RAPPORT EUROPASS 2010 final SITE WEB

De
Publié par

RAPPORT EUROPASS 2010 final SITE WEB

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 96
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins
       
              
 
     RAPPORT ENQUETE EUROPASS 2010
  
 
  
 
 
e ncroEuge AF roitnoudacepE e – rancon Fmati lanoitaN ertneCn ui J –ssparoEueal ititil.anrev1020 C 2taon :ctet@2e2f.fr 
I- ORIGINE ET CONTEXTE DE L’ENQUETE.............................................................4  
II- METHODOLOGIE ...................................................................................................4  
IV- SUGGESTIONS ET PISTES D’AMÉLIORATION ...............................................19  
III- RESULTATS ..........................................................................................................6  
SOMMAIRE
 
INTRODUCTION .........................................................................................................3  
tione Naentr – Cnaec nrFtaoioFmrn ioatucEde opurE ecnegA 2f.fr ernet@2etiail.vi t :alteCo3 acnt 2in0 01 ssauJ –E laporu
INTRODUCTION   Europass, créé par la Décision 2241/2004/CE, est lancé en janvier 2005 et devient le premier cadre commun unique pour la transparence des qualifications et des compétences en Europe. Il prend la forme d’un portefeuille de compétences, conçu au niveau européen et reconnu par 31 pays. Le portfolio Europass se compose de 5 documents complémentaires mais utilisables séparément : le CV Europass, le Passeport de Langues Europass, l’Europass Mobilité, le Supplément au Certificat Europass et le Supplément au Diplôme Europass.  Ces documents ont été conçus selon la même approche, par compétences, et le même objectif qui consiste à rendre facilement compréhensible par un grand nombre – en particulier par les employeurs ou les institutions – l’ensemble des compétences d’une personne. Ces dernières peuvent avoir été acquises dans le cadre d’études, de formations, d’expériences professionnelles mais aussi d’activités personnelles. Le but final du dispositif Europass est de développer la portabilité des diplômes et des compétences en Europe par le biais de cette lisibilité accrue des compétences et du format standardisé au niveau européen de chaque document. Ainsi, les documents Europass ont pour rôle de constituer des grilles de lecture communes, utiles pour un dialogue au-delà des spécificités et des systèmes nationaux d’éducation, de formation et d’emploi.  En France, c’est l’agence Europe-Education-Formation-France qui est Centre National Europass (CNE) et qui coordonne ce dispositif sur tout le territoire. Présents dans chaque pays, les Centres Europass ont pour principales missions d’informer et d’orienter les utilisateurs ou les prescripteurs d’Europass, de promouvoir et de développer le Portfolio Europass.  Pour répondre à sa mission, le Centre National Europass français a mis en place un système de recueil des données (SRD) dont ce rapport fait état. Il développera notamment le contexte de mise en place du SRD, la méthodologie utilisée dans les enquêtes, les principaux résultats obtenus et les grandes tendances d’ores et déjà dégagées.
tre  CenonalNatioi nmrtaec– rFnaLa0 01 2.LiaitetsaporuE niuJ – se opucEdioatFon gAecneruE 2f2er .ferivt@ne 4
 
