0 Urgent

De
Publié par

0 Urgent

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 170
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Paris, le 16 décembre 2008
- 1 –
The Boston Consulting Group
Natacha Boigegrain
Responsable Relations Presse
Tél. : 01 40 17 15 74
boigegrain.natacha@bcg.com
Harrison & Wolf
Dominika Tomaszewska
Tél. : 01 41 49 70 48/ 70 44
d.tomaszewska@harrison-wolf.com
Selon le BCG, la crise affecte la bipolarisation des marchés et va
impacter fortement la consommation des ménages européens.
L’étude annuelle du Boston Consulting Group (BCG) sur la consommation et la
« bipolarisation des marchés », aussi appelée « Trading-Up, Trading-Down »
révèle que la crise aura un impact sans précédent sur la consommation des
ménages européens. Ainsi, pour 70% des Français, la crise sera plus grave que
les précédentes et pour 90% d'entre eux, elle affectera leurs dépenses.
La 4
ème
édition de cette étude a été menée auprès de plus 7000 consommateurs
européens dont 1 000 français, à la fin du mois d’octobre 2008. Elle permet de
mesurer l’impact de la crise sur les intentions et les comportements d’achat des
consommateurs, par rapport aux années passées. Les résultats indiquent que la
crise a déjà un impact important sur le comportement des consommateurs, largement
dû à un fort sentiment d'incertitude quant à l'avenir. Il est probable que la
consommation ne jouera pas autant un rôle de résistance que dans les crises
passées.
La moitié des Français (49%) compte ainsi réduire leurs dépenses dans les 12 mois à
venir,
contre 31% il y a un an, une évolution spectaculaire que l’on observe aussi
dans les autres pays européens. Plus d'un tiers des français prévoient déjà de
dépenser moins pour les fêtes de fin d’année. C’est d’abord pour renforcer leur
épargne que les consommateurs prévoient de réduire leurs dépenses, avant
d'anticiper les difficultés d’accès au crédit ou la perspective d’une perte de revenus
ou d’emploi. «
Les consommateurs adoptent des restrictions par anticipation en
prévision de temps à venir, qu’ils envisagent comme particulièrement difficiles
»,
indique Emmanuel Huet, responsable mondial du Centre d’Expertise Etudes
Consommateurs du BCG. Seuls 22% des Français pensent que la situation va
commencer à s’améliorer prochainement, contre 46% des Français estimant que la
situation économique ne s’améliorera pas avant plusieurs années.
Certaines catégories de produits sont plus fortement touchées que d'autres
Pour réduire leurs dépenses, les Français évoquent 3 principales mesures : reporter
dans le temps les achats onéreux, réduire ceux qui apparaissent comme « non-
essentiels », et systématiser la recherche de produits en promotions. Des priorités
que l’on retrouve dans les catégories dans lesquelles les Français indiquent être les
plus susceptibles de réduire leurs dépenses : restaurants, vacances, habillement,
produits électroniques et voitures. Les magasins de type discount bénéficieront de la
recherche des prix les plus bas, les Français envisageant d'y faire plus souvent leurs
courses.
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Paris, le 16 décembre 2008
- 2 –
The Boston Consulting Group
Natacha Boigegrain
Responsable Relations Presse
Tél. : 01 40 17 15 74
boigegrain.natacha@bcg.com
Harrison & Wolf
Dominika Tomaszewska
Tél. : 01 41 49 70 48/ 70 44
d.tomaszewska@harrison-wolf.com
D’autres catégories semblent moins exposées, les produits alimentaires frais restent
une priorité pour les consommateurs européens en général et pour les Français.
Concernant les produits écologiques, si les Français sont plus disposés à payer
davantage pour ceux-ci que l’an passé, ils ne sont toujours que 11% à les rechercher
et acheter régulièrement, quand 31% des Européens ont adopté un comportement
d’achat écologique plus systématique.
La « bipolarisation des marchés » étudiée par le BCG depuis 8 années se trouve
fortement affectée par la crise. La tendance à acheter au meilleur prix ou le moins
cher "Trading down" est encore amplifiée par la crise, elle concerne 58% des
consommateurs en moyenne sur l’ensemble des 100 catégories de produits
couvertes par l’étude, gagnant en France 6 points par rapport à 2007, où déjà une
forte augmentation avait été constatée. La tendance à monter en gamme "Trading
up" et à dépenser plus sur certaines catégories de produits se réduit encore, passant
de 12% en moyenne à 6% seulement. Ce sont des niveaux historiques dans les deux
cas. Les situations varient néanmoins fortement d’une catégorie à l’autre, et pour
certains produits ou services, des consommateurs restent prêts à payer plus : pour
les vacances par exemple, si une majorité prévoit de réduire leur budget qui leur est
dédié cette année, pour 14% des Français, c'est un domaine dans lequel ils sont
prêts à dépenser plus.
Comprendre les nouveaux arbitrages des consommateurs, un impératif pour
les entreprises
Les résultats de cette quatrième étude annuelle du BCG sur la consommation et la
« bipolarisation des marchés » montrent des évolutions sans précédent dans les
attitudes et intentions d’achat des consommateurs. Ils consommeront avec plus de
retenue et d’attention, ils sont prêts à reconsidérer et changer leurs habitudes et leurs
choix. Ce sont de nouvelles dynamiques qui se mettent en place.
«
Toutes les
catégories et marques sont touchées, mais de manière spécifique. Les entreprises
doivent rapidement remettre à jour leur connaissance de leurs consommateurs. Elles
éviteront les réponses standards, unilatérales ou mal considérées et pourront prendre
les bonnes décisions pour résister et gagner dans ces temps difficiles. Le
changement crée toujours des opportunités
», suggère Emmanuel Huet, précisant
que la crise servira de révélateur des forces et faiblesses des m+arques et des
entreprises. Selon le Boston Consulting Group, les entreprises qui gagneront auront
su prendre les bonnes décisions dans 4 domaines : adapter ses stratégies de prix,
promotion et communication ; engager immédiatement une politique de réduction de
coûts ciblée ; identifier les opportunités de croissance externes créées par la crise ;
enfin continuer à investir pour préparer la sortie de la crise.
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Paris, le 16 décembre 2008
A propos du Boston Consulting Group
- 3 –
The Boston Consulting Group
Natacha Boigegrain
Responsable Relations Presse
Tél. : 01 40 17 15 74
boigegrain.natacha@bcg.com
Harrison & Wolf
Dominika Tomaszewska
Tél. : 01 41 49 70 48/ 70 44
d.tomaszewska@harrison-wolf.com
Depuis sa création en 1963, le Boston Consulting Group aide les plus grandes
entreprises à bâtir un avantage concurrentiel durable.
Au BCG,
nous sommes convaincus que les meilleures pratiques ou analyses
concurrentielles ne suffisent pas à créer de la valeur sur le long terme.
Un
changement positif nécessite de porter un regard nouveau sur l'économie, les
marchés et les capacités organisationnelles afin de définir et de délivrer des
stratégies gagnantes. Pour nous, chaque mission est unique et constitue un
ensemble d'opportunités et de contraintes pour lesquelles il n'existe pas de solution
standard.
Présent dans 38 pays à travers 66 bureaux, le BCG intervient dans tous les secteurs
d'activités et auprès de toutes les fonctions des entreprises.
Depuis son ouverture en 1973, le bureau de Paris connait une forte croissance. Il
figure aujourd'hui parmi les plus importants bureaux de BCG dans le monde avec
300 consultants. Pour plus d'informations, vous pouvez visiter notre site Internet :
www.bcg.fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.