sont déjà bien avancés (Egypte, Jordanie, Maroc, Liban). Certains ont adopté des législations appropriées au développement de la micro finance.Cependant, la plupart dentre eux, par rapport aux besoins, ne comptent que peu dinitiatives isolées et trop souvent fragiles. De plus, il y existe des handicaps majeurs au développement de ce secteur, à lélaboration des programmes daction et à leur suivi : 1.Absence dun système dinformation adéquat 2.Absence de suivi des performances des IMF 3.Manque dexpertises locales 4.Faiblesse des outils technologiques permettant des mises en réseaux utilesSifra Synthèse Exécutive/2002 Page 3 of 12
C.- Le micro crédit : un outil pour les femmes Les femmes sont, en pourcentage et en moyenne, les premières bénéficiaires du micro crédit malgré quelques disparités selon les pays. Elles manifestent une très grande capacité à inventer des petits projets rentables et sont connues pour leur attachement à un remboursement scrupuleux des crédits qui leur sont octroyés. Cela entraîne une amélioration sensible de leurs conditions de vie ainsi que de celles de leur famille (logement, santé, éducation). Les sommes consenties permettent de créer de petites activités de service, de transformation, de production paysanne, dartisanat, de transport. Le micro crédit sert à créer son propre emploi, à le maintenir, à laméliorer. Pour en bénéficier, il ne faut pas être particulièrement qualifié, il ne faut généralement pas donner de garantie, cest la confiance qui sert de base à l'octroi du crédit. Les obstacles socio-culturels liés aux traditions et parfois à des codes de la famille trop restrictifs, la peur de sengager dans une demande de crédit, le manque dinformation et dencadrement concernant les outils financiers représentent autant de freins à la possibilité pour les femmes de recourir de manière évidente au micro crédit. D. - L'intégration économique. La micro finance a des effets sur lintégration économique et sociale. En effet, les bénéficiaires du micro crédit participent au développement social et à la croissance économique de leur région. Lon constate avec le recul que quand les besoins prioritaires sont satisfaits, la demande pour des crédits plus importants peut apparaître et la micro-entreprise, voire la petite et moyenne entreprise, se développer. Les petits entrepreneurs aussi sont des  exclus » des systèmes financiers classiques. La micro finance sadapte et leur propose des produits financiers plus substantiels avec des règles de garantie qui leur sont appropriées. On observe une spécialisation des IMF en fonction des différents segments des  exclus » du système financier. Dans des pays où la pratique du micro crédit est très développée, comme le Pérou ou le Bangladesh, les crédits de 50 dollars et plus sur 24 mois déclenchent un processus de croissance par linvestissement dans de nouvelles unités de production.
E.- La création de Sifra Le nom de l'association est né d'une réflexion qui fait la part belle à la symbolique. Tout comme la monnaie d'échange rudimentaire que notre logo figure, le mot qui lui apporte sa valeur faciale a des racines profondes. Tenant du sémitiqueçifraousifr,videqui nous a donné à la fois les "chiffres" (sur lesquels s'appuie nécessairement tout projet de micro crédit bien construit) mais aussi porté par un "zéfiro" soufflant de la Méditerranée, le "zéro", le rien initial d'où démarrent tant de ces micro projets. Ajoutons que dans l'écriture maya, le zéro serait plutôt figuré, comme le  a » final de notre Sifra, par une spirale ouverte sur l'infini, symbolique de "toutes les potentialités" : comme le micro financement parti de rien et riche de tant d'espoir. La création de Sifra se fonde sur un important réseau de femmes et sur les différentes actions de lassociation AIM (Actions in the Mediterranean).AIM représente aujourd'hui un réseau de plus de 800 personnes et institutions réparties dans les 1 12 pays du pourtour méditerranéen , partenaires du Processus de Barcelone. Dans la Déclaration de Barcelone en 1995 les partenaires euro-méditerranéens ont reconnu "le rôle clé des femmes dans le développement économique et se sont engagés à promouvoir leur participation active dans la vie économique et sociale et dans la création d'emploi".
