[LE_MONDE - 20] LE_MONDE/PAGES ... 27/03/10

Publié par

[LE_MONDE - 20] LE_MONDE/PAGES ... 27/03/10

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 67
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
20HorizonsPrix de la recherche
0123 Samedi 27 mars 2010
« Nous ne sommes pas seulement des juges, mais aussi des accoucheurs » Le philosophe Edgar Morin, président du jury, salue le travail des jeunes chercheurs distingués par la nouvelle édition du prix « Le Monde » de la recherche universitaire. Plusieurs thèses sont publiées à cette occasion aux PUF
dgarMorin est sociologueetphi-losophe et directeur de recher-ches émérite du CNRS. Depuis la res aEnnées du prix « Le Monde » de la création du PrixLe Mondede la recherche universitaire, en 1997, il en préside le jury. Quel bilan tirez-vous des douze premiè-recherche universitaire ? Nos intentions initiales ont été respec-tées et nos espoirs confortés. Nous souhai-tions éveiller l’intérêt pour des travaux condamnés à un sommeil parfois éternel. Nous voulions soutenir des recherches dont les sujets particuliers portent en eux des problèmes globaux ou fondamen-taux, des études capables de relier leur objet à leur contexte, ce qui amène à trans-gresser les frontières disciplinaires. Je rap-pelle que la thèse classique vise l’exhausti-vité sur un domaine compartimenté et minuscule. Comme disait Raymond Aron, avec elle,».« onsait tout sur quasi rien Nous avons voulu favoriser la rupture dans la continuité. En quel sens ces thèses doivent-elles relever de ce que vous appelez les « défis de la complexité » ? Ce que j’appelle complexité provient du latincomplexuset signifie« ce qui est tissé ensemble », c’est-à-dire entrelacé, voire enchevêtré. Il faut le rappeler, « complexe » ne veut pas dire « compliqué », mais relève
d’une approche et d’une pensée qui relient au lieu de séparer. Cette pensée est régie, entre autres, par ce que j’appelle le principe « hologrammatique »(issu du procédé laser bien connu d’image en trois dimen-sions), qui nous montre comment non seu-lement la partie est dans le tout, mais aussi comment le tout est présent dans la partie. Ainsi la totalité du patrimoine génétique est présent dans chacune de nos cellules singulières. De la même façon, l’individu est une partie de la société, mais la société est présente dans chaque individu en tant que tout, à travers son langage, sa culture, ses normes, etc. Ainsi, un thème très singu-lier peut nous aider à révéler un problème très général. Dans quelle mesure les thèses primées cette année reflètent-elles cette maniè-re de relier les savoirs qui caractérise votre démarche intellectuelle ? Il était une fois la bio-révolution(PUF-Le Monde, 230p., 28euros), du sociologue Jean Foyer, illustre bien cette « reliance » des savoirs, car cette thèse, à partir de la contamination des maïs des Indiens zapo-tèques du Mexique par des organismes génétiquement modifiés (OGM) présents dans les maïs importés pour l’alimenta-tion, remonte la chaîne des problèmes agraires, sanitaires, sociaux, politiques pour déboucher sur des problèmes fonda-mentaux de la mondialisation. La thèse
sur les mères lesbiennes de Virginie Des-coutures remet en cause, avec cette homo-parentalité très marginale, les connaissan-ces établies en matière de parentalité. Les sujets les plus singuliers et hétéroclites, traités par un esprit interrogateur, éclai-rent ainsi, parfois sous un angle inatten-du, des problèmes actuels. Quelles tendances de nos sociétés illus-trent-elles ? Si diverses soient-elles, les thèses de la récolte 2010 témoignent toutes de la cour-se actuelle à la rentabilité, au rendement, à l’efficacité. La thèse de Vincent Chabault, La Fnac,entre commerce et culture(PUF-Le Monde, 214 p., 25 euros), montre comment une entreprise à l’origine militante, fon-dée en 1954, vouée à éclairer les choix du consommateur, a perdu ses vertus de départ, tant pour les employés que pour les clients, en s’intégrant dans le grand négoce, puis au sein d’un puissant groupe économique. Traumas et narcissisme(PUF-Le Monde, 220 p.,26 euros),de Sandrine Behaghel, raconte comment ledébriefing, issu de méthodes militaires afin de remobiliser les troupes pour le combat, est aujourd’hui uti-lisé pour remettre rapidement dans le cir-cuit économique les personnes trauma-tisées… Une autre sur les cabinets ministé-riels, d’Aude Harlé, met au jour comment cet apparent vase clos politique est lui-
