SOCRATE- Y a-t-il quelque chose que tu appelles corps et une autre ...

De
Publié par

SOCRATE- Y a-t-il quelque chose que tu appelles corps et une autre ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 156
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
SOCRATE Y atil quelque chose que tu appelles corps et une autre que tu appelles âme ? GORGIAS Oui, bien sûr. SOCRATE Or, croistu qu'il existe une bonne santé du corps et un bon état de l'âme ? GORGIAS Oui, je le crois. SOCRATE Et ne croistu pas que cette bonne santé puisse n'être qu'une apparence, sans rien de réel ? Je vais te donner un exemple : il y a bien des gens qui ont l'air d'être en bonne santé, et on aurait du mal à comprendre qu'ils sont en fait en fort mauvais état si on n'était soimême maître de gymnastique ou médecin. GORGIAS C'est vrai. SOCRATE Je soutiens qu'il existe un état du corps et un état de l'âme, qui donnent au corps et à l'âme, l'air d'être en bonne santé, alors qu'ils n'ont aucune santé. GORGIAS Cet état existe, oui. SOCRATE Bien, je vais essayer, comme je peux, de te voir plus clairement ce que je veux dire. Il y a donc deux genres de choses, et je soutiens qu'il y a deux formes d'arts. L'art qui s'occupe de l'âme, je l'appelle politique. Pour l'art qui s'occupe du corps, je ne suis pas à même, comme cela, de lui trouver un nom, mais j'affirme que tout l'entretien du corps forme une seule réalité, composée de deux parties : la gymnastique et la médecine. Or, dans le domaine de la politique, l'institution des lois correspond à la gymnastique, et la justice à la médecine. PLATON,Gorgias,464 a c. Trad. Canto.  Quandon est jeune, il ne faut pas hésiter à s'adonner à la philosophie, et quand on est vieux, il ne faut pas s'en lasser d'en poursuivre l'étude. Car personne ne peut soutenir qu'il est trop jeune ou trop vieux pour acquérir la santé de l'âme. Celui qui prétendrait que l'heure de philosopher n'est pas encore venue ou qu'elle est déjà passée ressemblerait à celui qui dirait que l'heure n'est pas encore arrivée d'être heureux ou qu'elle est déjà passée.  EPICURE,Lettre à Ménécée.Trad. Solovine.  L'artapparaît lorsque, d'une multitude de notions expérimentales, se dégage un seul jugement universel. En effet, former le jugement que tel remède a soulagé Callias, atteint de tellemaladie, puis Socrate, puis plusieurs autres pris individuellement, c'est le fait de l'expérience ; mais juger que tel remède a soulagé tous les individus atteints de telle maladie, déterminé par un concept unique, comme les phlegmatiques, les bilieux ou les fiévreux, cela appartient à l'art. Or, par rapport à la vie pratique, l'expérience ne paraît différer en rien de l'art ; nous voyons même les hommes d'expérience l'emporter sur ceux qui ont la notion sans l'expérience. La cause en est que l'expérience est la cause des choses individuelles, et l'art celle des choses universelles, et, d'autre part, que toute pratique porte sur l'individuel : ce n'est pas l'homme en général, en effet, que guérit le médecin, mais Callias, ou Socrate, ou quelque individu ainsi désigné, qui se trouve, en même temps, être un homme. Si donc on possède la notion sans l'expérience, et que, connaissant l'universel, on ignore l'individuel qui y est contenu, on commettra souvent des erreurs de traitement, car ce qu'il faut guérir avant tout, c'est l'individu. Toutefois nous pensons d'ordinaire que le sacoir et la faculté de comprendre appartiennent plut^to à l'art qu'à l'expérience, et nous considérons les hommes d'art comme supérieurs aux hommes d'expérience, la sagesse, chez tous les hommes, accompagnant plutôt le savoir : c'est parce que les uns connaissent la cause et que les autres ne la connaissent pas. En effet, les hommes d'expérience connaissent qu'une chose est, mais ils ignorent le pourquoi ; les hommes d'art savent à la fois le pourquoi et la cause. ARISTOTE,Métaphysique,A1. Trad. Tricot.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.