Développement durable :

Publié par

Développement durable :

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 110
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
Rencontres régionales universités – Caisse des Dépôts du 17 décembre 2008
Numéro spécial réalisé en artenariat avec :
Développement durable : de nouveaux enjeux pour les universités
Mai 2009
La première cartographie énergie-CO 2 des universités françaises Les bonnes pratiques des écocampus Des références et des outils
oPruc seuqiovoFaseralo ?es serigérer tochelle ré, à léccnnortse rel ser-f desl ertne ,elanog
férents acteurs du développement unverstare (personnels des unverstés, étudants, collectvtés terrtorales ou entre-prses), réfléchr ensemble au stratéges possbles et contr-buer à la dffuson des bonnes pratques, tels sont les prnc-pau objectfs que se sont assgnés la Msson Unverstés de la Casse des Dépôts et l’AEF en organsant ce cycle de Ren-contres régonales. Après Bordeau et la restructuraton du campus comme condton de l’attractvté, la deuème édton de ces rencontres s’est tenue à l’unversté de Versalles Sant-Quentn-en-Yvelnes et tratat des unvers-tés et du développement durable. Ce numéro spécal de l’ORS en synthétse les échanges et en décrypte les enjeu. • Pour en savoir plus sur les rencontres, ou pour télécharger le numéro précédent : www.lors.fr/hors-serie/CDC.php
Vers des écocampus Le groupe Caisse des Dépôts est u ivestisseur de log Au-delà des egagemets iteratioaux (protocole de terme, au service de l’itérêt gééral et du développe - Kyoto), europées (« Paquet éergie climat ») et atio -met écoomique. Outre le logemet et le soutie au aux (Greelle de l’eviroemet), la prise e compte développemet des PME, il fait de l’accompagemet du développemet durale à l’échelle des campus est vers l’autoomie des uiversités et du développemet u facteur d’attractivité et de compétitivité. Les campus durale deux des quatre priorités de so pla stratégique aglo-saxos par exemple se sot déjà emparés de cet Éla 2020. La réovatio des uiversités fraçaises est impératif eviroemetal pour attirer étudiats et cher -aussi ue priorité du gouveremet : la Caisse des cheurs das la compétitio modiale. Dépôts s’est egagée à la souteir au titre de ses mis -sios d’itérêt gééral. E termes de recherche, d’eseigemet et de forma -tio, le développemet durale costitue ue perspec -La « Cartographie éergie-CO 2 du parc uiversitaire » pré- tive plus que prometteuse. Les techologies de demai setée aujourd’hui a pour vocatio d’être u outil clé pour serot des écotechologies, permettat de réduire l’em -cocrétiser le croisemet etre la réovatio immoilière et preite des activités humaies sur la plaète. L’avatage la réductio de l’empreite caroe. Réalisée par la Caisse cocurretiel fraçais se situera sur les marchés e des Dépôts e parteariat avec la Coférece des prési - émergece où les esois sot immeses. C’est doc à dets d’uiversité et grâce à ue moilisatio forte des l’uiversité que eaucoup se jouera. présidets et des équipes des uiversités, ous souhaitos vivemet qu’elle accompage das leurs décisios immo - La préservatio de l’eviroemet costitue de maière ilières stratégiques tous les acteurs cocerés. croissate u fil rouge des itervetios de la Caisse des Dépôts, otammet das os métiers d’ivestisseur et Devat l’urgece climatique, e effet, aucu schéma de prêteur das les domaies du logemet, des ifras -directeur i aucue programmatio immoilière e peut tructures et des trasports. Et ces fiacemets pour -se cocevoir sas