Recherche documentaire sur les risques biologiques

Publié par

Recherche documentaire sur les risques biologiques

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 164
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins
dsistmtasanceelleceuchequisrlersupetdsaiseuetiqim.ueIlisexcn.erTiosytepsniquederéfé-etnevheecrdeeuphercaer:lhcehcresureshèmecettrapnegatesious,essleutcuserselrtsspourleutiliséeddnoénsabessdangrudonisraselgisederbmonEnsoporptdacne(é).1rétnecégaret,ssisglosuneessair
Recherche documentairesur les risques biologiquesAccéderàlinformationpertinente
Aujourd’hui, Internet permet d’accéder à une multitude de sites, bases de données… La diversité des informationstrouvées nécessite de mettre en place une démarche de recherche documentaire concernant les risques biologiques. Ladémarche utilisée dans cet article consiste à privilégier les sites d’organismes officiels ou de sources connues, dont les docu -ments présentés sont de préférence datés avec une date de mise à jour régulière. En effet, une information non validée néces-sitera une vérification sur d’autres sources et donc une nouvelle recherche. Dans cet article, une fois les sources d’informa-tion sélectionnées, la deuxième étape a consisté à hiérarchiser ces sources, en fonction de l’information contenue, afin desavoir à la fois ce que l’on cherche et où l’on doit chercher.La recherche sur Internet devrait être complétée par la consultation d’ouvrages, source d’informations nonnégligeable qui permet d’affiner ses connaissances.La démarche décrite concerne uniquement les risques biologiques de type infectieux. Elle ne concerne pas lesrisques biologiques de type immuno-allergique, toxinique ou cancérogène.
TP 5
910/5091/980Pag:441
Lrngqiinqfuoresmeatsitobneasuurcoluesprpilsuqsudeisspbeirosléoe-être effectuébiologique ou par maladie, permettant de définir àGénéralitésquel type de risques le salarié est exposé ; la recherchepar pathologie professionnelle, pouvant aider à faire lelien entre travail et maladie ; la recherchepar activitéDéfinis par le Code du travail, les agents biolo-professionnelle, afin de définir les types de risques se- giques sont « les micro-organismes, y compris les mi-lon la profession du salarié. cro-organismes génétiquement modifiés, les culturesPour chaque type de recherche, une liste non ex- cellulaires et les endoparasites humains susceptibles dehaustive de sites ou d’ouvrages est proposée avec une provoquer une infection, une allergie ou une intoxica-description détaillée du contenu et du mode d’interro- tion ». A ces trois types de risques susceptibles d’êtregation. Pour un ouvrage, la recherche sera effectuée provoqués par ces agents (infectieux, toxinique, im-sur la dernière édition disponible. Pour information, le muno-allergique), il faut rajouter le risque cancéro-numéro de l’édition disponible lors de l’élaboration de gène, certaines infections ou infestations chroniquesl’article est indiqué. pouvant être à l’origine de cancers.À chaque étape, il n’est pas nécessaire de rechercher Présents dans tous les environnements de travail etsystématiquement dans tous les sites ou documents cités. plus particulièrement dans certains secteurs d’activité,L’interrogation régulière de ces sites permettra à l’uti- les agents biologiques comprennent donc les bactéries,lisateur de faire sa propre sélection et de bâtir sa ou ses les virus, les champignons, les endoparasites, les agentsprocédures en fonction de ses objectifs de recherche. transmissibles non conventionnels(encadré 2). IlsLes sites décrits sont d’origines géographiques di- sont classés en 4 groupes en fonction de l’importanceverses. Dans la description d’une maladie ou d’un du risque d’infection qu’ils présentent (article R 4421-agent biologique, sont donc prises en compte l’épidé- 3 du Code du travail). La liste des agents biologiquesDocumentsmiologie, les réglementations et les déclarations de ma- pathogènes a été établie par l’arrêté du 18 juillet 1994pour le Médecindu TravailN° 115ladie obligatoire propres à chaque pays. modifié. La dernière mise à jour date du 30 juin 1998.3etrimestre 2008431
A. BIJAOUI
e43511SRNI,_134_289zelu2:451mtdrnetassitÉtudesdécilasetsnaecmtrapnemeéD
ENCADRÉ 1
