QUELQUES DÉFINITIONS UTILES

De
Publié par

QUELQUES DÉFINITIONS UTILES

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 88
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Le fleuve aux grandes eaux /
www.fredericback.com
QUELQUES DÉFINITIONS UTILES
AGENDA 21
Au Sommet de la Terre tenu à Rio de Janeiro en 1992, 49 pays ont adopté une série de 21
engagements en faveur du développement durable pour le XXI
e
siècle. Ce document est
communément appelé Action 21.
L’Agenda 21, quant à lui, concerne la reprise de ces 21 engagements pris à Rio, mais dont
l’application se réalise au niveau de chaque territoire.
Les entreprises privées ou publiques peuvent aussi adopter des Agenda 21 et certaines se sont
déjà engagées en ce sens. Elles transposent à l’interne des recommandations internationales
entérinées à Rio de Janiero.
Définition inspirée et adaptée du site Internet
www.dictionnaire-
environnement.com/agenda_21_ID750.html
BIODIVERSITÉ
Ce terme est un synonyme de diversité biologique. Il désigne la diversité du monde vivant à tous
les niveaux : diversité des écosystèmes, des espèces, des populations, des individus et des gènes.
C’est E. O. Wilson, considéré comme le père de la sociobiologie, qui a mis de l’avant ce concept.
Définition inspirée et adaptée du site Internet
www.dictionnaire-
environnement.com/biodiversite_ID833.html
COMMISSION BRUNTLAND
La Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED) doit son nom à une
docteure, madame Gro Harlem Brundtland, la première femme première ministre de la Norvège,
qui a créé cette Commission en 1983 et l’a présidée jusqu’en 1996 en défendant le principe de
développement durable. En avril 1987, la CMED publie son rapport
Notre avenir à tous
, appelé
aussi le Rapport Bruntland. Les recommandations de la Commission ont conduit à la convocation
du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992.
Définition inspirée et adaptée du site Internet
www.dictionnaire-
environnement.com/commission_brundtland_ID2617.html
CONSERVATION
La conservation désigne la protection et la gestion en continu des ressources naturelles selon des
principes qui maximisent les avantages socio économiques et minimisent les impacts sur
l’environnement à long terme.
Inspirée du site Internet
www.dictionnaire-environnement.com/conservation_ID2172.html
page 1 de 4
Le fleuve aux grandes eaux /
www.fredericback.com
CONSOMMATION DURABLE
Ce terme désigne un mode de consommation basé sur l’utilisation de services ou de produits qui
répondent à des besoins fondamentaux et améliorent la qualité de vie. Ce mode de consommation
doit réduire au minimum l’utilisation de ressources naturelles et de matières toxiques et il doit
aussi réduire les rejets de déchets et de polluants durant le cycle de vie de ce service ou de ce
produit. L’objectif de la consommation durable est de ne pas compromettre les besoins des
générations futures au profit des générations actuelles.
Définition inspirée et adaptée du site Internet
www.dictionnaire-
environnement.com/consommation_durable_ID5204.html
DÉVELOPPEMENT DURABLE
« Dans le cadre des mesures proposées, le développement durable s’entend d’un développement
qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à
répondre aux leurs. Le développement durable s’appuie sur une vision à long terme qui prend en
compte le caractère indissociable des dimensions environnementale, sociale et économique des
activités de développement. »
Tirée de la Loi sur le développement durable sanctionnée en 2006 par le Québec,
Chapitre 1 Dispositions préliminaires.
Les tenants de l’expression développement durable préfèrent insister sur la notion de durabilité –
cohérence entre les besoins et les ressources globales de la Terre à long terme – plutôt que sur
l’idée d’une recherche de la limite jusqu’à laquelle la Terre sera capable de nous supporter sans
dommage, sous-entendue dans l’expression développement soutenable.
Définition inspirée et adaptée du site Internet
fr.wikipedia.org
DÉVELOPPEMENT SOUTENABLE
