L'Europe s'expose sur les grilles de la Préfecture

Publié par

L'Europe s'expose sur les grilles de la Préfecture

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 128
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
Dossier de presse
L’Europe s’expose sur les grilles de la Préfecture
Lyon - Juin/Juillet 2010
3 Communiqué de presse 4 L a p a ro l e à M o n s i e u r Germàn Granda , Chef de l’unité Belgique, France, Luxembourg à la direction générale de la politique régionale de la Commission Européenne 5 L a p a ro l e à M o n s i e u r Jacques Gérault , préfet de la région Rhône-Alpes 6 L a p a ro l e à M o n s i e u r J e a n - J a c k Q u e y r a n n e , P r é s i d e n t d e l a R é g i o n Rhône-Alpes 7 “ L’ E u ro p e p o u r t o u s ” , Une exposition pour rendre l’Europe plus proche, plus concrète 8 L’Europe en Rhône-Alpes >  Le FEDER >  Le FSE >  Le FEADER 12 Ils témoignent...
L’Europe s’expose sur les grilles de la Préfecture Juin / Juillet 2010 - Lyon Communiqué de presse
Savez-vous que, sur la période 2007-2013, l’Europe engage 1,2 milliard d’euros en Rhône-Alpes pour soutenir des projets liés au développement durable, à l’égalité des chances, à la recherche, à la formation ou à l’innovation ? À partir du 14 juin 2010, les grilles de la préfecture de région (Lyon 3e – cours de la liberté, rue Servient et rue de Bonnel) accueillent une exposition de photographies “L’Europe pour tous” qui illustre concrètement l’impact de l’action de l’Europe sur le quotidien des habitants de notre région. Avec 60 panneaux d’information, une iconographie séduisante, plusieurs niveaux de lecture, cette exposition montre comment l’Europe intervient, aide et participe au développement et à la compétitivité de la région Rhône-Alpes. Le grand public est invité à découvrir jusqu’à la fin du mois de juillet cette exposition qui témoigne de la proximité de l’Europe avec les rhônalpins.
Plus d’informations : www.europe-en-rhonealpes.eu Contacts Agence Plus 2 sens Justine Allouard 04 37 24 02 58 justine@plus2sens.com Préfecture du Rhône Aurélie Bellemin 04 72 61 65 27 aurelie.bellemin@rhone.gouv.fr Conseil régional Olivia Dufour 04 72 59 49 62 odufour@rhonealpes.fr
3 |
G e r m à n
| 4
G r a n d a
La parole à... Germàn Granda, Chef de l’unité Belgique, France, Luxembourg à la direction générale de la politique régionale de la Commission Européenne
L’Europe est un partenaire important de la région Rhône-Alpes depuis de nombreuses années. Quel bilan faites-vous et quels sont, selon vous, les enjeux de ce soutien pour les années à venir ? Depuis 1994, la région Rhône-Alpes a bénéficié de près de 3 milliards d’euros de fonds européens. L’Europe a accompagné et continue d’accompagner les acteurs de la région Rhône-Alpes dans tous les secteurs clés de son développement : la recherche, l’innovation, les transports, les technologies de l’information et de la communication, l’environnement, les énergies renouvelables, le tourisme. Les fonds européens ont contribué à soutenir le développement économique de Rhône-Alpes et la création d’emplois durables de manière décisive. Néanmoins, compte tenu de la prospérité de la région par rapport à d’autres régions européennes, et afin de renforcer la compétitivité de son économie, Rhône-Alpes doit désormais concentrer l’utilisation des fonds sur quelques thématiques clés: l’innovation, les technologies de l’information et de la communication, l’environnement et les énergies renouvelables. Pour la période 2007-2013 qui est en cours, la région bénéficie d’environ 1,2 milliard de fonds européens. Il est impératif de valoriser des résultats concrets dès à présent