      
I- ORIGINE ET CONTEXTE DE L’ENQUETE  Pour mener à bien sa mission de développement et d’accompagnement des utilisateurs d’Europass, le CNE a besoin de visibilité sur l’état de mise en œuvre du Portfolio en France. En effet, il est nécessaire de disposer de données quantitatives et qualitatives pour à la fois connaître l’ampleur de l’utilisation des documents mais aussi l’appropriation du dispositif par les acteurs et les contextes de son utilisation.  Pour l’agence, il s’agit aussi de bien comprendre les besoins des utilisateurs des outils Europass pour ajuster au mieux son accompagnement, faire évoluer sa communication et éventuellement proposer si besoin des pistes d’évolution auprès de la Commission européenne.  Cependant, bien que coordinateur du dispositif le Centre National Europass ne dispose que de très peu de données, ne serait-ce que quantitatives, sur la mise en œuvre des documents. Ces derniers échappent pour la plupart au contrôle du CNE du fait de leurs modes de délivrance : - le CV et le Passeport de Langues sont librement téléchargeables sur le portail internet européen Europass et librement reproductibles ; - la production du Supplément au Diplôme relève de la compétence de chaque établissement délivrant un diplôme d’enseignement supérieur et il n’est pas possible de disposer de données sur sa délivrance via des outils de recueil largement utilisés (ex : logiciel de gestion de la scolarité « Apogée ») ; - le Supplément au Certificat relève de la compétence de la Commission Nationale de la Certification Professionnelle (CNCP) qui ne dispose pour l’instant pas de système de comptage ni d’aucunes autres données sur la délivrance de ce document ; - seul l’Europass Mobilité est délivré par l’Agence Europe Education Formation France et donc aisément appréhendable, du moins sur le plan quantitatif.  Pour honorer la mission qui lui a été confiée par la Commission européenne et pour pallier les difficultés inhérentes à la délivrance des documents, le CNE a mis en place ses propres enquêtes en sollicitant directement les acteurs impliqués dans l’utilisation des outils Europass. Ce travail s’avère très fastidieux mais présente l’avantage de produire, outre des données quantitatives, des données qualitatives.  II- METHODOLOGIE  1) La population  Cette enquête a été menée auprès de 1076 personnes et organismes . Une enquête spécifique a été créée pour chaque document et les personnes ont été ciblées en fonction des objectifs spécifiques de chaque document. Ainsi, on a recensé 254 participants pour l’enquête sur le CV, 359 pour celle sur le Passeport de Langues (PEL), 254 pour l’Europass Mobilité (EM) et 173 pour l’enquête sur le Supplément au Diplôme (SD). Aucune enquête sur le Supplément au Certificat n’a pour l’instant été effectuée en raison du manque de visibilité sur l’utilisation de ce document.  Dans toutes les enquêtes, les utilisateurs  ont été sollicités. En effet, il nous semblait impératif de recueillir l’avis de ce public qui est le premier concerné par ce dispositif.  Autre public qu’il nous a semblé pertinent de contacter : les personnes à l’origine de l’obtention d’un document Europass. Ces personnes sont des accompagnateurs des trajectoires éducatives et professionnelles qui effectuent des opérations de conseil ( prescripteurs ) dans le cas de l’enquête sur le CV et le PEL. Pour l’Europass Mobilité et le Supplément au Diplôme, ces personnes sont des responsables pédagogiques qui ont mis en place la délivrance automatique des documents dans leurs organismes ( délivreurs, organismes d’envoi ).  Enfin, nous avons sollicité des employeurs  et des professionnels du recrutement  pour les enquêtes menées sur le CV et le PEL. En effet, ces documents sont ceux qui sont les plus souvent utilisés dans
      
