Pourquoi cette table ronde

De
Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 126
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
 
EDUCATION ET DERIVES SECTAIRESSamedi 15 mars 2003ADFI des 2Savoies Isère 
 Pourquoi cette table ronde ? Ces 6 derniers mois, lADFI a enregistré de nombreuses plaintes etinterrogations de parents, membres des corps enseignants et médicaux deléducation. De plus face à la prolifération dorganismes nouveaux, issus degroupes « thérapeutes » dans les mouvances sectaires du « Nouvel Age » quisattaquent directement ou indirectement aux jeunes, quils risquent deperturber à vie surtout dans un monde actuellement difficile où les repèrestraditionnels disparaissent,lADFIa voulu rassembler des parents, despersonnes en contact avec les jeunes et des professionnels qui les entourentpour quils échangent sur ce sujet. Présentations et questions aux intervenants :  Maurice BLANC : Inspecteur général de lAdministration de lEducation et dela Recherche et chargé de mission dans la cellule« pour la prévention desphénomènes sectaires ». Cette cellule existedepuis 1995, date à laquelle a étépublié le rapport parlementaire sur les sectes en France (disponible à lADFI ousur le sitewww.unadefi.org) qui traitait des sectes en France et montrait ladimension du problème, laissé de coté jusque là parce quon laissait les gens vivreet croire ce quils voulaient, cest un droit et la plus part du temps ce sont des« doux rêveurs » qui ne gênent personne. Mais on sest rendu compte quil y avaitquelques choses derrière ces mouvements dautant que certains événementscomme Wacco aux Etats-Unis, les Davidiens en Amérique du Sud, les suicidesmeurtres du Temple Solaire (OTS), Tabithas Place dans le Sud-Ouest, ont faitparlé deux et ont attiré lattention du public. Tous ces phénomènes ont montréquil y avaient certainement un danger. Il y a eu une prise de conscience de la part de François BAYROUX, Ministre delEducation à lépoque. Il sest trouvé face à un problème dans son propredépartement les Pyrénéens Atlantique : un enfant est mort faute de soin, cesparents appartenaient à une secte (Tabithas Place). Il met en pratique larecommandation parlementaire qui consistait à créer un organisme au sein delEducation qui devait veiller à contrecarrer ou empêcher de nuire les sectes quipourraient porter atteinte à la vie des enfants et des individus . Cet organisme apour but dinformer lensemble du système éducatif, les membres delenseignement, les établissements, de lécole jusquà lUniversité, de repérer ce
 
 
qui sy passe, de répondre aux demandes dinformation, dintervenir encollaboration avec dautres ministère, la Justice, la Police pour essayer derésoudre les problèmes, quand il y a des crimes ou des délits. Question 1 : quels cas de dérives avez-vous rencontré dans vos fonctions ?  Définition de lécole depuis Jules Ferry, lécole, la scolarité, est laïque etobligatoire pour tout le monde sans distinction. Mais il existe des écoles privéesqui sont libres de se créer en dehors du système public à condition de répondreà des normes et doivent être déclarer officiellement. Un enfant peut aussi êtrescolarisé dans la famille et celle ci doit le déclarer également officiellement.Tout citoyen à droit à un savoir conformément à la déclaration Universelle desDroit de lHomme et des Droits de lEnfant.Avant 1996, il n vait pas de vérification systématique de ce qui se passait dansy ales écoles privés. Mais lEtat sest rendu compte que certaines écoles avaient desrapprochements avec des groupes sectaires évoqués dans le rapport, ellesavaient un enseignement particulier et étaient fermées à lextérieur. (ex :Tabithas Place).A lheure actuelle, des inspections sont engagées pour évaluer le niveau deformation enseigné dans ces écoles privés et sil ne répond pas correctement auxnormes, les enfants sont dirigés vers le secteur public.Un exemple : une école de Raêl et qui dit accueillir  des enfants avec un QI > 130sur les murs de la classe une frise représentait le monde depuis les Egyptiens etsarrêtait en 1789 : après lhistoire nétait plus représentée : comment lesenfants pouvait-ils concevoir le monde dans le lequel ils vivaient sil sarrêtait en1789. Contenu de la situation qui sest développée et qui a mis en avant lesagissements sectaires, les parents sen sont rendu compte et ont retirés leursenfants. Au bout de 2 ans lécole a ferméAutre fait : on estime 1% des enseignants (800000 en France) qui sont touché par le phénomène sectaire. (ils ont la liberté dopinion mais dans le cadre de sontravail il ne doit faire ni prosélytisme, ni mettre en avant son appartenance. Lacellule du Ministère intervient que si il y a violation de cette règle).  Question 2 : Les parents ont-ils à interférer dans le choix des intervenants extérieurs à lécole  et sous quele forme ? Depuis 15 ans lécole sest ouverte à lextérieur et il faut contrôler lesintervenants pour éviter de faire intervenir des membres de sectes. Lécole abesoin dintervenant extérieur mais ils faut les contrôler.Depuis 1992 sest créé :
 
