GRAND ANGLE • 31

De
Publié par

GRAND ANGLE • 31

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 110
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
U
n homme, une photo, un ciel.
Letriptyquepeutsemblermé-
galo, mais le fait est là, incon-
testable. Pour la première fois
depuisl’inventiondelaphoto-
graphie,unhommeseul,Serge
Brunier, a pris une photo de
toutl’Universtelqu’ilapparaît
de la Terre. Ce cliché vertigineux, de près d’un
milliard de pixels et où l’on compte près de
100millionsd’étoiles,nécessite,pourrévélertous
ses détails, d’êtreaffichésur 12mètres delargeet
6 de haut. C’est sur un tel format qu’il est exposé
àMonaco(1).Saversionnumérique,surleNet(2),
permet d’y zoomer à loisir.
Cetteimage-monderésultedelapassiondeSerge
Brunier,journaliste,écrivainetphotographespé-
cialisé en astronomie. Ses images ont fait le tour
du monde, et son nomest inscrit dans le ciel: les
astronomes l’ont donné à un astéroïde. Mais que
faire de vraiment spécial pour l’Année mondiale
del’Astronomie?
«Audépart,
raconteBrunier,
j’ai
proposé à l’ESO
[Observatoire européen austral]
de tirer un portrait de notre galaxie vue du désert
d’Atacama, au Chili.»
Puis, au fil de discussions,
l’idéed’allerbeaucoupplusloin,dedonneràvoir
l’Universtoutentier,s’estimposée.«
Biensûr,cela
a changé l’échelle du projet. Mais l’ESO a suivi, par
une aide en nature en finançant toute la logistique
(avion, hébergement, 4x4 pour parcourir le désert
d’Atacama) de l’opération
»
,
explique Brunier.
3o nuits de prises de vues
et cent vingt heures de pose
Cette image unique ne provient pas d’un unique
cliché. Pour couvrir tout le ciel, Serge Brunier a
juxtaposé 300 champs pris de deux sites excep-
tionnels:ledésertd’Atacama,auChili,pourl’hé-
misphèreaustral;etlacaldeiradeTaburiente,aux
Canaries, pour l’hémisphère boréal. Seules quel-
quesimagesautourdel’étoilepolaireproviennent
d’un site du Queyras, dans les Alpes françaises.
L’aventure de cette photo sans équivalent a com-
mencé une nuit de janvier 2008, dans le désert
d’Atacama, unsuper-désert, sec depuis des mil-
liersd’années,sansplantes,sansoiseaux,sansin-
sectes… et même sans bactéries selon une étude
récente. «
Cette nuit
, raconteBrunier,
j’ai centré la
première image sur Canopus, une des étoiles les plus
brillantes du ciel austral. Puis, les mouvements com-
binés de la Terre et de l’appareil sur sa monture ont
tracé de grands cercles sur le ciel
.»Nuit après nuit,
danslasolitudetotaled’Atacama,Brunieracaboté
d’étoilesenétoiles,constituant,petitàpetit,cette
fresquecosmiquenonmoinstotale.Derrièrecette
imagesecachent30nuitsdeprisesdevue,étalées
sur deux ans, cent vingt heures de pose au total,
chaque champ photographié quatre fois, 12 mil-
liardsdepixelsenregistrés…etcentheuresdecal-
cul sur ordinateur par Frédéric Tapissier pour as-
sembler les clichés en un fichier unique.
Paradoxe:ausiècledestélescopesgéants–lesqua-
treduVeryLargeTelescope(VLT)del’Observatoire
européenaustraldansl’Atacamaaffichent8,20m
dediamètre,lesmonstresenprojetferont35mè-
tres- cette immense fresque cosmique provient
d’unappareilcerteshautdegamme(unNikonD3)
mais d’usage courant, muni d’un objectif de
50mmdefocale.Unparadoxenéanmoinslogique:
plus le télescope est puissant et plus son champ
d’observationestétroit.Aurythmeoùtravaillele
VLT, il lui faudrait des siècles pour couvrir tout le
ciel.
La Voie lactée, équateur
de l’Univers
Transposéesurunplan,lasphèrecélesteoffrecette
image rectangulaire et rutilante. La Voie lactée,
notregalaxie,s’yimposecommel’acteurmajeur,
barrantl’Universcommeunéquateur.Pileaumi-
lieudel’image,invisible,letrounoirquienoccupe
lecentre.Lesétoilesvisiblesbrillentdemillefeux
jaunes,bleusetrouges.Ellessemblentinnombra-
bles… mais, avec cent millions d’astres, elles ne
constituentpourtantqu’unpourcentagedérisoire
des 140 milliards d’étoiles de la galaxie.
Lesnuagesinterstellairesimprimentdesmarques
sombressurlecosmosouàl’inversedéploientdes
voileslumineux.Unecentainedegalaxies,laplus
lointaineàcentmillionsd’années-lumière,ysont
visibles sous la forme de nébuleuses. De part et
d’autredelaVoielactée,lenoirprofondestpiqueté
de millions d’astres et de dizaines de galaxies.
L’impression par
Libération
n’en donne qu’une
toutepetitepartieàvoir,seulel’impressionsurun
support de 12 mètres, oules zooms successifs sur
la versionnumérique enrévèlent le vrai nombre.
Dansunesemaine, l’ESOlamettraenlignesurle
net, avec des zooms supplémentaires, dans des
images prises par ses télescopes.
Cecielestplusprocheduregardqu’
Homo Sapiens
porte sur le cosmos depuis cent mille ans que du
flux d’images fourni par les télescopes terrestres
et spatiaux dont s’abreuvent les astrophysiciens.
Pourtant,sonmessageesttoutdifférent,enraison
même du corpus scientifique constitué depuis le
débutduXX
e
siècle.Lagéographieetl’histoirede
cet univers ont pris une profondeur qui défie les
sens et l’entendement…et qui restepour l’essen-
tiel en dehors de la conscience commune de
l’Humanité.
(1) Au casino de Monte-Carlo.
(2) http://sergebrunier.com/gallerie/vl
Leciel mis àplat:
laVoielactée(notre
galaxie) barre
l’Univers tel
unéquateur.
Cettephotoest
lerésultat de
l’assemblagede
1200clichés pris au
Chili, auxCanaries
et dans les Alpes.
Par
SYLVESTRE HUET
Photo
SERGE BRUNIER
LIBÉRATION
MARDI
8
SEPTEMBRE
2009
GRAND ANGLE
31
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.