EHESP :École des hautes études en santé publiqueEPA :Environmental Protection Agency (Agence deprotection de l’environnement aux USA)EUROGIP :Groupement d’intérêt public constitué parla CNAMTS et l’INRS pour comprendre les risques pro-fessionnels en EuropeEWGLI :European Working Group for LegionellaInfectionsGERES :Groupe d’étude sur le risque d’exposition dessoignants aux agents infectieuxIIOSH :Israel Institute for Occupational Safety andHygiene (Institut israélien de sécurité et de santéau travail)ILO :International Labour Organization (Organisationinternationale du travail)INMA :Institut national de médecine agricoleINRS :Institut national de recherche et de sécuritéInVS :Institut de veille sanitaireMSA :Mutualité sociale agricoleNIH :National Institutes of Health (Institut national dela santé aux USA)NLM :National Library of Medicine (bibliothèquenationale de médecine aux USA)OFSP :Office fédéral de la santé publiqueOMS :Organisation mondiale de la santé (ou WHO =World Health Organization)OSHA :Occupational Safety and Health Administration(Administration de la santé et de la sécurité au travail)RNSP :Réseau national de santé publique (Saint-Maurice)
GlossaireACIA :Agence canadienne d’inspection des alimentsAFSSA :Agence française de sécurité sanitaire des ali-mentsBIT :Bureau international du travailBossons Futé :Fichier unifié des situations de travailet des expositions professionnellesCAMIP :Cahiers de médecine interprofessionnelleCCHST :Centre canadien d’hygiène et de sécurité autravailCDC :Centers for Disease Control and Prevention(Centre de contrôle et de prévention des maladies)CDSC :Communicable Disease Surveillance Center(Centre de surveillance des maladies transmissibles, baséà Londres)CESES :Centre européen de la surveillance épidémio-logique du SIDACIMED :Comité d’informations MEDicalesCIS :Centre international d’informations sur la sécuritéet la santé au travailCISME :Centre inter services de santé et de médecinedu travail en entrepriseCMIT :Collège des universitaires de maladies infec-tieuses et tropicalesCNR :Centre national de référenceCNRS :Centre national de recherche scientifiqueDGS :Direction générale de la santéECDC :European Center for Disease Prevention andControl
Les sites ou ouvrages décrits dans cet article per-mettent d’acquérir les notions de base fondamentalessur la microbiologie (bactériologie, virologie, mycolo-gie, parasitologie) et sur l’immunologie.
RECHERCHE SUR INTERNET
vigueur. Elle dirige aussi vers d’autres informations,telles que les brochures de l’INRS, ou d’autres sites, enFrance ou à l’étranger.Base de données BAOBABElle est accessible sur Internet à l’adresse suivante :www.inrs.fr/baobab.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Cette BAse d’Observation des Agents Biologiquesse veut être une aide à l’évaluation des risques biolo-giques. Elle contient des fiches synthétiques destinéesà un large public. Elle reprend tous les agents biolo-giques infectieux classés par la réglementation, en ap-portant pour chacun des informations réglementaires(groupe de risque infectieux, existence d’un tableau demaladies professionnelles correspondant) et épidémio-logiques. Datée avec des mises à jour régulières,chaque fiche décrit les maladies provoquées par l’agentbiologique, le groupe de risque auquel il appartient, lesvoies de transmission, les réservoirs (espèce animale,
Dossier INRS sur le risque biologique en milieuprofessionnelIl est accessible sur Internet à l’adresse suivante :www.inrs.fr/dossiers/risquebiologique.html.Le dossier est en français et il peut être consulté gra-tuitement.Cette synthèse thématique fait le point sur lesrisques biologiques rencontrés dans le monde du tra-vail, la démarche d’évaluation des risques, les mesuresde prévention des accidents du travail et des maladiesprofessionnelles pouvant être mises en places, les li-mites de la métrologie possible et la réglementation en
2895134_11nertdm52_4uz:l900/810151/9ge432
Documentspour le Médecindu TravailN° 1153etrimestre 2008432
9:44Pa
_431_452:luzernmdt0151/9900/112895449:184gePa
RECHERCHE DANS DES OUVRAGES
thologie et le rôle du laboratoire d’immunologie enmédecine interne.Pour chaque cours, il existe un dictionnaire et desQCM pour vérifier ses connaissances.