prise e compte de ses effets à log rot être moilisés pour la moderisatio des campus terme sur l’eviroemet. De plus, la facture éergé - otammet das le cadre de projets d’« écocampus ». tique pèse trop fortemet sur le udget des uiversités : S’il appartiedra aux décideurs de l’uiversité de choisir le respect de l’eviroemet das l’immoilier, les le cas échéat cette approche, ils trouverot la Caisse trasports ou les achats peut et doit rimer avec écoo - des Dépôts à leurs côtés. mie udgétaire et mieux-être. Augustin de Romanet, Directeur général de la Caisse des Dépôts
supplément D s é p ve é l c o i p a p l ement durable
SOMMAIRE    bila caroe des uiversités : l’état des lieux  .................... p. 4    DD : u ouvel ejeu pour les relatios « uiversités/collectivités territoriales »  ................................ p. 8    Campus écoresposales : des idées cocrètes pour avacer rapidemet ................... p. 10 Transports:unplanlocalpourrepenserlesdéplacements Mobiliseravecunechartedesécogestes ConstructionHQE:  lachasseaugaspi Rénovationénergétique:unPPP...autonancé!    ......... p Ressources et référeces ........................................... .15    6 oes raisos de s’y mettre  ........................................... p.16
Augustn de Romanet TRIbUnE
Les uiversités fraçaises face à u défi durale Longtemps fourre-tout, le développement durable s’ancre enfin concrètement dans les politiques stratégiques des entreprises, des collectivités territoriales et des administrations. De par leur taille et les enjeux qu’elles portent, les universités sont, elles aussi, appelées à relever ce défi.  c xte se fait plus pressat. Le Greelle de l’e-L vec2ior0o0oc9r tèseeet tem dsqee  :u litop ,i e,mà r fqelotutarie umdtatoe vlmcraaecie e cé2et0e t0êr tg7sré,ue t ria  aqddduéeoes,p  ttoqréuausc ehassétvp iaosoruttrs s  l, dae iiueox-   projet diversité, gestio des déchets... La palette de ouvelles ormes à itégrer, otammet eviroemetales, est large et cocere tous les acteurs de la société. Une forte responsabilité sociétale De par leur taille, leurs activités et les ejeux qu’elles portet, les uiversités sot e première lige. Avec 18 millios de m 2  SHOn (surface hors œuvre ette, cf. p.11),  u millio et demi d’étudiats, 200 000 persoels, des cetaies de laoratoires, les uiversités sot icotestalemet u acteur majeur de la réussite e matière de développemet durale. Le projet de loi Greelle I les olige d’ailleurs à élaorer, pour la retrée 2009 (1) , u « Pla vert pour les campus ». L’implicatio des uiversitaires, quels que soiet leurs champs discipliaires, das des recherches de poite sur ces questios leur revoie ue resposailité sociétale forte. À la hauteur de la demade de formatios iovates, car ce potetiel d’iovatio et de formatio est géérateur de cette fameuse « croissace verte » porteuse d’espoir. Un contexte très favorable Les évolutios récetes du mode uiversitaire coverget vers cette ouvelle doe. Le passage à l’autoomie de 20 étalisse-mets au 1 er javier 2009 et le lacemet du Pla campus, qui prévoit 5 milliards d’euros pour la moderisatio du patrimoie immoilier de 10 sites uiversitaires, ot déjà eu des effets pal-pales : la plupart des projets remis au gouveremet itègret aisi le développemet durale. Comme les etreprises avat elles, les uiversités ot compris les avatages d’ue coversio à ue stratégie « durale » : le retour sur ivestissemet s’avère prometteur, tat e termes d’image que d’écoomies potetielles, surtout lorsqu’autoomie rime avec resposailité.