1 Algérie, Tunisie, Maroc, Egypte, Autorité Palestinienne, Israël, Jordanie, Liban, Syrie, Turquie, Chypre et Malte. Sifra Synthèse Exécutive/2002 Page 4 of 12
En mars 2000, AIM organisait une"Conférence euro-méditerranéenne sur la promotion de la femme dans le développement économique", avec le soutien de la Commission européenne, placée sous le haut patronage du Vice Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères, Louis Michel. De mars à mai 2001, la présidence belge de l'Union européenne, à l'initiative de la Vice Première et Ministre de l'Emploi et de l'Egalité des Chances, Laurette Onkelinx, chargeait AIM d'unemission exploratoiredans les 12 pays partenaires du sud et de l'est de la Méditerranée. Cette mission avait pour objectif d'examiner : l'accès et la participation des femmes au marché du travail la création et la gestion d'entreprises par des femmes les outils financiers et le micro crédit l'éducation et la formation professionnelle et de demander à chaque partenaire du Sud, la rédaction d'unrapport d'évaluation sur la situation des femmes dans la vie économique en fonction des 4 thèmes. Ces missions se sont dérouléesà l'initiativede nombreux protagonistes: AIM et les membres de son réseau (tant les personnes que les ONG), encadrés par les ambassades belges, les délégations européennes établies dans les différents pays et les bureaux des différentes grandes fondations allemandes (telles que Friedrich Ebert, Heinrich Böll). Elles ont permis derencontrer un nombre important d'acteursconcernés (environ 480 personnes), issus de tous les milieux : associations de femmes chefs d'entreprise, responsables de chaires universitaires, d'ONG, d'institutions publiques, des sphères gouvernementales et des administrations. Ils ont travaillé ensemble à la définition des objectifs préalablement précisés pour ces rencontres. Uneméthodeparticipativeactive fut proposée par des animatrices qualifiées permettant d'obtenir la meilleure implication de chacune dans la définition des difficultés rencontrées et des solutions à proposer sur chacun des quatre thèmes. Sur chacun des thèmes, aprèsl'identification des problèmes, les participants dégagèrent les solutions à apporter. Celles-ci se retrouvent dans 12 rapports nationaux rédigés par des experts (voir : www.aim-network.org) La partie de ces rapports relative au micro crédit constitue les fondements (INPUT) de l'action de Sifra. 1.Le 16 juin 2001, une journée de travail s'est tenue à Bruxelles. Elle a rassemblé 12 experts des partenaires méditerranéens et 4 expertes européennes. Les discussions ont permis aux participants de dégager les grandes lignes qui ont constitué la base des travaux ultérieurs du Forum. 2.Ensuite, chaque pays délégua quatre représentants pour participer à unForumorganisé par le gouvernement belge et la Commission européenne, à Bruxelles, les 13 et 14 juillet 2001.
Sifra Synthèse Exécutive/2002
Page 5 of 12
Les Recommandations qui en sont issues concernent les IMF et les Femmes : En matière dinstitutions de micro finance : Développement dun cadre législatif et réglementaire cohérent 1.Professionnalisation des institutions de micro finance (gestion, formation, viabilité financière, évaluation) Amélioration des possibilités de financement, à long terme, pour les institutions de micro finance (fonds de garantie) Amélioration de limplantation géographique des institutions de micro finance (guichets mobiles) Mise en réseau des institutions de micro finance Sensibilisation aux approches liées au genre Implication du monde des affaires et des femmes chefs d'entreprises Création de coopératives et banques gérées par des femmes En ce qui concerne les femmes :1.Bonne information financière et encadrement des femmes 2.Formation des associations de terrain proches des femmes : favoriser les activités de micro crédit des ONG 3.Création et renforcement des cautions solidaires Les Vice premiers Ministres, de l'Emploi et de l'Egalité des chances, Laurette Onkelinx et des Affaires étrangères, Louis Michel affirmèrent leur volonté politique de voir ces propositions adoptées par les Ministres des Affaires étrangères euro-méditerranéens. Ce fut chose faite en novembre 2001. Un programme spécifique relatif à l'intégration des femmes dans le développement économique, dans le cadre du Programme Meda, est aujourd'hui à l'étudeà la Commission européenne et sera lancé en 2003 ou 2004. Il devrait comporter un chapitre relatif aux outils financiers.
