En marche vers un jubilé 2010-2011

Publié par

En marche vers un jubilé 2010-2011

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 84
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
tRACtAtIonS AUtoUR De LA LePI Le daNger d’uNe immixtiON du gOuverNemeNt P. 4 300ustice, rit , is ricor e He oma aire at o ique u décembre 2009 www.lacroixdubenin.com Prix: F CFA AnnonCe oFFICIeLLe DeS eVeQUeS EN marche vers uN jubilé 2010-2011 Tout ce qu’ilP. 6-7 faut savoir pour se prépa-rer pour le ju-bilé des 150 ans d’évangélisa-tion du Bénin: thème, logos, programme.
UNe écOle supérieure pOur éducateurs spécialisés à COtONOu dès jaNvier 2010 P. 8
Mgr Ehouzou dévoile le logo du jubilé à Parakou
0 N 1024 du 11 décembre 2009
FAçON DE PARLER BOttiN Pour trouver une adresse ou un numéro de téléphone, on consulte l’annuaire que l’on appelle également le Bottin. Sébastien Bottin (1754-1853), ancien moine devenu secrétaire général de préfecture après la Révolution, s’intéressait à l’économie et à la statistique. Il reprit un travail commencé en 1797 avec L’Almanach du commerce de Paris et dressa la première liste des commerÇants de Paris. L’Almanach Bottin, divisé en trois parties : Paris, Départements franÇais, Etranger, connut un franc succès dès sa parution en 1819. Bottin mit sur pied un système de fiches avec une mise à jour régulière et plus de cinquante mille noms. A sa mort, l’Almanach Bottin fusionna avec l’Annuaire général du commerce, édité par Firmin-Didot et, dès 1900, on consultait tout aussi bien l’annuaire que le Bottin. Le nom propre devint nom commun dans le langage populaire, mais comme Bottin est une marque déposée (et donc invariable comme Frigidaire ou Scotch), on ne devrait l’employer qu’avec une majuscule, et sans «s» au pluriel (des Bottin). On peut donc consulter le Bottin mondain, mais l’emploi de Bottin pour désigner l’annuaire des abonnés au téléphone est incorrect.
oNgles
 Ongles provient du latin Ungula. (Ungle, 1160). Voici la définition du mot : Lame cornée qui pousse à l’extrémité des doigts et des orteils chez l’être humain. Chez les animaux carnassiers, griffes, et serres chez les rapaces (ergots). La lunule (petite lune) : partie blanchâtre en demi-lune à la base de l’ongle. Onglée : engourdissement douloureux de l’extrémité des doigts causé par le froid. Onglet : (sur la lame d’un couteau) entaille où l’on peut introduire l’ongle. Petite bande de papier permettant d’insérer une feuille isolée dans un ouvrage. Morceau pour biftecks : onglet à l’échalote. Onglier : ensemble des instruments pour la toilette des ongles. Ongulés : animaux dont les pieds sont terminés par une protection cornée : sabot du cheval. Onguligrades : animaux qui marchent sur les sabots (sur les ongles). Payer rubis sur l’ongle : régler sa dette tout de suite et complètement. Se défendre bec et ongles : de toutes ses forces.
 LES SAINTS DE LA SEMAINE Du 12 au 18 décembre 2009
12 décembre : Ste Jeanne FranÇoise de Chantal ;13 décembre: Ste Lucie : Vierge et martyre ;14 décembre : Ste Odile (v.660-720), abbesse ;15 décembre: Ste Ninon; 16 décembre : Ste Alice ou Adélaïde (v.931-999) ;17 décembre: St Gaël ou Judicaël (+650), roi des Bretons ;18 e e décembres), évêque .: St Gatien (III - IV
LA CROIX DU BENIN
Hebdomadaire Catholique; 01 BP 105 COTONOU (R B.); Email :contact@lacroixdubenin.com;21 32 11Tél :(229) 19; Compte : CCP. 12-76 COTONOU; Dépôt Légal n° 1024; Tirage : 3500 exemplaires; Directeur de publication : Abbé André Quenum (Tél.: (229) 95 45 57 57 / 97 98 85 75); Directeur Adjoint et chargé des relations publiques et partenariat : Abbé Marc Dossou (Tél.: (229) 95 15 00 50 / 90 05 34 07) ; Rédacteurs en chef : Religion et documentation : Sr Valérie Zinsou ; Politique : Alain Sessou ; Société : Guy Dossou-Yovo ; Distribution : Janvier Fassinou, Abbé Herman Adjanon ; Publicité : Mme Colombe Demba Diallo ; PAO : Justin Béhanzin, Rachelle Houénou ; Correspondants : Abomey : Abbé Corneille Gnancadja ; Cotonou : Abbé Anicet Zohoun ; Dassa-Zoumè : Abbé Sylvestre Tchèkè ; Djougou : Abbé Cyriaque Guédé ; Kandi : Abbé Denis Kocou ; Lokossa : Abbé Marie Salomon Dégbégni ; Natitingou : Abbé Abraham Ghanaba ; N’Dali : Abbé Ange Marie Houégbèlo ; Parakou : Abbé Aristide Gonsallo ; Porto-Novo : Abbé Frumence Vodounou ; Correcteurs : Lucien d’Assomption, Joël de Souza. Abonnements : Ordinaire : 15.000 F CFA ; Soutien : 20.000 F CFA ; Amis : 30.000 F CFA ; Bienfaiteurs : 50.000 F CFA. France 40 000F CFA soit: 61 euros. Webmaster : Fernand Somadjagbi Imprimerie Notre-Dame : Tél.: (229) 21 32 12 07.