pour être en mesure de justifier l’utilité des fonds communautaires en Rhône-Alpes et leur pérennité après 2013. Par ailleurs, la Commission a lancé fin 2009 une nouvelle stratégie nommée “UE 2020” consistant à définir les grandes priorités relatives aux politiques de l’Union européenne à l’horizon 2020. Un vaste débat a été engagé avec les acteurs européens pour nourrir cette stratégie. Rhône-Alpes doit prendre toute sa place dans la mise en œuvre de ces nouvelles orientations en imaginant des solutions concrètes pour développer une économie fondée sur la connaissance et l’innovation, une économie durable plus efficace dans l’utilisation des ressources, et une économie créatrice d’emplois et favorisant la cohésion sociale. Les citoyens rhônalpins semblent ne pas prendre toute la mesure de l’ampleur de ce soutien européen et de son impact sur leur vie quotidienne. Comment serait-il possible, selon vous, de créer un sentiment de proximité entre les Rhônalpins et l’Europe ? Cette problématique n’est pas récente. Malgré l’importance des investissements financés par les fonds européens depuis plusieurs années, on constate que les citoyens ne sont pas suffisamment informés sur l’utilisation des fonds. Pour remédier à cette situation, il est indispensable de promouvoir toutes les initiatives contribuant à renforcer la communication vis-à-vis du grand public. Cela va bien au-delà des exigences réglementaires consistant à installer des panneaux sur les sites des projets cofinancés par les fonds. En effet, mieux sensibiliser le citoyen passe par une communication au quotidien pour améliorer la visibilité de l’action européenne, en utilisant tous les supports existants (médias, sites Internet,…). L’organisation de débats avec les citoyens et les acteurs du développement de la région, ainsi que la sensibilisation des écoliers et étudiants à ces questions pourrait contribuer à mieux impliquer le citoyen et à renforcer ce sentiment de proximité entre les Rhônalpins et l’Europe. L’exposition de photos sur les projets européens sur les grilles de la Préfecture que nous allons inaugurer le 14 juin est un bel exemple de communication vis-à-vis du grand public. Si vous aviez un message fort à transmettre sur l’importance de l’impact de l’Europe sur notre quotidien et notre futur, quel serait-il ? L’Europe n’est pas une contrainte mais une opportunité ! Elle aide quotidiennement les entreprises à innover, les salariés à renforcer leurs compétences, les espaces ruraux à développer de l’activité, les demandeurs d’emploi à se former et à retrouver un emploi durable. L’intervention des fonds européens en région Rhône-Alpes, avec des objectifs de long terme, est en effet décisive pour améliorer la vie quotidienne des citoyens, en contribuant à préserver l’environnement dans lequel ils vivent, en améliorant l’efficacité énergétique de leur logement social, en favorisant la création d’emplois durables, en promouvant l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour les entreprises et les citoyens. Je souhaiterais également souligner que les fonds européens sont également présents pour répondre aux difficultés que peut rencontrer actuellement la région Rhône-Alpes suite à la crise économique mondiale. C’est notamment l’objectif du Fonds social européen, qui aide à renforcer les compétences des travailleurs et qui est un instrument approprié pour faire face à la crise. Le Fonds européen de développement régional, qui aide aux investissements dans les entreprises, et le Fonds européen agricole de développement régional, qui intervient sur les zones rurales, ont également un rôle très important à jouer.
