Présentation au Temple - Giotto 11.04.10

De
Publié par

Présentation au Temple - Giotto 11.04.10

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 131
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Histoire des Arts : Présentation de Jésus au Temple Giotto Avril 2010 Patricia Goepfert Nathalie Hirtzlin ème Niveau : 6 Ce document peut être utilisé dans une séquence sur les fêtes chrétiennes ou au moment de la Chandeleur.
D o m a i n ea r t i s t i q u eP é r i o d eh i s t o r i q u e A R T SV I S U E L SO EUVR E :… … … … … … … … … … … … … … … … … … … … …1 3 0 3 - 1306Fresque, 200 x 185 cm, Eglise de l'Arena à PadoueA R T I S T E: …… . . … … … . . … . . …N A T I O N A L I T E … … … … … … … … … .
40 jours après la naissance d’un enfant, les hébreux fêtaient les relevailles de la femmeparunecérémonie de purification et présentaient leurs nouveaux-nés à Dieu.
L’artiste:Giotto di Bondone (1267 - 1337) est un peintre, un sculpteur et un architecte italien dont les œuvres sont à l'origine du renouveau de la peinture occidentale. C'est l'influence de sa peinture qui va provoquer le vaste mouvement de la Renaissance à partir du siècle suivant.
1)Quels sont les éléments iconographiques qui te permettent de reconnaître la scène ? ……………………………………………… ……………………………………………… ……………………………………………… ……………………………………………… ……………………………………………… ……………………………………………… 3)Le bâtiment représente le…….……………………….……… ……………………………………. 4)Qui est la femme à droite, qui tient un rouleau où sont inscrites les prophéties ? ……………………………………… 2)Voici la …………..………....……………………………………… qui fera connaître Dieu auxnations du monde. Regard sur la Bible (Luc 2, 21–38) :Le huitième jour après la naissance, le moment vint de circoncire l'enfant ; on lui donna le nom de Jésus, nom que l'ange avait indiqué avant que sa mère devienne enceinte.Puis le moment vint pour Joseph et Marie d'accomplir la cérémonie de purification qu'ordonne la loi de Moïse. Ils amenèrent alors l'enfant au temple de Jérusalem pour le présenter au Seigneur, car il est écrit dans la loi du Seigneur : « Tout garçon premier-né sera mis à part pour le Seigneur.» Ils devaient offrir aussi le sacrifice que demande la même loi, «une paire de tourterelles ou deux jeunes pigeons. »Il y avait alors à Jérusalem un certain Siméon. Cet homme était droit ; il respectait Dieu et attendait celui qui devait sauver Israël. Le Saint-Esprit était avec lui et lui avait appris qu'il ne mourrait pas avant d'avoir vu le Messie envoyé par le Seigneur. Guidé par l'Esprit, Siméon alla dans le temple. Quand les parents de Jésus amenèrent leur petit enfant afin d'accomplir pour lui ce que demandait la loi, Siméon le prit dans ses bras et remercia Dieu en disant :«Maintenant, Seigneur, tu as réalisé ta promesse : tu peux laisser ton serviteur mourir en paix. Car j'ai vu de mes propres yeux ton salut, ce salut que tu as préparé devant tous les peuples: c'est la lumière qui te fera connaître aux nations du monde et qui sera la gloire d'Israël, ton peuple.»Il y avait aussi une prophétesse, appelée Anne (…). Elle était très âgée. (…) Elle ne quittait pas le temple, mais elle servait Dieu jour et nuit : elle jeûnait et elle priait. Elle arriva à ce même moment et se mit à remercier Dieu. Et elle parla de l'enfant à tous ceux qui attendaient que Dieu délivre Jérusalem.Regard sur l’Eglise catholique :LA CHANDELEUR… et ses crêpes ! Du temps des romains, début février, des fêtes célébraient la fécondité et les semailles d’hiver. On parcourait les rues avec des torches, symboles de la lumière. On mangeait des galettes de céréales, symboles du soleil nécessaire à la vie. On célébraitaussi lesParentalia, fête annuelle en l'honneur des morts, au cours de laquelle on veillait à l'aide de cierges et de torches, en honorant Pluton et les dieux. En 472, le pape Gélase 1er décide de christianiser ces fêtes qui deviendront lachandeleur(du latin « candela », chandelle). On célébraitla présentation de Jésus au temple. On organisait des processions aux chandelles, en souvenir des paroles de Siméon. Lesgalettes devinrent des crêpes, symbole du soleil et de prospérité pour l’année à venir. Aujourd’hui, dans la Tradition catholique, la Chandeleur est une fête dédiée à Marie et une fête de la lumière. Elle a lieu le 2 février, soit 40 jours après Noël.