Vers une prise de conscience collective Porté par ue poigée d’étalissemets précurseurs, le mode uiver -sitaire s’est doc mis e marche. E 2007 est créé le Refedd, Réseau fraçais des étudiats pour le développemet durale. U a plus tard, la CPU adopte ue charte spécifique (cf. encadré) et crée, à l’autome derier, u groupe de travail, sous l’impulsio de Sylvie Faucheux, pré -sidete de l’uiversité de Versailles Sait-Queti-e-Yvelies. Sige supplémetaire de cette prise de cosciece collective, le o taux de réposes des uiversités à l’equête Caisse des Dépôts–CPU (cf. page 4) sur leur cosommatio d’éergie et émissio de CO 2 . Ce uméro spécial de l’ORS, réalisé e parteariat avec la Caisse des Dépôts, fait le poit sur les politiques de développemet durale des uiversités : idicateurs des émissios caroe des campus uiver -sitaires, prolématiques et ejeux territoriaux, mais aussi présetatio d’u certai omre d’iitiatives uiversitaires pour favoriser les re -tours d’expérieces. C’est aussi l’occasio de vous doer redez-vous pour les recotres uiversités-etreprises sur le développemet durale, orgaisées par l’AEDD (2) et la CPU le 2 jui prochai. Tifenn Durand, rédactrice en chef d’AEDD  (1) Art. 48. Le projet de Grenelle I est pass en première lecture et devrait être adopt avant juillet 2009. (2) Le nouveau fil de l’AEF, spcialis sur le dveloppement durable (www.aedd.fr).
Les 7 priorités que se sont données les universités La CPU a adopté le 3 juillet 2008 une charte pour le développe -ment durable, autour de 7 chantiers prioritaires. 1. Créer une commission de estion de la politique du dévelop -pement durale dans les universités. 2. Mettre en place un proramme de rénovation énerétique des âtiments dans chaque étalissement. 3. Inscrire des indicateurs de performance environnementale et sociétale dans le cahier des chares des marchés pulics. 4. Enseiner les écoestes. 5.  Développer la visioconférence et les campus virtuels pour réduire les déplacements. 6. Développer une politique systématique de tri des déchets. 7. Penser un plan de déplacement des usaers.
4
1  blan éng-CO 2 Où e sot les uiversités ? En partenariat avec la CPU, la Caisse des Dépôts a réalisé la première carto -graphie nationale des performances énergétiques et des émissions de CO 2 du parc immobilier universitaire. Zoom sur des résultats plutôt encourageants.
Blase Desbordes, drecteur de projet DD de la Casse des Dépôts et Mare-Françose Guyonnaud, déléguée générale de Fondaterra
a taux de parti -L cippraetiomni èàr el beonnqnueê tseu »r,p  r s i o s u e l  i a g é t e é   d le emlée  ebtl aliesse  csspmoaeaolro ytsl eoa u lmeD esmGc saE eftroSit)oa aciet.titio  oluaois l mepdse rrueesm tae dtg reedé  egpd iiosestsee  assl ieâtdstui, eamrtm eopéualttisr o ,r reatartp iaopfoos rumdt rieas iuelsax-s   Desordes, de la Caisse des Dépôts. L’equête a été lacée e ovemre 2008, alors que la période était particulièremet chargée services de gestio du patrimoie très sollicités. 