 
Un Conseil National qui donne son avis sur toute association quidemande à sassocier à léducation et délivre un agrément à celles quirépondent aux critères définis par le Conseil. (UNADFI et des ADFIont obtenu lagrément national). Les parents délèves font partie de ceconseil.Un Conseil académique où les parents sont représentés, qui étudie lavalidité de toute association complémentaire à léducation.Un Conseil dAdministration des écoles avec représentation des parentsqui doivent agréer toute association qui désire intervenirDe nouvelles directives vont être prochainement adressées aux chefsdétablissement afin de tenir plus compte des réalités présentes et rendre plussouple le Conseil Académique et le Conseil des écoles.  Sonia JOUGLA : psychologue clinicienne spécialisée dans laide psychologiqueaux victimes de sectes depuis 25 ans et victimologue.  La victimologie a apporter un point de vue différent de celui de la psychologie,de la psychiatrie, et de celui de la psychanalyse puisquela victime nest pas un malade. Quand vous avez quelquun qui est malade sur le plan psychique, il a unemaladie endogène cest une maladie qui vient de sa personne, qui est dû à desperturbations personnelles, alors quen victimologie on soccupe de personne qui avécu des traumatismes, des situations ou relations difficiles et donc cest unemaladie qui est exogène, qui vient de lextérieur, ce qui ressemble à ce quevive les victimes de sectes. (ex : une femme victime de viol, nest pas une femmemalade au départ, mais elle est victime dune situation traumatisante et vaporter en elle un traumatisme extrêmement difficile et là la victimologie apporteune vision différente et complémentaire de la psychiatrie,)Dans sa pratique Sonia JOUGLA utilise la psychiatrie et la victimologie. Unevictime de secte peu ne pas être fragile au départ, : quelquun qui a rencontréune secte par sa participation à une uvre humanitaire, artistique, lors deconférence sur lhistoire et est rentré dans une secte petit à petit et a pu êtrecomplètement fragilisé par ce passage : pathologie exogène.Avec son mari, Jean-Pierre JOUGLA, elle a créé le Diplôme Universitaire« victimologie liée à la nuisance sectaire » à la Faculté de médecine ClaudeBernard à Lyon I afin que les médecins,, soient compétent pour constituer unréseau professionnel.   
 
 
Question 1 : queles sont les répercutions psychologiques que subissent les victimes des groupes sectaires ? Quelle que soit la personne, adulte, personne-âgée, adolescent, enfant, victimedirecte ou lentourage (victime indirecte, société), quelle que soit son niveausocial, se sont toujours les mêmes symptômes pathologiques qui apparaissent : ladésindividualisation, la perte du réel.Elle ne rencontre jamais denfants qui sont amenés par des parents adeptes.Un enfant est amené par un des deux parents qui nest pas adepte ou par desparents qui sont sorti de la secte.Beaucoup dadultes qui ont vécu leur enfance dans une secte vont consulter unpsychologue. 10% de ces clients viennent parce quil ont eu des rapports avec unesecte. Au cours de la thérapie 40 % des clients déclare avoir eu des relationsavec une secte. Question 2 les séqueles que laissent un passage dans une secte. a. Elles dépendent de la dangerosité grave et affective de la secte,b. de la nature de lacte de maltraitance, psychiquement, physiquementc. du niveau de développement psychique et affectif de lenfant :résilience (la capacité à être solide à un obstacle). Un enfant qui est nédans une secte na pas dautres repères que les repères sectaires, il estprogrammé depuis le début, il na pas pu se structurer avant dentrerdans la secte, si il a 12 ans quand il rentre dans la secte, il a connuautre chose.d. de lâge réel de lenfant, du temps qui la passé dans la secte,e. de limplication de lentourage de lenfant, de louverture de lentouragevers l extérieur, parents, grand-parents...
 Mais les adeptes de sectes vont avoir à subir une manipulation mentale et uneemprise sectaire, ce qui va les conduire à une déstructuration psychologique,physique, émotionnelle et intellectuelle jusquà leur faire perdre leur dimensionde personne, et leur dimension de citoyen.La déstructuration psychologique : ladepte est enfermé dans un système interprétatif spécifique à la secte, il est dans un délire interprétatif artificielqui est le même délire quun patient atteint de délire psychique., cest unphénomène exogène mais différent du délire mystique. La déstructuration physique : diminution de la sensibilité physique  La déstructuration intelectuele: ladepte ne peut pas aller ne pas aller verslextérieur et lextérieur ne pas aller vers ladepte, mais cest utopique, cest une
 