 
 une recherche d’emploi. Par conséquent, le recueil de l’avis de ce public semblait indispensable dans le cadre d’une évaluation d’outils visant l’insertion professionnelle.   2) Les outils  Pour recueillir les données plusieurs types d’outils ont été utilisés selon le nombre de personnes à contacter et de la spécificité du public visé.  Nous avons utilisé des questionnaires  dans toutes les enquêtes car ce moyen a semblé le plus approprié pour toucher un maximum de participants. Ces questionnaires ont été construits sur la base de plusieurs dimensions à renseigner pour chaque document :  - les caractéristiques sociodémographiques des utilisateurs ; - la connaissance ou non du document et la source d’information qui l’a fait connaître ; - l’intérêt général pour le document ; - les finalités de son utilisation ;  - les modalités d’utilisation.  Les mêmes types d’information ont donc été recherchés dans tous les questionnaires cependant ces derniers étaient spécifiques à chaque public et à chaque document. Des dimensions se sont ajoutées dans l’enquête sur le Supplément au Diplôme en raison de sa particularité (rendu obligatoire par circulaire dans les établissements d’enseignement supérieur).  Cette particularité nous a également amenés à adopter une méthode complémentaire pour cette enquête qui est l’entretien téléphonique. En effet, les participants à cette enquête étant très spécifiquement définis et en nombre restreint, nous en avons contacté quelques-uns et les avons questionnés sur la base des questionnaires déjà construits.   3) La procédure  Les enquêtes CV et Passeport de Langues Europass  Ces enquêtes ont été menées en plusieurs temps. Dans un premier temps, les questionnaires ont été élaborés avec le logiciel « Lime Survey » puis mis en ligne sur le site de l’agence Europe Education Formation France pour tous les documents.  Puis, une liste de contacts cibles a été effectuée pour chaque catégorie de personnes ou structures (prescripteurs/conseillers, recruteurs, titulaires) et chaque enquête. Ces contacts ont été récupérés sur internet de manière arbitraire, seule la condition d’appartenir à la catégorie ciblée était requise.  Dans un troisième temps, un envoi collectif de mails a été effectué par le biais du logiciel « Campaign Commander » le 29 mars 2010. Le contenu des mails était adapté à chaque enquête et contenait le lien renvoyant vers le questionnaire en ligne. Parallèlement, des mails ponctuels ont été envoyés à des personnes-clés (également trouvées sur internet) pour qu’elles transmettent à leur tour le mail d’accroche à leurs contacts. Des titulaires de CV Europass diffusés sur internet ont pu être contactés un à un.  Enfin, l’ensemble de ces données a été regroupé le 8 juin 2010, date à laquelle le recueil des données a pris fin.  L’enquête Europass Mobilité  Pour cette enquête trois types de procédures ont été mises en place. Depuis 2008, les Points Régionaux de Contacts (PRC), correspondants de l’agence pour la délivrance de l’EM en région font office de diffuseurs. Ils ont été chargés par le CNE d’envoyer aux organismes d’envoi en mobilité avec lesquels ils sont en relation, des questionnaires qui leur sont destinés, mais qui sont aussi destinés
5  .aititeaL 0102 nfrf.e2@2etrnveLiN taoian –eCtnerss – Juil EuropaitacF noeporudE ra Fe ncmaorontiAuE ecneg
       aux titulaires des Europass Mobilité. Les organismes d’envoi diffusent à leur tour les questionnaires à leurs publics. Ils sont ensuite renvoyés à l’agence par courrier ou par mail (adresse indiquée sur le questionnaire).  Les questionnaires sous format papier sont également insérés depuis mars 2009 dans les portfolios Europass envoyés à chaque titulaire d’un Europass Mobilité.  Enfin, le troisième mode de recueil des données est la présence du lien vers les questionnaires sur le site de l’agence et également sur la page d’accueil de l’interface permettant aux organismes d’envoi d’inscrire leurs stagiaires.  Du fait de ces procédures, ces 2 enquêtes sur l’Europass Mobilité sont effectuées en continu. Nous n’avons cependant pris en compte que les données reçues entre le 1 er janvier 2010 et le 8 juin 2010.  L’enquête Supplément au Diplôme   Là encore, différents types de procédure ont été mis en oeuvre. L’enquête réalisée auprès des titulaires  (étudiants) figure comme les autres enquêtes sur le site de l’Agence Europe-Education-Formation-France. Quelques personnes ont également été sollicitées par mail pour diffuser cette enquête auprès des personnes cibles.  Les titulaires des Suppléments au Diplôme reçoivent également les questionnaires sous format papier dans les portfolios Europass qui contiennent le document.  L’enquête auprès des délivreurs a quant à elle suivi deux procédures. Les Grandes Ecoles, après avoir été choisies de manière aléatoire, ont été contactées par téléphone. En revanche nous avons diffusé l’enquête auprès des universités par un mail contenant le questionnaire. Ceci nous a été permis par l’existence d’un réseau de vice présidents de Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire. Des relances téléphoniques ont ensuite été effectuées.  Ces différentes enquêtes ont été menées entre le 22 mars 2010 et le 8 juin 2010.   4) Traitement des données  Pour obtenir des résultats plus approfondis et lisibles nous avons fait le choix d’exploiter ces données de deux façons.  Nous avons fait un traitement statistique des données quantitatives obtenues dans « Lime Survey ». Concernant les données qualitatives, c'est-à-dire l’ensemble des commentaires et autres suggestions mentionnés dans les questionnaires nous avons réalisé une analyse de contenu qui a consisté à classer par thème et par fréquence les données brutes recueillies. III- RESULTATS  ENQUETE SUR LE CV EUROPASS  D’après les statistiques du Centre Européen pour le Développement de la Formation Professionnelle (CEDEFOP), ce document est celui qui est le plus utilisé avec 205.303 CV téléchargés et remplis en ligne en français en 2009 et déjà 111.592 au début du mois de juin 2010. Depuis 2007, son utilisation a connu une augmentation de 67,4%.   300000  200000  100000   0  2007 2008 2009 Nombre de CV téléchargés et remplis en ligne en français
 rf6 n ui1020ae LtitiiL.anrev2@te.f2ee – Centre Natioan luEorapss– J  EperoEuonticaduitamroF cnarF nocn eAeg
cutaoi noFmrtaoiAgence Europe EdaN enoitE laporuFrn cean C –tren
 