DISTRACTION ENfer Brejnev vient visiter Reagan. Sur le bureau de Reagan, à côté des lignes habituelles et du téléphone rouge, il aperÇoit un autre téléphone noir. «A quoi sert celui-ci, dit-il? - Eh bien, lui dit Reagan, c’est une ligne directe avec l’enfer. - Pas possible? - Oui, Ça marche très bien, et on me dit même le prix de la communication. - Je veux voir fonctionner Ça, dit Brejnev. - C’est facile, dit Reagan, on va appeler Staline». Reagan prend le téléphone, se met en contact avec l’enfer, et on lui passe en effet Staline. Brejnev prend l’appareil, et ils parlent cinq minutes. Reagan rappelle l’opérateur. Le prix de la communication est de 2000 dollars. Brejnev trouve cela cher mais cependant, rentré au Kremlin; il décide de se faire installer le même appareil. Pour l’étrenner, il appelle lui aussi Staline, et il lui parle une demi-heure. Puis, assez inquiet quant au coût, il appelle l’opérateur et demande combien la communication a coûté. «Deux roubles, lui répond-t-on. - C’est tout? Mais de la Maison Blanche, on avait payé 2000 dollars pour cinq minutes! - Oui, mais depuis le Kremlin, ce sont les lignes intérieures!»
BONheur daNs la famille
Une famille de six enfnats traverse la rue sous la conduite de la maman. Une dame lui dit : «Mais vous avez trop d’enfants!» La maman lui montre ses bambins et répond : «Dites-moi,lequel est de trop!» Silence de la dame. Et la famille continue son chemin dans le bonheur d’être ensemble.
Horizontalement
– I. Contours de figures. Se montre brusquement. –II. Terrains de jeu des gamins. Condition humaine. Prison. Refuge. –III. Enthousiasmer. Coup au tennis. Etablissements. IV. Musique populaire. Bois. Absolue. –V. Temps pour pioncer. Arbre fruitier. Chevilles de sport. –VI. Bêta. Pour épaissir les sauces. Protesta. Echange de coups souvent liftés. Adverbe de lieu. –VII. Invita chez soi. ça alors ! Changea de ton. –VIII. Œuvre musicale. Ce qui a changé. Rien à signaler. Suspendit. Mit en action. –IX.
Flash
Mots Croisés
Examiné de nouveau. Isolés. Kidnappé. –X. Démêler. Rapide. Contenu. –XI. Boîtes. Fin de repas. Fulminations d’antan. – XII. Menue monnaie espagnole. Partie centrale de l’œil. République d’Amérique du Sud.
Verticalement
– 1. Vêtements de confection. –2. Ces gens-là. Les hommes en général. Perfore. –3. Remettre en position de tir. Tourna. –4. Mouvance religieuse. Obstacle. –5. Pari sur les chevaux. Raccourci sur la carte. –6. Première tentatrice.
RÉpONsE daNs NOTrE prOcHaiNE livraisON
DATES IMPORTANTES
21 décembre: Ordination sacerdo-tale du Père Augustin Planque, Mgr Mensah, Mgr Sastre, Mgr Agboka, Mgr Assogba, Mgr Nicolas Okioh;22 décembre: Ordination sacerdo-tale de Mgr Melchior Marie Joseph de Marion Brésillac, Erection du diocèse de N’Dali;23 décembre: Naissance de Mgr Victor Agbanou;24 décembre: Naissance de Mgr André van den Bronk;25 décembre: Naissance de Mgr Noël Boucheix;29 décembre: Sacre de Mgr André van den Bronk;30 décembre:Naissance du Père Maurice Grenot, Décès du Père Jean-Louis Caër.
On y met les voiles. –Pour construire une utopie. –7. Joue du revolver. Do. Document pour demandeur d’emploi. –8. Les Egyptiens l’adoraient. Partie d’écurie. Bandé. –9. Transport de banlieusards. Ridicules. –10. C’est toute une histoire quand on s’adresse à eux. –11. Artère. A elle. –12. Période de la vie. Malfaiteur. –13. Ruine. Il fait réflexion. Morceau de désert. –14. Proviens. Futur toto. –15. Marque de soulagement. Procède. –16. Ramené. Rutile. –17. Gobé. Changé de milieu. –18. Illusoire. Rayons. Devant une date. –19. Doubles règles. Casserole à bas bords.
Réponse 1023
Politique et société
0 N 1024 du 11 décembre 2009
MISe en RoUte De «LA RoUte DeS PêCheS» 200 milliONs d’eurOs pOur quOi faire? 200 millions d’euros, ou plus de 131 milliards de francs Cfa d’investissement par le gouvernement du Bénin pour un projet à vocation touristique ! C’est colossal, vu le caractère délicat et l’envergure d’un tel type de chantier à gérer par l’État, au moment même où la plupart des sociétés et entreprises sous sa tutelle souffrent de mauvaise gestion et qu’il cherche à céder à des privés ces unités de production. l s’annonce, ces derniersCasa dEl Papala nécessité de viabiliser plein cœur du processus de rehausse la sur cIomplexe touristique dénommé jours, une mise en route du ville historique de Ouidah et une zone potentiellement décentralisation, prenne à projet de construction du y attire à grandes affluencesnouveau le rôle de promoteurattrayante au tourisme, l’Etat, à des visiteurs de toutes origines l’heure actuelle, s’endette, sans et se substitue aux acteurs du «La Route des Pêches» en tout au long de l’année, sans garantie de réussite ni en amont privé, à moins qu’ils soient maquette depuis presque 10 ans interruption. Si ce projet de ni en aval. D’autant plus qu’il absolument défaillants. bientôt. Et ce, suite à l’accord de complexe touristique a mis reste à résoudre objectivement De là, les intérêts du pays prêt obtenu par l’État béninois du temps à évoluer depuis sa les nombreux problèmes liéssont en déficit continuel. Car, auprès de la Banque africaine conception jusqu’à ce jour,à l’expropriation des terres quelle gestion l’Etat garantit-de développement (Bad). c’est peut-être aussi à cause de dans cette périphérie où les il à de telles infrastructures L’État béninois disposerait-son caractère très délicat. villageois, premiers occupants hôtelières et touristiques si il à nouveau des capacitésEn effet, l’Etat devrait l’existant dans ce domaine est réelles pour conduire des auxquels