La parole à... Jacques Gérault, préfet de la région Rhône-Alpes
L’action de l’Union européenne est souvent mal connue de nos concitoyen photographique “L’EUROPE POUR TOUS”, présentée sur les grilles de la région durant les mois de juin et juillet 2010, contribue à sensibiliser les rôle concret de l’Europe pour le développement de notre région. Depuis sa création, l’Union européenne met en œuvre des politiques r assurer l’égalité de développement entre les régions. Renforcer la c l’innovation, développer l’emploi et privilégier le développement durable s de son intervention. Pour cela l’Europe dispose de trois instruments finan européen agricole pour le développement rural (FEADER), le fonds social e le fonds européen de développement régional (FEDER). Pour la période 2007-2013, l’Europe participera au développement de hauteur de plus de 1,2 milliard d’euros, ce qui en fait un partenaire de tout 685 millions pour le FEADER, 359 millions pour le FSE et 334 millions p auquel s’ajoute 33 millions pour le bassin du Rhône (plan Rhône). L’action de l’Europe dans notre région mérite donc d’être mieux identifiée par le public car elle concoure directement à sa vie quotidienne dans des domaines très variés. Depuis 2007, les fonds européens ont ainsi participé au financement de 1 776 actions de formation, de 231 projets de recherche et développement, de 46 opérations d’investissements pour les services à la personne en milieu rural (crèches, maisons de santé, pôles multiservices…). Par ailleurs plus de 40 millions d’euros ont été investis dans les quartiers en difficulté et 13 millions consacrés à la réhabilitation énergétique des logements sociaux. Avec le FEDER par exemple, la contribution de l’Europe en Rhône Alpes couvre un vaste champ qui peut aller du soutien à la recherche de pointe en matière de vaccin, dans laquelle Lyon est un des leaders mondial, au soutien à la pépinière d’entreprises en milieu rural pour permettre le maintien de l’emploi dans les territoires les plus fragiles et isolés. L’Europe participe, avec le FSE, aussi bien au financement de la formation professionnelle des salariés et des demandeurs d’emploi, qu’à l’adaptation des entreprises aux mutations économiques ou aux luttes contre les inégalités du marché du travail. Enfin avec le FEADER, l’Europe soutient la compétitivité des entreprises rurales, la modernisation des élevages et des industries agroalimentaires, ou encore la valorisation des forêts. Elle contribue également au développement durable des territoires ruraux en soutenant, par exemple, la conversion à l’agriculture biologique. Je souhaite qu’à travers cette exposition photographique les rhônalpins découvrent que “L’EUROPE agit POUR TOUS” en participant aux financements d’opérations qui rendent le territoire plus compétitif et plus solidaire, dans le respect du développement durable. L’intervention européenne reste un enjeu important pour l’avenir de la région dans le contexte actuel de crise.
J a c q u e s G é r a u l t
 5|
J e a n - J a c k Q u e y r a n n e
| 6
La parole à... Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes
Trop souvent encore, l’Europe apparaît complexe et éloignée des préoccupations des citoyens. Elle représente pourtant un formidable espace commun d’échanges et de projets, qu’elle met au service des hommes et des espaces de vie, avec l’appui des Etats et l’implication des collectivités locales, plus particulièrement les Régions. Rhône-Alpes, par sa taille, ses infrastructures, le nombre de ses habitants, son dynamisme, son poids économique et sa place stratégique, est une grande Région européenne. Elle a toujours eu l’ambition de participer pleinement à la construction européenne pour le bénéfice des Rhônalpins. Pour cela, la Région mène une politique volontariste, concrète et ambitieuse, ancrée dans la réalité de partenariats actifs au sein de “l’Europe des Régions” : coopération historique au sein des “Quatre Moteurs pour l’Europe” avec le Bade-Wurtemberg, la Catalogne et la Lombardie ; fondation de “l’Euro Région Alpes Méditerranée” avec Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Régions italiennes de Ligurie, du Piémont et la Région autonome de la Vallée d’Aoste ; coopérations transfrontalières avec ses voisins suisses des cantons de Vaud et de Genève et avec les Régions polonaises de Malopolska et hongroise de Transdanubie du Sud. Elle a aussi ouvert, dès 1990, un bureau de représentation à Bruxelles et participe à de nombreuses organisations européennes. L’originalité de la construction européenne en fait aussi sa difficulté : l’Europe n’avance pas suivant un modèle connu, elle doit inventer sa propre voie au fur et à mesure de sa progression. Elle doit trouver en elle-même les moyens de poursuivre son destin et de faire face à la crise mondiale. La Région y contribue car elle est légitime sur les grands défis lancés à la société européenne : l’emploi et la formation, l’innovation économique et le développement durable. Pour la période 2007-2013, les pays de l’Union européenne ont décidé de consacrer une grande partie de leurs efforts communs et du budget communautaire à l’augmentation de la croissance économique et à la création d’emplois. La “croissance durable” compte désormais parmi les grandes priorités de l’Union européenne. Elle répond aux priorités définies dans les stratégies dites de Lisbonne et Göteborg qui visent à faire de l’Union européenne et de ses Régions une économie de la connaissance compétitive et dynamique, tout en privilégiant le développement durable et la cohésion sociale. La nouvelle génération de programmes européens qui en découle accompagne les politiques régionales au profit des acteurs rhônalpins. Les dotations allouées par l’Union européenne au titre de ces programmes représentent un apport financier considérable pour Rhône-Alpes - près d’un milliard et demi d’euros de cofinancements européens - et permettent la réalisation de projets dont la réussite serait compromise sans cet appui. Consciente de ces enjeux, la Région s’implique dans les nouveaux programmes et mobilise leur financement au service des Rhônalpins. Je vous invite à découvrir ces initiatives au fil des photos qui illustrent une Europe concrète et proche des préoccupations quotidiennes de nos concitoyens.
arlb,el argciluture, la gestion ed selecaprur ..al n.3eaiv duxl e ete,il pmolhésia cot laon eradilos  el ,étipplovedédut enem thèmes fférentsnionavitocmm elec rrche eonlat siorcnas ,ehc alLennpa0 n6ioitosxpid tnanilcédxuaeww: ue.wid sofnr ouusplro ptPje
L’exposition Cette exposition est organisée par l’Etat, gestionnaire des programmes européens, en collaboration avec le Conseil régional Rhône-Alpes. Le public découvrira des panneaux illustrant les réalisations de l’Europe en région. Comment ? Par des exemples concrets : la péniche “Loupika” qui emmène les collégiens sur le Rhône pour leur apprendre l’histoire du fleuve ; les caméras thermiques pour voir l’invisible ou encore le projet “Envolée féminine”, une association œuvrant pour l’insertion des femmes dans le travail... La recherche, l’économie, les services à la personne, l’éducation, l’emploi, la formation... autant de domaines dans lesquels l’Europe agit... concrètement. Les organisateurs ont conçu cette exposition photographique pour rendre l’Europe plus présente et témoigner de sa solidarité et de sa proximité dans le quotidien des Rhônalpins. C’est ainsi que 60 panneaux expliquent les objectifs des programmes européens, illustrent les actions menées grâce aux fonds européens et donnent des informations sur l’objet du projet et les montants mobilisés.
L’Europe 500 millions d’Européens dans 27 pays... et moi, et moi, et moi ? Cette paraphrase du célèbre refrain d’une chanson de Jacques Dutronc illustre bien le sujet de l’exposition “L’Europe pour tous”, qui se déroulera, à partir du 14 juin prochain, sur les grilles de la préfecture de région (Lyon 3e). Un lieu de passage, qui permettra à chacun de s’arrêter pour regarder les panneaux, lire les commentaires et enfin... mieux comprendre l’impact de l’Europe sur son quotidien. En effet, l’Union européenne apparaît encore trop souvent comme une entité lointaine, sans grand rapport avec les préoccupations quotidiennes de chacun. Et pourtant... Les fonds européens, instruments financiers des politiques européennes dans les régions montrent l’implication de l’Europe au plus près de chaque citoyen. Ils ont principalement pour but d’assurer une politique de cohésion du territoire européen, pour un développement solidaire et équilibré de toutes les régions. Concrètement, les fonds européens soutiennent des projets en faveur de l’innovation, du développement durable, de la cohésion, la solidarité, de l’environnement, de l’emploi, de la compétitivité, de la recherche, de la biodiversité, de la qualité de vie, de la gestion de l’espace rural... Pour la période 2007/2013, la région Rhône-Alpes bénéficie de 1,2 milliard d’euros pour financer des projets répondant aux objectifs du FEDER (Fonds Européen de Développement Régional), du FSE (Fonds Social Européen) et du FEADER (Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural).