II. - Sifra : Microfinance Networking Facilitators Dans les rapports nationaux et lors du Forum, l'amélioration et le développement des structures de micro crédit firent l'objet d'une forte demande. C'est à celle-ci que le présent projet se propose de répondre.Des recommandationsprécises furent adoptées. Elles constituent la base des conditions de fonctionnement et de développement de la micro finance dans la région. 1.- L'objectif général de Sifra. En fonction des résultats des ateliers consacrés aux outils financiers et au micro crédit, l'objectif général de Sifra se profile comme suit :participer à lamélioration des pratiques de la micro finance et de leur cadre, dans le bassin méditerranéen, prioritairement au bénéfice des femmes.
Sifra Synthèse Exécutive/2002
Page 6 of 12
2.- Les objectifs spécifiques. Ils sont au nombre de trois : 3.La mise en réseau des institutions de micro finance et des ONG de financement
4.L'amélioration des législations relatives au secteur financier dans les différents pays 5.La formation (en matière de pratiques générales de gestion, et de prise en compte de la dimension genre) ( Annexe 4 : Recommandations des ateliers du Forum de juillet 2001) 3.- Les résultats attendus. Le présent projet entend répondre aux besoins en formation, en capacité de gestion et dévaluation ainsi qu'à l'amélioration des cadres opérationnels législatifs et de financement qui sont nécessaires à la réussite des projets en cours et à leur indispensable multiplication. Pour que les conditions de  professionnalisation » requises soient atteintes et que les bailleurs de fond soient encouragés à soutenir financièrement les IMF, trois niveaux dintervention doivent être approfondis : Le cadre législatif(législation bancaire et réglementaire) : il permet de lutter contre lusure, dharmoniser les statuts des IMF et de les faire rentrer dans les circuits financiers établis. Ce cadre les encourage à se professionnaliser, ce qui leur permettra à terme de faire appel aux instruments financiers du marché. Il est en place dans certains pays mais pas partout et le plus souvent de façon incomplète La professionnalisation: elle est nécessaire à la grande majorité des IMF déjà performantes ou avec un bon potentiel afin de leur donner accès à des lignes de crédits et des dotations en capital Le financement(lignes de crédit et capitalisation) : il implique le développement dun système daudit et de cotation des IMF et ONG ainsi que la création de fonds locaux, nationaux ou régionaux. Deux types de fonds doivent être mis en place afin de soutenir cette intervention : des fonds de financement et de fonds de rating.