Fnac : l’adieu à l’« économie sociale »
’est l’histoire d’une entreprise singulière. Celle d’un groupe tdaenvtiseCnddr’aexpteruêmà epeuga«uucnhe firme militant, d’un« agita-teur culturel»fondé en 1954 par deux mili-e qui moderne, typique du capitalisme actuel ». C’est l’histoire de la Fnac, ou Fédération nationale des achats des cadres, dont Vincent Chabault, jeune sociologue, retra-ce l’histoire depuis l’origine, « modèle commercial fondé sur l’al-liance de la vente et la médiation culturelle ». Une entreprise créée en parfaite adéquation avec l’épo-que des « trente glorieuses », alors que les Français sortent d’une éco-nomie de pénurie et s’ouvrent autant à la culture qu’à la consom-mation de masse. Mais la Fnac, c’est aussi et sur-tout l’histoire d’une entreprise fon-dée par deux patrons de gauche où s’est toujours développé le goût de la contestation. Qu’est devenu cet héritage ? Vin-cent Chabault tente de le décrire en s’appuyant sur ce qu’est le cœur de l’entreprise : ses salariés. L’histoire de la Fnac devient alors celle d’Hassan El Hasni, de Manuel Gomez, de Judith Leconte ou enco-re de Michel Guillaume, qui incar-nent les différentes générations recrutées par la Fnac. Avec elles, le lecteur découvre que les profils de salariés« qui ont des choses à dire » (prêtres ouvriers, militants politi-
Vincent Chabault
La Fnac, entre commerce et culture PUF « Le Monde », 214 pages, 25 ¤
ques, scouts, autrefois tant recher-chés par André Essel, le fondateur du groupe aux côtés de Max Théret) sont devenus des salariés issus des grandes écoles de com-merce. Bref, en un peu plus de cin-quante ans, la Fnac s’est transfor-mée en une entreprise presque comme les autres.
« Agitateur culturel » Quand la bascule s’est-elle fai-te ? Quand« la Fnac a-t-elle tourné le dos à son histoire ? »Vincent Cha-bault donne plusieurs explica-tions. D’abord, bien sûr, les départs successifs des deux fonda-teurs et les multiples change-ments de propriétaires. En particu-lier le rachat de la Fnac par la Gran-de Mutuelle des fonctionnaires (GMF) en 1985. De là débute la mise en place d’une gestion plus ratio-nalisée sous la direction de Michel Barouin. La Fnac n’est alors plus
tout à fait ce qu’elle était et nom-bre de salariés font état de frustra-tion. Mais c’est avec le nouveau directeur, Jean-Louis Pétriat, à compter de 1987, que les choses ont vraiment changé. Son mandat, caractérisé notam-ment par l’ouverture en grande pompe à Paris de la Fnac Etoile, avenue des Ternes, sera taxé de mégalomanie. La Fnac passion-née devient la Fnac« survoltée ». Et quand le slogan« agitateur culturel depuis 1954 »est lancé, en 1991, le groupe semble avoir déjà perdu de son esprit d’antan. Inuti-le de rappeler qu’à la même épo-que est mise en place la campagne des« prix verts »où les publicités indiquent un peu brutalement: « Pourquoi vert ? Parce que le rou-ge a fait son temps. »Tout un sym-bole. En 1994, le rachat par le grou-pe PPR, véritable acteur de la gran-de distribution, officialisera le divorce entre la Fnac et« l’écono-mie sociale ». Dans cette étude détaillée, l’une des principales forces vient de la parole donnée aux employés, cadres ou vendeurs. Leurs par-cours traduisent les évolutions progressives du groupe ainsi que la transformation du paysage social en France de 1950 à 2010. La Fnac semble ainsi avoir mis de côté son passé au profit d’une logi-que mercantile, nous explique Vin-cent Chabault. Mais pouvait-il en être autrement ?p Claire Gatinois
Les partenaires du prix
