RP3 / Évolution du métier de l'ingénieur territorial : réforme ou ...

De
Publié par

RP3 / Évolution du métier de l'ingénieur territorial : réforme ou ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 407
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
RP3 / Évolution du métier de l’ingénieur territorial : réforme ou révolution ?
Animateur : Philip SION Co-responsable des groupes de travail nationaux à l’AITF, Ingénieur réseaux et télécoms, Conseil général des Bouches-du-Rhône
Le CNFPT et l’AITF s’associent pour mener une étude
Philippe BAILBE Directeur de la délégation régionale Première Couronne, CNFPT
L’offre de formation du CNFPT
G râceà l’observation des situations professio nne lles, le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFP T)dé finitdes métiers et les décline en référentiels de compétences. C esdern ie rssont ensuite détaillés en référe ntielsde forma tion,à partir desquels le CNFPT co nstruits onoffre de form ation.L’o bservationdes situations professionnelles estconduite par des pôles de compétences, chargés d’animer des réseaux associant des professionnels du m étierconcerné, des experts de la formation ainsi quedes chercheurs. Pour les services techniques urbains, ces pôles de com pé tencessont regroupés au sein de l’Institut National Spéc ialiséd’Études Territoriales (INSET) de Montpe llie r.
Un partenariat naturel
Le rôle et les missions confiées aux services techniques urbains ont évolué ; c’est pourquoi il est nécessaire que les ingénie ursterritoriaux développent de nouvelles compé tences . L’Association des Ingé nieursT erritoriauxde France(AIT F)a souhaité mener une étude pour les repé rer.Le CNFPT s’est tout naturellement asso ciéà cette démarche, qui perm ettra égale m en tà term ed’onte nusde formation aux besoins de coa da pterles cm péte ncesdes ingénieurs territoriaux. Le projet a été divisé en deux phases. La première étape consiste à réaliser un état des lieux de l’emplo ides ingénieurs territoriaux. Ensuite, la seconde éta pes’a pparenteà une étude prospective destinée à définir la manière dont lescom pé tencesdes ingénieurs territoriaux évolue rontà l’avenir. Cette étude aurait dû comm e ncer au sortir de l’été 2010, mais il a sem blépréférable de la retarde ren raison de l’imm inencede la réforme du cadre d’em plois des ingé nieursterritoriaux.n cadre d’etion d’uoism plLa réformnduira à la créae co co m plé mentaire.le formation initialeplique pour le CNFPT de créer une nouvel, ce qui im
1
Premiers résultats de l’état des lieux
Joël ROY Directeur Espace public, Ville de Grenoble
Déroulement de l’enquête
L’enquête destinée à établir un état des lieux du mé tierd’ingé nieu rterrito rials ’estdéroulée en quatre temps .Plusieurs rencontres ont d’abord étéorganisées pour parvenir à établir la trame d’un questionnaire. Celui-ci a ensuite été testé auprès d’une quinzaine de personnes, puis un ca dred’in terviewdéfinitif a été validé. Enfin, l’enquê tea été diffusée par e-mail et les réponses récoltées ont été synthétisées dans un rapport. Les 216 ingénieurs interro géssont issus de territo iresvariés et comptent entre trois etquinze d’ancienne tédans la fonction publique.
De l’expert au professionnel polyvalent
L’enquête révèle que les ingénieurs territoriaux doivent composer avec des contraintes fina nciè resde plus en plus prégnantes. Par ailleu r s,l’évo lutiondu cadre législatif et la montée des enjeux environnem entauxconstituent d’autres préocc upationsm aje uresde ces ingénieurs. Ils considèrent également que l’évolution de leur métie rleu rim posededesdévelop per co m pétencesgénéralis teset managériales et une véritable polyvalence, alors qu’ils ont avant tout été recrutés pour leurs savoirs d’expert. Les ingénieurs territoriaux reconna issentque les collectiv itéssubissent des profondes mutatio ns,mais alors que les uns affichent une postu reanticipatrice, d’autres ont plutô ttendance à subir ces changements.