D o m a i n ea r t i s t i q u eP é r i o d eh i s t o r i q u e AV I S U E L SR T SM o y e n - â g e O EUVR E :… … … … … …P R E S E N T A T I O NT E M P L EA U1 3 0 3 - 1306Fresque, 200 x 185 cm, Eglise de l'Arena à PadoueA R T I S T E: …… . . … … . . …G I O T TON A T I O N A L I T E … … … … … .I T A L I E N N E
40 jours après la naissance d’un enfant, les hébreux fêtaient les relevailles de la femmeparunecérémonie de purification et présentaient leurs nouveaux-nés à Dieu.
L’artiste:Giotto di Bondone (1267 - 1337) est un peintre, un sculpteur et un architecte italien dont les œuvres sont à l'origine du renouveau de la peinture occidentale. C'est l'influence de sa peinture qui va provoquer le vaste mouvement de la Renaissance à partir du siècle suivant.
1)Quels sont les éléments iconographiques qui te permettent de reconnaître la scène ? ……………………………………………… Marie présente l’enfant, ……………………………………………… Joseph tient les colombes. ……………………………………………… ……Siméontient Jésus.………………… ………Tousontuneauole.……………… ……………………………………………… 3)Le bâtiment représente le Le temple de Jérusalem …….……………………….……… ……………………………………. 4)Qui est la femme à droite, qui tient un rouleau où sont inscrites les prophéties ?  Anne,la prophétesse ……………………………………… lumière 2)Voici la …………..………....……………………………………… qui fera connaître Dieu auxnations du monde. Regard sur la Bible (Luc 2, 21–38) :Le huitième jour après la naissance, le moment vint de circoncire l'enfant ; on lui donna le nom de Jésus, nom que l'ange avait indiqué avant que sa mère devienne enceinte.Puis le moment vint pour Joseph et Marie d'accomplir la cérémonie de purification qu'ordonne la loi de Moïse. Ils amenèrent alors l'enfant au temple de Jérusalem pour le présenter au Seigneur, car il est écrit dans la loi du Seigneur : « Tout garçon premier-né sera mis à part pour le Seigneur.» Ils devaient offrir aussi le sacrifice que demande la même loi, «une paire de tourterelles ou deux jeunes pigeons. »Il y avait alors à Jérusalem un certain Siméon. Cet homme était droit ; il respectait Dieu et attendait celui qui devait sauver Israël. Le Saint-Esprit était avec lui et lui avait appris qu'il ne mourrait pas avant d'avoir vu le Messie envoyé par le Seigneur. Guidé par l'Esprit, Siméon alla dans le temple. Quand les parents de Jésus amenèrent leur petit enfant afin d'accomplir pour lui ce que demandait la loi, Siméon le prit dans ses bras et remercia Dieu en disant :«Maintenant, Seigneur, tu as réalisé ta promesse : tu peux laisser ton serviteur mourir en paix. Car j'ai vu de mes propres yeux ton salut, ce salut que tu as préparé devant tous les peuples: c'est la lumière qui te fera connaître aux nations du monde et qui sera la gloire d'Israël, ton peuple.»Il y avait aussi une prophétesse, appelée Anne (…). Elle était très âgée. (…) Elle ne quittait pas le temple, mais elle servait Dieu jour et nuit : elle jeûnait et elle priait. Elle arriva à ce même moment et se mit à remercier Dieu. Et elle parla de l'enfant à tous ceux qui attendaient que Dieu délivre Jérusalem.Regard sur l’Eglise catholique :LA CHANDELEUR… et ses crêpes ! Du temps des romains, début février, des fêtes célébraient la fécondité et les