Cannabis, ce qu'il faut savoir

De
Publié par

Cannabis, ce qu'il faut savoir

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 333
Nombre de pages : 24
Voir plus Voir moins
CACNEN QAUBIISL, FAUT SAVOIRLE CANNABIS EST UNE RÉALITÉ
2
Vous n’avez jamais fumé de cannabis ?Cette brochure vous donnera toutesVous pleesn sreaizs qounse  cpoeustr  unne  ppraosd uciot imnomffeenncsief r?. Vous trouverez ici des informationset des témoignages sur la dépendancequ’il peut provoquer.cette brochure Svio vuos uesx êptlieqsu ceoran sleosm rimsaqtueeurs,qluae  pvoosussi bciliotuér edzé, veatl uvoeru so ùd ovnounse rea na êutsessiEn n, vopuars  rya tpropuorvte àr evzo ttroeu tceos nlseos madmreatsisoens.et numéros utiles pour être informé etéventuelpleoumr eanrtr êatiedré  vdotarnes  cuonnes odmémmaarticohne. 3
4DNAUQLE CANPNAASBSISEAVANT TOUT
Karim, 18 ans“Au début, avec les copains, on s’était dit qu’on ne toucherait jamais à ça ! Mais quand tout l’entourage est fumeur, il y a un jour où on est tenté, alors on a essayé quand même avec un pote. On rigolait tous ensemble sur des trucs trop bêtes, mais tellement drôles sous cannabis ! Très vite, j’ai commencé à me dire qu’un joint par mois c’était bien, puis un par semaine et un par jour, un à chaque pause...Maintenant, tant qu’il y a du shit je fume ! Comme je ne vais plus en cours, je reste toute la journée à la maison. C’est la perspective de fumer (ou de me ravitailler) qui me fait sortir. Sinon je ne bouge pas,je ne peux plus faire aucun effort, je n’ai pas envie, je ne suis pas motivé. Même pour aller voir les potes, si je ne suis pas sûr qu’on va fumer, j’ai du mal à y aller. Sans cannabis, je ne sais pas quoi faire de mon temps, de mes journées, de ma vie : je ne sais plus vivre sans cannabis !”L’avis du spécialiste• La perte de motivation peut être Recommandation : si ces situations une conséquence de la consom-vous concernent, il ne faut pas hé-mation régulière de cannabis. Elle siter à demander du soutien à une va concerner les activités scolaires, personne spécialisée qui pourra les loisirs mais aussi avoir des con-vous aider à rompre le cercle vicieux séquences sur les relations amica-et/ou à rétablir un contact avec les ou familiales. Pour certains, les vos proches.effets du cannabis, le plaisir et la détente qu’il procure suffi sent à oc-Docteur Olivier Phan,cuper la vie. On se sent bien sans centre Émergence - Parisrien faire. Un cercle vicieux peut s’installer rapidement : on fume > on est démotivé > on est inactif donc on s’ennuie, donc on fume.• On peut aussi fumer pour apaiser une souffrance, mettre à distance des problèmes scolaires, familiaux ou personnels et, petit à petit, le même mécanisme s’installe.On ne résout pas les problèmes pour autant mais on les masque, on restreint ses relations et on s’en-ferme dans sa bulle. 5
6LAA DU ÉCPAENNNDAABNICSE :ÇA EXISTE !
Julien, 16 ans“Au début, il ne me fallait qu’un joint pour être défoncé. J’étais content. Tout le monde était dans le même état, on rigolait. Mais après, quandje me suis mis à fumer tout le temps, ce n’est plus devenu un amusement.Les gens disent qu’on ne peut pas devenir dépendant, mais au bout de deux ans, j’ai remarqué que je ne pouvais pas passer une journée sans. Deux jours à m’en passer, c’était un exploit, carrément.” L’avis du spécialiste• Une consommation régulière de Recommandation : pour évaluer cannabis peut conduire à linstalla-où vous en êtes avec le cannabis, tion dune dépendance chez certai-il peut être intéressant de faire un nes personnes.bilan de votre consommation. Vous Lusage régulier se transforme alors pouvez vous aider de question-en habitude de vie. La recherche naires comme celui  gurant dans de cannabis, de lieux et docca-cette brochure ou vous adresser à sions où on peut en fumer devient des lieux proposant de laide pour une obsession. vous accompagner dans cette dé-La dépendance sinstalle progres-marche. Il est ensuite plus facile de sivement. Elle est essentiellement prendre des décisions adaptées à psychologique. votre situation.• Alors que certaines personnes Jean-Pierre Couteron,s’arrêtent de fumer très facilement, consultation Jeunes usagers de les personnes dépendantes sous-cannabis de Mantes-la-Jolie (78)estiment souvent leur dépendance au cannabis et auront du mal à s’en passer. 7