see.u
“L’Europe pour tous” une exposition pour rendre l’Europe plus proche et plus concrète
1,2 milliard d’euros c ’ e s t l a s o m m e q u e l ’ U n i o n européenne investit en Rhône-Alpes, pour la période 2007/2013, dans le soutien des projets répondant aux objectifs du FEDER, du FSE et du FEADER : >  685 millions d’euros au titre du FEADER > 359 millions d’euros au titre du FSE >  334 millions d’euros au titre du FEDER S ’ a j o u t e n t à c e t t e s o m m e , 33,8 millions d’euros de FEDER dédiés au plan Rhône.
rhonealprope-en- tom nu ,otohp eunc veeaurctlee qaeu rhc eusatrimmene coet lclé  |7
La stratégie de Lisbonne En 2000, le Conseil européen fixe à l’Europe l’objectif de devenir une des économies les plus compétitives du monde grâce au développement de l’innovation, de la recherche et de l’éducation. La stratégie de Göteborg En 2001, le Conseil européen élargit la stratégie de Lisbonne à la protection de l’environnement et au développement durable.
Les projets financés par le FEDER doivent, notamment, répondre aux critères suivants : >  l’innovation, >  le développement durable, >  l’équité et la solidarité territoriales, >  l’emploi et la cohésion sociale.
 |8
L’Europe en Rhône-Alpes
La politique régionale de l’Europe vise à réduire les écarts de développement entre les différentes régions des Etats membres de l’Union. La participation financière européenne accompagne les aides nationales, régionales ou locales pour accroître la compétitivité des régions et favoriser la croissance durable en Europe. En Rhône-Alpes, l’Europe est présente à travers trois fonds (FEDER, FSE et FEADER) qui soutiennent des projets essentiels dont les priorités ont été définies lors des sommets de Lisbonne et Göteborg.
FEDER : pour l’innovation et le développement durable Pour la période 2007/2013, dans le cadre du programme “compétitivité régionale et emploi”, 334 millions d’euros du FEDER soutiennent les projets rhônalpins selon cinq priorités : >  l’innovation et l’économie de la connaissance. Un tiers du programme est dédié à ce volet afin que la région, qui dispose d’un potentiel technologique important, reste à la pointe de l’innovation européenne notamment, en développant les synergies entre les laboratoires de recherche, les entreprises et l’enseignement supérieur ; >  la diversification et la promotion des activités économiques  pour assurer un développement équilibré des territoires et garantir une meilleure cohésion sociale en confortant le tissu des PME/TPE et en soutenant l’offre de services à la population ; >  l’environnement et la prévention des risques  avec notamment des aides aux projets favorisant l’efficacité énergétique des bâtiments; >  l’accessibilité aux technologies de la communication et de l’information (TIC) et aux transports dans tous les territoires ; >  le Rhône : axe de développement économique et de protection de l’environnement. Ces objectifs sont assez larges pour permettre à de nombreux porteurs de projets de bénéficier de fonds européens afin de mettre au point une solution technologique, faire des recherches pour un nouveau médicament, créer des espaces numériques pour un accès facile à Internet pour tous, favoriser la prévention des risques plutôt que la protection, économiser l’énergie, créer des crèches, soutenir l’emploi...
