Eléments de réponse sur le maïs MON 863 - ME conf CRIIGEN 13 03 07

De
Publié par

Eléments de réponse sur le maïs MON 863 - ME conf CRIIGEN 13 03 07

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 103
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
                     MAIZ EUROP / PC/CF/VG – 14/03/07 1) Sur quoi porte lactuelle polmique ? Une tude publie par le CRIIGEN soppose aux conclusions des nombreuses valuations scientifiques, menes sur les mmes donnes concernant le Mon863, par les diffrentes instances officielles franaises et europennes (Agence Europenne de Scurit Alimentaire – A.E.S.A. –, Commission du Gnie Biomolculaire - C.G.B.- et Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Aliments - A.F.S.S.A.). Cette interprtation des mmes donnes brutes par le CRIIGEN semblerait montrer des modifications considres anormales chez des rats de laboratoire nourris avec ce mas Mon863 et ce, en totale opposition avec les conclusions des instances officielles composes dexperts scientifiques indpendants. 2) Quest-ce que le mas Mon863 ? Il sagit dun mas gntiquement modifi rendu rsistant  la chrysomle du mas (Diabrotica virgifera) par introduction dun gne de la bactrieBacillus thuringiensis,largement prsente dans tous les sols. Ce mas Mon863 a t autoris par lUnion Europenne en 2006 uniquement pour son importation et sa consommation. Sa culture nest pas autorise dans les pays de lUnion Europenne. 3) O est cultiv ce mas Mon863 ? La chrysomle est prsente sur le continent nord-amricain et reprsente un des principaux ravageurs du mas aux Etats-Unis et au Canada. Avec des dommages sur les racines et les parties ariennes sur 6 millions ha de mas, soit 20 % de la surface nord-amricaine. Le mas Mon863 est cultiv uniquement au Canada et aux Etats-Unis depuis 2003, anne des autorisations de culture et de consommation dlivres par les diffrentes instances officielles de ces pays. Mais, si le mas Mon863 nest autoris  la culture que dans deux pays, il a russi les preuves dautorisation  la consommation dans un plus grand nombre de pays o il est consomm depuis plusieurs annes : Australie, Nouvelle –Zlande, Chine, Core, Japon, Philippines, Taiwan, Russie, Singapour, Mexique et les pays de lUnion Europenne. Des centaines de scientifiques ont donc valu ce mas et conclu quil est aussi sr que nimporte quel autre mas. 4) Quelle est la diffrence avec le mas Mon810 autoris  la culture en France ? Il est important de ne pas faire un amalgame entre ce mas Mon863 et le Mon810 qui permet de lutter contre la pyrale et la ssamie et qui est autoris  la culture depuis 1998 par lUnion Europenne. Il est largement cultiv en Espagne depuis 1998 et a t cultiv dans cinq autres pays depuis 2005 (Allemagne, France, Portugal, Rpublique Tchque, Slovaquie). La controverse actuelle ne remet pas en cause la lgalit des semis  venir. De mas Bt (Mon810) 5) Comment est-il autoris ? Rappelons que la commercialisation dun O.G.M. pour la culture ou la consommation est soumise quels que soient les pays  une procdure dautorisation dlivre par une instance officielle appuye par des valuations scientifiques au cas par cas. Au niveau de lUnion Europenne, la procdure dautorisation est soumise  un avis de lAgence Europenne de Scurit Alimentaire (A.E.S.A.) aprs concertation avec les instances nationales en charge de ces valuations dans tous les Etats Membres. En France, les deux instances appeles  se prononcer en la matire sont dune part, la Commission du Gnie Biomolculaire (C.G.B.) constitue de reprsentants dexperts scientifiques indpendants et de reprsentants de la socit civile et dautre part, lAgence Franaise de Scurit Sanitaire des Aliments (A.F.S.S.A.) qui runit uniquement des experts scientifiques indpendants.
6) Quel est lavis des instances officielles scientifiques franaises et europennes sur le mas Mon863 ? Les autorits scientifiques franaises (A.F.S.S.A. et C.G.B.) et europennes (A.E.S.A.) ont toutes conclu  lquivalence du mas Mon863 avec le mas conventionnel. Contrairement  ce qui a t soulev par le CRIIGEN, lintgralit des informations ncessaires  lvaluation a t mise  disposition des instances dvaluation. En 2005,  lissue dvaluations successives et de discussions scientifiques sur plus dun an, la C.G.B. est arrive  une conclusion identique  celle dautres instances scientifiques comme lA.F.S.S.A. et lA.E.S.A.. En tant que rapporteur de cette valuation au sein de la C.G.B., Grard Pascal, alors directeur scientifique pour la nutrition humaine et la scurit alimentaire  lI.N.R.A., a ainsi constat labsence danomalie imputable  lalimentation  base de mas Mon863. Interview par Le Monde, M. Pascal a dclar : « la CGB avait pouss,  ma demande, les investigations sur les reins et n'avait trouv en dfinitive aucune preuve de toxicit" (Le Monde du 15 dcembre 