Le Tir sportif

De
Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 1 922
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins

 Tir
sportif
 2009‐2010
 
 
 
 















 
 Rapport
d’activités
 extrascolaires
 
 Le
Tir
Sportif 
 
 
 
 
 
 &
 
 
 
 
 Tir
sportif
 2009‐2010
 
 SOMMAIRE 
 
 1.
Le
Tir
au
stand
de
tir .......................................................................3
 1.1.
Les
stands.................3
 1.2.
La
technique
de
tir................................4
 La
position...................4
 La
visée ..........................................................................................5
 Le
lâcher........................7
 La
tenue
de
l’arme....8
 L’annonce.....................................................8
 2.
Les
armes............................................................9
 2.1.
Les
différentes
armes..........................9
 2.2.
Les
munitions.......................................10
 3.
Compétitions/Législation...........................11
 3.1.
Les
compétitions.................................11
 3.2.
Un
peu
de
législation........................12
 4.
Conclusion.......................................................14
 5.
Bibliographie..................................................14
 5.
ANNEXE S
–
Glossaire
du
Tir15
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Page
2/18
 
 
 Tir
sportif
 2009‐2010
 
 
 Introduction
 
 J’ai
 toujoursv
oulu
 tirer
 avec
 une
 arme.
Il
y
a
quelques
années
j’avais
cherché
 des
stands
de
tir
dans
Paris
pour
découvrir
 ce
 sport,
 cette
 sensat
 idoen
 puissance
 au
 bout
des
mains.
Je
n’avais
alo
rrsien
trouvé.
 Jusqu’à
ce
que
cet
ét,é
une
amie
me
fasse
 découvrir
 un
 nouveau
 site
 internet.
 Une
 personne
 proposait
 des
 initiations
 au
 tir
 sportif.
Pas
besoin
de
licence,
ni
de
permis.
 Seulement
 une
 inscription
 pour
 2h
 de
 découverte
 autour
 des
 armes
 à
 feu,du

 pistolet
 .22
 Long
 Rifle,.
3a5u7

 puis
.500
 Magnum. 

 
 
 
 
 
 Ma
carte
de
membre
de
l’ANTP 
 
 Une
semaine
plus
tard,
j’étais
licencié
de
l’ANTP,
l’Association
Nationale
de
Tir
de
la
P
oJle
ice. vous
expliquer
alia
technique
de
tir
sportif,
les
différentes
armes
et
munition
et
enfisnl
laat
lioéng
 i française
en
terme
de
port
d’arme
s. 
 1.
Le
Tir
au
stand
de
tir 
 
 1.1.
Les
stands
 
 
 L'Association
Natinoale
de
Tir
de
la
Police
est
lper
emier
club
de
tir
de
France
par
le
nombre
 de
ses
adhérents,
puisqu'elle
en
compte
235
0. 
 Avec
des
équipements
modernisés
dans
ses
2
stands
de
l'Aquaboulevard
de
Paris
et
à
la
 Porte
de
la
Chapelle,
et
un
encadrement
d'animateurs
diplômés
FFTir,
 ce
sont
deux
stands
qui
sont
mis
à
disposition
des
licenciers
. 
 Une
formation
y
est
proposée
afin
qeu
tout
le
mond
epuisse
 expérimente
ret
progresser
dans
ce
sport
si
divertissant
et
mal
connu
 du
grand
public.

 
 Le
plus
récent
de
stands
des
stands
de
l’ANTP 
se
situe
dans
le
 centre
de
sports
et
de
loisirs
de
l’AquaboulevCa’reds.t
 
celui
que
je
 fréquente
el
plus
souventD.e
rnier
né
des
stands
de
l’ANTP,
ce
stand
 possède
dix
pas
de
tir
10
mètres
air
comprimé,
dix
pas
de
tir
25
 mètres
armes
de
poing
. 
 Les
rameneurs
(mécanisme
permettant
l’envoi
des
cibles
à
la
 distance
souhaitée)
de
 cibles
sont
tous
individuels
et
électriques,
ils










 Pas
de
tir
25m
 sont
équipés
de
lunettes
de
contrôle
de

tir. ème
 Le
2 
stand
se
trouve
oPrte
de
La
Chapell
eC.e
stand
est
idéal
pour
le
tir
de
précision,
 équipé
de
10
pas
de
tir
aux
normes
FFTir
avec
ciblerie
pour
les
épresu
vde
vitesse
armes
de
poing
à
 25
 mètres.
 Sont
 aussi
 dàisposition,
 20
 pas
 de
 tir
 «gros
 calibres»
 avec
 lunettes
 et
 rameneurs
 électriques
et
16
pas
de
tir
pour
l’air
compri
mé.
 