Le Plan Rhône : un projet de développement durable Pour les riverains du Rhône, les crues des années 1990, 1993, 1994, et surtout 2002 et 2003 ont fortement marqué les esprits car elles ont provoqué d’importants dégâts. En 2004, l’Etat met en place une large concertation pour élaborer une politique globale de prévention des inondations du Rhône. Celle-ci qui donnera naissance au “plan Rhône” qui engage l’Etat, le comité de bassin, les régions Languedoc-Roussillon, Provence Alpes Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche-Comté, la Compagnie nationale du Rhône, l’Agence de l’eau, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et Voies navigables de France. Ce partenariat affirme sa volonté d’aller au-delà de la seule thématique des inondations pour s’inscrire dans une approche plus globale, visant l’ensemble de la relation entre le fleuve, son territoire et ses habitants. Des thématiques telles que le tourisme, le transport fluvial, la qualité des eaux et des milieux naturels, la culture et le patrimoine autour du fleuve, ainsi que l’énergie sont donc incluses dans ce projet. Le FEDER vient appuyer financièrement le plan Rhône. Quelques chiffres Les dégâts causés par la crue de 2003 ont été évalués à plus de 846 millions d’euros. Le montant global du contrat de projet interrégional Etat/Région s’élève à 613,85 millions d’euros hors crédits européens. Le programme opérationnel pluri-regional plan Rhône est doté de 33,8 millions d’euros.
“Quiétude ?” pour ne pas oublier Comment sensibiliser les populations au risque inondation ? Comment garder la mémoire de tels événements afin de s’y préparer, de les anticiper et donc d’en Coût du projet “Quiétude” réduire les conséquences ? 183 107 E L’Europe et les partenaires du plan Rhône ont lancé un appel à projets en 2008 qui a donné >  Financement du FEDER : naissance à cinq opérations dont “Quiétude ?”. 53 0 E   Imaginée par l’architecte designer Jacques 91 5 ,5 s a  Rival, elle consistait à installer des structures >  Fpilnaan nRcheômneen :t deprtenaires du monumentales flottantes sur le Rhône figurant  54 932,10 E (Etat)  des objets familiers emportés par les crues pour  36 621,40 E (Compagnie raviver la mémoire des rhônalpins. nationale du Rhône)
Un document stratégique Le plan Rhône qui fixe des objectifs sur vingt ans. Deux outils financiers Le Contrat de Projets Interrégional Etat/Région : document cadre qui engage les partenaires sur 7 ans pour financer des actions d’intérêt général. L e p ro g r a m m e o p é r a t i o n n e l  pluri-régional plan Rhône : programme européen qui définit des actions prioritaires, sur 7 ans, à l’échelle du bassin Rhône Méditerranée et financées en partie par le FEDER.
9 |
 snasnaded s 54 nsioe  des dct a n :51>%ofmrtaoiximum de Taux ma5 : sna 46-55 selompe duxTa> 0%: 6 mmse sef ied plu desPart0%> lai n   ldepéa doired eorp margmation, comme :>T ua xdmelpiod érope mmelnnioattiniféd jbo sed fs cectirés hiffetni àtadcird eméta trpne truméuness jettan quie olécl%10: u FSELes domaine srpoiiratrised e  lm no Pdugrroemma002 02/7d 31 régvitéle eionalpio tmeets: c  1|CESF eL0ititépmolatipac el snad bimoa  ln,aium hafeve  nitnoilasvatiinnoe lur dettunoc  te l alcrisinime tr dla 9)%;  >taoi n3(issementlinvests lecalonsra toulanoitanaf ne se de veurploilem)%L.(  6goar erp nonamotntmeéd pgogaeuqil ,sim ase en réseau et el snitiaiitev s (13quesnomi écooisntutaxum sea aml>  ; )alot ttnemecnan ud % tation d> ladapmenest: se ancnrentispr det eeselli srut seavar)%; 3( 8r ne >elrs dndeuloi empnoiséhocelaicos enemrcfoa  ldet caèc s àlmelpioélioration de larud elb sedamedt  einlrtsen io
FSE : la compétitivité régionale et l’emploi Le fonds social européen est l’instrument financier de l’Europe pour soutenir l’emploi et favoriser la cohésion sociale et économique des Etats membres. La France bénéficie de 4,495 milliards d’euros au titre du FSE et elle a opté pour une gestion largement déconcentrée : 86 % du montant de cette enveloppe sont gérés au niveau régional. Ces fonds sont principalement destinés à améliorer l’offre de formation et à faciliter l’accès à l’emploi.