elles appartiennent encourager des privés à chantiers d’investissementdifficile à reconstituer? Les cas ne cessent de crier leur ras-saisir une telle opportunité aussi lourds que celui de de Plm Alédjo, Sheraton Hôtel le-bol à l’encontre du projet. en les associant à la phase de la «Route des Pêches»? La désormais Bénin Marina Hôtel, Si à l’avenir les promoteurs formulation dudit projet. question se pose et mérite Hôtel du Lac et Hôtel Croix du envisagent d’associer des Ce qui n’a pas été le cas. d’être soulevée lorsqu’on Sud évoquent des souvenirs investisseurs privés à ce projet, Aujourd’hui, il est question est au courant des difficultés et même des actualités en ce il n’en demeure pas moins d’un site de grande envergure, du gouvernement et de qui concerne les difficultés de urgent de lever les obstacles l’administration publique, et les prétentions de nos gestion par l’Etat béninois des actuels liés à ces enjeux en général, à conduire dirigeants à y avancer sur la unités de l’industrie hôtelière et conflictuels du foncier dans cet efficacement et à bon terme labase de la maquette-projet d’autres. Il ne semble donc pas espace géographique viable à la plupart des chantiers ouverts proposée (voir article du réaliste que l’Etat ambitionne depuis quelques années. Elle lisière de la ville de Cotonou. Journal L’Autre Quotidien du d’investir dans ce secteur où se pose davantage, à voir de 12/11/09, rubrique «Économie/ En aval, même si le secteur il a fait ses preuves d’insuccès près les difficultés de l’Etat à Tourisme») nécessitent d’être touristique connaît un bond, pendant plusieurs décennies. gérer des entreprises relevant revues à leur juste mesure. Car, ces dernières années au Bénin, En outre, en considérant du secteur de production de les hôtels de grand standing avec une plus grande drainée l’environnement béninois et les richesses. prévus par les promoteurs dudit de visiteurs à destination du perspectives de développement Il n’y a plus de doute sur complexe sont loin de répondre Bénin, plusieurs incertitudes touristique, il est à souhaiter la nécessité de viabiliser cette aux attentes et aux moyens du demeurent, en ce qui concerne que les promoteurs démontrent zone du long de la plage de grand nombre de Béninois la rentabilité d’un pareil projet. encore avec plus de pertinence Cotonou en direction de celle moyens qui, avec moins de dix la rentabilité économique et Rien qu’à voir les énormes de Ouidah, vers l’ouest aux dollars US soit 5000 F Cfa, sociale d’un pareil projet en problèmes qu’engendrent abords de l’océan Atlantique. peuvent s’offrir un abri de hutte l’état de la maquette-projet l’érosion côtière et les moyens Cependant, le projet tel pour leurs loisirs en week-end. actuelle. de son interruption au Bénin, qu’envisagé par l’Etat béninois De plus, si les promoteurs Ce qu’il conviendrait paraît trop ambitieux en amont l’on devrait s’attendre à ce d’envisager dans le cadre prévoient un complexe et en aval de sa réalisation. Ce que les promoteurs d’un site d’un projet alternatif de hôtelier de 2000 chambres, qui amène à faire quelques de cette envergure donnent viabilisation de «La Route des avec comme avantage social observations qui s’imposent,les preuves d’une fiabilité Pêches», c’est la possibilité 8000 emplois directs, c’est à cette étape où, déjà, le de l’espace géographique du d’infrastructures moins lourdes à croire que l’Etat béninois financement a été trouvé pour site sur le moyen et le long et moins en bétons armés, dispose à l’heure actuelle passer à la phase d’exécution terme. Faut-il alors continuer à accessibles à davantage de d’au moins une centaine de dudit projet. Béninois et tenant compte du mettre le pays dans des dettes managers d’hôtels, de dizaines goût exotique des visiteurs aussi énormes en occultant de de milliers de restaurateurs Des dOutes qui subsisteNt non Béninois. L’État pourrait prendre avec plus de sérieux la en attente sur le marché de Serait-ce un défi à l’Etatassocier des promoteurs mesure des risques d’affaires l’emploi ou en formation béninois de le voir avancer à privés prêts à investir dans et d’investissement dans ce quelque part pour être destinés, nouveau dans un tel projet sans ce domaine pour envisager domaine? d’ici à là, à l’emploi au sein de prendre en compte ces quelques la mise en place le long de ce ce complexe. Autrement, doit-remarques importantes, à chenal maritime de petits hôtels on s’attendre à une cession-notre avis, pour réévaluer sesUN dévelOppemeNt plusfaits de bungalows, de petites gérance à des privés d’un actif capacités à faire face à un pareil bâtisses en huttes modernes, respectueux de ce que les projet de développement en hôtelier ne répondant pas aux par exemple, plus naturels, geNs atteNdeNt goûts ni des Béninois, ni des qui fassent place à des espaces matière touristique? Il convient Tout ouvrage de développe-acteurs du secteur touristique, verts de loisirs et qui s’offrent pourtant de constater que dans ment, même touristique, doit ni d’éventuels touristes davantage aux pique-niques, un tel enjeu, les dirigeants partir avant tout des besoins semblent se substituer aux étrangers pour lesquels les plutôt que 2000 chambres et des attentes et capacités d’hôtels 3, 4 ou 5 étoiles en investisseurs privés. Beaucoup vagues violentes de l’océan le des Béninois eux-mêmes à y somme inhabitables au fil des de pays au monde ont compris long de cette plage s’offrent accéder pour leurs loisirs et jours. Les 200 millions d’euros aujourd’hui que la promotion moins au plaisir du