eau, sol…), les voies de contamination et la distributiongéographique de l’agent.Campus de microbiologie médicaleIl est accessible sur Internet à l’adresse suivante :www.microbes-edu.org.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.L’espace« Étudiants »donne accès à des cours (nondatés) de bactériologie générale et de bactériologie mé-dicale. Ceux de bactériologie générale ont pour objectifde présenter les principes de classification des orga-nismes vivants et la place des procaryotes ; les principalescaractéristiques morphologiques et structurales ; la phy-siologie bactérienne (croissance et identification) ; les re-lations hôtes pathogènes ; les connaissances de base surla génétique et sur les antibiotiques. Les cours de bacté-riologie médicale concernent les microorganismes. Danschaque fiche, sont présentés le microorganisme, lesmodes de contamination, les examens nécessaires pourdiagnostiquer sa présence, les antibiotiques existants etles moyens de prévention.Il existe les mêmes types de documents pour la par-tie virologie.En ce qui concerne l’espace« Professionnels »,seule la partie« Fiches de diagnostic »est détaillée.Ces fiches sont datées et insistent plus particulière-ment sur les modes de prélèvement, les examens mi-croscopiques à réaliser, les cultures à lancer pouridentifier la bactérie en cause. La partie« Bactériolo-gie »dans l’espace« Professionnels »est un ensemblede tests d’évaluation des connaissances.Cours de microbiologie de la faculté librede médecine de LilleIls sont accessibles sur Internet à l’adresse suivante :anne.decoster.free.fr.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Ces cours (non datés) concernent la bactériologie,la virologie et l’immunologie : les cours de bactériologiedécrivent la maladie infectieuse et son diagnostic bio-logique, comprennent une présentation générale desbactéries, de leur structure et de leur taxonomie, décri-vent les grandes familles de bactéries et rappellent laclassification et le mode d’action des antibiotiques ; lescours de virologie concernent la classification desvirus, décrivent la maladie virale et les grandes famillesde virus avec les principaux virus de chaque famille ;les cours d’immunologie décrivent le système immu-nitaire, le soi et le non-soi, l’immunité spécifique,l’immunité non spécifique, introduisent l’immunopa-
Une enquête de l'agent Bio 07Un multimédia sur les risquesbiologiques au travailParis : INRS ; 2007 : 1 CD-Rom et 1 DVD(DM 033)Le but de ce multimédia est de sensibiliser et informersur les risques biologiques en milieu de travail ; donneraux préventeurs des outils pour développer l'évaluationdes risques biologiques en entreprise.Dans le film, la « chaîne de transmission », à la base del'évaluation des risques, sert de fil conducteur au film etaux présentations proposées dans le multimédia.Afinde prendre et faire connaître les mesures nécessairespour prévenir les risques biologiques, James Bio 07(agent biologique mais aussi agent secret) est chargéd'enquêter sur ceux encourus par les humains sur leurlieu de travail. Pour cela, il devra accomplir quatre mis-sions successives : faire le point sur les relations entreagents biologiques et humains ; découvrir commentcertains agents biologiques se transmettent aux tra-vailleurs ; étudier les situations où les travailleurs peu-vent être exposés aux agents pathogènes ; trouvercomment prévenir les risques de contamination.Le multimédia a pour objectif d'aider à préparer et àanimer des réunions de sensibilisation ou d'informationainsi que des formations sur les risques biologiques. Ilpropose aux préventeurs, médecins du travail, forma-teurs ou enseignants, des ressources pour familiariserles participants à la démarche d'évaluation et de pré-vention des risques biologiques.
Documentspour le Médecindu TravailN° 1153etrimestre 2008433
33
ENCADRÉ 2
Le risque biologique encouru par les salariés enEurope. Quelle ampleur ? Quelle prévention ?Eurogip-20/F.Paris : EUROGIP ; 2007 : 43 p.Depuis plusieurs années, le risque biologique au-quel les salariés sont susceptibles d’être exposés faitl’objet d’une attention accrue. Tant les pouvoirs publicsque les organismes chargés de la prévention des risquesprofessionnels le considèrent en effet comme l’un desrisques liés au travail nécessitant non seulement une
511_289_134199/0819/005tm1nrdulez54:2
MURRAYPR, BARONEJ, PFALLERMA, TENOVERFCET AL. - Manual of clinical microbiology. 9thedition. 2 volumes. Washington : ASM Press ;2007 : 1 773 p.Cet ouvrage présente les généralités en microbio-logie clinique (organisation des laboratoires, micro-organismes commensaux et pathogènes chezl’homme, prélèvement, transport et stockage deséchantillons…) ; le contrôle des infections et leur pré-vention dans les laboratoires de microbiologie cli-nique (épidémiologie des infections et microbiologieclinique, procédures de laboratoire pour l’analyse desmicro-organismes, décontamination, désinfection etstérilisation, prévention et contrôle des infections ac-quises au laboratoire, étude des épidémies transmisespar l’eau et l’alimentation). Il décrit aussi les techno-logies diagnostiques en microbiologie clinique (sys-tèmes manuels et automatisés d’identificationmicrobienne, tests immunologiques pour le diagnos-tic des maladies infectieuses, dépistage moléculaire etidentification des micro-organismes) ; les connais-sances sur la bactériologie, la virologie, la mycologie,la parasitologie. Sont également traités les agents an-timicrobiens et les tests de sensibilité, et les agents ré-actifs, colorants et milieux utilisés.