       1) Public conseillers / formateurs : 193 participants   Caractéristiques des participants   Les participants à cette enquête sont des formateurs, des conseillers en insertion professionnelle, des conseillers d’orientation ou toute autre personne accompagnant les carrières. Ils exercent leurs fonctions dans différents secteurs par ordre d’importance : - des organismes de formation (46,9%) - des services de l’emploi (15,6%) - des services d’information et d’orientation (14,6%)   Degré de connaissance du CV Europass  Environ la moitié des personnes interrogées (51,3%) connait le CV Europass. Les principales sources d’information sont : - la structure d’accueil (27,4%) - internet (19%) - une journée d’information (15,8%) - des collègues, des confrères (14,7%) Mais de manière plus marginale, les personnes interrogées ont eu connaissance du CVE par un organisme de formation, par l’Agence Europe-Education-Formation-France ou encore par le programme de mobilité Leonardo Da Vinci.   Intérêt pour le CV Europass  Parmi les conseillers et formateurs qui connaissent le CV Europass, 77,1% d’entre eux le recommandent et 64,2% pensent même que c’est un atout dans une candidature.  Ce qui est le plus apprécié dans ce document est par ordre d’importance : - son cadre standardisé permettant l’exhaustivité et la clarté des éléments ; - la valorisation de l’ensemble des compétences notamment les compétences linguistiques ; - l’uniformité européenne favorisant la mobilité et l’égalité des chances en Europe ; - la labellisation européenne donnée à la candidature ; - la possibilité d’autoévaluation ; - le cadre méthodologique fourni pour le CV.  De même, après avoir pris connaissance du CV Europass au cours du questionnaire, 45,1% des personnes qui ne le connaissaient pas pensent que son principe est intéressant.  En revanche 22,9% des personnes qui connaissent le CV Europass ne le recommandent pas. Les principales raisons sont : - la standardisation du format jugée trop impersonnelle et pas adaptable ; - la complexité et la quantité des informations à renseigner ; - l’approche inhabituelle méconnue des recruteurs.   Contenu du CV Europass  61% des conseillers et formateurs interrogés jugent le contenu du CV adapté aux utilisateurs alors que 19% le jugent trop exhaustif et 20% trop schématique.   Modalités d’utilisation  Les 2/3 des personnes interrogées (65%) trouvent le CV Europass facile, voire très facile d’utilisation alors que 35% d’entre eux le trouvent difficile et très difficile.  
@te2f2f. r 7etLaiaitiv.Lneer ssauJ –2 ni 010
8 r 2et@.f2fviL.enreteaLaitigAneecE rupo edE –uJsa s10 0ni2 tione Nauropal EecnarF nrtneC – n ioatucioatrmFo
 
