Conséquences de la crise sur le secteur de l'énergie

Publié par

Conséquences de la crise sur le secteur de l'énergie

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 80
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Conséquences de
la crise sur le
secteur de l’énergie
Conseil Français de l’Energie 2009
Promouvoir la fourniture et l’utilisation durables
de l’énergie pour le plus grand bien de tous
Conséquences de la crise sur le secteur de l’énergie
Conseil Français de l’Energie 2009
1
La crise que traverse le monde aura sur notre
économie
des
conséquences
considérables
auxquelles le secteur de l'énergie n'échappe
vraisemblablement pas.
Le Conseil Mondial de l'Energie, organisation
présente dans près de cent pays dont les deux
tiers de pays en développement, a lancé une
enquête concernant les conséquences sur le
marché de l'énergie, les perspectives du secteur et
les recommandations de politique énergétique. La
diversité des membres, du point de vue
institutionnel
(entreprises,
administrations,
associations,
universitaires)
associée
à
la
dimension multi-énergies fournira une vision
unique sur les conséquences de la crise sur le
secteur énergétique mondial.
Le Conseil Français de l'Energie a contribué à
cette enquête en interrogeant ses membres qui
sont les principaux acteurs du secteur énergétique
français. Ce sont ces réponses, recueillies auprès
des membres du Conseil Français de l'Energie
courant janvier qui sont présentées ici. Les
résultats détaillés pour la France ainsi que les
premiers résultats de l’enquête mondiale seront
disponibles sur le site du CFE :
www.wec-france.org
f
Les avis sur l’évolution des marchés de
l’énergie sont très partagés d’ici deux ans,
ce qui reflète peut être la grande incertitude
dans laquelle se trouvent les acteurs. Leurs
avis convergent sur le retour des sentiers de
croissance à moyen terme. A court terme,
seule la croissance des investissements
environnementaux semble préservée.
f
Les efforts vers plus d’efficacité énergétique
semblent à court terme peu touchés par la
crise ; les énergies renouvelables pourraient
également tirer leur épingle du jeu. Au-delà
de deux ans, s’y ajoute l’énergie nucléaire,
promise à un développement important.
f
La crise desserre à court terme certaines
contraintes
liées
à
la
croissance
économique mais n’est pas favorable aux
grands défis comme le climat ou les
inégalités. La fin de la crise rendra ces
contraintes à nouveau actives et ramènera
climat, sécurité énergétique et inégalités en
haut de la liste des priorités.
f
A coup sûr, plus d’Etat et de régulation,
mais peu d’espoir de voir des accords
internationaux ambitieux signés… ce qui
semble en contradiction avec ce qu’il
faudrait faire !
f
La priorité des priorités est l’efficacité
énergétique, suivie de l’établissement d’une
valeur carbone, de la vérité sur les prix de
l’électricité et de l’accroissement de l’effort
R&D ; les prises de participations par l’Etat
sont considérées contre performantes.
f
La question est de savoir si le secteur de
l’énergie pourra profiter des quelques
opportunités apportées par la crise ou se
contentera d’attendre le retour de la
croissance.
Résumé
Conséquences de la crise sur le secteur de l’énergie
Conseil Français de l’Energie 2009
2
Les avis sont partagés sur les conséquences à moins de deux ans de la crise sur le marché de l’énergie
ce qui révèle peut être l’incertitude dans laquelle sont de nombreux acteurs. Les fondamentaux du
marché sont plutôt orientés à la baisse (demande d’énergie, investissements, coût des investissements)
ou stables (prix de l’électricité, prix des énergies fossiles). Mais dès que l’on considère le moyen terme,
les avis sont convergents sur le retour aux sentiers de croissance envisagés avant la crise, comme si rien
ne s’était passé ! On observe alors en particulier une orientation très à la hausse de l’ensemble des prix
des énergies fossiles et le redémarrage de l’investissement. On peut y voir une forte conviction que nos
économies ont la capacité de surmonter ce qui serait une crise plus conjoncturelle que structurelle avec
le risque majeur de ne pas en saisir les opportunités.