même soumis à un nouvel impératif de rendement accéléré. De même que la recherche de Tanguy Châtel sur les soins palliatifs, cescultures de l’ac-« nouvelles compagnement », ouvre une réflexion sur une voie« spirituelle » dans une société de la performance. L’ensemble de ces thèses primées nous donne à voir et à réfléchir sur la façon dont tous les aspects de nos activités et de nos vies sont de plus en plus soumis à la domi-nation croissante et conjuguée du calcul, de la technique, du profit. Que vous ont appris toutes ces années passées à la présidence du jury ? Je m’y instruis beaucoup. Je me sou-viens de merveilleux moment de décou-verte, comme le phénomène des « crapu-leuses »,par exemple, ces adolescentes déviantes étudiées par Stéphanie Rubi, en 2005. Comme souvent, le pathologique éclaire le normal, et ces jeunes femmes bagarreuses renvoyaient à la part d’ombre de notre monde urbain et masculin. Les exemples sont nombreux, mais chaque saison offre ses enrichissements, ses satis-factions. Les joutes oratoires pour défendre tel ou tel candidat me stimulent. Comme Héraclite, j’aime que« se joigne ce qui dis-corde et ce qui concorde». J’aime égale-ment qu’un des membres du jury révèle aux autres une qualité occultée d’une thè-
se qu’on allait rejeter. Nous ne sommes pas seulement des juges, conscients de nos éventuels arbitraires, mais aussi des accou-cheurs qui contribuent à la naissance de cet enfant qu’est un livre. Si vous étiez jeune candidat au prix « Le Monde » de la recherche aujourd’hui, quel sujet choisiriez-vous ? Je me dis queL’Homme et la Mort, que j’ai publié en 1951, s’inscrirait bien dans cet-te démarche, car il me fallut alors relier des connaissances en préhistoire, ethnogra-phie, histoire, sociologie, psychologie, et bien sûr biologie, ce qui m’a fait voyager dans des sciences séparées afin de tenter de cerner la réalité et l’imaginaire de la condi-tion humaine face à sa propre finitude. Aujourd’hui, je montrerais bien que, dès mon lever, je porte la planète en moi en écoutant ma radio japonaise qui me donne les nouvelles du monde, en mettant ma chemise de coton indien, en buvant mon jus d’orange marocain, puis mon thé chinois ou mon café colombien adouci de sucre caraïbe, en mettant mon costume de laine d’Australie, puis en m’installant devant mon ordinateur californien dont les pièces ont été fabriquées dans divers pays asiatiques, et ainsi de suite… Tous les grands sujets sont transdisciplinaires, mais on peut les traiter à partir d’un objet singulier.p Propos recueillis par Nicolas Truong
Quand les mots ne guérissent plus
e pli est pris, désormais : dès qu’une catastrophe survient, naufrage, inon-et reLscapés y sont conviés pour dation ou attentat terro-riste, voilà une cellule psychologique promp-tement mise en place. Les sinistrés « verbaliser »leur détresse, pour mettre leur malheur en mots afin de provoquer un phénomène dit d’ « abréaction » qui est censé exté-rioriser la souffrance en la transfor-mant en paroles. Cette technique espère ainsi pré-venir l’apparition de troubles post-traumatiques. Ce que l’on sait moins, et que la psychologue San-drine Behaghel explore dans cet ouvrage après avoir elle-même par-ticipé à ce genre d’expériences, c’est que l’origine de cette pratique est lourdement marquée par le ter-reau au sein duquel elle a éclos: celui de l’armée. Jusque dans les années 1970 en effet, ce qu’on désigne par la« psy-chiatrie de l’avant »avait un objec-tif explicite, celui d’éviter d’avoir à prélever du service actif des com-battants en état de souffrance morale et psychologique pour les soigner à l’arrière. Il fallait pouvoir les réexpédier au plus vite au front, ce qui n’était pas sans conséquence sur les méthodes thérapeutiques parfois musclées qu’on y appliquait. Dans la première partie du livre, l’auteu-re retrace le processus qui a conduit, au cours des années 1970
Sandrine Behaghel
Traumas et narcissisme PUF « Le Monde », 272 pages, 26 €
dans le monde anglo-saxon et dans les années 1980-1990 en France, à introduire dans le domaine civil le « débriefing »des victimes et le « defusing »(désamorçage) de leurs blessures psychiques, après des décennies d’usage dans les conflits e du XX siècle : depuis le deuxième conflit mondial jusqu’aux diverses guerres du Golfe en passant par l’Al-gérie et le Vietnam.