bain de pour le tourisme. Au regard de dette pourraient bien être de certains secteurs vitaux de mer? des enjeux actuels, l’État déployés autrement par l’Etat leurs économies relève plus Le plus délicat, à notre avis, béninois devrait normalement et l’administration béninoise au du privé que de la gestion des c’est moins d’avoir consenti la profit de promoteurs du privé accompagner le secteur privé acteurs du public. Le tourisme dette auprès de la Bad que de plus à même de prendre des dans la prise en compte des fait partie de ces secteurs passer sous peu le marché de risques d’affaires au-delà des besoins et des attentes des dévolus à des investisseurs la réalisation dudit complexe seuls travaux de construction Béninois pour l’investissement. privés et l’expérience béninoise touristique, avec des réseaux du site touristique. Il n’est pas concevable qu’en elle-même le prouve à plus de promoteurs suivant les d’un exemple. Il n’y a qu’à coutumes du copinage et de même temps que l’Etat prétend voir combien aujourd’hui l’amateurisme sans issue.Ainsi, privatiser, le même État, enLuc AssOgba
Editorial UN nObel eNtre la guerre et la paix par AbbÉ ANdrÉ S. QuENum Il est héritier de Martin Luther King, un prix Nobel de la non-violence. Il est l’actuel occupant du fauteuil de Théodore Roosevelt, un président militariste, lui aussi un prix Nobel de la Paix. Il est le président de la plus grande puissance militaire du monde et il vient de déciderd’envoyer 30.000 soldats américains supplémentaires en Afghanistan. Barak Hussein Obama est son nom. A son humble aveu, il n’a pas encore beaucoup d’actionsd’envergure à son compte. Et pourtant, le prix Nobel de la paix 2009 lui a été décerné à Oslo en Norvège, le 10 décembre. Le comité d’attribution fonde son choix sur son appel à lutter contre la prolifération de l’armement nucléaire, l’implication des USA dans la lutte contre le réchauffement du globe, son soutien pour les Nations Unies et la diplomatie multilatérale, et de faÇon générale la manière dont son élection à la présidence a capté l’attention du monde et inspiré l’espoir.Pourtant, ce n’est pas tout le monde qui apprécie ce choix du comité. Une bonne partie de l’opinion américaine n’est pas convaincue qu’il le mérite aussi tôt. Alors, non seulement il accepte le prix, mais dans son discours d’acceptation, il choisit de faire face à l’ironie de sa situation et à la complexité de son rôle, celui d’un président qui doit agir avec le pragmatisme que requiert la politique d’un pays empêtré dans plusieursguerres et défis, et celui dont la vie et l’élection présidentielle doivent continuer d’inspirer l’espoir et l’idéalisme qu’incarnent Martin Luther King, Gandhi et Jean-Paul II qu’il cite. Obama et le prix Nobel de la paix en main à Oslo, c’est la recherche de la rencontre entre la guerre juste et la paix juste entre les nations, une paix qui touche aussi bien à l’économie qu’à l’environnement pour le bénéfice de la «fraternité humaine» (Benoît XVI) qui est à un tournant déterminant. L’appel du lauréat à étendre notre imagination morale, pour que le monde ne soit pas seulement tel qu’il est, mais qu’il soit tel qu’il doit être, doit nous faire tous réfléchir.
P. 4
0 N 1024 du 11 décembre 2009
Politique et Société
tRACtAtIonS AUtoUR De LA LePI Le daNger d’uNe immixtiON du gOuverNemeNt La réalisation de la Lépi fait courir les acteurs politiques, de tous bords. Mais son avènement dépend de la sincérité des actes posés par les uns et les autres conformément aux dispositions de la loi portant organisa-tion du Réna et établissement de la Lépi.  Il n’est plus la situation» est une démarche terrain en vue d’une prétendue (Cps) et surtout à la structure couvert de Lépi ? Le peuple se «l’opinion contre la vie chère, en préludesoi-même et avec les textes Ce qui surprend techniquement possible d’apaisement et de véritétechnique de réalisation campagne sur la Lépi, et ce, souvient, comme si c’était hier, de réaliser une Lépi bienvenue. Il en est de même en parfaite contradiction avec (Miréna) instituées par la loi». de la croisade du gouvernement transparente et fiable quidu chef de l’Etat, le président devra servir pour les élections de la République lorsque régissant la matière. Le fameux publique, c’est que l’Etat donne aux élections municipales et de 2011 dans les conditions dans son message à la nation, dialogue dont parle le chef de des moyens à des structures bien d’autres malaises dont fixées par la loi». C’est l’uneà l’occasion du lancement qu’il a lui-même créées pourl’Etat s’est-il déjà tenu pour notre pays a été l’objet sous des inquiétudes majeures desofficiel du recensementfaire le tour des questions en une mission précise, et que l’ère du changement. ténors de l’Alliance « Union électoral national approfondi, suspens en vue d’une poursuite lui-même se substitue à elles Ces dérapages ne sont pas fait la Nation » au sujet de lail affirme : « Conformémentpour jouer leur rôle. Et donc,heureuse du processus ? de nature à rassurer le camp réalisation de la liste électorale aux dispositions de la loi Apparemment, rien n’a été fait user des moyens de l’Etat pour d’en face ni les populations permanente informatisée. portant organisation du Réna encore. Au contraire, c’est à vaquer à une tâche que ne lui sur la sincérité des acteurs Pour certains membres duconfère aucun texte de loi. Onà la couleur une sensibilisation et établissement de la Lépi, politiques, sur leur volonté de gouvernement, on ne saurait j’invite toute la classe politique gouvernementale qu’on