60% des « Il faut savoir pour agir,  isiste Marie-Fraçoise Guyo-uiversités ot répodu présetes… Soit 50 uiversités,  aud, déléguée géérale de Fodaterra. Cette étude permet 302sites,372bâtiments! de savoir où l’on se situe par rapport aux autres et quelles sont les marges de progression...» La Caisse des Dépôts, e 60% de taux de réponse cohérece avec sa missio d’accompagemet des sché -« C’est satisfaisant, à la fois quantitativement et qua -mas directeurs immoiliers, est e effet allée plus loi e litativement. Quantitativement, parce que cela montre cocevat u logiciel de simulatio très simple d’usage l’intérêt des établissements pour cette problématique , (cf. p. 6) . Cet outil d’aide à la décisio devrait e séduire plus poursuit-il. Qualitativement, parce que les réponses des -d’u, das le cotexte actuel de l’accès à l’autoomie. sinent un paysage assez représentatif de la di bâtiments universitaires. Un échantillon qui nou d’établir des simulations fines. » Avec ue moy ale de 300 kWh.EP (Kilowatt heure d’éergie de 31 kg de CO 2 par a et par m 2 , ces chiffres «    mauvais mais, une fois rapportés au barème de l’ individuel, ils paraissent plus médiocres. Les étab peuvent et doivent mieux faire », poite blaise D Des outils simples d’aide au pilot Que so uiversité ait ou o répodu à l’equêt Le site dédié à la cartoraphie énerétique et carone de sythèse sera adressée à chaque présidet (cf. p. 6).  des campus universitaires français : Elle rassemle les doées déclarées (ou extrapolées www.cartoco2campus.fr/index.php
 Leur ote atioale : D 300 kWh.EP/m 2 /an D 31 kg.CO 2 /m 2 /an D
 Les cosommatios d’éergie Nord Pas-de-Calais 304 Haute Picardie Normandie Basse 253 Normandie 208 Ile-de-France Lorraine Bretagne 323 Champagne 270 304Ar3d7e1nneAlsace 288 Pays de la Loire 276 Centre 277BourgogneFCroanmcthée284305 Poitou-Charentes 321 Limousin Auv2e8r5gne Rhôn2e4-9Alpes uitaine Aq325 Midi-PyrénéesLangsuseildlooncPAC9A 341 Rou 301 30
 Les émissios de CO 2 Nord Pas-de-Calais 31 G Haute Picardie Normandie Basse 32 Normandie 13 Ile-de-France Lorraine 2Bretagne31Champae28 Ard5e5nngenAlsace 935 Pa s de la Lyoire 36Centre35Bour3g6ogneFCro3a1nmcthéePoitou-Charentes 32 Limousin Auv3e1rgne Rhôn2e8-Alpes uitaine Aq31 Midi-Pyrénées LangusielldooncPACA 33 Rou3s3 29
étiquette de classement nergtique des universits Bâtiment économe 50 A 51 à 110 b 111 à 210 C 211 à 350 D 351 à 540 E 541 à 750 F > 750 g Bâtiment énergivore En ris : données indisponiles Les résultats de l’equête par régio motret ue relative homogééité  du parc immoilier uiversitaire, du poit de vue de ses caractéristiques techiques : pas de situatio catas-trophique, mais pas o plus de ré-gio extrêmemet performate. Les moyees régioales cachet des disparités importates et « lis-set » les perfomaces des us et des autres. Les résultats de cette étude serot utiles das l’orietatio à doer au schéma directeur. étiquette de classement des missions de gaz des bâtiments publics Faible émission de GES 5 A 6 à 15 b 16 à 30 C 31 à 60 D 61 à 100 E 101 à 145 F > 145 g Forte émission de GES En ris : données indisponiles
Les objectifs Mesurerlesperfor -mances énerétiques et les émissions de az à effet de serre du parc immoilier universi-taire. •Fournirdesindica -teurs aux présidents d’université, à leurs secrétaires énéraux et aux estionnaires du patrimoine. Les partenaires •LaCaissedesDépôs, l aCPU ,l’Arties(Associa -tion des responsales techniques immoiliers de l’enseinement supérieur), la Direction énérale de l’ensei-nement supérieur et l’Ademe. •Lesniversiés pilotes : Aix-Marseille 2, Angers,Grenoble1 ,Paris 8Vincennes-Saint-Denis, RouenetVersaillesSt-Quentin. Léqipedeproje:  Icade gestec-RS et Fondaterra, renforcée par un roupe d’experts. Les chiffres 50universitéset 13 écoles ont rensei-né les formulaires de l’enquête. 302 sites et 372 âtiments ont été analysés, ainsi que 8 Crous (150 âtiments).