Recherche par agentbiologique ou par maladieDans ce type d’interrogation, l’utilisateur doit déter-miner les dangers d’un agent biologique ou les mala-dies engendrées par ces agents. Les recherchespeuvent se faire par le nom de l agent biologique ou parle nom de la maladie qu’il provoque en interrogeantdes sites ou des ouvrages de synthèse.RECHERCHE SUR INTERNETGuide EFICATTIl est accessible sur Internet à l’adresse suivante :www.inrs.fr/eficatt.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Élaboré par l’INRS et le GERES, ce guide« Expo-sition Fortuite à un Agent Infectieux et conduite à Tenir enmilieu de Travail », donne des conseils en ligne sur la
CUREM (ED) - Le risque biologique. Abrégés. Issy-les-Moulineaux : Masson ; 2004 : 238 p.Le Haut Comité français pour la défense civile a réuniun grand nombre d’experts pour étudier le thème durisque biologique sous toutes ses formes, c’est-à-dire enenvisageant tous les types de risque, leurs impacts chezl’homme, la menace sur la société et les moyens de lutteactuels. Cet ouvrage est divisé en cinq axes : le risquenaturel habituel (la complexité du risque biologiqueavec toutes ses composantes et ses variantes, la grippe,la tuberculose…) ; le risque naturel des maladies émer-gentes et des maladies résurgentes (les fièvres hémorra-giques virales, les maladies transmissibles comme latuberculose, la fièvre jaune, la diphtérie, la maladie dusommeil…) ; le risque biologique provoqué accidentel(l’encéphalite spongiforme bovine, la listériose, les in-fections nosocomiales et iatrogènes, les maladies viralesémergentes en particulier le risque des animaux de la-boratoire…) ; le risque biologique provoqué criminel(les agents biologiques pouvant être utilisés comme unearme militaire, le bioterrorisme…) ; les réponses enterme de défense (en présentant les actions des pou-voirs publics face au risque provoqué criminel).
vigilance renforcée, mais aussi le lancement de nou-velles recherches. Cette enquête d’Eurogip fait le pointsur les questions concernant l’ampleur et la préventiondu risque biologique en Europe sur la base d’une étudebibliographique et des réponses au questionnaire en-voyé aux organismes compétents dans les différentspays européens. Elle a permis de dresser un état deslieux : sur les études et travaux en cours sur le risquebiologique dans les États membres, sur les populationssalariées particulièrement concernées par ce risque etsur les approches de prévention mises en œuvre pourprotéger ces populations.
BOSGIRAUDC (ED) - Microbiologie généraleet santé. Paris : éditions ESKA ; 2003 : 520 p.L’auteur de cet ouvrage a souhaité réunir en un seuldocument les notions de base de bactériologie et de vi-rologie permettant d’éclairer la compréhension des re-lations entre les bactéries, les virus et l’homme. Lesaspects fondamentaux et moléculaires de la microbio-logie sont abordés de manière à permettre au lecteurde mieux comprendre les applications biologiques ettechnologiques actuelles, utilisées par les profession-nels, pharmaciens, médecins ou scientifiques. En par-ticulier, le livre évoque les méthodes de contrôlemicrobiologique, des notions de sécurité bactérienneet virale des aliments et des médicaments, ainsi que desrisques infectieux au laboratoire.