 
« cage virtuelle » établie par la secte. Certains ex-adeptes présentent lesmêmes symptômes que les anciens prisonniers. La déstructuration affective : la relation affective dans la secte a été ordonnée par le gourou, elle est codifiée. Ladepte perd sa spontanéité affective. Il estanesthésié et sans expression. Ladepte présente des troubles de lidentité et de la conscience de soi, avec parfois des troubles de dédoublement de la personnalité, ce sont desdédoublements artificiels. Tous ces symptômes montrent que lindividu na plus dhistoire personnelle, plusde projet et tout est remplacé par lhistoire mythique et lhistoire du groupe, ilny pas plus dindividu, il na pas conscience dêtre manipulé, lhistoire personnelleest remplacée par lhistoire du groupe.  Cest très difficile pour le médecin si il nest pas formé à la victimologie sil neconnaît pas le phénomène sectaire il ne peut pas aider lex-adepte.Le diplôme universitaire de « victimologie » a été créé afin que lesprofessionnels soient compétent pour constituer un réseau professionnel aucourant du phénomène sectaire.  Jean-Pierre JOUGLA : membre du Bureau de lUnion Nationale de Défensede la Famille et de lIndividu, cest-à-dire des 24 ADFI en France 15 antennesqui ont tendance à se structurer en association. Ces associations ont pourfonction de recevoir des victimes de sectes : 350 bénévoles travaillent dans lesADFI et lUNADFI les représente dans les relations avec les ministères, lesrelations internationales.Secrétaire Général de la FECRIS : Fédération Européenne des Centres deRecherche et dInformation sur le Sectarisme)Juriste en activité. A lassociation il aide les personnes touchées par les sectes àlaccès au droit (justice) et cherche à faire prendre en compte par la justice laréparation aux victimes de sectes ou dorganismes , elles ont adhéré un temps deleur vie, qui a été un temps volé, de déstructuration, de déshumanisation. Letravail dun juriste dans une ADFI consiste à réfléchir sur les réponses légalesqui peuvent être apportée.Loi ABOUT PICARD qui a été créer pour prendre en compte le rôle de la victimede secte. Elle a donnée pouvoir à lADFI dagir en lieu et place de la victime enJustice, ce qui est très important. Ce qui caractérise la victime de secte, cestlétat de la paralysie qui lui interdit davoir ce recours en la justice.
 