6
 Simulation:10indicateurspourmieuxfaire! Le second défi de la Caisse des Dépôts, dans le cadre metaire, u deuxième, « plus performat » et u derier, de cette enquête, est de mettre à la disposition des très performat ». « étalissements un outil facile à utiliser, leur permettant Sot systématiquemet fouris : le descriptif des travaux, de proresser en évaluant l’impact et le surinvestisse-l’estimatio des coûts et le temps de retour sur ivestis -ment des travaux de rénovation DD. semet, les écoomies d’éergie à e attedre, aisi que l’estimatio du coût éergétique auel au m 2 . Mieux, sot Un outil simple et gratuit précisés le gisemet de certificats d’écoomie d’éergie (2) , Le pricipe de la simulatio est simple : il suffit d’etrer aisi que l’évolutio de la positio de l’étalissemet das ue dizaie d’iformatios géérales (1)  et de préciser les étiquettes DPE (diagostic de performace éergétique), certaies caractéristiques du âtimet par le iais de selo l’optio choisie. « L’intérêt de cet outil de simulation champs prédéfiis (type de costructio, toiture, pla-est d’attirer l’attention des présidents d’université sur le cher et meuiserie, type d’éergie utilisée). « Il nous a fait qu’un léger surinvestissement peut générer de subs -fallu définir 12 typologies de construction pour caracté- tantielles économies d’énergie et permettre à l’établisse -riser l’ensemble des bâtiments universitaires, en fonc- ment de changer d’étiquette énergétique et carbone, sou-tion de la date de construction, du procédé constructif, lige Jea-Jacques navarro. Nous permettons ainsi aux des matériaux. Nous voulions avant tout disposer d’un équipes de prendre des décisions éclairées. Personne ne outil simple à utiliser, avec un minimum d’informations pourra dire, désormais, qu’il ne savait pas !  » à renseigner, explique Jea-Jacques navarro, présidet Cette simulatio ’a pas vocatio à remplacer l’étude  d’Icade Gestec. Ce qui nécessite, en amont, une méca-détaillée lors de la coceptio du programme d’ivestis-nique complexe ! » semet. Gratuite et facile d’accès, elle devrait cepedat deveir la première étape de toute prise de décisio. 3 scénarios chiffrés et analysés (1) La localisation gographique (dpartement et altitude), l’exis -À partir de ces différetes doées, le système défiit tence ventuelle d’un rseau de chaleur à proximit, l’usage, la date de trois scéarios de réovatio possile : le premier, a tceounrstdrutcatgioe,ne,tlca.surfaceSHON,latoiture,lenombredeniveaux,lahau-miima, correspodat à ue mise e coformité régle-(g2)sL(eEsDFt,aGbliDsFs.e..m).entspourraient,àterme,vendrecescerticatsauxobli-
La présentation des travaux (sur l’enveloppe, la production énerétique et les équipements) et une estimation de leurs coûts, selon les 3 types de scénarios envisaeales.
La synthèse des trois scénarios : l’investissement, le temps de retour sur investissement, les résultats attendus en terme d’économies d’énerie, ainsi que l’évolution du positionnement de l’étalissement sur les différents référentiels.
 Les chiffres selo l’usage des âtimets uiversitaires
La discrimiatio par usage  des âtimets s’est révélée de loi la plus pertiete, otammet pour extrapo-ler les cosommatios des étalissemets qui ’avaiet pas répodu à l’equête.