       2) Public titulaires : 31 participants   Caractéristiques des participants   Les résultats des enquêtes du CEDEFOP (portant sur l’ensemble des utilisateurs du CV Europass en Europe) révèlent des caractéristiques sociodémographiques type chez les utilisateurs. En 2010, une grande partie d’entre eux (36,3%) ont entre 21 et 25 ans . On constate une évolution de l’âge des titulaires de CV Europass depuis 2007. Ceux-ci sont devenus légèrement plus âgés qu’auparavant où la catégorie moins de 20 ans était majoritaire (43% des utilisateurs en 2007). On souligne également une recrudescence des personnes âgées de plus de 35 ans, ceux-ci étaient seulement 9,5% en 2007 et représentent 20,8% des utilisateurs du CV en 2010.  Toujours selon les statistiques du CEDEFOP, on observe qu’une large part d’entre eux (41,3%), n’ont aucune expérience professionnelle . Cependant, le nombre de personnes dans cette catégorie a légèrement reculé depuis 2007 au profil de personnes bénéficiant d’une grande expérience professionnelle (+ de 10 ans).  Les résultats des enquêtes Europass du Centre National Europass ont permis de compléter ce profil type de l’utilisateur du CV. On constate que 82,1% d’entre eux sont issus d’une formation d’enseignement supérieur. Ceux qui occupent un emploi sont majoritairement (37,5%) dans la catégorie socioprofessionnelle des cadres.   Sources d’information sur le CV  Les sources d’information majoritaires sont par ordre d’importance : - les établissements d’enseignement supérieur (24,3%) - internet (22,5%)  - les organismes de formation (12,9%)  On observe que les établissements d’enseignement supérieur sont plus largement cités qu’en 2009 (+10,3 pts) et détrônent désormais internet.   Intérêt pour le CV Europass  Les titulaires de CV Europass interrogés jugent à 77,4% que c’est un outil intéressant. Ce qu’ils apprécient le plus dans ce CV est sa forme claire, identique pour tous et exhaustive et le fait que son format soit commun au niveau européen.  En revanche, ils déplorent son manque d’esthétisme et l’attitude des recruteurs vis-à-vis de celui-ci.   Les finalités d’utilisation  93,3 % des utilisateurs interrogés estiment que ce CV leur a permis d’identifier, au moins en partie, leurs compétences alors que 6,7% expriment le contraire.  Plus de la moitié des personnes détentrice du CV (53,3%) envisage de s’en servir pour rechercher un emploi, 20% pour évoluer professionnellement et 16,7% dans le cadre d’un projet en Europe ou à l’international. Il est à noté que l’évolution professionnelle est de plus en plus citée (+10pts par rapport à 2009).  On constate qu’une large partie des utilisateurs est néanmoins tournée vers la mobilité géographique puisque 76,7% d’entre eux envisagent de partir en mobilité.   Contenu du CV Europass  En ce qui concerne le contenu du CV, une très grande majorité des utilisateurs (93,9%) jugent l’organisation de ses rubriques pertinentes.  
 9frf.e2@2etrnve uin  – JpassEuro.aiLititL ea0201itamF nocnar – entCe Nreioatl naAegcn euEorpe Education For
 Modalités d’utilisation  90% des répondants pensent que cet outil est facile, voire très facile à utiliser alors qu’ils ne sont que 10% à l’avoir trouvé difficile. D’ailleurs, 74,2% l’ont utilisé seuls.   3) Public recruteurs : 33 participants   Caractéristiques des participants   Les participants à cette enquête exercent le plus souvent (44,4%) dans le secteur du service aux entreprises (ex : cabinets conseils). Les 2/3 d’entre eux exercent dans des petites structures (0-49 personnes). Seulement 50% d’entre eux effectuent plus de 10 recrutements par an.   Degré de connaissance du CV Europass  Parmi les recruteurs répondant à l’enquête, les 2/3 (66,7%) connaissent  le CV Europass alors que l’on n’en comptait que la moitié en 2009. Les principales sources d’information sont : - les candidats qui l’utilisent (28,6%) - les collègues et confrères (14,3%) - leur lieu de travail (14,3%)  Cette nouvelle source de connaissance que constituent les candidats, est un révélateur concret de l’augmentation de l’utilisation du CV Europass.   L’utilisation du CV Europass  En ce qui concerne la fréquence de confrontation des recruteurs avec le CV Europass, elle reste mitigée. 50 % des participants qui connaissent le CV Europass, disent en recevoir, principalement au cours de recrutements européens.   Intérêt pour le CV Europass  Une majorité de recruteurs jugent cet outil intéressant (57,1%) après en avoir pris brièvement connaissance. 63,7% de ceux qui le connaissaient déjà estiment même que la présence d’un tel CV dans une candidature constitue un atout pour le postulant. On note cependant une part non négligeable de recruteurs (38,1%) qui réserve leur avis, sans doute à cause d’une connaissance insuffisante de l’outil.  Ce que les entreprises et recruteurs apprécient le plus dans ce CV est par ordre d’importance : - le format standardisé qui leur permet une uniformité des candidatures, une rapidité de lecture ce qui facilite les comparaisons  - le format européen qui facilite la mobilité en Europe - le support méthodologique que constitue ce CV  En revanche, ce cadre standardisé comporte également pour eux des inconvénients notamment le fait que le CV est trop impersonnel et de ce fait efface certaines informations sur le candidat. Certains le trouvent également trop cadré et incomplet.   Contenu du CV Europass  La moitié des recruteurs interrogés (50%) jugent le contenu du CV adapté aux utilisateurs alors que 18,2% le jugent trop exhaustif et 31,8% trop schématique.   Modalités d’utilisation  58,3% des répondants pensent que cet outil est facile, voire très facile à utiliser alors qu’ils ne sont que 41,6% à l’avoir trouvé difficile.  
      