Documentspour le Médecindu TravailN° 1153etrimestre 2008434
434egaP44:
0151/9renmdt9:44Pa09/0811152_4uz:l825931_4
Dictionnaire de bactériologie vétérinaired’Euzéby JPIl est accessible sur Internet à l’adresse suivante :www.bacterio.cict.fr/bacdico.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Cliquer sur« Index alphabétique des noms de maladies »  ou« Index alphabétique des taxons ».Chaque fiche concernant une bactérie se composedes données suivantes : les aspects historiques, la sys-
354ge
Documentspour le Médecindu TravailN° 1153etrimestre 2008435
tout médecin suspectant un lien possible entre une pa-thologie identifiée et l’activité professionnelle.Les rubriques reprennent le nom exact de l’agentpathogène, l’épidémiologie, les modes de transmis-sion et les principaux signes cliniques chez l’animal etchez l’homme. Sont aussi détaillées les mesures deprévention collectives et individuelles recomman-dées, la conduite à tenir pour éviter d’être contaminéet enfin le statut de la maladie notamment vis-à-visd’une possible déclaration en maladie profession-nelle.Fiches zoonoses du CNRSElles sont accessibles sur Internet à l’adresse sui-vante :ethique.ipbs.fr/sdv/zoonosesom.html.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Le CNRS est un établissement public à caractèrescientifique et technologique, placé sous la tutelle duministère de l’Enseignement supérieur et de la Re-cherche.Ces fiches sont sous l’égide du département desSciences et de la Vie (SDV) du CNRS et concernentles zoonoses transmissibles à l’homme dans le contextede la recherche. Même si elles ne sont pas datées, ellessont des outils de sensibilisation et d’information pourl’ensemble des agents qui, quel que soit leur niveau,travaillent avec différentes espèces animales et peuventêtre confrontés aux problèmes de zoonoses lors d’untravail sur le terrain en milieu naturel ou en laboratoirepar l’intermédiaire d’animaux importés.Toutes ces fiches ont été élaborées selon un mêmeplan : la description de l’agent pathogène avec un pointsur l’épidémiologie ; la description de la maladie ani-male et de son mode de transmission à l’homme ; lamaladie chez l’homme et les moyens de prévention.Elles sont regroupées selon leur origine : les maladiesd’origine bactérienne, les maladies d’origine virale, lesmaladies d’origine parasitaire, les maladies d’originefongique.
conduite à tenir en cas d’exposition professionnelle àun risque infectieux. Il met à disposition des médecinsles éléments utiles pour les aider à évaluer le risque, dé-finir la conduite à tenir immédiate, définir les actions àentreprendre ainsi que le suivi médical à mettre enplace.L’accès peut se faire par nom d’agent biologique oupar nom de maladie. Datée et mise à jour régulière-ment, chaque fiche est constituée de quatre parties :l’agent pathogène et les pathologies (précise les carac-téristiques de l’agent infectieux et donne une descrip-tion rapide de la maladie) ; que faire en cas d’exposition(décrit la conduite à tenir immédiate et donne des élé-ments nécessaires pour évaluer le risque et assurer laprise en charge et le suivi médical et donne accès auxtextes de référence) ; le cas particulier du laboratoire(développe les conditions particulières d’évaluation desrisques d’exposition à des agents infectieux lors du tra-vail en laboratoire) ; les éléments de référence (indiqueles coordonnées du CNR quand il existe, ainsi que labibliographie).Fiches zoonosesElles sont accessibles sur Internet sur le site del’INRS (www.inrs.fr), de la MSA (www.msa.fr), del’INMA (www.inma.fr), du ministère chargé de l’Agri-culture (www.agriculture.gouv.fr), du ministèrechargé de la Santé (www.sante.gouv.fr),.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.L’INRS, la MSA et le ministère de l’Agriculture etde la Pêche ont coordonné la réalisation de fiches des-tinées à l’information des travailleurs exposés à unrisque de zoonoses.Ces fiches sont destinées aux personnes exposées àun contact avec des animaux vivants ou morts, avec unenvironnement souillé par des animaux ou travaillanten milieu naturel. De nombreuses activités sontconcernées : élevages, animaleries, commerce d’ani-maux de compagnie, parcs zoologiques, laboratoiresvétérinaires, abattoirs, taxidermie, équarrissage, tra-vaux en forêt, métiers de l’environnement, gardes-chasse…Ces fiches se veulent pratiques et faciles d’accès.Pour être accessible au plus grand nombre, le contenude chaque fiche, rédigée à l’origine par un spécialistedes zoonoses (souvent professeur dans une école na-tionale vétérinaire ou à l’AFSSA), a été traduit entermes simples par un groupe de travail associant desreprésentants de l’INRS, de la MSA et de quatre mi-nistères (Agriculture, Travail, Santé et Environne-ment).Ces fiches concises et datées sont mises à disposi-tion des salariés, des acteurs de prévention mais aussi à
:l52eruz_482_4311590/9mdn01t44Page/0819:
Fiches santé du CIMEDElles sont accessibles sur Internet à l’adresse sui-vante :www.cimed.org.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Le CIMED est un groupe de travail spécialisé dansla médecine des voyages. Il édite des fiches santé surplus de 220 villes dans le monde. Les informations sontidentiques dans les différentes parties «Grand public»,«Médecin» ou «Entreprise ». Pour accéder à ces fichessanté, cliquer sur «Questions de santé», puis sur «Ma-ladies infectieuses» ou «Autres maladies infectieuses».