3 questions  à ...  Sylvie Faucheux Présidente de l’université deVersailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) et respon - sale du roupe de travail sur le développement durale de la Conférence des prési-dents d’université (CPU), présidente de la fondation Fondaterra. Sur quoi doivent porter les premiers efforts des universi-Oui ! 25 universités ont tés en matière de développement durale ? rejoit le groupe de L’efficacité éergétique des âtimets et les trasports sot les travail sur le dévelop-postes les plus lourds das os ilas caroe. Sur les âti - pemet durale de la CPU, créé l’autome derier, sous ma mets, les uiversités peuvet agir facilemet et efficacemet, resposailité. 50 uiversités ot répodu avec précisio à parce que cela relève directemet de leur iitiative et que cela otre equête sur leur politique de développemet durale. leurpermetdefairedeséconomies! beaucoup ot désormais u vice-présidet développemet Le premier parteariat pulic privé (PPP) sur l’efficacité éer - durale. nous comptos développer, sur otre site, u espace gétique des âtimets, sigé par l’UVSQ e décemre 2008, a d’échages de oes pratiques sur le sujet. aisi u triple ojectif : réover os locaux, mettre e place ue gestio éergétique des âtimets et produire des éergies Ce sujet concerne-t-il tous les acteurs de l’université ? reouvelales. Estimé à 50 millios d’euros  (1) , ce projet sera bie sûr. nous avos u vrai rôle à jouer das la sesiilisa -fiacé grâce aux écoomies d’éergies réalisées et devrait tio de l’opiio pulique. Je suis persuadée que toutes os mêmegénérerdesbénéfices! formatios devraiet comporter des esei -E matière de trasports, eaucoup gemets sur le développemet durale. Et lo t durable ous y réfléchissos avec la Coférece des d’étalissemets gageraiet à être Le dve ppemen grandesécoles  ! mieux desservis. C’est otre cas : ous peut être source de profit Côté étudiats, des associatios comme le tarvaovaisll ocos çau vuec  plleas  cdoell edcétpivliatcées mteerritt oet- pour les tablissements ! Refedd (cf. p. 15) ou Fac verte sot déjà mo-riales pour développer les trasports e ilisées sur ces questios mais e sot pas commu (cf. p. 10) . ecore représetées das tous les campus. Il faut pousser les Il faudrait égalemet évoquer les achats dits « resposales », étudiats à s’emparer de ces sujets. Côté persoel, les bia-qui écessitet ue formatio du persoel, e particulier sur tos (2) sot de loi les plus sesiilisés : ils voiet ue vraie utilité les politiques de marché pulic, aisi que le reforcemet du sociale à leur travail, qu’il s’agisse de l’etretie des âtimets tri des déchets, otammet pour les déchets électroiques et ou des achats de matériel. électrotechiques. Propos recueillis par Marie Masi, www.aedd.fr Les étalissements vous paraissent-ils conscients de ces nouveaux enjeux ? (1) Coût de la maintenance compris. (2) Ingnieurs, administratifs, techniciens, ouvriers et personnels de service.
8
U ouvel ejeu pour les relatios « uiversités/collectivités territoriales »
Les impératifs fixés par l’État sont clairs : tous les bâtiments publics doivent réduire d’au moins 40 % leurs consommations d’énergie. Des contraintes réglementaires qui concernent à la fois les universités et leurs interlocuteurs locaux. Et resserrent leurs liens…
Robert Cadalbert, présdent de la communauté d’agglomératon de Sant-Quentn-en-Yvelnes, Sylve Faucheu, présdente de l’UVSQ , Yves Vandewalle, député des Yvelnes, Blase Desbordes, drec-teur de projet DD de la Casse des Dépôts, et Jean-Mchel Catn, drecteur de la rédacton de l’AEF