2004). Par ailleurs, il dclareau Quotidien du Mdecin (24/02/2006)Nous [la: « CGB] avons ensuite obtenu des informations et des expertises complmentaires qui nous ont amen  conclure, un an aprs, quil ny avait pas plus de risques avec ce mas transgnique quavec un mas non transgnique. »Enfin, Marc Fellous, actuel prsident de la C.G.B. rappelle que lvaluation mene a galement conclu que les modifications observes sur les rats correspondent  des anomalies frquentes chez cet animal de laboratoire quil ait t nourri avec du mas ou non, quil soit gntiquement modifi ou non. 7) Quest-ce que le CRIIGEN ? LeCRIIGENestleComitdeRechercheetdI'nformationIndpendantessurlegnieGENtique.CeComit,prsid par Mme Corinne LEPAGE, se dit apolitique, non-militant, et indpendant. Ses intrts, lis  ceux des membres du Comit (parmi lesquels la Confdration Paysanne et la filire biologique), et ses objectifs sont pourtant clairement affichs (lapplication sans rserve du principe de prcaution pour obtenir linterdiction des OGM). Le Comit est notamment financ par lorganisation cologiste GREENPEACE et dimportants groupes de la grande distribution trouvant intrts dans la lutte contre les OGM. 8) Y a t il vraiment quelque chose de nouveau avec les rsultats prsents par le CRIIGEN ? Linterprtation prsente par le CRIIGEN ce 13 mars sest base sur les mmes donnes (tude sur rat) que celles utilises lors de lvaluation du mas Mon863 par lAgence Europenne de Scurit des Aliments, la CGB et lAFSSA.. Or, elle arrive  des conclusions diffrentes. Pourquoi ? Parce que la mthode statistique applique par le CRIIGEN na eu que pour but de soutenir la position du CRIIGEN : montrer  tout prix une dangerosit des O.G.M. quels quils soient et les refuser cote que cote. Par ailleurs, lobjectif est aussi de remttre n cause le cadre et les instances rglementaires charges dvaluer ce type de culture. 9) Qui sont les commanditaires de ltude ? Juges et parties Ltude a t commande par lassociation Greenpeace, qui milite activement contre la culture et la commercialisation des organismes gntiquement modifis en France et dans le monde. Le professeur Seralini de lUniversit de Caen, principal auteur de lanalyse et prsident du conseil scientifique du CRIIGEN, est par ailleurs connu pour ses prises de positions opposes aux O.G.M. et sur les produits phytosanitaires. Pour mmoire, M.Seralini est galement lauteur dune tude trs controverse sur les supposs effets dltres du glyphosate. A ce sujet, la Commission des toxiques charge en France dvaluer les produits phytosanitaires crit« Cettepublication, qui tente de mettre en avant une suspicion deffets reprotoxiques au travers dun mcanisme potentiel de perturbation endocrinienne, prsente plusieurs lacunes mthodologiques majeures». Par ailleurs, les auteurs de cette tude « napportent pas dlments pertinents pour dmontrer une toxicit pour lhomme ». 10) Pourquoi les conclusions de cette analyse ne sont-elles rendues publiques quaujourdhui ? Etrange concidence La publication du CRIIGEN intervient deux ans aprs que les donnes aient t rendues publiques et mises  disposition du comit, dans un contexte politique trs particulier. En effet, on ne peut que stonner que la date choisie concide avec la prparation par le Ministre de lAgriculture de dcrets relatifs aux conditions de culture des organismes gntiquement modifis,  prs dun mois des lections prsidentielles. La tentative de manipulation politique est donc flagrante.
De plus,  moins dun mois du dbut des semis de mas, il est clair que la publication de ces conclusions vise  dstabiliser les agriculteurs envisageant de semer du mas OGM cette anne, et  instaurer un climat de dfiance vis--vis des OGM en gnral. Les insinuations et les doutes sont de nature  crer un amalgame et une remise en question de toutes les applications des organismes gntiquement modifis, et notamment le mas Bt MON810 autoris  la culture en France depuis 1998. 11) Quelle stratgie se cache derrire cette opration de communication ? A travers cette opration de communication, le CRIIGEN vise  mettre en cause les instances officielles dvaluation europennes (Agence Europenne de Scurit Alimentaire) et franaises (Agence Franaise de Scurit Sanitaire des aliments et Comit du Gnie Biomolculaire). Le CRIIGEN cherche ainsi  promouvoir sa propre expertise et se crer une lgitimit (absente) sur le sujet des OGM. Enfin, la stratgie avoue du CRIIGEN est la mise en place dun moratoire sur la culture des OGM en plein champ ds cette anne, appuye par les organisations cologistes et altermondialistes (Attac, Association des faucheurs volontaires, Les amis de la terre, etc...). Cette tude est donc, ds le dpart, biaise par le parti pris et les positions partisanes de sesfinanceurs et commanditaires.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.