463
Documentspour le Médecindu TravailN° 1153etrimestre 2008436
et le traitement de ces pathologies. Des fiches dé-taillées seront ultérieurement mises à disposition.Trois grands types de maladies animales font l’objetde fiches : les maladies épizootiques strictement ani-males (type fièvre aphteuse) ; les maladies animaleszoonotiques à transmission essentiellement alimen-taire (type listériose) ; les maladies animales zoono-tiques à transmission essentiellement non alimentaire(type rage).Chaque pathologie permet d’accéder à la fiche des-criptive de la maladie, au dossier sur le site consacré àcette pathologie, aux avis de l’AFSSA et à la présenta-tion du laboratoire de référence.Pour y accéder, cliquer sur «Santé et alimentationanimales», puis sur «Pathologie animale».En passant par « Autres publications », puis en affi-chant la liste des fiches et en cherchant le thème«SANT» dans la liste des fiches, il y a des fiches « ma-ladies animales » supplémentaires : peste porcine,peste équine, ténébrion, histomonose, coccidies et coc-cidioses, maladie de Borna.Les «Fiches de dangers microbiologiques» ont pourobjet de faire un point sur les connaissances actuellesrelatives aux microorganismes responsables de toxi-in-fections alimentaires ou de maladies transmises par lesaliments. Elles présentent l’état actuel des connais-sances notamment sur : l’agent infectieux ; l’atteinte àla santé (pathologies engendrées) ; la dissémination ; laviabilité ; les aspects médicaux (diagnostic, traitement,vaccination, prophylaxie) ; les dangers pour le person-nel de laboratoire et les modalités de prévention ; lesméthodes de recherches dans l’environnement et lesaliments ; les modèles d’études expérimentaux. Àterme, toutes ces fiches présenteront une synthèse desdonnées relatives au danger considéré, à la maladieprovoquée, aux aliments impliqués et aux mesuresd’hygiène et de maîtrise recommandée aux profession-nels et aux particuliers.Pour y accéder, cliquer sur «Alimentation humaine»,puis sur «Hygiène des aliments et risques biologiques»,puis sur «Fiches de dangers microbiologiques».
tématique, les caractères biologiques, l’action desagents physico-chimiques, l’habitat, le pouvoir patho-gène, les facteurs de pathogénicité, le diagnostic bacté-riologique, la sensibilité aux antibiotiques, laprophylaxie, le traitement, l’utilisation thérapeutiquedes toxines botuliques, les éléments d’épidémiologie.Ces fiches sont très détaillées, en particulier sur lataxonomie et datées.Fiches maladies infectieuses de l’Institut Pasteurde ParisCes fiches sont accessibles sur Internet à l’adressesuivante :www.pasteur.fr.Cliquer sur« Info Presse », puis sur« Fiches sur les ma-ladies infectieuses ».L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.L’Institut Pasteur de Paris est une fondation privéeà but non lucratif dont la mission est de contribuer à laprévention et au traitement des maladies par la re-cherche, l’enseignement et des actions de santé pu-blique.Ces fiches (une cinquantaine environ) comportentdes renseignements sur les maladies infectieuses étu-diées à l’institut Pasteur. Elles sont établies selon unmême plan succinct : l’épidémiologie, la maladie, letraitement et la prévention. Datées et récentes, ellesrestent générales.Il existe quelques dossiers de presse intéressants etrécents tels que l’institut Pasteur et les maladies émer-gentes, les différentes recherches sur les vaccins me-nées à Pasteur, les maladies infectieuses. Ces dossierssont accessibles en cliquant sur« Dossiers de presse »dans la partie« Info Presse ».Fiches de l’AFSSAElles sont accessibles sur Internet à l’adresse sui-vante :www.afssa.fr.Laccès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.L’AFSSA, établissement public de veille, d’alerte,d’expertise, de recherche et d’impulsion de la re-cherche, contribue à l’amélioration de la santé pu-blique, de la santé et du bien-être des animaux, de lasanté des végétaux et de la qualité sanitaire de l’envi-ronnement.Deux types de fiches sont publiées et sont datées :les «Fiches maladies animales» et les «Fiches de dangersmicrobiologiques».Les «Fiches maladies animales» présentent de façonsuccincte et accessible l’état des connaissances surl’étiologie, l’épidémiologie, la surveillance, le diagnostic
1159
CCHSTC’est la principale ressource canadienne en ma-tière d’hygiène et de sécurité au travail. Son mandatest de promouvoir la santé et la sécurité en milieu detravail en fournissant de l’information et des conseilssur tous les aspects de l’environnement au travail. Ilmet à disposition une vaste gamme de renseigne-ments sur la santé et la sécurité au travail dans unlangage clair et adapté à tous les utilisateurs, desmembres du grand public aux professionnels du do-maine. Les documents disponibles sur ce site concer-nent spécifiquement les travailleurs.Réponses SSTElles sont accessibles sur Internet directement àl’adresse suivante :www.cchst.ca/reponsessst/biol ha-_zards.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Ce sont des réponses faites par le CCHST surl’hépatite A, l’hépatite B, la maladie de Lyme…, à desquestions concernant la description de la maladie, lessignes et les symptômes, le mode de transmission, lamaladie et le risque professionnel, les professions àrisque, la prévention à mettre en place en milieu detravail (en particulier, la vaccination, les équipementsde protection individuelle, les recommandations enmatière d’hygiène).Maladies et lésionsElles sont accessibles sur Internet directement àl adresse suivante :www.cchst.ca/reponsessst/di-seases.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Les maladies et lésions professionnelles décritesne sont pas spécifiques aux risques biologiques.Chaque maladie comprend sa description, les fac-teurs favorisant son apparition en milieu de travail,sa transmission, ses symptômes, son traitement, saprévention, les métiers à risque avec les agents encause.Ces deux parties «Réponses SST» et «Maladies etlésions» présentent à la fois des informations com-munes et des informations complémentaires.