L’UJF compte 19 000 étudiants, 215 millions d’eu-ros de budget, 100 labos répartis sur 150 bâti-18 ée « mm  ttii  ull L ll idid u oioae n i ssm v t  is e dp , r  eo s  dp i u t elmr é u 2  ls e e pSsd s e Ht lr  uOos u gon n e,  mem p ietle o lsi4 i o d ,t5ss      durale à l’uiversité Joseph-Fourier Greole 1. ments et un patrimoine de 380 000 m 2 , rappelle Pierre Kerme, chargé de missio développemet lourd démographique et énergétique, une ville C’est une ville à part entière, mais une ville sans dans la ville, que ne sauraient ignorer les collec- maire. »  Or, e matière de DD, la cohérece des tivités » , soulige blaise Desordes, de la Caisse actios garatit la réussite : « Il ne sert à rien de des Dépôts. construire des bâtiments HQE si l’on ne pense pas, parallèlement, le transport et le logement des Des poids lourds énergétiques étudiants, isiste Pierre Kerme. La démarche en-Les collectivités jouet u rôle de plus e plus impor -vironnementale doit être adoptée sur l’ensemble tat das la dyamique de développemet durale du territoire ! » (DD), otammet par leur appui méthodologique et surtout fiacier, voire par l’adoptio de mesures Un interlocuteur privilégié cotraigates. Aisi, après l’istauratio d’ue re - À l’uiversité de Versailles Sait-Queti-e-Yvelies, devace spécifique de la Commuauté uraie du par exemple, les trasports costituet 36 % du ila Grad nacy, le Crous de nacy-Metz a décidé de caroe (cotre 16 % pour l’éergie), l’étalissemet sesiiliser les étudiats au tri sélectif (cf. En bref) . état réparti sur l’esemle du départemet. « Nous Les chiffres parlet d’eux-mêmes. « À Grenoble, devons absolument travailler avec les collectivités un habitant de l’agglomération sur 5 est étudiant. territoriales sur le sujet, développer les transports
collectifs, inciter davantage au covoiturage ( cf. E Faire école… ref) , mais peut-être aussi envisager un recentrage Cette capacité de recherche et d’iovatio se dé-géographique de l’université, dans le cadre d’une res -clie efi e terme de formatio. « Les enjeux en-tructuration immobilière » , explique Sylvie Faucheux.  vironnementaux sont un moyen d’attirer de nou-Qu’elles soiet ou o compétetes e matière d’e -veau les jeunes vers des carrières scientifiques seigemet supérieur et de recherche, les collectivi -et de recherche, soulige Sylvie Faucheux. Les tés sot pour les uiversités des iterlocuteurs privilé -taux d’insertion professionnelle sont excellents ! giés e matière de DD : « Une fois épuisés les crédits Actuellement, 99,8% de nos diplômés en master de droit commun, le territoire est souvent le levier de Écoquartier ou en licence professionnelle Gestion la réalisation des actions d’intérêt général » , rappelle au service de l’environnement trouvent un em-volotiers blaise Desordes. ploi. Nous avons créé, avec L dmarche environne-la Chambre de commerce et Des intérêts partagés a d’industrie de Versailles, le Yves Vadewalle, député mentale doit être adopte premier CFA d’université sur des Yvelies, vice-présidet sur tout un territoire. l’environnement, la santé et la du Coseil gééral des Yve-responsabilité sociétale. » lies, rechérit et isiste sur Des formatios qui ité-l’apport des étalissemets : « Le Grenelle I est resset aussi directemet les collectivités :  Nos « en première lecture mais le DD reste encore lar - personnels ne sont pas suffisamment formés pour gement une idée. Comment mettre en œuvre les manipuler des technologies DD souvent complexes » , mesures ? Les universités, notamment en région, regrette Yves Vadewalle. Certaies uiversités ré -sont souvent en avance sur le sujet. Ainsi, nous tra-podet déjà à cette demade, à l’istar de l’uiver -vaillons avec l’UVSQ à la production de concepts sité de Frache-Comté qui propose u « cycle de permettant d’aboutir à une évaluation monétaire formatios DD à la carte », destiées aux perso-et objective des coûts environnementaux. »  Ue els des etreprises et collectivités territoriales capacité de modélisatio, de recherche et d’i- (achat pulic écoresposale, gestio durale de ovatio uiversitaire particulièremet précieuse, l’eau, gestio écoresposale des déchets, etc.). das u domaie ecore e friche, et qui se ré- Le DD pourrait doc ie se révéler u ivestisse-percute égalemet sur les territoires avec l’émer - met durale… gece d’éco-etreprises, la détectio de ouveaux Karie Jacov  services, produits ou métiers. C’est le cas du pôle de compétitivité Mov’éo (1) ou de la créatio de la (1) Qui associe collectivits, entreprises et tablisse-e e première chaire idustrielle sur le maagemet de BmaesnstesetdHenasuetieg-nNeomremnatnsduiepetrieenurÎlee-tded-eFrraenchcee.rch,nl’éco-iovatio (2) , das le cadre du PRES Uiver-(2) Avec Alstom, GDF-SUEZ, Italcementi, SAUR et la SNCF. sud Paris. (3) http://campusdurable.univ-fcomte.fr