C’est une traduction plus littérale du terme anglophone
Sustainable development
présenté dans le
rapport Bruntland paru en 1987. Certains préfèrent parler de développement soutenable, c’est-à-
dire ce que notre environnement peut supporter à long terme, à la place de développement
durable.
Définition inspirée et adaptée du site Internet
fr.wikipedia.org
Le développement soutenable est un développement qui répond aux besoins du présent sans
compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont
inhérents à cette notion : le concept de besoins, et plus particulièrement des besoins essentiels
des plus démunis à qui il convient d’accorder une plus grande priorité, et l’idée des limitations que
l’état de nos techniques et de notre organisation sociale imposent sur la capacité de
l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. […]
page 2 de 4
Le fleuve aux grandes eaux /
www.fredericback.com
Au sens plus large, le développement soutenable vise à favoriser un état d’harmonie entre
l'humain et la nature.
Extrait du chapitre 2 de
Notre avenir à tous
, La Commission mondiale de l’environnement et le
développement, Éditions du Fleuve, Publications du Québec.
DURABILITÉ
« Avantages financiers, organisationnels, sociaux, politiques ou environnementaux résultant avec
le temps d’une action, d’un projet ou d’un programme. »
Tirée du site Internet
www.dictionnaire-environnement.com/durabilite_ID2652.html
ÉDUCATION RELATIVE À L’ENVIRONNEMENT (ERE)
« Le but de l’ERE est de former une population mondiale consciente et préoccupée de
l’environnement et des problèmes qui s’y rattachent, une population qui ait les connaissances, les
compétences, l’état d’esprit, les motivations et le sens de l’engagement qui lui permettront de
travailler individuellement et collectivement à résoudre les problèmes actuels et à empêcher qu’il
ne s’en pose de nouveaux
.
»
Claude Villeneuve,
Qui a peur de l’an 2000?
, 1998, p.113.
ÉQUITÉ
Dans le développement durable, équité et efficacité sont inextricablement liées, mais l’équité
prévaut; l’équité entre les nations, les individus et les générations.
L’équité vise une satisfaction des besoins essentiels des communautés humaines présentes et
futures (eau, sécurité alimentaire, éducation, santé, emploi), une amélioration de la qualité de la
vie (soins médicaux, services sociaux, logement, culture et bien-être social), un respect des droits
et libertés de la personne (participation aux différents processus de prise de décision, statut des
femmes, liberté de presse, résolution des conflits et liberté d’expression) et un renforcement des
nouvelles formes d’énergies renouvelables (énergie éolienne, énergie solaire, géothermie).
Définition inspirée et adaptée des sites Internet
fr.wikipedia.org/
et
strategis.ic.gc.ca/epic/site/sd-dd.nsf/fr/sd00117f.html
GOUVERNANCE
Dans le contexte du développement durable, la gouvernance est un processus de décision collectif
n’imposant pas systématiquement une situation d’autorité. La
bonne
gouvernance se caractérise
notamment par la participation, la transparence, la responsabilité, l’efficacité et l’équité. Elle veille
à ce que les priorités politiques, sociales et économiques soient fondées sur un large consensus
social. Elle signifie un exercice de l’autorité économique, politique et administrative en vue de
gérer les affaires d’un pays à tous ces niveaux.
Définition inspirée et adaptée du site Internet
www.dictionnaire-
environnement.com/gouvernance_ID1918.html
page
3
de
4
Le fleuve aux grandes eaux /
www.fredericback.com
PRINCIPE DE PRÉCAUTION
Principe qui stipule : « qu'en cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de
certitude absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures
effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement ». Ce principe a été édicté lors de la
conférence sur la diversité biologique de Rio (1992).
Définition inspirée et adaptée du site Internet
www.dictionnaire-
environnement.com/principe_de_precaution_ID1923.html
page 4 de 4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.