semailles d’hiver. On parcourait les rues avec des torches, symboles de la lumière. On mangeait des galettes de céréales, symboles du soleil nécessaire à la vie. On célébraitaussi lesParentalia, fête annuelle en l'honneur des morts, au cours de laquelle on veillait à l'aide de cierges et de torches, en honorant Pluton et les dieux. En 472, le pape Gélase 1er décide de christianiser ces fêtes qui deviendront lachandeleur(du latin « candela », chandelle). On célébraitla présentation de Jésus au temple. On organisait des processions aux chandelles, en souvenir des paroles de Siméon. Lesgalettes devinrent des crêpes, symbole du soleil et de prospérité pour l’année à venir. Aujourd’hui, dans la Tradition catholique, la Chandeleur est une fête dédiée à Marie et une fête de la lumière. Elle a lieu le 2 février, soit 40 jours après Noël.
POUR L’ENSEIGNANT Dans judaïsme, une femme qui vient d'accoucher doit se purifier pendant 7 jours, et attendre 33 jours (soit les 40 jours séparant Noël et la naissance du Christ de la Présentation au Temple le 2 février) avant de pouvoir revenir au Temple pour le "rite du rachat" des premiers nés, comme le prescrit la Loi de Moïse.
La chandeleur, présentation de Jésus au Temple Bien connue pour les crêpes que l'on déguste le 2 février, l'origine religieuse de cette fête est moins évidente désormais. Cette célébration de la lumière est pourtant riche en symboles et en traditions. La chandeleur est une belle fête qui s'enracine dans la tradition romaine, celte, et chrétienne.
La chandeleur, les Lupercales, la célébration du solstice d'hiver : quelle est l'origine de cette fête ?
Etymologiquement, la chandeleur vient de la désignation latine de cette fête, "festa candelorum", ou fête des chandelles. A l'origine, nous pouvons retrouver les traces d'une fête romaine célébrée à cette date, les lupercales, en l'honneur du Dieu Pan (Lupercus, assimilé au Pan arcadien). Les rites célébrés pour la fécondité donnaient lieu à des processions en l'honneur de Pan, accompagnées de chandelles.
Ces processions ont pris une autre signification lorsque le Pape Gélase 1er, en 472, décida de lui substituer une célébration en l'honneur de la Vierge Marie. Il s'agit là d'un exemple de transposition d'une fête païenne, remplacée par une fête chrétienne tout en conservant certains symboles propres à la fête romaine. Ici, il s'agit des chandelles.
Représentant la lumière du Christ présenté au monde, la symbolique de la chandelle rappelle également selon la tradition chrétienne les deux natures du Christ, la cire représentant sa nature humaine, et le feu représentant sa nature divine.
La Présentation au Temple et la Purification de la Vierge, les origines mosaïques de cette fête
La fête chrétienne de la Présentation au Temple reprend elle même un rite du judaïsme : en effet, selon la loi mosaïque, une femme qui vient d'accoucher doit se purifier pendant 7 jours, et attendre 33 jours (soit les 40 jours séparant Noël et la naissance du Christ de la Présentation au Temple le 2 février) avant de pouvoir revenir au Temple pour le "rite du rachat" des premiers nés comme le prescrit la Loi de Moïse (Livre de l'Exode 11 : 11-13).