Profiter de la réforme pour valoriser les compétences
Arnaud BONNIN
Directeur adjoint DDERM, Ville de Nice etVice-président de l’AITF
Faire face au vieillissement
Le projet de réforme des collectivités territoriales prévoit de sépare rle cadre d’emplo isdes in génieu rste rritoriauxen deux parties. Jusqu’ici, le cadre unique d’emplois assurait une fluidité dans l’évolution de carrière. Mais il faut profiterde ce changem en tpour faire éme rgerde nouvelles compétences au sein des collectivités. Par ailleurs, les collectiv itéste rritoriales co m pte ntenv iron1 800 0ingén ieurs; or, entre2001 et2012 ,la moitié d’entre eux aura a ttein tl’âge de 60 ansrecrute m ents. Il est donc nécessaire de procéder à de nouveaux po urrem placerpro gressiveme ntcette population vie illissante.
ent ?Le concours externe : moyen d’avancement ou recrutem
Le projet de séparation du cadre d’emplois des ingén ieursterritoriaux prévoit de mettre en place un concours sur titre. Une liste des diplômes des écoles d’ingé nieursreconnus sera join te au texte de la réforme. Le concours comportera unevoie externe et une voie interne. À ce
2
Commentaire A1:Nous ne connaissons pas la signification de ce sigle, pouvez-vous nous aider ?
jour, 96% des candidats qui se présentent au concours externe exercent déjà dans une co llectivité.Dans ces conditions, il sera difficile de parvenir à recruter de nouveaux agents. Le co ncou rsest utilisé à des fins d’avance mentet nonà des fins de recrutement. Si l’existence du co ncou rsinterne doit perdurer, de manière à reconn aître les com pétencesdu personnel en poste, il est éga lem entindispensable dere donnerune véritable place au concours e xterne.
Adapter la formation d’intégration
A ctuellem e nt,les candidats reçus au concours d’ingén ieurte rritorialbéné ficientd’une formation d’intégration d’une durée de cinq jours. Ilsera itinté ressantd’allonge rce temps de formation, qui pourrait prendre la forme d’une période de formation en alternance .Dans ces co nditions,une telle formatio npourra itê trediplô m a nte.Pa railleurs, il convient de confier la m aîtrised’ouv ra gede l’ensem blede ces formations à une unique structure com mele CNFPT.
Un renouvellement nécessaire de la formation
Dominique LAGRANGE Directeur de la formation, INET-CNFPT
Les postes d’ingénieurs territoriaux s’a pparen tentde plus en plus aux postes de cadres supé rieurs.Les ingénieu rsso ntplus souvent associés à la réflexion menée avec les élus .Par ailleurs, il devient également nécessaire pour lesingénieurs en chef d’avoir une maîtrise du m ana gem entstraté gique.Face à ces évolutions des compétences requises, il est nécessaire de renouveler la forma tionpro poséeaux ingénieurs territoriaux.
Une formation initiale plus longue et plus complète
Le CNFP Ts ouha itemettre en place une formation initia ledes ingénie ursterrito ria ux,form ation qui durerait 12 mois et serait articulée entre destem psde formation théorique et des stages. En raison de la diversité des profils des candidats quise présentent au concours, il est nécessaire que cette formation réponde aux besoinsindividuels de chacun. Il sem ble notam m entprimo rdiald’acco rderune place importan t e,dans le contenu de form ation,aux co m pétencesde managem ents tra té gique.En effet, les ingénieurs territoriaux assurent de plus en plus une fonctio nd’a ppu iaux élus en matière de conception, de pilotage et d’évaluation des po litiquespubliques. Outre ses compétences techniques, l’ingénieur territorial doit maîtriser des com péten cesmana gérialestransversales et avoirune connaissance suffisante du cadre régle m enta ireeuro péen(les directives européennes ontdes répercussions sur le fonctionnem entdes collectivités territoriales). Grâce à une telle formation,les ingénieurs territoriau xbénéficieront d’un socle de culture technique professionnelle .