   D écryptage  Une circulaire pour un État responsable La circulaire du Premier miistre (°5351/SG) du 3 décemre 2008 sur l’exemplarité de l’État e matière de DD fixe de ouveaux ojectifs aux étalissemets pulics. Leurs modalités cocrètes sot précisées e 20 fiches thématiques.  Extraits. Privilégier les écoproduits. Pour les achats courats, les fiches repreet les orietatios du PnAAPD (pla atioal d’actios pour des achats pulics durales, 2007-2009). Formatio (fiche 18). Il faut promouvoir ue culture partagée du DD et de l’achat pulic durale... otam-met chez les hauts foctioaires. D’où l’istauratio, d’ici 2010, de modules DD oligatoires das les formatios iitiales des écoles format les agets de l’État. Pour les acteurs de la commade pulique  devrait être gééralisée ue formatio à l’achat pulic écoresposale et socio-resposale. Resposailité sociale (fiche 20). Aucu idicateur prioritaire ’est reteu. Est rappelée la réglemetatio e faveur de l’emploi des travailleurs hadicapés et de la diversificatio des recrutemets (emploi des jeues sas qualificatio, issus de différets milieux socioprofessioels, et suppressio des limites d’âge pour l’accès au recrutemet). Déchets (fiche 10).  L’ojectif est d’atteidre, e 2010, 60 % de recyclage des papiers lacs. Les idica-teurs de suivi sot la quatité auelle moyee de déchets produits par aget et celle de papiers lacs recyclés rapportée à la quatité achetée. Écocoduite. E 2010, 100 % des coducteurs automoiles professioels de l’État devrot être formés...
Des initiatives communes L’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines  teste depuis avril 2008 un système de covoiturae, en partenariat avec l’opérateur SFR, Fondaterra et greenCove Inénierie, une PME qui ère la plate-forme technique de estion. Ce service ratuit, accessile via les téléphones moiles (de tous opérateurs), répond à un esoin des étudiants, qui doivent se déplacer entre les différents sites de l’université. « Les premiers retours sont prometteurs, estime Sylvie Faucheux, présidente de l’UVSQ. Nous travaillons d’ailleurs avec les mutuelles, les Crous et les associations étudiantes pour étendre ce système. »  L’université réfléchit aussi à un projet d’auto-partae, moilisant des véhicules électriques, « sur le même système que le Vélib’ parisien » , dans le cadre du pôle de compétitivité Mov’eo. www.covoiturage-campus.com L’Université du Havre et le Conseil général de Seine-Ma -ritime ont conclu, en décemre 2008, une convention de partenariat, afin de favoriser, à titre ratuit, l’utilisation du site Internet départemental dédié au covoiturae par les aents et étudiants de l’université. Ce site, mis en place par le Conseil énéral, met en relation conduc -teurs et passaers intéressés par le partae d’un véhicule. www.covoiturage76.net Le Crous d’Aix-Marseille constitue un roupe de 12 « Cor-respondants Éneries », tous volontaires.Avecunemajorité d’aents chefs en résidence, tous les memres ont en com -mun de connaître parfaitement le terrain. Ils deviennent des ac -teurs principaux dans la volonté du Crous d’air sur les consom -mations d’éneries, eau, az, électricité, chauffae urain. Une assistance à maîtrise d’ouvrae permettra de compléter la mise en œuvre de la politique du Crousd’Aix-Marseilleenmatière d’économie d’énerie dans les unités de estion.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.