III.- Moyens d'action Le projet Sifra se déroulera en plusieurs phases : A . Le processus d'identificationde la situation de la MF en Méditerranée. Afin d'affiner et d'actualiser les données engrangées, des recherches sont réalisées notamment sur Internet et un questionnaireest envoyé aux futurs membres du réseau. (Annexe 5 : questionnaire)
Sifra Synthèse Exécutive/2002
Page 7 of 12
La collecte des donnéesconsiste à : 5.Effectuer une opération de recensement des structures existantes (IMF et ONG/IMF), connaître leur nombre par pays, leur volume dactivité, le nombre de personnes bénéficiant de micro crédit, leur organisation (groupes solidaires, prêts individuels ), leur couverture géographique, la population et le genre (hommes / femmes) à laquelle elles sadressent, (milieu urbain, péri-urbain, rural) 6.Connaître létat des besoins des IMF : les conditions daccès au crédit et au capital auxquelles ils sont soumis, le niveau de formation moyen de leurs cadres, leurs capacités de gestion, leurs outils dévaluation. 7.Savoir s'il existe, au niveau national ou régional, un ou des fonds de garantie et/ ou centrale de risques 8.Analyser létat des législations et des réglementations 9.Connaître lattitude des Etats à légard de la micro finance en général : positive, négative, indifférente 10.Connaître les relations entre les ONG de femmes et les IMF (proximité ou non, collaborations ou non) 11.Apprécier au mieux la position des autorités bancaires B.Le réseau.Dautres réseaux dIMF fonctionnent déjà de par le monde. Les formations et les outils de gestion qui sont dispensés à leurs membres sont pointus et permettent, pour ceux qui y participent, une amélioration notable de leur fonctionnement et de leurs capacités. Sifra compte s'inspirer des expériences de réseaux réussies,les pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée auxquels s'adresse ce projet n'ayant pas encore développé ce type d'organisation même si des initiatives vont actuellement en ce sens avec lesquels Sifra aura à collaborer. La méthodologiede fonctionnement du réseau Sifra devra avoir pour but d'accorder une attention constante aux différents membres du réseau dans le souci de les voir prendre en charge lidée même de faireréseau »avec les autres. En effet, cest ainsi quils pourront sapporter les meilleures réponses à la satisfaction de leurs besoins grâce à des échanges fructueux de leurs expériences locales, nationales et/ou régionales. Afin de réussir cette mise en réseau et d'installer son fonctionnement dans le temps, une recherche universitaire accompagne le projet. La création dunsite WEBest une nécessité incontournable pour tout fonctionnement en réseau. Il constitue lun des moyens les plus efficaces offerts par la technologie pour léchange et la diffusion dinformations. Dans un premier temps,le site d'AIM (www.aim-network.org)accueillera les informations relatives au réseau. Le site sera enrichi au fil du projet et continuera à se développer avec dans un second temps, la construction d'un site propre à "Sifra. C. Les actions de médiation, de facilitation et de formation.Les actions de facilitation et de formation viseront à atteindre le meilleur niveau d'efficacité. Différents axes sont à prendre en compte en raison de la spécificité de la région : 1.Des IMF désirant se créer auront besoin du soutien dautres institutions plus expérimentées 2.Des ONG désirant pratiquer la micro finance auront besoin daméliorer leurs compétences par le recours à des experts 3.Des IMF et des ONG auront à développer des relations de complémentarité notamment en ce qui concerne une approche genre 4.Des outils de gestion financiers et informatiques devront être perfectionnés 5.Des outils dévaluation performants seront nécessaires à développer ou à adapter Sifra Synthèse Exécutive/2002 Page 8 of 12
Les IMF et ONG rencontrent, partout dans le monde, les mêmes besoins : 1.De l'argent (fonds propres ou empruntés) sans lequel elles ne peuvent avoir de stratégie de développement 2.Une procédure de contrôle interne performante 3.Un système informatique de gestion de portefeuille efficace 4.Une procédure d'octroi de crédit et de suivi de clientèle assurant une limitation du risque Chaque IMF est plus ou moins forte ou faible dans ces 4 domaines. La valeur ajoutée que propose Sifra peut se définir comme suit : La tâche d'une institution de participation telle que Sifra consiste à favoriser un diagnostique précis des forces et des faiblesses des membres du réseau et à s'entourer des compétences en expertise pour apporter le renforcement de tel ou tel aspect là où il est jugé nécessaire. Enoutre, le projet présenté par Sifra estorienté prioritairement vers les femmes. Les IMF seront encouragées par des formations appropriées à collaborer avec des associations qui soutiennent les femmes dans leurs objectifs de survie économique et d'autonomisation (par de la formation, des campagnes