Développement de la formation continue
En ce qui concerne la formation tout au long de lav ie,un cycle de manageme ntde l’encadreme ntsu pé rie ura été mis en place dans lesPays de la Loire. Il regroupe 17 participants, parmi lesquels dix sont des ingénieurs territoriaux. Souvent, ils se situent à un
3
Commentaire A2:Est-ce bien l’idée exprimée par l’intervenant ?
tournant de leur carrière et doivent ma îtriserdes compétencestransversales pour piloter un projet de la collectiv ité.
Des outils pragmatiques pour évaluer la conduite du changement
Joël ROY
Évaluation du service rendu
À Greno ble,un dispositif de main courante électronique a été mis en place pour recenser toutes les deman desd’intervention sur le domaine public. Cet outil, qui se présente sous la forme d’une matrice, perme tde procéder à une répar titionoptimisée des moyens d’intervention. En 2009, 2 500 demandes ont été rece nséesdans cet outil et 65 % d’entre elles ont été traitées en moins de sept jours. Outre ce dispositif d’évaluation quantitative, la m unicipa litéa égalem en tc rééun observato irede la nette té.Il a pour but d’évaluer l’action des serv icesinte rvenantsur l’espace public et d’obje c tiverla mesure de son état de propreté en fonction de critères tels que la présence de graffitis ou de déchets.
Évaluation de la performance
La ville de Grenoble mène un comba tpermanent contre les tags. Débordée par ce phénomène, elle a cho isid’ex terna liserle traitem entdes dégradations des quartiers extérieurs de la ville. De plus, l’utilisation d’une application numérique perm etdés orm aisde relever la superficie de la surface taggée et le délai d’intervention des agents. Ensuite, il est possible de com pare r l’efficacité du personne lde la municipa litéà celu ide l’entre prisesous-tra itante.
Conduite du changement
Enfin, la ville de Greno blea mis en place un plande propreté afin de rationaliser l’utilisation des moye nsde nettoyage mun ic ipa ux.Les parcours dene ttoya geétaien tcartographiés et in tégrésda nsu nSystème d’Inform a tionGéogra ph ique(SIG ).Le plan de propreté a ensuite été dé terminéen fonction de plusieurs critè res(s urfac etra itée,fréquence de nettoyage…).Le fait d’ass ocierles agents de la collectivité à cette dém archea facilité la réorg anisa tion des services.Philip SION Les outils informa tiquesfacilitent les démarches co lla bo ratives.Il faut donner aux mana gers les moye nsde prendre en com ptel’av isdes agents territoriaux et pas seulement la voix des élus.
Échanges avec la salle
D ela salle(Jé rômenvironne ment,adjoint à l’eD irecteurPIG É,– Pas deN ordrégiona lCo nseil Calais) Quand la sépa rationdu cadre d’em ploisau ra-t-ellelieu ?
4
D o miniqueLAG RAN GE C echa ngem entest imminent. Plusieu rstextes serontprochainem entlivrés par la Direc tion G énéra ledes Collectivités Locales (DGCL).
Adéquation entre l’offre et la demande
D ela salle(Daniel GAUT RAUD,rque)de DunkeV ille La forma tiondis pe nséepa rles écoles d’ingénieurs transmet-elle les compétences nécessaires po uroccuper un poste d’ingénieur territorial ? D o miniqueLAG RAN GE La dimension territoriale est peu abo rdéeau cours dela formatio ndis penséepa rl’École des Ponts et Chaussées. En revanche, celle de l’École Natio naledu Génie Rural, des Eaux et des Forê ts(EN G RE F)perm e td’appré henderles thématique sde l’aménage mentdu territoire. D ela salle(Daniel GAUT RAUD) Il est profitable que les ingénieurs territoriaux soie ntissus de différentes écoles ; néanmoins, il est nécessaire qu’ils ma îtrisentun socle de compé t encesco mm un. D ela salle(François GUILLOT, Ville de Caen) Dis pose-t-o nde plus amples informations sur les chan gem entssta tutairesqui se profilent ? Par ailleurs, des ingénieurs de la fonction publique d’Éta texerce ntleu rsfonctions dans la fonction publique territoriale mais bénéficient de meilleure sconditio nsde rémuné ration. Arn au dB O N N IN La création de statuts homogènes pour les fonctionn aires territoriaux et de l’État serait profitable. En outre,ux puissent accédudrait que les ingénieurs territoriail faser à de po stesplus attractifs en fin de carndicesrière en les faple, bénéficier des iisant, par exem de traitement les plus élevés (1015 et HEA, par exem ple).