La pensée magique Elle montre les contraintes qui accompagnent cette pratique en milieu guerrier, où l’on n’a pas hési-té à recourir à l’hypnose ou pis à la « faradisation »(les électrochocs). Or, que ce soit à proximité des champs de bataille ou au bord de zones sinistrées, le remède peut s’avérer pire que le mal. Certaines études montrent que les pourcenta-ges de survivants présentant un état de stress post-traumatique
de la recherche universitaire :
(ESPT) après un débriefing sont supérieurs à ceux qui n’y ont pas été exposés. Même si d’autres enquêtes vont dans un sens diffé-rent, la confiance dans le pouvoir thérapeutique tout puissant de l’élaboration par le « dire », se révè-le dans ces circonstances plutôt de l’ordre de la pensée magique. On aurait pu s’attendre à ce que cette réflexion débouche sur une mise en cause destalking cures(la thérapie par la parole) pilier de la théorie freudienne. Mais fidèle au modèle psychanalytique, Sandrine Behaglel se contente de mettre en question l’usage du débriefing pré-coce et de dénoncer l’illusion de la guérison par l’«abréaction »à laquelle Freud lui-même a rapide-ment renoncé (non sans volte-face) pour privilégier la lente explora-tion de l’inconscient par l’analyse. Pour cette habituée des unités de soins palliatifs, la gestion du traumatisme passe par le dynamis-me du narcissisme et une concen-tration sur les réactions du «je » confronté à la peur et à la possibili-té de la mort. Il s’agit de procéder à une entreprise de désillusion, impossible à réaliser dans le contex-te de l’urgence et de la proximité du drame. En attendant l’hypothéti-que succès d’une« pilule antitrau-ma »(du propanolol, un bêtablo-quant qui enraye les réactions de peur), la patience et l’écoute demeu-rent en somme le bon moyen pour éviter le dévoiement des soins.p Nicolas Weill
0123 Samedi 27 mars 2010
Prix de la rechercheHorizons21
Pratique CandidaturesLes doctorants en scien-ces sociales et en sciences exactes qui ont soutenu leur thèse entre le 31 octobre 2008 et le 31 décembre 2009 peuvent par-e ticiper à la 13édition du prixLe Mondede la recherche universitaire. Renseigne-ments : www.lemonde.fr/prix-recherche LivresLes Presses universitaires de Fran-ce (PUF) viennent de publier une version abrégée des trois premières thèses pri-mées en 2009. Elles sont disponibles en librairie depuis le 26 mars. Le livre de Virgi-nie Descoutures sur les mères lesbiennes paraîtra début juin.
Rencontre« La Fnac est-elle un modè-le ? » Sur ce thème, un débat animé par Alain Beuve-Méry, journaliste au « Monde des livres », aura lieu au Salon du livre, le 29 mars, à 15 heures, sur le stand des édi-tions PUF, avec Vincent Chabault, lauréat du prix pour son livreLa Fnac, entre com-merce et culture, et Frédéric Martel, cher-cheur, auteur deMainstream.