Caractéristiques du marché de
l’énergie…
de deux à cinq ans
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100
%
Le coût des investissements
Les investissements du secteur énergie
Les prix de l'électricité
Les prix des énergies fossiles
La demande d'énergie
forte baisse
légère baisse
stabilité
légère hausse
forte hausse
pas de réponse
à moins de deux ans
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100
%
Le coût des investissements
Les investissements du secteur énergie
Les prix de l'électricité
Les prix des énergies fossiles
La demande d'énergie
forte baisse
légère baisse
stabilité
légère hausse
forte hausse
pas de réponse
Conséquences de la crise sur le secteur de l’énergie
Conseil Français de l’Energie 2009
3
à moins de deux ans
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
R & D
Environnement
Consommation
Offre
baisse
stabilité
hausse
pas de réponse
Les investissements sont très affectés par la crise : la stabilité au niveau actuel est l’opinion dominante.
Seuls les investissements de nature environnementale semblent épargnés par ce pessimisme et
pourraient profiter d’une hausse. En revanche, dès que l’horizon s’éloigne, on revient sur les sentiers de
croissance d’avant-crise avec de façon notable des perspectives de croissance importantes sur les
investissements en R&D. L’enjeu sera bien d’orienter les investissements du secteur, notamment ceux
qui contribueront aux plans de relance, vers les options les plus favorables aux grands enjeux que sont la
lutte contre le changement climatique, l’amélioration de la sécurité énergétique et la réduction des
inégalités.
… et investissements du secteur
énergie
de deux à cinq ans
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
R & D
Environnement
Consommation
Offre
baisse
stabilité
hausse
pas de réponse
Conséquences de la crise sur le secteur de l’énergie
Conseil Français de l’Energie 2009
4
A court terme, et de façon très cohérente avec les messages précédents, seules les technologies
liées à l’efficacité énergétique semblent promises à un développement et ceci dans tous les secteurs.
Le développement des énergies renouvelables est lui-même menacé, même si les avis sont
partagés. A plus de deux ans, si efficacité énergétique et énergies renouvelables confirment leur
essor, l’énergie nucléaire est également promise à un développement important. Les perspectives
pour le charbon et le gaz redeviennent favorables mais l’avenir du pétrole semble moins serein.
Contribution des énergies et des
technologies…
de deux à cinq ans
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
Energie non commerciale
Efficacité énergétique dans l'énergie
Efficacité énergétique dans les transports
Efficacité énergétique dans le bâtiment
Efficacité énergétique dans l'industrie
Autres renouvelables
Grand hydraulique
Nucléaire
Gaz naturel
Pétrole
Charbon
diminution
maintien
augmentation
pas de réponse
à moins de deux ans
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
Energie non commerciale
Efficacité énergétique dans l'énergie
Efficacité énergétique dans les transports
Efficacité énergétique dans le bâtiment
Efficacité énergétique dans l'industrie
Autres renouvelables
Grand hydraulique
Nucléaire
Gaz naturel
Pétrole
Charbon
diminution
maintien
augmentation
pas de réponse
Conséquences de la crise sur le secteur de l’énergie
Conseil Français de l’Energie 2009
5
Certaines vulnérabilités sont liées à l’activité économique, comme les difficultés liées aux ressources
humaines, la logistique ou les goulots d’étranglements dans les industries d’équipement. Le
ralentissement de l’activité économique desserre ces contraintes mécaniquement. Mais la crise est moins
favorable à la lutte contre le changement climatique ou la pauvreté énergétique soit parce que ces
priorités semblent alors relativement moins importantes, soit parce que les ressources, notamment
financières, sont plus rares.
Avec le retour de la croissance, tout s’inverse : les contraintes liées à l’activité économique redeviennent
actives et les « grands enjeux » que sont la sécurité énergétique, le climat ou l’accès à l’énergie
retrouvent leur place en haut de la liste des priorités.