de sensibilisation et dinformation). Si les besoins pratiques sont mieux satisfaits, l'expérience démontre que la position de la femme dans la société change. Ce sont alors ses besoins stratégiques (tels qu'une meilleure participation à la prise de décision (familiale, locale voire politique) qui s'en trouvent progressivement transformés. D. Les soutiens et collaborations.Outrel'association AIM, les associations de femmes chefs dentreprises et des pépinières dentreprises rencontrées dans certains pays devraient permettre dencourager le passage de la création de son propre emploi par laccès au crédit, au soutien dun tissu de petites voire de moyennes entreprises existantes et à la création de nouvelles entreprises. Certains grands réseaux existants sont d'ores et déjà d'accord d'apporter leur expérience pour le déploiement de Sifra : 1.LeMicro Finance Centerapporte son soutien au projet Sifra.IlSon siège est à Varsovie. regroupe plus de 60 IMF de la région PECO. Par une réunion annuelle, des formations, une Newsletter et un site Web, il apporte les éléments les plus récents d'information et de réflexion intéressant les membres, autant d'ingrédients d'un fonctionnement réussi. 2.INAISE, réseau international centré sur l'économie sociale et le micro crédit. IV.- Les activités prévues : Agenda A. Un Forum méditerranéen des IMF pour la constitution du réseau.Celui-ci se déroulera à Bruxelles, en janvier 2003. Il constituera le premier pas dans la consultation du réseau, suite au processus d'identification et de consultation (sur base d'un questionnaire lancé en avril 2002). Les deux jours de travail du Forum procéderont d'une démarche participative. L'objectif de ces journées consiste à ce que se concrétisent une interaction et des solidarités entre les membres du réseau. Un plan daction pour 2003 et 2004 sera laboutissement de ce travail. Il appartiendra à Sifra à en assurer la mise en œuvre. B. Le lancement de Sifra :rencontre de responsables politiques et financiers avec les représentants de Sifra et les membres du réseau. Cette rencontre est prévuedécembre 2002et réunira différents acteurs de la micro finance méditerranéens et européens ainsi que des experts.
Sifra Synthèse Exécutive/2002
Page 9 of 12
Les objectifs de cette journée : Mettre en évidence les enjeux de développement, dintégration économique et démancipation favorisés par le développement du micro crédit et les placer dans le cadre des problématiques particulières de la région ; Présenter le rôle de Sifra en tant que  facilitateur » et formateur aux instances politiques et financières (Etats et autorités financières et bancaires) responsables du développement de la micro finance dans les 12 pays du sud du bassin méditerranéen ; Confirmer le lien entre le réseau Actions in the Mediterranean et le réseau Sifra en tant que vecteurs démancipation économique des femmes ; Interroger les autorités politiques, notamment européennes, quant à l'orientation politique qu'ils envisagent de prendre pour appuyer le développement de la micro finance Rassurer les bailleurs de fonds en leur apportant des garanties quant à la qualité des programmes de formation et de gestion proposés par les experts dont Sifra s'entoure. Développer des liens entre les membres du réseau C. Actions de facilitation, médiation et de formation Dans le futur, Sifra organisera uneconférence annuelle et des rencontresde tous ou de certains membres du réseau, afin de définir et d'élaborer avec les membres du réseau les meilleures réponses aux besoins formulés, notamment en matière de formation. Ainsi seront favorisés les échanges de savoirs et des bonnes pratiques redéfinies en fonction des spécificités de la région ou des sous-régions ainsi que descritères éthiquesà propos desquels des accords se concluront. C'est à l'occasion de ces rencontres spécifiques que s'élaboreront les programmes d'activités spécifiques que Sifra mettra sur pied pour répondre aux trois niveaux d'intervention qu'elle s'est fixé :le cadre législatif, la professionnalisation, le financement (tels que définis plus haut). La formation à lutilisation desoutils informatiqueset des logiciels adaptés à la gestion des IMF sera partie intégrante des programmes proposés parSifra. D.Laction en direction du politique et des institutions financières.En collaboration avec les membres du réseau, des actions seront entreprises en direction des autorités politiques et financières responsables, dans les différents pays et auprès des grandes instances internationales telles que l'Union européenne, afin de les convaincre de la nécessité de mettre en œuvre des politiques spécifiques de soutien à la micro finance. La journée de lancement de Sifra aura, entre autres objectifs, de convaincre les autorités politiques européennes de la nécessité d'adopter unprogramme régional spécifiquerelatif aux outils financiers dans le cadre du programme MEDA.