 
1ère ADFI crée en Bretagne il y a 30 ans Question 1 : pourquoi est-on passé du mot secte à dérives sectaires ? La Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes a été rebaptisée :MIVILUDES (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre lesDérives Sectaires).Dérives sectaires : prendre en considération les groupes qui ne sont pasqualifiés de sectes mais qui ont un comportement, des résultats qui sont lesmêmes que ceux rencontrés dans les sectes.Le rapport parlementaires a référencé 175 sectes, mais 700 groupes montrentdes caractéristiques sectaires.Cette notion de dérive dans des mouvements qui appliquent des théories,essentiellement de soin ou de développement personnel. Les ADFI sontconfrontées à une montée en nombres de ces groupes, qui ne sont pasdirectement sectaires mais posent des problèmes de dépendances des gens quisuivent ces mouvements. Question 2 queles actions peuvent mener les ADFI face à une dérive sectaire qui lui est signalée ? Les ADFI sont des associations daide aux victimes et non pas de lutte contre lessectes.Les membres des associations doivent connaître les groupes pour informer lepublic et les aider à effectuer une information auprès de la justice en cas dedanger pour un enfant.Dans toute les Préfectures de France a été mise en place une « cellule devigilance », depuis 1997, qui réuni toutes les administrations du département etdes ADFI,pour faire le point du phénomène sectaire.Un magistrat du parquet général (Cour dAppel) soccupe du problème sectaire. Questions 3 : quels incriminations peuvent être utiliser pour combattre des pratiques dangereuses ou queles sont les pratiques, méthodes qui sont condamnables, pouvez-préciser limportance de la jurisprudence ?   Sous le droit pénal : les risques descroqueries, sur le plan des violences, des infractions sexuelles. La Loi permet de sanctionner des infractions au code dutravail. Mais lessentiel échappait à la justice lessentiel de la dangerositésectaire : le lien demprise du gourou sur les adeptes. Depuis 2001 la Loi ABOUT PICARD (art 223-15-2) qui réprime labus frauduleuxde létat dignorance ou de faiblesse (« manipulation mentale ») et la personne
 
 
mise en état de suggestion physique ou psychologique. Ceci permet aux victimesde poursuivre en justice pour mise en état de dépendance.Il y a eu 6 procédures en France depuis cette loi et il y a 356 procédures pénaleslancées par rapport à des sectes. Au niveau civil, au niveau des affaires familiales, il nexiste aucune statistique (divorces avec un conjoint dans une secte, garde denfant, droits de visites degrand parents si les parents sont dans la secte. Ce sont des affaires où il y adestruction du tissu familial. Au niveau des associations : la jurisprudence est indispensable pour aider lesvictimes. Mais on se heurte à la peur de témoigner ou de porter plainte, lapersonne a peur de représailles, les sectes sont très équipées face à la justice(scientologie), la personne sisole, elle na pas eu le temps de se « restructurer ». Prescription : le début du délai de prescription devrait se situer au moment où lavictime a pu se » reconstruire » et non à la date de sortie du groupe (3 ansactuellement)  Jean-Pierre MOIROUD : chirurgien dentiste, spécialiste de la kinésiologieappliquée. En 1999, on lui propose 2 cours de kinésiologie réservés à desdentistes, des kinésithérapeutes de façon à pouvoir se former à la kinésiologieet sintéresse de plus près à cette méthode . Question 1 : la kinésiologie est-ele a refuser en bloc ? Définition du terme par un « kinésiologue : « ele permet daler traquer au cur même de la conscience celulaire les émotions pathogènes à lorigine de troubles psychiques ou physiques qui court-circuitent le  mental en sadressant directement à la mémoire des celules. Le test musculaire de précision donne au kinésiologue le « feed back » (réponse) lié au bio computer que représente lêtre humain , la kinésiologie met en évidence la relation entre les muscles, les méridiens, les organes, les émotions ainsi que limportance de la nutrition, le soin est kinésiologique, opère lharmonisation de toutes ces interconnexions » : peu de fondement, pas de connaissance scientifique. En résumé : il est nullement utiledinterroger le patient sur sa pathologie, puisque le corps sait quelle est samaladie, les cellules ont le souvenir des événements passé, et il suffitdinterroger les muscles, la résistance musculaire, pour avoir une réponse sur lesproblèmes que rencontrent le patient, il appuie sur un muscle.Cette kinésiologie qui sintéresse aux soins a enfanter beaucoup dautresmouvements comme édu-kinésiologie ou brain-gym fondé sur les mêmes principeset méthode qui entre à lécole pour soit disant faciliter lapprentissage des
 