as’interroge finalement sur sa vouloir effectivement la Lépi aller aux prochaines électionsde notre pays au dialogue et à eu droit. Cela se comprend bonne intention de voir la Lépi qui, qu’on le veuille ou non, sans la Lépi. C’est la Lépi oula tolérance afin d’assurer ause réaliser pour les électionsmal, surtout que, comme leur enlèverait le monopole de rien. A côté, la coalition en processus la sérénité requise. Fors-Lépi l’a rappelé dans un de 2011. Veut-il vraiment de la fraudes électorales dont dispose vue de la candidature de M. Il devrait être possible qu’au communiqué du 3 décembre Lépi ou feint-il seulement de chacun dans ses fiefs électoraux Abdoulaye Bio Tchané rejettedernier, «le gouvernement la vouloir ? C’est bien ce quicours des jours à venir, nous respectifs et qui entraînerait la thèse selon laquelle «Pas puissions nous retrouver en n’a aucune activité technique rend périlleuse dans le cours du des élections crédibles moins de Lépi, pas d’élection en présence notamment de toutes dans le processus. Il n’est pas débat une pareille immixtion contestées. 2011». En sus, il est reproché les forces politiques et de la non plus, chargé par la loi du gouvernement. Pourquoi La récréation de la Lépi au coordinateur national de société civile pour procéder à d’aucune activité de diffusion, laisse-t-il l’idée du dialogue et a déjà trop duré et déjà trop la commission politique de une évaluation». de popularisation des étapes du du consensus à rechercher pour coûté. En toute chose, il faut supervision de la Lépi et Mais là où le bât blesse, c’est processus. Il est appelé, dans la se lancer dans une campagne à certains des membres de qu’à la suite de ces déclarations mesure de ses engagements, à sur la Lépi qui pour l’opinionsavoir raison garder. son équipe, le non respect de bonnes intentions, les fournir les moyens à l’instance passe pour une campagne de certaines dispositions ministres sont déployés sur le politique de supervision électorale déguisée sousGuy DOssOu-YOvO réglementaires et la violation flagrante des différentes lois régissant la réalisation de la IMPLICAtIon DeS MeDIAS DAnS LA LePI Lépi. Et comme le constate POur uNe plus graNde seNsibilisatiON des pOpulatiONs le Front des organisations de la société civile pour la réalisation de la liste électoralee En ce 19 anniversaire de l’avènement de notre Constitution du 11 décembre 1990, nous permanente informatisée (Fors-avons besoin de nous mobiliser pour faire du processus de la Lépi une réussite en vue des Lépi 2011), «les griefs exposés par les uns contre les autres sont élections transparentes, crédibles et fiables dans notre pays. essentiellement liés à la gestion ’est le moment des chargeurs du Bénin à est d’une importance capitale. qui prive dudroit de vote en supposée non consensuelle C favorable, ou, ce Cotonou, à l’occasion de Nous devons faire table rase2011 et en 2016. Il vaut donc du processus Lépi, à la non sera trop tard, et ce, «l’atelier d’implication des des querelles politiciennesmieux éviter cela maintenant que transparence, à la volonté de pour au moins dix ans. C’estd’avoir à se morfondre le doigt. remettre en cause la Lépi». Le médias de proximité dans la que se font les diverses maintenant, comme il y a 19La responsabilité des partis climat de tension et de méfiancesensibilisation des populations chapelles politiques pour ans, pour notre Constitutionpolitiques est de sensibiliser leurs ainsi né des suspicions des uns sur les phases de la mise en bien accueillir les agents du 11 décembre 1990, qu’ilpartisans à cette tâche. Il en est contre les autres compromet œuvre de la Lépi» qu’elle vient chargés de dénombrer nos faut s’engager, pour une Lépide même des chefs de villages, à coup sûr et avec gravité le d’organiser à leur endroit. Se arrondissements, nos villages,transparente et fiable, si l’onde quartiers et de hameaux pour processus de la Lépi, menace situant dans le cadre de leurs nos hameaux, nos maisons, veut demain jouir de sonindiquer aux agents cartographes la paix et projette un péril, actions de plaidoyer et de nos ménages, nos foyers, les droit constitutionnel d’élirel’étendue de leur territoire, de non seulement sur les élections mobilisation pour une mise en différentes infrastructures le président de la Républiqueleur village, de leur quartier ou couplées de 2011, mais aussi œuvre harmonieuse de la Lépi, de notre localité, les écoles, et les futurs représentants dude leur hameau afin qu’aucun ne et surtout sur l’ensemble du les membres de la société civile les anciens bureaux de vote,peuple à l’Assemblée nationalesoit oublié. Peu importe votre processus démocratique en ont saisi l’opportunité de ces les centres de santé et autres aussi bien en 2011 qu’enappartenance politique, ethnique, cours chez nous depuis la échanges avec les journalistes cadres de loisirs. C’est le 2016. «Ce qui se dit et se faitsyndicale ou religieuse. L’agentconférence des forces vives de pour leur expliquer avec force moment de veiller à ce que les aujourd’hui à propos de larecenseur n’a rien à y voir. la nation. Une issue heureuse détails, les trois phases du Réna agents cartographes passent Lépi, c’est déjà le processusMieux, la Loi punit tout agent du processus suppose donc - la cartographie censitaire, effectivement partout ou de inexorable des élections de 2011qui tomberait dans ce travers.l’apaisement de ces différentes la collecte des données et dénoncer haut et fort si ce n’est et de 2016 qui est enclenché».C’est donc ici et maintenant que craintes, amène à un consensus l’enregistrement des citoyens - pas le cas. Car une fois cette C’est en ces termes que lescommence la veille citoyenne autour de la question. La et ce qu’il convient de retenirétape ratée, il est désormais membres de la coalition Fors-pour un aboutissement heureux démarche entreprise par Fors-de la Loi sur le Réna et la Lépi.depresque impossible Lépi-2011 se sont adressésdes prochaines échéances Lépi 2011 «de rencontrer les L’étape de la cartographie poursuivreavec les deux phases aux professionnels desélectorales. différents acteurs, de relever censitaire actuellement en suivantes du Réna et de se faire médias, le jeudi 10 décembre les difficultés et de proposer 2009 au Conseil national cours dans les départements délivrer la carte d’électeur. CeGuy DOssOu-YOvO des solutions que leur inspire