Le FSE n’accorde pas d’aides directes aux personnes. Il soutient les actions d’organismes publics ou privés qui contribuent : >  à l’adaptation des travailleurs et des entreprises  aux mutations économiques, en anticipant et gérant ces mutations, en agissant sur le développement des compétences par la formation tout au long de la vie et l’amélioration de la qualification et en soutenant la création d’activité et l’esprit d’entreprise ; >  à l’amélioration de l’accès à l’emploi des demandeurs d’emploi en modernisant le service public à l’emploi pour plus d’efficacité et en développant les politiques actives du marché du travail ; >  au renforcement de la cohésion  en favorisant l’inclusion sociale et en luttant contre les discriminations ; >  à l’investissement dans le capital humain, l’innovation et les actions transnationales  en adaptant l’offre de formation et le système d’orientation, en développant les partenariats, la mise en réseau et les initiatives locales pour l’emploi et l’inclusion et en promouvant les actions innovantes transnationales ou interrégionales. En Rhône-Alpes, le programme 2007-2013 du FSE représente 359 millions d’euros  pour financer des projets. Par exemple avec l’appui du FSE, l’AGF SCOP, à Lyon, aide les salariés à reprendre leur entreprise et l’ADATE, à Grenoble, encourage le travail des femmes en menant une action de lutte contre les discriminations. Le FSE accorde aussi son soutien financier aux PLIE de la région (Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi) pour accompagner vers l’emploi des personnes rencontrant des difficultés.
FEADER : l’investissement dans les zones rurales Le Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER) représente le second pilier de la politique agricole commune (PAC). Cofinançant les interventions de l’Etat, de l’agence de l’eau, du Conseil régional Rhône-Alpes et des huit Conseils généraux de la région, le FEADER a pour mission de stimuler le développement des zones rurales, de créer des emplois tout en respectant l’environnement. Globalement, il s’agit de permettre à la ruralité européenne de vivre, d’être productive et de contribuer au développement des territoires régionaux. Car une région qui prend soin de son agriculture est une région qui participe au “bien vivre” et à l’équilibre économique, social et environnemental des territoires.
En Rhône-Alpes, l’Europe investit 685 millions d’euros dont 11,32 millions d’euros au titre des nouveaux défis environnementaux. L’agriculture rhônalpine couvre 30 % du territoire et représente 100 000 actifs permanents. Le document cadre du FEADER en Rhône-Alpes regroupe les dispositifs opérationnels définis selon les axes prioritaires suivants : >  soutenir la compétitivité de l’agriculture et des industries agroalimentaires  en modernisant les bâtiments d’élevage, en favorisant l’innovation de l’industrie agroalimentaire, en encourageant la formation et la diffusion de l’information et en promouvant la qualité alimentaire ; >  soutenir la compétitivité et les fonctions environnementales de la filière forêt-bois.  Rhône-Alpes est la deuxième région forestière de France et veille donc tout particulièrement à la préservation de cette richesse ; >  dynamiser l’économie rurale , dont les espaces sont situés en grande partie en montagne. Cela nécessite un développement durable de leurs activités afin de valoriser leur production et leur fonction de protection du patrimoine naturel ; >  préserver la biodiversité des espaces ruraux  en développant l’agriculture biologique, et en gérant durablement les sites Natura 2000 qui ont pour vocation d’accompagner la gestion de territoires remarquables ; >  améliorer la qualité des eaux.
Le FEADER I l f i x e t ro i s o b j e c t i f s p o u r l e d é v e l o p p e m e n t d e s t e r r i t o i re s ruraux : >  l’amélioration de la compétitivité de l’agriculture et de la sylviculture ; >  l’amélioration de l’environnement et de l’espace rural ; >  l’amélioration de la qualité de vie et la diversification des activités économiques en zone rurale
11| 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.