 
        L ES POINTS -CLES DE L ENQUETE CV    C’est le document le plus utilisé du portfolio Europass et le plus connu de tous les acteurs de l’enseignement et de la formation.   Environ la moitié des professionnels de l’accompagnement des carrières le connaissent, il est également de mieux en mieux connu des recruteurs qui en reçoivent de plus en plus mais cela reste marginal.   Les personnes qui utilisent le CV Europass ont majoritairement moins de 25 ans, sont sans expérience professionnelle et avec un haut niveau d’études. On observe cependant une augmentation des personnes plus expérimentées ayant plus de 35 ans.   L’utilisation du CV est largement réservée à la recherche d’emploi mais on observe une augmentation de son utilisation dans le cadre d’évolutions professionnelles ce qui conforte les résultats précédemment cités.   Globalement le CV est très apprécié de ses utilisateurs, il est également fortement apprécié des conseillers/formateurs mais dans une moindre mesure des recruteurs même s’ils sont une majorité à le recommander. Ce qui est le plus apprécié est le cadre standardisé qui permet une meilleure lisibilité de tous et l’uniformité européenne.   Les principaux points négatifs soulevés sont le manque de personnalisation, l’esthétisme et l’attitude des recruteurs vis-à-vis de cette approche innovante.   Les utilisateurs évaluent très majoritairement cet outil comme étant facile d’utilisation, c’est aussi le cas des conseillers/formateurs alors que les recruteurs émettent un avis plus mitigé.   La moitié des recruteurs n’est pas entièrement satisfait du contenu du CV contrairement aux utilisateurs et aux conseillers, le 1/3 d’entre eux le trouve trop schématique.   ENQUETE SUR LE PASSEPORT DE LANGUES EUROPASS   Les enquêtes du CEDEFOP ont montré ces dernières années une augmentation  de l’utilisation du Passeport de Langues Europass (PEL) qui est passé de 11.741 documents remplis en ligne ou téléchargés en 2007 à 13.753 documents en 2009 soit une évolution de 17,1%. L’évolution du PEL est donc beaucoup moins importante que celle du CV Europass.  15000 10000 5000 0 Nomb 2 r 0 e 0 d 7 e Passeport d 2 e 0  0 L 8 angues télécha 2 r 0 g 0 é 9 s et remplis en ligne (FR)  1) Public prescripteurs : 341 participants   Caractéristiques des participants   Les personnes interrogées sont principalement : - des enseignants en collèges et lycées (36%)  des enseignants universitaires (30%) -- des organismes de formation professionnelle (16%)
 