séparé. Certains documents décrivent les myco-toxines, les risques biologiques autres qu’infectieux, laclimatisation… Le traité est progressivement enrichides nouvelles tendances de la discipline telles que l’as-pect environnemental, la prévention des risques (quelque soit le risque), le stress au travail, la santé pu-blique, les troubles musculosquelettiques, les aspectsréglementaires
Datées, ces fiches concernent les risques sanitaires,l’épidémiologie des maladies transmissibles, leur pré-vention, les vaccinations, les ressources médicales, laliste des hôpitaux et des médecins, les procédures d’éva-cuation, etc. Ces fiches ne décrivent que très partielle-ment la médecine de soins locale des villes étudiées. Lesfiches complètes sont accessibles en mode sécurisé encommandant des fiches à l’unité ou en s’abonnant àl’année.Les traités d’Elsevier Masson SASIls sont accessibles sur Internet à l’adresse suivante :www.em-consulte.com.L’accès est payant et nécessite un abonnement.Les recherches et les résultats sont en français.Les traités sont destinés aux médecins spécialistes,généralistes et professionnels de santé. Leur fonds do-cumentaire regroupe les articles des 43 traités del’EMC (l’Encyclopédie médico-chirurgicale), soit plus de8 000 articles à ce jour et de 35 revues médicales et desciences sociales.Chaque traité est disponible sur Internet et sur for-mat papier. Le contenu intégral de chaque traité, régu-lièrement actualisé, est accessible aux abonnés sur lesite et propose des enrichissements électroniques (vi-déos, arbres décisionnels interactifs…) qui complètentla version papier.EMC Maladies infectieusesétudie successive-ment les généralités sur les micro-organismes (classifi-cation, modes de transmission, épidémiologie,prévention) ; les grands syndromes ; les affections bac-tériennes, virales, parasitaires et fongiques ; les agentsnon conventionnels transmissibles. Les évolutions ré-centes concernent, outre le sida, les résistances bacté-riennes aux antibiotiques et antituberculeux et leursimplications dans la recherche sur les vaccinations.Une iconographie, en partie en couleur, vient aider audiagnostic de ces maladies souvent complexes et ren-forcer leur compréhension. Le traité aborde tous lesthèmes cliniques, physiopathologiques, techniques,thérapeutiquesEMC Pathologie professionnelle et de l’envi-ronnement(anciennement Toxicologie – pathologiesprofessionnelles) garde une place de choix à la toxico-logie et l’épidémiologie, parties intégrantes de l’activitédu médecin du travail et du spécialiste en toxicologie.Il traite successivement des sources d’exposition, de lasurveillance à mettre en œuvre, du traitement, des me-sures de prévention, sans oublier les aspects réglemen-taires et l’indemnisation. L’épidémiologie, partieintégrante d l’activité du médecin du travail et du spé-ecialiste en toxicologie, fait l’objet d’un développement
Documentspour le Médecindu TravailN° 1153etrimestre 2008437
gae347914:4P9//00805119nreztmd54_1ul:22_4315981
agP43e194:4
Agence de la santé publique du CanadaLa mission de l’Agence de la santé publique au Ca-nada est de promouvoir et protéger la santé des Cana-diens grâce aux partenariats, à l’innovation et auxinterventions en matière de santé publique. L’agencemultiplie ses efforts pour prévenir les blessures et lesmaladies chroniques, comme le cancer et les maladiescoronariennes et intervenir dans des situations d’ur-gence en matière de santé publique et d’éclosion demaladies infectieuses.Fiches techniques santé/sécurité (FTSS) :Bureau de bio-sécuritéElles sont accessibles sur Internet à l’adresse sui-vante :www.phac-aspc.gc.ca/msds-ftss/index_f.html.Laccès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.La plupart de ces fiches sont en cours de révisiondepuis 2006.Ces fiches ne concernent que la protection de lasanté humaine dans les activités de laboratoire. Ellescontiennent de l’information sur les dangers de l’agentbiologique tels que les doses infectieuses, la dissémi-nation, la viabilité (incluant