 
enfants moyennant certains gestes ou certaines activités, certains mouvementsmusculaires mais qui nont aucun fondement scientifique.Cette technique na aucun fondement et elle nest pas médicalement valable. Jacky CORDONNIER : quest-ce qui vous a amener à vous intéresser auxdérives sectaires ?.Historien des religions, écrivain et conférencier au niveau national et européen,enseignant du fait religieux dans les écoles, les universités, les IFSI, descolloques.Vice président du GEMPPI qui édite une revue sur les problèmes sectaires (93 LaCanebière - 13001 MarseilleDepuis 1996 et le référencement des sectes en France, les autorités ontremarqué que 80% des groupes, sur les 175, utilisaient le masque du religieux.Il a commencer par sintéresser au phénomène sectaire en général. En tantquhistorien il sest aperçu quau delà des discours de ces groupes se cachaientdes pratiques, des idéologies dangereuses. Les sectes occupent le terrain dureligieux, soit en se revendiquant de religions existantes, soit en voulant créerdautres forme de religion ou de religiosité (nouvel âge).On voit apparaître des groupes qui utilisent les dérives des religionstraditionnelle qui aboutissent à un univers irrationnel (occultisme, satanisme)bien connu des jeunes. 2 personnes en France travaillent sur les groupessataniques.  Question 1: pourquoi le religieux ou les religions sont-ils un masque  telement utilisé par les sectes et pourquoi ont-ils autant de succès ?  Tous les Hommes, à la différence des animaux, sont dotés dune dimensionspirituelle. Les religions leur permettent de vivre cette dimension.Aujourdhui il y a un réveil ambigu du religieux (spirituel ou spirit ?), le sacrénest plus géré par les religions traditionnelles et les sectes cherchent àrépondre à cette attente, à cette aspiration :vers lOrient (Zen, Yoga) mais hors du Bouddhisme ou hindouismetraditionnelsvers les évangéliques fondamentalistes (et leur coté émotionnel)vers une expérience du « divin » hors de tout dogmatismevers le mystère, le merveilleux, lirrationnel, dans les structureschrétiennes (apparitions, guérisons) ou païennes (exorcisme, spiritisme,satanisme)Le religieux est recherché comme bien de consommation, il y a une recherchedun syncrétisme, chacun choisit sa propre religion. 
 
 
Les jeunes sont attirés par une religion autre que celle des parents, recherchentune religion qui leur donnera une réponse immédiate à leur attente, désirent unereligion différente des religions traditionnelles . Témoins de Jéhovah, église duchrist de Boston, les religions qui viennent des USA. Lorientalisme plaitbeaucoup aux jeunes, la Soka Gakkai, méditation transcendantale, des groupespseudo hindouistes., KrishnaCes groupes ré-exploitent le fait dêtre seul ou pas dans l nivers. Les jeunesusont nés après la conquête de la Lune. Les héros ne sont pas les mêmes que lesnôtres, lidée que lunivers est peuplé dautres créature est bien plus familièreque dautres concepts philosophiques aujourdhui. Il y a une explosion des groupements « irrationnels » comme occultisme, nouvelâge, satanisme. Questions 2 et 3 : pourquoi le satanisme est  il telement en vogue aujourdhui chez les jeunes et comment devient-on sataniste ?  Le 30 avril 1966, Anton Sgandor LAVEY, ami denfance de Ron Hubbard(scientologie) créé « lEglise de Satan » qui donne son accord pour lactivité de  toute association satanique et fait éclater le mouvement satanique en 2familles : les «lucifériens » qui ont des pratiques différentes des«satanismes » (On connaît 40 associations lucifériennes, les groupes satanistescomptent peu de membres (2-4 personnes) et sont très secrets, ce sont desmouvements impossibles à filtrer).Ces groupes attirent les jeunes avec les caractères occulte, clandestin, élitiste,des nouvelles esthétiques, une morale avec contre-valeurs et par le principe« fais ce que tu veux », chaque homme étant sont propre dieu.Il existe des liens étroits entre les groupes satanistes, néo-païens et néo-nazis.Les religions chrétienne et musulmane sont touchées par ces groupes. La symbolique sataniste :lantéchrist, connu sous le N° 666 c st Adolphe Hitler (pour Anton Lavey)e88 (H-H = Adolphe Hitler) et 18 (Heil Hitler) A léchelon européen il y a eu récupération du mouvement skin des années 80 parles nazis « charlemagne hammerskin » groupe dirigé par un français qui estrecherché par toutes les polices (profanation des cimetières).  Les groupes satanistes ont deux vecteurs pour récupérer les adeptes soit lessites Web, soit la musique (surtout part la musique métal, qui est à la mode, pourvéhiculer le mal, la violence et la mort), les jeux de rôle.
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.