 
enAg Ece10r L.vireen@te2f2f.in 2010 LaetitiaporuE lauJ – ssatren C –ontiNae taoioFmrnaec nrFe Eduropion ucat
 Degré de connaissance du Passeport de Langues Europass   Moins de la moitié des prescripteurs ayant répondu à l’enquête (44%) déclarent connaitre le PEL contre 56% qui ne le connaissent pas. C’est moins qu’en 2007 où 51% des personnes interrogées déclaraient connaître le PEL.  Les sources d’information majoritaires sont par ordre d’importance : - le lieu de travail des personnes interrogées (44,1%) - internet (21,7%) - les organismes de formation (9,1%)   Intérêt pour le PL Europass  Parmi les personnes qui connaissent le PEL, 53,9% le recommandent à leurs publics. Les personnes qui ne le connaissent pas encore disent le trouver intéressant à 72,7% après avoir pris connaissance de son contenu.  Il est apprécié et recommandé pour plusieurs raisons : - il permet de faire un bilan précis des compétences linguistiques de soi et des autres ; - il permet de faire valoir ses compétences auprès des recruteurs ; - son uniformité européenne permet une évaluation et une compréhension commune en Europe ; - sa forme synthétique et exhaustive permet une présentation lisible ; - il permet une « officialisation » du niveau linguistique.   On remarque cependant qu’une part non négligeable (46,2%) des personnes interrogées connaissant le PEL ne le prescrit pas. En cause, un certain nombre de points négatifs soulevés : - le manque de fiabilité de l’évaluation jugée notamment trop subjective et incomplète ;  - le format trop exhaustif ; - la complexité de l’évaluation ; - le manque d’adaptabilité pour tous les profils.    Les finalités d’utilisation  Globalement, la majorité des personnes interrogées (80,7%) juge ce document utile,  voire très utile. Pour eux, son utilité réside dans le fait que c’est un atout professionnel supplémentaire (63,6%), cela valorise les langues dans les sélections (16,9%) et cela favorise la mobilité (11,7%).   Contenu du PEL  73,2% des personnes connaissant le PEL le trouve adapté aux besoins de ses utilisateurs. 14,5% le trouvent trop schématique contre 12,3% qui le trouvent trop exhaustif.   Modalités d’utilisation  76,3% prescrivent le PEL en lien avec le portfolio européen des langues. Par ailleurs, 79,8% des répondants considèrent que l’utilisation du PEL est facile, voire très facile alors qu’ils sont 20,2% à considérer que l’utilisation du PEL est difficile.   2) Public titulaires : 2 participants  Le trop faible nombre de répondant ne permet pas d’analyser statistiquement les réponses. Voici donc les quelques éléments qui ont été communiqués, ceux-ci ne sont en aucun cas représentatifs.  Les 2 participants à cette enquête ont plus de 50 ans, sont diplômés de l’enseignement supérieur et occupent un emploi de cadre. L’un d’entre eux vit à l’étranger. On retrouve là les caractéristiques des utilisateurs du CV Europass.
 
      
2 ni 010teaLaiti Ealopurs asJu–  r11.Livernet@2e2f.fdE eporu noitacu EceenAgnert– C itno eaNatioFormancen Fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.