Dispositif d’avancement
D ela salleice admChef de servM ULET,(M arie-Christineet financier à la direction duinis tra tif dévelo ppem entte rritoria l,Conseil régional Nord – Pas de Calais) Qu’a dv iendra-t-ildu passage de l’entretien nécessaire pour atteindre le poste d’ingénieur en chef ? Arn au dB O N N IN La réform ene donne pas d’informatio nssur ce sujet. D ela salle(Jean-Pierre AUGER, AITF) L’AIT Fsouhaite que le dispos itifd’avancement qui sera mis en place profite aux agents qui le m éritent.
5
Commentaire A3:Est-ce bien cela ?
Commentaire A4:Nous ne connaissons pas la signification de ce sigle, pouvez-vous nous aider ?
Arn au dB O N N IN Le concours externe peut égalem en tserv irde moyen derec onna issancedes compétences des agents qui sont déjà en poste.
Trouver un poste après la réussite au concours
D ela salle(M arie-ChristineM ULET) Pour les lauréats du concours, il est difficile detrouver un poste en adé quationavec le grade qu’ils ont obtenu. Philippe BA ILB E En effet, les jeunes ingénieu rsreçus au concours d’in génieursen chef peinent à trouver un poste à la hauteu rde leurs compétences. L’am bitiondu CNFPT est de leur donner toutes les clés nécessaires pour être recrutés dans les collec tivitéslocales. D ela salleLa réform edu cadre d’emplois des ingé nieursprendr adu temps. Philippe BA ILB E Il est important que la formation des ingénieurs territoriaux soit professionnalisante ,qu’e llese déroule en alternance et qu’elle soit com para bleà celledes adm in is tra teurs .Le CNFPT a im a giné,à cette aune, les partenariats envisagea bl esavec les écoles d’ingénieurs.
Vers des postes de cadres dirigeants
D ela salleConseil général de la Lozère)OUZILLA R D,(Patrice B Le cadre d’emplois des ingénieurs en chef sera-t-ilé quivalentà celu id’un haut-fonctionnaire ou ne représentera-t-il que l’aboutissement d’une ca rrièrequ ires teradans le champ technique ? D o miniqueLAG RAN GE Le sin génie ursen chef devront pourvoirdre me nttes d’encaaccéder à des pos s upérieurdres dirigeants avec unefil de cauront le proIls aterritoria les.c ollec tiv ités des pré dom inancedes compétences techniques. D ela salleontpellie r)dagogique, CNFPT-INSET de MOUX, service pé(Jean PIAL Les derniers jurys du concours ont souhaité recruter des jeunes ingénieurs à fort potentiel. Les co llectivitésne sont pas habituées à ce type de recrute m en t.Il faut changer l’image de l’ingénieur en chef.
6
Sigles
A IT F: Associa tiondes Ingénieurs Territoriaux de France C NFPT: Centre National de la Fonction Publique Territo ria le DGCL : Direction Générale des Collectivités Locales EN G RE F: École Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts INS ET: Institut National Spécialisé d’Études Territo ria les SIG : Système d’Informa tionGé ographique Compte-rendu des Entretiens territoriaux de Strasbourg er 1 et2 décembre 2010 © CNFPT INET 2010 Réalisation :
7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.