L'Evangéliste Luc (Luc, 2 : 22) nous raconte cet épisode, pendant lequel la Vierge et saint Joseph se rendent au Temple (pour le rite du "Pidyon Ha Ben", le rachat du fils), la Vierge présente deux tourterelles pour racheter l'Enfant Jésus, et le vieillard Syméon, reconnait alors en l'Enfant Jésus le Messie, qu'il appelle "Lumière des Nations".
La fête chrétienne célèbre donc bien la lumière du Christ présenté et révélé au monde entier, d'où le nom grec "hypapante"(rencontre) que porte également cette fête pour rappeler la rencontre du Christ avec le monde. Cette célébration porte d'ailleurs le nom, dans la tradition orthodoxe, de "Fête de la Rencontre".
La fête du solstice, les origines celtes d'Imbolc en février,le mois de février dans l'Empireromain
Cette notion de "célébration de la purification" est importante à signaler dans la mesure où ces rites ont lieu en février. L'étymologie de ce mot nous rappelle que "februare"signifiait "purifier". Cette purification était donc également un élément classique chez les Romains pendant le mois de février. C'était le dernier mois de l'année du calendrier romain. Moment de passage de l'hiver
vers le printemps, la fête des Lupercales évoquée plus haut célébrait aussi le solstice. C'est là l'origine de la fête de la fécondité en l'honneur de Pan dans la tradition romaine.
Mais chez les celtes également, la fête du Solstice peut nous donner de précieuses indications sur le symbolisme de la chandeleur. La fête d'Imbolc, chez les celtes, célébrée au début du mois de février, était également celle de la fécondité et du retour du soleil. Elle était aussi une célébration de purification, célébrée en l'honneur de la déesse pré-chrétienne Brigit, l'une des figures de la déesse mère.
La fête chrétienne de la Présentation au Temple recouvre donc différents symboles essentiels que l'on retrouve dans ces différentes traditions : purification, retour de la fécondité, fête de la lumière. Ce processus d'assimilation des symboles dans une fête chrétienne n'est pas unique, il nous rappelle qu'au IVe siècle, l'Empire est devenu chrétien et que de nombreuses fêtes ont été décrétées comme "fêtes d'Empire", le peuple assimilant les symboles des différentes traditions.
Superstitions, coutumes et traditions des crêpes, rituel pour avoir de la chance et de l'argent
A l'origine, on distribuait aux pèlerins des crêpes le 2 février, pour les processions liées à la fête de la Présentation au Temple ayant lieu à Rome. Les crêpes, par leur forme ronde, rappellent le retour du soleil après le solstice.
La rondeur parfaite de la crêpe est symbole de fécondité (reprenant les éléments des différentes traditions évoquées plus haut), mais elle évoque également le disque solaire porteur de vie après l'hiver. En lien avec la fête de la Présentation au Temple, il existe donc de nombreux rites qui se sont transmis de génération en génération et qui reprennent ces différents éléments.
Ainsi, dans certains lieux aujourd'hui encore, on fait sauter les crêpes avec un Louis d'Or dans la main, pour obtenir la richesse et l'abondance toute cette année. Cette pratique plus superstitieuse que véritablement religieuse est censée apporter la fécondité et l'abondance matérielle, comme si cette ultime pratique résumait le sens des différentes fêtes de la fécondité et du retour du printemps.
Pour terminer, quelques dictions et coutumes propres à la chandeleur, rappelant encore une fois le solstice, la fécondité et l'abondance :
Soleil de la chandeleur annonce bien des malheurs S'il pleut à la chandeleur, les vaches auront beaucoup de beurre A la chandeleur, l'hiver cesse ou reprend vigueur Sources :
Joel Schmidt,Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Larousse
Encyclopédie des symboles, Pochotèque.
Read more at Suite101:La chandeleur, présentation de Jésus au Temple: Découvrir cette fête liturgique chrétienne qui célèbre la lumièrehttp://christianisme.suite101.fr/article.cfm/la_chandeleur_presentation_de_jesus_au_temple#ixzz0e6DWo 7QW
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.