Mémoire d’une Eglise
0 N 1024 du 11 décembre 2009
VERS 150 ANS D’EVANGELISATION Le chOc des cultures Que l’intervention de la mission ait influencé ou marqué nos cultures et traditions locales reste indéniable. Mais, nos parents n’étaient pas seulement objets, mais aussi sujets du processus de leur propre évangélisation. ne approche de la société c o n t r é e ssurTOuT à ouidaH dONT lE culTEessor. Dans le même rapport,pas menacés. Mgr Steinmetz traditionnelle d’avant c o ï n c i -NaTiONal ÉTaiT la zOOlâTriE : culTEnos cultures constituaient uneet Agnilo le grand prêtre de Fâ peutU se faire qu’au regard de la 1 l’évangélisation ne dait -. La prOTEcTiONdu «daNgbÉ» richesse pour l’Eglise. Nos Pèresdemeurèrent les parangons de s’il nequE NOus accOrdiONs aux jEuNEscette amitié. «Agnilo sur qui dans la foi n’ont pas attendu la gENs qui rEcOuraiENT à NOus coutume. Cette superstructure, s ’ e n t r e - la religion catholique avait Constitution pastoraleGaudium m ê l a i tpOur ÉcHappEr au sÉjOur fOrcÉbeaucoup d’attrait (il préféraET SpEspour promouvoir ce qu’il constituée de normes et dans un couvent fétichiste afin de préceptes, de pratiques pas - àconfier l’éducation de cinq de sesy a d’authentiquement chrétien l ’ e n t r e -d’TrE iNiTiÉs puis vOuÉs au culTEdans nos cultures. Certainsenfants aux missionnaires plutôt transmises de générations en d’uNE diviNiTÉ, cETTE prOTEcTiON générations, reste l’élément p r i s e qu’à un couvent fétichiste; ils emploieront leur ministère à N’EffarOucHaiT pas TaNT lEs stabilisateur de la société c o n q u é - reÇurent plus tard le baptême), faire reconnaître la richesse des rante desprTrEs fÉTicHisTEs : ils savaiENTservirait spontanément et cultures africaines, leurs qualités traditionnelle. Elle garde tous AbbÉ ROmÉOp u i s s a n -prEsquE TOujOurs prENdrEhumaines et leur morale. Un Pèreintelligemment d’intermédiaire les attributs d’une constitution AmOussOuHOuilEur rEvaNcHE EN supprimaNT dans laquelle l’individu croît. ces occi-pour aplanir les difficultés nées dufrancis Aupiais, artisan lointain adrOiTEmENT, c’EsT-à-dirE par Une enfreinte des règles de la d e n t a l e s . heurt des deux religions» admit de l’inculturation, n’avait pour lE pOisON, l’iNsOumis dONT ils coutume entraînait ainsi pour Aussi, militaires, mar-chands son ami. De plus, la sympathie souci que de faire connaître dÉclaraiENT ENsuiTE la mOrT, lE l’individu une double peine : et missionnaires étaient perÇus des souverains à l’endroit les religions fétichistes, les cHâTimENT dONNÉ par la diviNiTÉ il perdait les avantages et le comme serviteurs d’une même et des missionnaires en dépit de coutumes du pays et de tout ce même cause : l’œuvre civilisatricebafOuÉE» (Paul Hazoumé,50 aNsqui se rapporte à l’histoire locale,l’opposition parfois ouverte des soutien de la confraternité et des puissances occidentales.d’apOstOlat de Mgr FraNçOischefs féticheurs fut un atout de prouver que les indigènes subissait de la part des ancêtres SteiNmetz, p. 59). Ces éléments des châtiments proportionnés au Il demeure aussi vrai que la foi majeur pour la mission. Le Père possédaient un fond de sentiment culturels susciteront des motifs délit. chrétienne ne peut s’exprimer Borghero relatait ainsi dans son et d’idéal élevé. que dans un langage humain. de discordances entre les journal : «La cONduiTE TENuE parAinsi le christianisme, en L’évaNgile, uNe cONtre culture Ici le message de la foi est indigènes et les missionnaires.lE rOi à NOTrE Égard a ÉTÉ TOuTEapportant la lumière du salut dans Le message évangélique reste d’expression occidentale. Il Mgr Steinmetz relatera dans sesdiffÉrENTE dE cE qu’il a TOujOursnos contrées, devrait s’enrichir la lumière qui, de l’intérieur, en sera de la rencontre du souvenirs ces heures sombrespraTiquÉ au DaHOmEy avaNT ETlui aussi de l’expérience éclaire les civilisations. Par sa christianisme et de l’Afrique comme des «grains de sable dansaprès NOus. LEs eurOpÉENs dEculturelle de notre peuple et de mission, l’Eglise, dépositaire comme de ce qui se passe dans l’engrenage de la sympathie»quElquE impOrTaNcE qui ONT ÉTÉson histoire. du message de la foi, se propose toute relation humaine. L’entréeCette difficulté à comprendre etrEçus par lE rOi à la capiTalE ONT d’aider l’homme sur le chemin en relation suppose une perte, à pénétrer la culture des NoirsTOujOurs ÉTÉ fOrcÉs d’assisTErAbbÉ ROmÉO AmOussOuHOui du salut. Dans notre contexte, une négation de l’autre. Comme ne resta pas jusqu’au bout unaux sacrifices humains, d’y le catholicisme avait pour but si l’altérité supposait qu’il y handicap pour la mission.nOTEsprENdrE uNE cErTaiNE parT, dE de couper l’individu du milieu ait toujours une altération.paraîTrE daNs lEs sOlENNiTÉs1 Au TEmps