 Page
3/18
 
 
 Tir
sportif
 2009‐2010
 
 
 1.2.
La
technique
de
tir
 
 Une
séquence
de
tir
se
décompose
en
différentes
phases
que
nous
allons
explicit
:
er 
  La
position
  La
visée
  Le
lâcher
  La
tenue
de
l’arme
  L’annonce
 
 La
position
 
 
 Je
présenter
àa
itravers
quelqu
esschémas
 commentés,
 les
 fondamentaux
 de
 la
 position
 debout
du
pistolie.
r 
 
 Au
 niveau
 de
 la
 respiration,
 chacu
n comprendra
 que
 le
 geste
 du
 tireur
 s’accommode
mal
des 
«bougers»
qu’elle
peut
 engendrer.
 Toutefoi
s,instinctivement,
 cel‐cli
e va
 se
 bloquer
 (par
 u
neapnée)
 lors
 de
 la
 réalisation
d’un
geste
pr
écis. 
 
 Les
 pieds
 doivent
 être
 parallèles,
 assez
 écartés
 pour
 miantenir
 un
 bon
 équilibre
 de
 l’ensemble
du
corps.
La
main
opposée
à
celle
 qui
 tir
 (gauche
 pour
 moi)
 peut
 être
 dans
 la
 poche,
 bloquée
 à
 la
 ceinture,
 elle
 doit
 être
 immobile.
 
 
 Le
 corps
 doit
 être
 perpendiculaire
 à
 la
 cible.
 
 

 











 Tir
au
revolver
.22LR 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Page
4/18
 