La biodiversité,Une étude novatrice sur les mères lesbiennes le maïs transgéniquemet en lumière les nouvelles parentalités etle modèleéconomico-arce qu’elle estimeaux personnes mariées –, d’autres,gnante s’est montrée tolérante,rentalité estiment que l’intérêt de culturel mexicainté constitue un excel-tés avec un homme (homo ou hété-selon Virginie Descoutures, une que l’homoparentali-enfin, ont inventé des coparentali-même si l’institution pratique,l’enfant est d’avoir un père, celles qui ont opté pour l’insémination que piloté par les grandes firmes.cré plPnes montre que pour la majoritéusieurs années à étudier lesune baby-sitteuse ou un institu-ce de petits-enfants facilite parfois lent observatoire desrosexuel) ou un couple d’homo-reconnaissance« fragileetartificielle avec donneur révèlent, mutations de la sexuels.constamment révocable »par leurs pratiques, un souci de fai-, notam-famille contemporai-Cette première étude d’am-ment à l’égard du second parent.re une place au masculin en préfé-dans le développement économi-ne, Virginie Descoutures a consa-pleur consacrée aux mères lesbien-Au sein des familles, la naissan-rant, par exemple, un baby-sitter à « Lascience se doit désormaisun dialogue qui était devenu diffi-teur à une institutrice.mères lesbiennes, ces femmes qui,des couples, la question de la« Les fem-Jean Foyerd’être utile socialement, donc com-parentalité n’allait pas de soi.malgré leur homosexualité, choi-« Lacile, comme si la parentalité per-mes rencontrées ont à cœur de mercialisable. »sissent d’avoir des enfants.décision commune d’avoir des« Lamettait – enfin – de mettre l’homo-transmettre à leurs enfants une Il étaitLes biotechnologies sont à laenfants est l’aboutissement d’uncatégorie famille homoparentalesexualité au second plan.« Alorspartie de cet héritage symbolique : une foispointe de cette mutation« delong cheminement conjugal fait deapparaît à la fin des années 1990,que le moment ducoming outle monde est hétérosexué,résume la bio-l’économie industrielle vers l’éco-au moment où la famille relation-conversations, de négociations, voi-auprès de leurs propres familles aVirginie Descoutures.Il est ainsi révolutionnomie de la connaissance »– unere de crises et de compromis »nelle – une famille davantage fon-, écritenvisagé comme bénéfique pour PUFconnaissance qui n’est plus undée sur les liens électifs entre lesla sociologue. Bien souvent, lors deles enfants de leur faire fréquenter La loi française « Le Monde »bien commun, mais un enjeu deindividus qui la constituent au quo-la mise en couple, les deux fem-des hommes. » 228 pages,création économique. Ainsi, lestidien que sur ceux traditionnels demes n’avaient pas le même pointne reconnaîtMalgré des configurations diffé-28 ¤intérêts privés ont pris le contrô-la filiation – devient clairement per-de vue sur la question des enfants.rentes, ces familles se heurtent tou-qu’une mère, le du rythme et des thématiquesceptible,explique-t-ellepour l’une, le désir et la. Le but de« Quandtes au même problème : l’absence e Mexique doit-il culti-de recherche. On comprendma recherche est à la fois de révéler,volonté d’en avoir étaient trèsjamais deux :de reconnaissance des familles ver du maïs transgéni-mieux, dès lors, l’importanceau travers de l’exercice parental,clairs et énoncés, cela ne pouvaithomoparentales. La loi française l’une des femmes que ? La recherche de laqu’ont prise les brevets pour assu-une vie quotidienne peu connue,être envisageable pour l’autre, prin-ne reconnaît en effet qu’une mère, relleLdes organismes génétique-« immatériel ». Avec un para-dans lequel elle se définit. »L’arrivée d’un enfant boulever-non statutaires assurent pourtant réponse à cette ques-rer le cadre juridique adéquat àcipalement à cause du choix de viesouvent rendue invisible par le stig-du couple est doncjamais deux : l’une des femmes du tion apparemment cettenouvelle régulation.homosexuel : la maternité est sou-mate de l’homosexualité, et decouple est donc privée de filiation, privée de filiation, banale permet d’éclai-L’enjeu est que le marché par-contribuer à réfléchir sur “la”vent perçue comme une transgres-de droits, et par conséquent de rer sous un jour nouveau la que-vienne à intégrer le savoirfamille et le cadre hétéronormatifsion supplémentaire. »de droitsdevoirs parentaux.mères« Les ment modifiés (OGM). C’est l’inté-doxe : dans ce processus, les gran-Dans le cadre de cette thèse diri-se souvent les relations entre cespu conduire certaines d’entre ellesautant que leurs conjointes un rôle rêt du travail du jeune sociologuedes firmes se constituent en oligo-gée par le sociologue François decouples et l’extérieur. Tant qu’el-parental auprès de leurs enfants,à des ruptures familiales dures, le Jean Foyer, dontIl était une fois lapoles, réduisant la diversité de lales n’ont pas d’enfant, beaucoupSingly, la jeune femme a longue-fait qu’elles aient eu par la suiteobserve Virginie Descoutures. bio-révolutionment rencontré, dans toute la Fran-de lesbiennes font preuve de dis-concurrence pour contrôler lesest le résultat pas-Dans la vie quotidienne, elles ne seaccès à la maternité a pu leur per-sionnant. L’ouvrage dépasse lar-différents secteurs économiques.ce, 48 femmes homosexuelles éle-crétion afin de ne pas s’exposer àmettre de renouer des liens fami-défaussent pas de leur travail de gement le cas mexicain, enLe phénomène est très net dans levant en couple des enfants qu’el-des remarques homophobes,liaux, leurs choix de vie apparais-parente mais la difficulté à se posi-démontrant que les OGM ne sontcadre des industries semencières,les ont toutes conçus dans unmais avec un enfant, cette straté-sant dès lors plus intelligibles», pré-tionner réside précisément dans la que partiellement une questionet encore plus en ce qui concernecadre homoparental. Certainesgie devient difficile. Toutes lescise Virginie Descoutures.non-définition sociale de la place scientifique.Contrairement à ce que pen-ont eu recours à des insémina-mères rencontrées par Virginieles OGM où une firme disposede cet autre parent qui n’est ni tout Terre d’origine de la domestica-d’un quasi-monopole.tions artificielles avec donneurDescoutures ont donc informésent les détracteurs de la familleà fait une mère ni un père. »p tion du maïs, le Mexique a fondéconnu (en France) ou inconnu (enl’école de la spécificité de leurhomoparentale, ces couples deAnne Chemin une part de sa culture sur cetteDiversité et uniformisationfemmes ne perdent jamais de vueconfiguration familiale, rendantBelgique), d’autres ont adopté des plante, qui constitue la base deLe sociologue analyse ensuiteenfants en tant que célibatairesainsi visible leur couple. Dans lala question du «référent pater-Le livre de Virginie Descoutures sera son alimentation. Quatrièmecomment, dans les années 1980,– l’adoption en couple est réservéeplupart des cas, l’équipe ensei-nel ». Celles qui ont choisi la copa-publié au mois de juin. pays du monde pour sa biodiver-des biologistes soucieux de renou-sité, il compte aussi la plus gran-veler l’intérêt pour la conservationLes lauréats D’autres critères d’excellence de diversité de variétés de maïs.de la nature ont élaboré le concept Et alors que l’agriculture dede biodiversité. Celui-ci s’accom-2007 son voisin nord-américain a adop-mode d’une idéologie voyant dansBéatrice Jacques :Sociologie té rapidement, à partir de 1997, lele marché un moyen efficace deses de sciences sociales et desretour constant entre pratiquede l’accouchement ; Témoignage maïs transgénique, le Mexique arégler les problèmes environne-quinze thèses de sciences de laet théorie, et l’enseignement n’yFrédérique Leferme-Falguière résisté longtemps à utiliser cettementaux. Mais cette notion a étéPierre Calamepousse guère ; capables denature sélectionnées par unLes Courtisans : une société de technique agricole, malgré leségalement adoptée par un autreDirecteur général de la Fondationmagnifique réseau d’expertscontester la pensée de leurs pro-spectacles sous l’Ancien Régime; pressions fortes des Etats-Unis.courant de l’écologie, qui l’a investiCharles Léopold Mayerbénévoles offre un kaléidoscopefesseurs et c’est risqué pour unVirginie Malochet :Les Policiers Ce n’est que fin 2009 que desd’un principe éthique à valeur pluspassionnant des préoccupationsjeune thésard.municipaux; autorisations de culture transgé-culturelle qu’économique. Le par-LA FONDATION Charles Léopoldémergentes de la société.En proposant d’autres critèresNasser Tafferant :Le “Bizness” : nique ont été accordées, sur detage déterminant n’est plus pourMayer a participé en 1997 à la créa-Reconstruire le contrat entred’excellence de la recherche uni-une économie