dE la TOuTE-puissaNcE traditionnel fortement marqué du Les débuts de l’entrepriseLe christiaNisme et le BéNiN,saNguiNairEs, TENaNT lE drapEaudEs prTrEs fÉTicHisTEs, c’EsT-à-dirE sceau de la coutume. Comment missionnaire traduiront ce heurtuNe chaNce réciprOquedE lEur NaTiON dÉplOyÉ (…)avaNT la cONquTE fraNçaisE, TOuT réussirait-il à arracher l’individu qui caractérise toute rencontre. Dans un contexte polythéiste,ENcOrE plusiEurs aNNÉEs aprèssacrilègE cOmmis sur lE daNgbÉ à ce réseau de relations et Mgr Steinmetz conseillait l’arrivée des missionnaires seralE faiT j’ai ENTENdu dEs cabÉcèrEsÉTaiT ExpiÉ par la mOrT viOlENTE : d’intégration sociale sans créer ainsi les siens :«Aux cONfrèrEsune source d’enrichissement duparlEr dE cET ÉvÉNEmENT cOmmEON iNciNÉraiT, diT-ON, lE sacrilègE de heurt ? Avant d’être un mandat NOuvEllEmENT vENus EN missiON,panthéon qui n’était d’ailleursExTraOrdiNairE» (Paul Henrysur la placE publiquE (c’ÉTaiT lE riTE missionnaire, cette volonté aux jEuNEs ÉlèvEs qui, brûlaNT dEDupuis,pas pauvre. Il s’agit moins d’un HistOire de L’Eglise duEN faisaiT«Adimim») Ou biEN ON avait pour préalable la mission 1 zèlE cHrÉTiEN, crOyaNT biEN fairEchoc de ce côté-ci que du goûtBéNiN,Tome p.158).uNE TOrcHE vivaNTE laNcÉE daNs lEs civilisatrice d’une Europe dE HEurTEr dE frONT lEs sENTimENTspour la nouveauté : l’adoption du Comme ailleurs (On peutruEs dE la villE EN lui prOmETTaNT convaincue de la supériorité dE cEs païENs, NOus NE cEssiONsfaire venir à l’esprit le débatpuissant fétiche des blancs pour s’il parvENaiT à uNE sOurcEla viE de sa civilisation. Face à des dE cONsEillEr dE rEspEcTEr lEssur les racines chrétiennes deaccroître puissance et force. Une sacrÉE qui cOulaiT à quElquEs six indigènes qu’on croyait assis à cOuTumEs dE cE pays qui NE sONTl’Europe), le christianisme aentente cordiale caractérisera cENTs mèTrEs du cOuvENT dE la l’ombre de l’ignorance et vautrés pas cONTrairEs à NOs priNcipEs dEle rapport entre animisme et marqué de son empreinte nosdiviNiTÉ» iN Paul hazOumÉ, 50 dans les ténèbres du paganisme. civilisaTiON cHrÉTiENNE (...) CEschristianisme tant que les intérêts cultures indigènes en jouantaNs d’apOsTOlaT dE Mgr FraNçOis Malheureusement, le début de cONsEils N’ÉTaiENT pas iNuTilEsun rôle incomparable dans sonmatériels du premier ne seront STEiNmETz, p. 61 l’activité missionnaire dans nos
Mgr JeaN-Baptiste Chausse (1846 - 1894) Missions Africaines. Victime nouvelles stations. Missionnaire travaillé et s’est acquis, au Bénin, Lyon, il de la Commune, le séminaire remarquable, zélé, bon l’estime et l’affection de tous. Je reÇut le saint était dispersé. Aussi, l’abbé administrateur, très estimé de ses donne mon plein consentement v i a t i q u e Chausse rejoignit directement confrères et des Africains, parlant à la demande faite». Il fit une des mains Mill Hill, où nous avions trouvé la langue yoruba comme l’un «terna» très élogieuse. du père une généreuse et fraternelled’eux, il avait toute la confiance Nommé le 1er mai 1891, P l a n q u e . hospitalité. Il fit son serment ledu père Planque. Rentré en Mgr Chausse est sacré en la C e l u i - c i 31 mai 1871. Le 21 août suivant, France en septembre, il y passa Primatiale Saint-Jean à Lyon par v o u l a i t il était ordonné prêtre à l’abbaye de longs mois. Il séjourna à le cardinal Foulon le 12 juillet montrer par des Dombes. Nice, attendant l’approbation suivant. C’était une grandePère André Chauvin En octobre, il partait pour des Constitutions. En avril 1889, làqu’ilavait date pour toute la Société. En le Bénin. En 1873, il était avec les pères Terrien et Bel, il tout pardonné des blessures octobre, il était de retour dans supérieur de Porto-Novo et, entreprit le voyage de Rome morales profondes reÇues de son vicariat, au milieu de la l’année suivante, supérieur de En 1890, les catholiques du Mgr Jean-Baptiste Chaussece fils bien-aimé, au cours des liesse générale. Revenu à Lyon Lagos. Rentré en 1878, il ne Bénin demandèrent un vicaire dernières années. C’est dans pour la première Assemblée Jean-Baptiste Chausse tarde pas à retourner en mission apostolique avec caractère la plus grande paix que leGénérale de novembre 1893, il naquit à Marlhes (Loire), où il succède au père Louapre épiscopal. Leur choix s’était père et le fils se séparèrent en alla à Rome avec le père Pied. dans le diocèse de Lyon, le 9 comme supérieur délégué dufixé sur le père Chausse. Le Le 3 janvier 1894, il était de attendant de se retrouver au octobre 1846. Il fit ses étudespère Planque pour le vicariat de père Planque s’associa à leur ciel. Après les funérailles à la demande: «C’est un de nos plus retour à Lyon, rapportant un gros à Verrières, puis sa philosophie la Côte du Bénin (1879). Avec le père Holley, il fitprimatiale Saint-Jean, le corpsrhume qui dégénéra en broncho- anciens missionnaires. Un de à Alix et entra au grand des voyages d’exploration sur ces très rares que la mort semble pneumonie. Administré par Mgr séminaire de Lyon en 1868. de Mgr Chausse fut inhumé au le Niger et à Oyo. Il fonda de avoir oublié. Il a beaucoup Couillé, nouvel archevêque de cimetière de Jonzieux (Loire). En octobre 1870, il entrait aux
0 N 1024 du 11 décembre 2009
Religion
AnnonCe oFFICIeLLe DeS eVeQUeS EN marche vers uN jubilé 2010-2011 Le samedi 5 décembre dernier à Parakou, au Sanctuaire du Christ Rédempteur de l’Homme, a eu lieu la messe solennelle d’annonce officielle du jubilé des 150 ans de l’évangélisation duBénin. A cette occasion ont été dévoilés le thème, le programme et le logo du jubilé.