… et vulnérabilités du secteur
à moins de deux ans
0%
10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90%
100
%
Inégalités, accès à l'énergie
Logistique
Goulots d'étranglement (équipements)
Ressources humaines
Climat
Sécurité énergétique
baisse
stabilité
hausse
pas de réponse
de deux à cinq ans
0%
10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90%
100
%
Inégalités, accès à l'énergie
Logistique
Goulots d'étranglement (équipements)
Ressources humaines
Climat
Sécurité énergétique
baisse
stabilité
hausse
pas de réponse
Conséquences de la crise sur le secteur de l’énergie
Conseil Français de l’Energie 2009
6
Certaines évolutions de la politique énergétique semblent consensuelles, comme l’importance
croissante données à la régulation et à l’intervention de l’Etat qui est considérée comme « certaine »
même si c’est l’évolution qui semble la moins souhaitable. Parmi les autres évolutions possibles –
efficacité énergétique et marché du carbone, accords internationaux ambitieux, mesure contre la
pauvreté énergétique, coopération entre entreprises et Etat - , toutes bienvenues, seule la signature
d’accords internationaux ambitieux semble peu vraisemblable.
Evolution des politiques
énergétiques…
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
Plus de coopération entre
entreprises et Etat
Des mesures contre la
pauvreté énergétique
Des accords internationaux
ambitieux
Plus d'efficacité énergétique
et de marchés du carbone
Plus de régulation et
d'intervention de l'Etat
A éviter
Sans conséquences
Bienvenu
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100
%
Plus de coopération entre entreprises et Etat
Des mesures contre la pauvreté énergétique
Des accords internationaux ambitieux
Plus d'efficacité énergétique et de marchés du
carbone
Plus de régulation et d'intervention de l'Etat
Peu vraisemblable
Vraisemblable
Conséquences de la crise sur le secteur de l’énergie
Conseil Français de l’Energie 2009
7
Il en ressort une hiérarchie des priorités qui place en tête sans contestation possible la recherche de
plus d’efficacité énergétique, priorité des priorités. Le renforcement de la R&D, la mise en place d’un
prix du carbone et des prix de l’électricité calés sur les coûts se partagent les places suivantes. Sans
doute possible, la prise de participation par l’Etat est en fin de liste, jugée contre performante.
La crise laisse inchangée les enjeux énergétiques et leurs solutions même si les feux de l’actualité sont
focalisés ailleurs. Le secteur de l’énergie saura-t-il profiter des quelques opportunités, offertes
notamment par les plans de relance, pour progresser sur le chemin du développement énergétique
durable ?
… et hiérarchie des priorités
En conclusion
0%
20%
40%
60%
80%
100%
Prise de participations par l'Etat
Libéraliser du secteur de l'énergie
Renforcer la R & D
Développer un dialogue mondial sur la sécurité de la demande et de
l'offre
Mettre en place un nouveau cadre international pour les transferts
technologiques
Intégrer davantage les marchés de l'énergie
Etablir un prix mondial du carbone
Faciliter les procédures d'établissement et de license
Accroître la prise de conscience publique
Promouvoir l'efficacité énergétique
Encourager les énergies renouvelables
Caler les prix de l'électricité sur les coûts réels
Contre performant ou non
pertinenet
Faible priorité
Haute priorité
Urgent et essentiel
Le Conseil Français de l’Energie
Le Conseil Français de l'Energie est le comité national français
du Conseil Mondial de l’Energie ; c’est une association dont les
membres sont les principales entreprises et organisations
institutions, associations - françaises ayant un intérêt
scientifique, technique ou industriel à participer à des réflexions
portant sur les questions énergétiques au niveau mondial.
Le Conseil Français de l’Energie assure la présence française
au sein du Conseil Mondial de l’Energie et représente ses
Membres dans toutes les activités internationales du Conseil
Mondial de l’Energie. Le Conseil Français de l’Energie étudie
toutes les questions relatives à la fourniture et l’utilisation
durables de l’énergie ; il encourage les recherches se rapportant
à ces mêmes questions.
Copyright © 2009 Conseil Français de l'Energie
Publié en 2009 par :
Conseil Français de l’Energie
3 rue Treilhard
75008 PARIS – France
Jean Eudes MONCOMBLE, Secrétaire Général
Téléphone 01 44 95 16 90 - Télécopie 01 44 95 16 97
www.wec-france.org
cfe@wec-france.org
Conséquences de la
crise sur le secteur de
l’énergie
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.