souterraine. petites surfaces. Cette résistancelui entre nature et culture, maistion du prixLe Monde de la recher-versitaire – interdisciplinarité,université, recherche, science et est paradoxale alors que, durantentre diversité et uniformisationche et à la rédaction de son mani-société, comme vous y allez ! Enapproche nouvelle d’un enjeu de2008 les années 1990, le Mexique a– uneuniformisation portée parfeste. Ce compagnonnage intellec-quoi y a-t-il contrat et pourquoisociété, capacité à partager lesEmmanuel Gratton :L’Homoparen-adopté, à travers l’accord de libre-les biotechnologies et les nouvel-tuel et financier s’est poursuiviserait-il à reconstruire ? Il y a euidées et les propositions de chan-talité au masculin; échange nord-américain (Alena)les formes de développement dufidèlement au cours de ces treizelongtemps un contrat implicite :gement qui en découlent – et enBenjamin Moignard :L’Ecole et la avec les Etats-Unis et le Canada, lecapitalisme. En fait,« la biodiversi-années. J’ai eu le privilège de parti-donnez-nous des moyens finan-s’y agrippant année après année,rue : fabriques de délinquance; dogme du libéralisme économi-té devient une question sociale »en y attachant le renom du jour-ciers et des franchises universitai-à toutes les séances du jury. ciperChristel Thibault :L’Archipel des que promu par Washington.Outillé de ce cadre explicatif,des deux prix, des sciences socia-res, donnez des moyens à lanalLe Monde, le prestige intellec-camps, l’exemple cambodgien; La force du travail de Jean Foyerl’auteur analyse ensuite le déroule-les et des sciences de la nature,recherche publique et nous fabri-tuel d’Edgar Morin ou de PierreZoé Vaillant :La Réunion, koman i est de ne raconter le déroulementment de la bataille transgénique ausous les présidences respectivesquerons les élites et les connais-Léna et la réputation des Presseslé ? de la controverse transgénique auMexique. Qui conduit à une conclu-d’Edgar Morin et de Pierre Léna.sances dont la société a besoinuniversitaires de France (PUF), je Mexique qu’après avoir analysésion valable pour tous les paysPrivilège pour trois raisons ;pour se comprendre et se déve-peux attester qu’une évolution2009 les enjeux socio-économiques desconfrontés aux OGM: ce qui sed’abord, parce que l’enjeu en vautlopper. Personne n’y croit plusprogressive s’est produite, y com-Florence Bouillon :Les Mondes OGM, puis le caractère construitjoue est le modèle de société. Lela peine : contribuer à reconstrui-sérieusement. prisdans l’image que se fait ledu squat; du concept de biodiversité.combatne porte pas entre moderni-re le contrat social entre recher-monde universitaire lui-mêmeFabrice Gzil :La Maladie d’Alzhei-D’abord, il inscrit le développe-té et tradition, mais entre des défini-che universitaire et société ; ensui-Interdisciplinaritédes critères d’excellence et de per-mer : problèmes philosophiques; ment des OGM dans la mutationtions concurrentes de l’avenir: ilte, parce que l’atmosphère desIl faudrait que l’universitétinence d’une thèse.Fleur Michel :Handicap mental : du capitalisme des trente derniè-s’agit de déterminer quelle sera ladeux jurys est toujours emprein-soit en mesure de produire desDes jurys de thèse n’hésitentcrime ou châtiment ? res années, qui a vu se tisser des« modalité dominante de globalisa-te de sympathie et de respectpas à recommander tel thésardélites : capables de s’affronter àJenyu Peng :A l’épreuve de l’in-liens toujours plus étroits entretion ». Marchande, productiviste etpour les jeunes chercheurs quipour le prix en reprenant à leurla complexité des défis des socié-ceste; e les entreprises et la« sphèrecapitalistique, ou communautaire,siècle, et c’est large-compte les critères de sélectionont pris le risque de mener unetés du XXIMathias Waelli :Caissière… et techno-scientifique ». L’idéalculturelle et coopérative ? C’est l’al-du prix. Il est des évolutions silen-recherche hors des sentiers bat-ment incompatible avec unaprès ? d’une science désintéressée a faitternative de l’époque.ptus ; enfin, parce que l’examen,cieuses qui valent mieux queenseignement à dominante disci-Liste complète sur le site place à une instrumentationHervé Kempfd’année en année, des trente thè-plinaire ; capables d’un aller etbien des discours.pwww.lemonde.fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.