Mgr Bonfils reçoit le Livre Saint des mains du cavalier et letransmet à Mgr Antoine Ganyé, président de la conférence épiscopale. Peuple du Bénin, chersefficace des autorités municipaépiscopale du Bénin. Il se rend à- griot annonce l’arrivée d’un ca- GlOirE à DiEu ! AllÉluia !» « fidèles chrétiens, qu’êtes-valier portant le Livre des Ecri- les, la présence réelle de toutes l’ambon et montre le Livre SaintA la fin de cette déclamation, vous venus chercher en cele chant du jubilé composé en ba-autres formes d’autorité comme tures. Celui-ci arrive au trot et à toute l’assemblée qui, en signe jour ?Un spectacle extraordinai- l’a dit Mgr Fidèle Agbatchi, ar- s’arrête aux pieds de l’autel. Le d’accueil et d’adhésion, acclame riba a été exécuté et joyeusement re ? Eh bien oui, mais bien plus chevêque de Parakou, dans son cérémoniaire invite le célébrant par le chant : «JubilaTE DEOrepris par toute l’assemblée.». Le qu’un spectacle, un personnage mot d’accueil en la circonstance. principal à descendre au bas de Livre Saint est ensuite transmis Grande fut l’émotion de extraordinaire, appelé Jésus de Cette grande célébration a égale- l’autel pour recevoir, des mains à une famille par Mgr Ganyé.Mgr Bonfils, invité spécial pour Nazareth et qui est passé partout ment abrité l’ordination sacerdo- du cavalier, le Livre Saint. Le cé- Un second griot, habillé en cos- l’annonce du Jubilé des 150 ans en faisant le bien. C’est lui qui tale de l’Abbé Ursule Agbangla. lébrant principal transmet le Li- tume bariba, arrive et, jouant de d’évangélisation du Bénin. Le nous dit qu’il y a 150 ans il est Il est 9h30 au Centre Guy vre des Ecritures à Mgr Antoine son tambour, déclame le texte de prélat, venu pour ouvrir une sorte venu élire domicile chez nous au Riobé de Parakou. Mgr Jean Ganyé, évêque de Dassa-Zoumé l’annonce du jubilé. Après lui, d’Avent du jubilé, a usé du beau Bénin. C’est lui qui encore nousBonfils ouvre la célébration. Und’autres annonceurs reprennent titre d’Eucharistie de mémoire etet président de la conférence dit que 150 ans, Ça se fête et se le texte en franÇais, fon, nagot, d’avenir pour désigner l’assem-médite pour recevoir davantage ditammari, dendi, mina et gun: blée de ce jour. Et de fait, il a fait de grâces» .«CHaNTE ET rÉjOuis-TOi, eglisEmémoire de certains Pères dans PrOgramme du jubilé Ces mots du Père Traoré Na-du BÉNiN !la foi. Il a rendu un hommage baha Jean-Baptiste (Sma), curéJubilE ET pOussE dEs cris dEmérité et vibrant aux Pères de de la paroisse de Notre Dame dujOiE !la Société des Missions Africai--18 avril 2010: Ouverture officielle du jubilé à Sacré-Cœur de Banikanni disentSOuviENs-TOi ! RENds grâcE !nes à laquelle il appartient et qui la plage d’Agoué grandement sur l’événement quiIl y a 150 aNs, DiEu T’a visi-l’avait envoyé servir au Bénin -21 au 23 juillet 2010: Colloque sur le thème rassembla une foule immense auTÉE.en 1962. Mgr Bonfils a aussi fait Sanctuaire du Christ Rédemp-DEs cONTrÉEs lOiNTaiNEs TEmémoire du Cardinal Bernardin du jubilé à Cotonou teur de l’Homme à Parakou :sONT vENus dEs HÉrauTs dE laGantin, des archevêques Chris--22 aOût 2010Pèlerinage national à Dassa- : l’annonce du Jubilé des 150 ansBONNE nOuvEllE.tophe Adimou, Isidore de Souza Zoumé de l’évangélisation au Bénin.AujOurd’Hui, cEs mEssagErsqu’il a eu l’avantage de servir. Cette grande assemblée fut dis--17 avril 2011: Célébration du jubilé des 150dE la BONNE nOuvEllE, cE sONT TEsEucharistie d’avenir ans couplée avec la célébration nationale des JMJ tinctement constituée d’ archevê-fils et tes filles.puisqu’un nouveau prêtre va re-ques, évêques, prêtres, religieuxDEbOuT dONc, PEuplE dEcevoir l’ordination au ministère à la Plage de Ouidah et religieuses, âmes consacrées,DiEu!sacerdotal. Un apôtre est ainsi -21 aOût 2011 : Pèlerinage national et clôture séminaristes et novices, fidè-DEbOuT, eglisE-FamillE dEdonné à l’Eglise. De l’apôtre les laïcs, hommes et femmes,de l’année jubilaire au Sanctuaire marial deDiEu au BÉNiN !Mgr Bonfils parle en termes adultes et anciens, enfants deANNONçONs cETTE jOyEusE Dassa-Zoumè. P. 7 Dieu avec le soutien effectif etnOuvEllE qui EsT JÉsus-CHrisT !
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.