V.- Le management Le projet s'est développé grâce à la réflexion et l'expérience de nombreux acteurs. Ils sont aujourd'hui membres du Conseil d'Administration et membres effectifs de Sifra. D'autres partenaires nous rejoignent qui sont les futurs membres du réseau. Deux fondatrices d'Actions dans la Méditerranée, AIM, Madame Simone Susskind, Présidente et Madame Judith Neisse, administrateur, conscientes de l'intérêt du micro crédit, participent aux travaux de Sifra. Par ailleurs, les personnes dont les noms figurent dans l'annexe 1 détiennent de nombreuses compétences requises pour un tel projet : en micro crédit, en communication, en droit, en gestion de projet, etc, comme le prouvent les renseignements les concernant.
Sifra Synthèse Exécutive/2002
Page 10 of 12
B. L'exécutif Il comprend 6 personnes, certaines sont des experts, membres du CA, d'autres sont des experts qualifiés dans un domaine particulier d'activité. Membres du conseil dadministration Sabine Missistrano, présidente Simone Susskind , vice présidente Myriam Biot, executive secretary Christophe Guéné, administrateur, Micro credit Projects Participent aux travaux de Sifra Angelica L. Bucur, Management / Formation Brita Bastogi, Institutionnal Lobbying Nicole Vidal, Financial Manager VI.-Conclusions A. Quel est le pari sur lequel se fonde le projet Sifra ? Ces pays témoignent de profondes résistances au changement. La place de la femme dans la société traditionnelle, la rigidité des structures de pouvoir, la montée de l'islamisme radical, les réticences au développement d'un secteur privé autonome en matière d'octroi de crédit et de gestion de l'épargne, le peu de capital disponible, les taux variables d'analphabétisme, les interdits religieux en matière de crédit)sont quelques-uns des facteurs contraignants pour la réussite du présent projet. Cette région connaît des tensions et des conflits dont la solution est hypothétique. B. Néanmoins quellessont les forces de Sifra ? En premier lieu, il convient de rappeler icil'acquis(input)apporté par "Actions dans la Méditerranée",AIM. Citons le réseau de femmes et d'ONG méditerranéennes, les autorités administratives, politiques et intellectuelles de ces pays avec lesquels des relations furent établies ainsi que les associations de femmes chefs d'entreprise. L'excellente qualité des contacts établis de longue date en Belgique avec certaines instances de l'Union européenne et de nombreuses autorités politiques belges se trouvent aujourd'hui nourries de nouveaux apports. Les actions antérieures menées par AIM ont donné lieu à desinformations précisesconcernant les divers besoins des Institutions de Micro finance de la région. Les rapports nationaux des différents pays partenaires et les recommandations du Forum de juillet 2001, dans le cadre de la présidence belge, forment le socle des demandes formulées en matière de micro finance et des conditions nécessaires à son développement. Lacrédibilitéde Sifra repose sur ces fondements. Le deuxième acquisest représenté par lesite Web de AIM. Les données relatives à Sifra sont d'ores et déjà partie intégrantes de ce site performant qui permettra aux anciens et nouveaux acteurs d'établir des liens, des échanges de bonnes pratiques et de projets ainsi que des coordinations quant aux besoins en formation et en techniques de gestion. Le troisième acquisrésidedans la qualité et la compétence des personnes qui forment l'association. Tant les membres du Conseil d'Administration que les adhérents qui s'associent au projet sont autant de personnes ressources réunissant des talents techniques, juridiques, informatiques, de communication, de formation, de lobbying, ayant participé à des projets divers de développement dans différentes parties du monde et dans différents secteurs.
Sifra Synthèse Exécutive/2002
Page 11 of 12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.