8DNAUQMLEE TC AENN NPAÉBRIISLLES ÉTUDES
Julien, 16 ans“Je fume 4 à 5 joints par jour. Depuis deux ans, je n’arrive pas à me motiver, je sèche les cours, parce qu’à la longue on ne peut plus fumer à chaque interclasse et arriver à l’heure aux cours, on sait qu’on va se faire renvoyer donc on fi nit par ne même plus y aller. Même à la maison, je n’arrive plus à me concentrer, à faire mes devoirs, je n’ai plus aucune motivation.”Samuel 14 ans“Il y a le problème quand on fume avant d’aller en cours. Bon, ça,j’en ai fait les frais pendant trois ou quatre mois. J’avais le petit pétard du midi et puis on reprenait les cours à 13 h. Donc, moi, j’étaiscomplètement défoncé. Et c’est clair qu’on n’imprime rien. Même si on écrit ce qu’on entend, si on se relit à la fi n de la journée, on n’a rien imprimé. Du coup, moi, j’ai foiré un trimestre comme ça. Voilà.”L’avis du spécialiste• Il est clairement établi que le Recommandation : si vous sentez cannabis diminue les capacités de que votre consommation de can-mémoire immédiate, de concen-nabis perturbe votre vie scolaire, si tration, de vigilance et dattention vous narrivez pas à ne pas fumer chez les jeunes usagers, tant quils pendant toute une journée, nhési-sont sous leffet du cannabis. tez pas à demander de laide auprès de personnes compétentes. • Une fois l’effet dissipé, il n’est pas prouvé qu’un usage régulier entraî-L’équipe de Drogues Info Servicene une dégradation permanente de la mémoire mais, ce qui est sûr, c’est qu’en diminuant les capacités d’apprentissage, il entraîne souvent de sérieuses diffi cultés scolaires.9
01UNLEE  E XBPAÉD RTIREINPC E :QUAIUMSPSRI ÉPVÉINSIIBBLLEE
Leïla, 17 ans“Au lycée, je fume souvent avec la même copine. Une fois on avait fumé deux joints. Je ne sais pas ce qui s’est passé, soudain je me suis sentie vraiment mal.Je ne comprenais plus les phrases que le prof nous dictait, je le voyais différemment, c’était vraiment étrange. J’ai eu très chaud, ma copine a dû ouvrir la fenêtre. Mon cœur s’est mis à battre très rapidement, j’avais des tremblements. Je me sentais en décalage avec une impres-sion de déjà vu, c’était vraiment bizarre et angoissant. Ma copine m’a aidée et une fois que je me suis retrouvée seule, sans tout le monde autour de moi tout a commencé à rentrer dans l’ordre et je me suis calmée tout doucement. Rien ne présageait ce bad trip, ni la quantité ni les circonstances, j’ai vraiment eu très peur !”Emmanuel, 15 ans“Une fois, j’ai vomi partout dans la rue ; c’était horrible.Je me sentais mal, je tombais à moitié dans les pommes. Je n’arrivais pas à me relever. Je m’appuyais, je ne pouvais plus me relever.”L’avis du spécialiste• Quand on fume trop, du shit ou de Recommandations : lherbe très concentré en THC, ou  Si vous êtes seul, il ne faut sur-dans certaines circonstances, par tout pas paniquer.exemple, quand on a aussi bu de Si vous le pouvez, ouvrez la fenêtre, lalcool, quand on est fatigué ou an-étendez-vous, respirez profondé-goissé, on peut faire un bad trip.ment et attendez que ça passe. Il sagit dune intoxication aiguë.  Si vous êtes avec quelquun qui Elle se manifeste par un malaise se sent mal, il faut létendre, si pos-physique et/ou psychologique.sible dans un endroit calme, lui On peut se sentir mal physique-permettre de respirer, rester à ses ment, trembler, avoir du mal à res-côtés, ne pas chercher à le faire pirer, des palpitations. Certaines parler à tout prix.personnes vont vomir et même Si la personne perd connaissance, perdre connaissance. On peut il faut la coucher sur le côté et ap-aussi se sentir très angoissé et par-peler les secours (le 15 ou le 18).fois avoir des hallucinations.Docteur Alain Morel, fédération française d’addictologie“bad trip” : intoxication aiguë11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.