 TECHNIQUE On appelle :PISTOLIERS : prise en main PISTOLIERS : position LIGNE DE MIRE : Droite allant du centre de la hausse au guidon. LIGNE DE VISÉE : Droite théorique allant de l’œil du tireur au point visé en passant par les instruments de visée. VISUEL : Partie centrale noire de certaines cibles. VISER : Action qui consiste à faire correspondre la ligne de mire et la ligne de visée, c’est-à-dire, aligner le visuel, les instruments de visée et l’œil, dans le but d’orienter l’arme pour que le projectile arrive au centre de la cible.CARABINIERS : position L’ŒIL DIRECTEUR Au niveau de la vision, un œil domine l’autre : L’ACCOMMODATION Utilisation de la charpente c’est l’œil directeur. Pour le connaître, voici osseuse évitant une L’œil humain possède de nombreuses facultésdeux méthodes : contraction excessive des mais il ne sait pas voir simultanément net de prèsTECHNIQUE chaînes musculaires. regardez la cible, les deux yeux ouverts, à•
 Tir
sportif
 2009‐2010
 et de loin. Pour s’en convaincre, il suffit de pointertravers un trou percé dans un carton et fermez
 le doigt sur la cible et de voir avec netteté, d’abordsuccessivement un œil puis l’autre. L’œil appelé le doigt, puis la cible et ensuite essayer de voir netdirecteur est celui qui vous permet de continuerOn appelle :PISTOLIERS : prise en main PISTOLIERS : position les deux à la fois. C’est impossible ! Puisqu’il faut,
 à voir la cible à travers le trou du carton. LIGNE DE MIRE : Droite allant du centre de la pour viser, aligner plusieurs éléments situés àpointez un doigt, les deux yeux ouverts, surhausse au guidon. • différentes distances, le tireur devra faire unune cible et fermez successivement un œil puis
 LIGNE DE VISÉE : Droite théorique allant de choix. Il s’efforcera de voir toujours le guidon net.Pieds perpendiculaires aux cibles. l’autre. L’œil appelé directeur est celui qui laisse l’œil du tireur au point visé en passant par les Notons que cette difficulté est moins importantevotre doigt pointé sur la cible.
 instruments de visée. pour le carabinier que pour le pistolier. Il peut arriver qu’un droitier ait l’œil gaucheVISUEL : Partie centrale noire de certaines cibles. directeur et inversement.
CARABINIERS VISER : Action qui consiste à f: épaulé aire correspondre la ligne de mire et la ligne de visée, c’est-à-dire, À la question de savoir s’il faut accorder une priorité• Prise en main : la main enveloppe fermement aligner le visuel, les instruments de visée et à cet œil directeur au détriment de la latéralisation
 la poignée pistolet. l’œil, dans le but d’orienter l’arme pour que du tireur, la réponse est non. En règle générale, c’est CARABINIERS : position le projectile arrive au centre de la cible. à dire hors pathologie, un droitier visera avec l’œil Bon Mauvais
 droit et un gaucher avec l’œil gauche. Il est impératif d’admettre la notion selon laquelleL’ŒIL DIRECTEUR Il est recommandé de tirer en ayant les deux
 on peut atteindre avec précision une cible auxTECHNIQUE yeux ouverts. Si cela présente des difficultés, ilAu niveau de la vision, un œil domine l’autre : contours flous lorsqu’on voit des instrumentsL’ACCOMMODATION • Epaulé. est souhaitable de disposer un cache trans-c’est l’œil directeur. Pour le connaître, voiciUtilisation de la charpente de visée nets et alignés.
 osseuse évitant une lucide devant l’œil qui ne vise pas ; de cettedeux méthodes : L’œil humain possède de nombreuses facultés contraction excessive des En effet, un léger écart par rapport au visuel,façon les deux yeux restent ouverts, sans semais il ne sait pas voir simultanément net de prèschaînes musculaires. regardez la cible, les deux yeux ouverts, à•
 de l’ensemble des instruments de visée bienfatiguer, en recevant, à peu de chose près, la• Placement de la main et de loin. Pour s’en convaincre, il suffit de pointerPoints d’appui de la crosse sur la main : travers un trou percé dans un carton et fermezOn appelle : gauche sous le fût.PISTOLIERS : prise en main PISTOLIERS : position même quantité de lumière et en ayant une alignés entre eux, se traduira par un faible écartA s’appuie en A’ ; B en B’ ; C en C’. le doigt sur la cible et de voir avec netteté, d’abordsuccessivement un œil puis l’autre. L’œil appelé bonne vision périphérique. en cible. Par contre, un alignement imprécis des8 9le doigt, puis la cible et ensuite essayer de voir netdirecteur est celui qui vous permet de continuerLIGNE DE MIRE : Droite allant du centre de la les deux à la fois. C’est impossible ! Puisqu’il faut,à voir la cible à travers le trou du carton. hausse au guidon. pour viser, aligner plusieurs éléments situés àLa
visée
 pointez un doigt, les deux yeux ouverts, sur• différentes distances, le tireur devra faire un
 une cible et fermez successivement un œil puis LIGNE DE VISÉE : Droite théorique allant de choix. Il s’efforcera de voir toujours le guidon net.Pieds perpendiculaires aux cibles. l’autre. L’œil appelé directeur est celui qui laisse
 Les
organes
de
l’arme
permettant
la
visée

sloanh
ta
u:sse
située
en
arrière
du
canon
et
le
 Notons que cette difficulté est moins importantevotre doigt pointé sur la cible.l’œil du tireur au point visé en passant par lesguidon
placé
à
son
extrémité
ava
nLta.
hausse
comporte
une
planchette
régl
aebnl
heauteur
et
en
 pour le carabinier que pour le pistolier. Il peut arriver qu’un droitier ait l’œil gauchedirection,
équipée
soit
d’u
ncran
de
mire
(pistolet),
soit
d’un
œill
(ectaornabine).
Le
guidon
est
à
instruments de visée. directeur et inversement.lame,
de
la
forme
du
cran
de
mire
(pistolet)
ou
circula
àir
te,rou
,logé
dans
un
tunnel
(carabine
).CARABINIERS : épaulé VISUEL : Partie centrale noire de certaines cibles. À la question de savoir s’il faut accorder une priorité• Prise en main : la main enveloppe fermement à cet œil directeur au détriment de la latéralisationla poignée pistolet. VISER : Action qui consiste à faire correspondre du tireur, la réponse est non. En règle générale, c’est à dire hors pathologie, un droitier visera avec l’œil Bon Mauvaisla ligne de mire et la ligne de visée, c’est-à-dire, droit et un gaucher avec l’œil gauche. Il est impératif d’admettre la notion selon laquellealigner le visuel, les instruments de visée et Il est recommandé de tirer en ayant les deux on peut atteindre avec précision une cible aux yeux ouverts. Si cela présente des difficultés, ill’œil, dans le but
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.