la décontamination), del’information sur les aspects médicaux, les dangerspour le personnel de laboratoire, les précautions re-commandées, les renseignements relatifs à la manipu-lation et la marche à suivre lors de déversementsaccidentels de produits renfermant ces agents.Elles peuvent être considérées par le personnel delaboratoire comme un outil de référence rapide sur lasécurité relative aux microorganismes infectieux. Étantdonné que ces personnes travaillent habituellementdans un environnement scientifique et qu’elles sont ex-posées potentiellement à une concentration plus éle-vée de pathogènes humains que le public en général,la terminologie des FTSS est technique et détaillée.Dossiers Maladies infectieusesIls sont accessibles sur Internet à l’adresse suivante :www.phac-aspc.gc.ca/id-mi/index-fra.php.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Sur une thématique donnée, le site peut renvoyersur « Réponses SST » du CCHST ou des documentsdes différentes sections de l’agence de la santé pu-blique du Canada (comme les fiches techniquessanté/sécurité – agents infectieux) ou d’autres sourcesd’agences américaines ou canadiennes comme l’ACIAou les RMTC (relevés des maladies transmissibles auCanada, mensuels ou hebdomadaires).Cet accès peut servir de portail pour des recherchesmais n’est pas exhaustif. Par exemple, aucun docu-ment n’est signalé sur la légionellose ou les légionellesalors que des documents canadiens existent.
Documentspour le Médecindu TravailN° 1153etrimestre 2008438
8
Fiches signalétiques santé de pathogènesde l’ACIAElles sont accessibles sur Internet à l’adresse sui-vante :www.inspection.gc.ca/francais/sci/bio/anima/disemala/disemalaf.shtml.L’accès est gratuit.Les recherches et les résultats sont en français.Cette agence relève du ministre de l’Agriculture etde l’Agroalimentaire. Elle s’efforce de protéger lesCanadiens contre les risques évitables pour la santé ; deprotéger les consommateurs grâce à la prestation d’unrégime de réglementation équitable et efficace qui s’ap-plique aux aliments, aux animaux, et aux végétaux ;d’assurer la durabilité des ressources animales et végé-tales ; de promouvoir la sécurité de l’approvisionnementalimentaire et des ressources agricoles du Canada.Les fiches signalétiques de pathogènes (FSP), ontété préparées par l’unité des biorisques, du confine-ment et de la sécurité. Elles fournissent l’informationnécessaire afin de minimiser les risques lors de la ma-nipulation et d’assurer le confinement des pathogènesanimaux dans les laboratoires et les établissementsd’animaux. Les FSP sont similaires aux FTSS pour lespathogènes humains.Chaque fiche comporte la description de la maladieet de l’agent infectieux ; les dangers pour la santé desanimaux (source, mode de transmission, vecteur,hôtes) ; les méthodes de diagnostic ; les méthodes dedécontamination ; les dangers pour les humains au la-boratoire avec les précautions à prendre, les équipe-ments de protection individuelle à porter. Chaquefiche est datée et récente.Fiches maladies infectieuses de l’OFSP (Suisse)Elles sont accessibles sur Internet à l’adresse sui-vante :.bag.admin.ch.wwwL’accès est gratuit.En cliquant sur« Français », les recherches et les ré-sultats sont en français.L’objectif de cet office est de promouvoir et de pro-téger la santé de toutes les personnes résidant enSuisse. Cet office souhaite que la promotion et la pro-tection de la santé ainsi que la prévention des maladieset des accidents soient mises en œuvre dans une pers-pective globale et cohérente et s’occupe en particulierdes épidémies et des maladies infectieuses.Pour accéder à ces fiches, cliquer sur «Thèmes»,puis sur «Maladies et médecine», puis sur «Maladies in-fectieuses», puis sur «Maladies infectieuses (A-Z)». Cesfiches décrivent la pathologie, les cas recensés enSuisse, les recommandations pour leur prévention, et lecas particulier de la vaccination. Selon l’agent biolo-
54:234_1nrdulez05mt19/0819/02_98151
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.