partie 4.Transp

De
Publié par

partie 4.Transp

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 138
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins
Partie 4
Comment évaluer les performances et, en
particulier, la rentabilité ?
 
 
 
1.  Les différents types de ratio
2.  faire parler les ratios
3.  le point mort ou seuil de rentabilité
4.  l’analyse financière et boursière
5.  la rentabilité financière et l’effet de levier
1
 1. Les différents types de ratio  Les ratios de performance Généralement : un résultat / un moyen Les ratios de productivité = VA /un ‘stock’ de facteur de production. VA / Effectif moyen = Ratio de productivité du travail VA / immobilisations corporelles = ratio d’efficacité du capital fixe Une VA par an et par tête inférieure à 30 000 euros est en général considérée comme problématique.  Le coût salarial unitaire (csu) = masse salariale / valeur ajoutée Masse salariale = W.N W = salaires et charges salariales moyen par tête N =effectif salarié csu = WN/VA ou W / productivité apparente du travail Les ratios de marge = 2 flux de revenus
 
2
 
La marge d’exploitation (en %) = Résultat d’exploitation / CA (hors taxes)
 L’analyste peut aussi suivre la marge courante = Résultat courant / CA (hors taxes). Ce ratio est parfois appelé ‘profitabilité’  Les ratios de rentabilité  Rapport entre un flux de revenu et un ‘stock’ de facteurs de production ou de capitaux La rentabilité économique (Réco) : au dénominateur l’actif économique ou capital engagé La rentabilité financière (Rfin): au dénominateur les capitaux propres Donc les numérateurs diffèrent. Lequel choisir ?  
 
3
Rentabilité économique : EBE / capital engagé (avant impôt) ou RE-IS / capital engagé (après impôt) Rentabilité financière : résultat net / CP  Qu’est ce que le capital engagé ? = actif économique (AE), voir le bilan pool de ressources Rappel : L’actif économique se compose de l’actif immobilisé (noté K) + le BFRE ·  Sont exclus les actifs circulants hors exploitation ·  Pas de traitement standard des actifs financiers immobilisés ·  La trésorerie active (T a ) est déduite de la dette financière (notée D f )  AE = capital engagé = K + BFRE = CP + (D f -T a )
 
 
4
2. Faire parler les ratios : la décomposition en plusieurs ratios  · La rentabilité économique (Réco)   Classiquement, la Réco se décompose en un produit de 2 ratios : Réco = REX/AE = REX/CA * CA/AE REX/CA = un ratio de marge (pouvoir de marché) CA/AE = un ratio de rendement (efficacité) de l’actif  ou de 3 ratios : Réco = EBE/AE = EBE/VA * VA/CA * CA/AE EBE/VA = taux de marge (partage de la VA) VA/CA = mesure le degré de transformation du produit     
 
5
Deux décompositions de la rentabilité économique : Toyota et Ford  1. ‘Toyota’ la rentabilité est guidée par le marché, l’actif économique s’ajuste à la demande rapidement. EBE/AE = EBE/[K + BFRE] = EBE/CA * CA/ (K + BFRE)    EBE/CA = ratio de marge   CA/(K+BFRE) = délai de rotation de l’actif économique  2. ‘Ford’ la deuxième décomposition met l’accent sur l’organisation de la production dont l’efficacité peut s’exprimer par le ratio VA/N EBE / AE = EBE/VA * [VA/N] / [K/N +BFRE/N]
 
6
 Les PME et les grandes entreprises  Les PME se caractérisent par un ratio de rentabilité économique EBE / AE supérieur.  Cependant, les grandes entreprises se caractérisent par : . un ratio de marge REX/CA supérieur (pouvoir de marché) . un ratio BFRE/CA inférieur (elles tirent avantage du crédit inter-entreprise). Leur handicap : CA / AE est moins élevé (l’actif économique comprend des immobilisations financières qui pèsent plus).
 
7
 La rentabilité financière (Rfin) Rappel : c’est la rentabilité de l’actionnaire. Elle dépend : - de la rentabilité économique (+) - du taux d’intérêt apparent (ff/Df) (-) - de la structure de financement (elle est d’autant + grande que Df / CP élevé).  Une décomposition simple : RN = résultat net Rfin = RN / CP = RN/AE * AE/CP Avec AE = CP + Df  D’où Rf = RN/AE * (Df+CP)/CP = RN/AE * (1 + Df/CP) Avec Df/CP = levier financier généré par l’endettement  La rentabilité de l’actionnaire dépend (positivement) de : . la rentabilité économique de l’entreprise sans dette . le levier financier (ou taux d’endettement)
 
8
3 Le point mort  3.1 les coûts fixes et coûts variables Les coûts fixes sont des coûts de structure qui évoluent par paliers en fonction de la capacité de production Les coûts variables dépendent du volume d’activité. on admet qu’ils sont proportionnels à CA et Q. Résultat d’exploitation = CA – (charges fixes + charges variables) Avec MCV = CA – charges variables D’où Résultat d’exploitation = MCV – charges fixes   Le risque économique (ou risque d’exploitation) a pour origine l’existence de charges fixes  
 
9
3.2 le seuil de rentabilité d’exploitation La quantité Q* telle que le REX = 0 produits = charges ou MCV – charges fixes = 0 avec MCVU = marge unitaire sur coût variable MCVU = MCV/Q et REX = f(Q) = MCVU×Q - CF On pose MCVU× Q* = charges fixes et Q* = charges fixes/ MCVU               Le seuil de rentabilité dépend directement rapport charges fixes/variables  
 
du
10
 3.3 L’élasticité du résultat à l’activité  dREX Elasticité REX/Q = dRQEX   Q  REX = f(Q) et REX= MCVU×Q – CF  dREX/dQ = MCVU (on a posé CF constant)   Elasticité REX/Q = ddRQEX × QEX = MCMVCUV ´ UQ ´% QCF   Ce ratio est également appelé effet de levier opérationnel. Il dépend positivement du ratio marge sur charges variables /REX et négativement de l’écart au point mort. Il est infini quand MCVU×Q – CF = 0  3.4 Les limites de cette approche Pour une entreprise spécialisée dans une famille de produits Pour une zone de production où CF est constant
 
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.